LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina : Une conférence pour mettre en exergue la contribution de l’intelligence artificielle à la sécurité nationale

Publié le dimanche 5 mai 2024 à 08h00min

PARTAGER :                          
Burkina : Une conférence pour mettre en exergue la contribution de l’intelligence artificielle à la sécurité nationale

L’incubateur digital de l’université Joseph-Ki-Zerbo, appelé Incub@UO, a organisé, ce samedi 4 mai 2024 à Ouagadougou, une conférence dénommée « Collaboration avec les experts en intelligence artificielle et sécurité nationale (CoLExp) ». Cette activité, qui s’est tenue sous le thème « Contribution citoyenne à la sécurité nationale grâce à l’intelligence artificielle », a été organisée en partenariat avec le Centre d’excellence interdisciplinaire en intelligence artificielle pour le développement (CITADEL). La rencontre est une initiative novatrice visant à exploiter le potentiel de l’intelligence artificielle pour renforcer la sécurité du Burkina Faso.

Dans un contexte où la sécurité est devenue une préoccupation primordiale pour de nombreux pays, le Burkina Faso fait face à des défis complexes liés à la lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale et d’autres menaces sécuritaires. Dans cette lutte pour la sécurité, l’Intelligence artificielle (IA) émerge comme un outil potentiellement révolutionnaire pour renforcer les capacités de défense et de surveillance du pays.

Cette évolution marque le début d’une nouvelle ère dans laquelle la technologie s’allie à la citoyenneté pour assurer la sûreté de tous.
Dans le cadre de cet événement visant à encourager la jeunesse à contribuer à la sécurité nationale via l’utilisation de l’intelligence artificielle, trois éminents experts ont partagé leurs connaissances et leurs expériences avec l’assistance. Les panelistes du jour, chacun apportant une expertise unique dans le domaine de l’informatique et de l’IA, ont captivé l’audience par leurs perspectives éclairées.

« Les jeunes entrepreneurs peuvent apporter leur expertise technologique en développant des outils de détection et de prévention des cyberattaques », Gérald Yirga, responsable de la sécurité des systèmes d’information à la BCLCC.

Parmi eux, Gérald Yirga, ingénieur spécialisé en cyber-sécurité affecté à la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité (BLCC), a partagé son expérience sur les défis actuels et les solutions potentielles dans la protection des infrastructures numériques du pays. Amon Bazongo, quant à lui, a apporté un éclairage précieux en tant qu’ingénieur en intelligence artificielle, explorant les possibilités infinies qu’offre cette technologie dans le domaine de la sécurité nationale. Enfin, Adama Abdoul Latif, développeur web/mobile et expert en cyber-sécurité, a présenté des cas concrets d’applications pratiques de l’IA.

Des participants édifiés

Ces intervenants ont non seulement éduqué et inspiré les jeunes participants, mais également démontré le rôle essentiel que les jeunes peuvent jouer dans la sécurisation et la protection de leur nation à l’ère du numérique. Abdoul Koudous Ouédraogo, étudiant en ingénierie informatique en pleine formation, a trouvé cette conférence particulièrement enrichissante et pertinente pour ses aspirations professionnelles. Spécialisé dans le domaine de l’informatique, il a été particulièrement séduit par la diversité des sujets abordés, notamment la sécurité nationale, mais également des domaines inattendus tels que l’environnement et l’agriculture.

Abdoul Koudous Ouédraogo, étudiant en ingénierie informatique à l’Institut de formation ouverte à distance de l’université Joseph-Ki-Zerbo.

Pour Abdoul Koudous, cette approche transversale a élargi son horizon quant aux possibilités offertes par l’intelligence artificielle dans des domaines auxquels il n’avait pas forcément pensé auparavant. En explorant ces nouvelles perspectives, il envisage désormais d’intégrer ces connaissances dans ses futurs projets professionnels, avec la conviction que l’IA peut véritablement être un catalyseur de changement dans de multiples secteurs, contribuant ainsi à la résolution de problèmes complexes de société.

Fatimata Kaboré, étudiante en première année en informatique à l’université Joseph-Ki-Zerbo, a exprimé son enthousiasme quant à sa participation à cette rencontre. Car, pour elle, cet événement a été une opportunité précieuse d’approfondir ses connaissances sur l’intelligence artificielle et d’en comprendre les applications concrètes. Souhaitant acquérir une compréhension approfondie de cette technologie émergente, Fatimata reconnaît l’importance d’une utilisation judicieuse des outils de l’IA dans son parcours académique et professionnel.

Fatimata Kaboré, étudiante en première année en mathématique, physique et informatique à l’université Joseph-Ki-Zerbo

Les autorités burkinabè ont pris conscience de l’importance cruciale de l’IA dans le domaine de la sécurité nationale. Des initiatives émanant des institutions gouvernementales, des forces de sécurité et de la société civile témoignent de cet engagement croissant. Une dynamique qui justifie davantage la tenue de la présente initiative novatrice de l’incubateur de start-ups, Incub@UO, hébergé à l’université Joseph-Ki-Zerbo.

Le CoLExp, selon Issa Ouesse Tagnabié, manager d’Incub@UO, a pour finalité d’identifier les problèmes sécuritaires auxquels le Burkina Faso fait face et d’explorer comment l’intelligence artificielle peut être utilisée pour y apporter des solutions innovantes. En encourageant ainsi les jeunes à réfléchir de manière créative et à proposer des idées novatrices, l’événement vise à stimuler l’engagement citoyen et à favoriser une culture d’innovation au sein de la jeunesse burkinabè.

« Nous sommes à plus d’une vingtaine de startups que nous avons accompagnées », Issa Ouesse Tagnabié, manager d’Incub@UO.

Les objectifs clés du CoLExp

Grâce à cette approche collaborative, l’intelligence collective peut être mobilisée pour relever les défis complexes auxquels le pays est confronté, ouvrant ainsi la voie à un avenir plus sûr et plus prospère pour tous. Sous la direction des enseignants-chercheurs du département Informatique de l’Unité de formation et de recherche en Sciences exactes et appliquées (UFR/SEA), le CoLExp s’attèle à plusieurs objectifs clés.

Premièrement, il s’agit de dresser un état des lieux des enjeux sécuritaires du pays, en mettant en lumière les menaces spécifiques telles que le terrorisme et la criminalité. Ensuite, à travers des analyses approfondies, de déterminer dans quelle mesure l’IA peut être exploitée pour concevoir des solutions efficaces et automatisées. Cette démarche stratégique vise à garantir la sécurité tout en respectant les valeurs démocratiques et les droits individuels.

« CITADEL offre aussi des formations aux talents locaux en s’appuyant sur l’expertise de la diaspora spécialisée dans le domaine de l’IA », Daouda Savadogo, représentant de CITADEL.

L’un des volets cruciaux du CoLExp est la sensibilisation de la jeunesse burkinabè. C’est pourquoi plusieurs étudiants issus d’universités publiques et privées ont pris part à cette activité, afin de leur faire prendre conscience du potentiel de l’IA comme outil de contribution citoyenne à la sécurité nationale. Leur engagement et leurs idées sont essentiels pour susciter des solutions innovantes et adaptées aux besoins du pays.

Selon Daouda Savadogo, représentant de CITADEL, cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’un programme plus large visant à soutenir les laboratoires et les universités dans leur mission d’information et de formation du public sur les enjeux liés à l’intelligence artificielle. CITADEL s’engage à accompagner les différentes institutions dans la mise en place de séminaires et de conférences destinés à sensibiliser les acteurs de divers secteurs sur les défis et les opportunités que représente l’IA.

Les participants au CoLExp de Incub@UO sur l’intelligence artificielle.

Cette approche proactive vise à renforcer les connaissances et les compétences des individus et des organisations, les préparant ainsi à tirer le meilleur parti des avancées technologiques tout en minimisant les risques potentiels. En favorisant le dialogue et la collaboration entre les universitaires, les chercheurs, les professionnels et le grand public, CITADEL contribue à promouvoir une utilisation responsable et éthique de l’IA dans tous les domaines d’activité.

Le CoLExp représente une étape décisive dans la modernisation des stratégies sécuritaires du Burkina Faso. En conjuguant l’expertise académique, l’innovation technologique et l’engagement citoyen, ce projet ouvre la voie à une approche proactive et participative de la sécurité nationale, ancrée dans les valeurs démocratiques et la résilience collective.

Lire aussi : Camp d’idéation d’Incub@uo : Le projet Puki remporte le prix du meilleur projet de la 3e édition

Hamed Nanéma
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Tabaski 2024 : Le message du Mouvement Africa Revolution