LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina / Médias : Dans les coulisses du "Tribunal de l’actualité", une des émissions phares de 3TV/Watt Fm

Publié le mercredi 28 février 2024 à 22h25min

PARTAGER :                          
Burkina / Médias : Dans les coulisses du

Diffusée pour la première fois sur la radio Watt FM en 2016 et à la télévision 3TV en 2018, l’émission ‘’Tribunal de l’actualité’’ connaît une attractivité certaine au sein de l’opinion nationale. Chaque matin à 8h, de lundi à vendredi, des invités, appelés ’’convoqués’’, sont reçus pour parler de l’actualité nationale et internationale. Ou par moments, ce sont deux journalistes du média, désignés comme juges de siège, qui analysent l’actualité burkinabè et au-delà. Chaque émission représente donc une « audience », dirigée par le président, qui n’est autre que le modérateur de l’émission. Nous avons pu assister à l’audience du vendredi 23 février 2024. Reportage !

Habituellement, ‘’Le tribunal de l’actualité’’ est animé par trois journalistes, avec l’animateur principal appelé ‘’président du tribunal’’ et les deux autres, ‘’juges’’ en vue de refléter l’image réelle d’un tribunal. Vendredi 23 février 2024, en l’absence du juge Bernard Bougouma, le président du tribunal Serge Kaboré était accompagné du juge Geoffroy Vaha.

Ambassda Paul Sandwidi, analyste politique et ancien maire de commune était le convoqué du jour. Gouvernance, sécurité et diplomatie, c’est le sujet enrôlé pour cette audience. « Ils sont très peu, ceux qui acceptent se prononcer sur ce genre de sujet dans le contexte actuel. C’est l’une des principales difficultés de cette émission », nous confie le juge Geoffroy Vaha à son arrivée à 7h47 mn, quelques temps après le « convoqué », c’est-à-dire l’invité.

Après quelques temps passé dans son véhicule devant le bâtiment R+3 qui abrite le média, le convoqué est invité par les agents de la sécurité à prendre place dans la salle d’attente. Le regard plongé dans sa tablette, l’ancien maire de la commune de la Tensobentenga, dans la province du Kouritenga, région du Centre-est, s’informe sur l’actualité. Il est un habitué des plateaux-télé, mais le stress zéro n’existe pas, a-t-il laissé entendre. C’est pendant ces moments d’échanges que le président du tribunal Serge Kaboré fait son apparition. L’homme à la silhouette filiforme, vêtu d’un jean noir et d’un habit manches longues de même couleur, arborant une cravate marron, fait son entrée et nous salue avant de continuer dans son bureau, le bras droit chargé de sa veste noire qui sera enfilée pour la présentation.

L’arrivée du Juge Geoffroy Vaha

7h50mn, le chrono tourne, l’heure de l’émission avance à grands pas. Comme il est de coutume, le convoqué du jour est appelé pour le maquillage. En moins de 5mn, il ressort de la salle dédiée avec un visage encore plus pétillant. C’est l’œuvre de Noëllie Pacodi, une passionnée du métier, en service au sein de la télévision 3TV depuis deux ans. Elle vient tous les jours à 6h pour ne repartir qu’à 14h. « Nous sommes deux, ce qui nous permet de nous relayer très facilement », a-t-elle confié après avoir libéré le convoqué, qui s’est directement installé sur le plateau de l’émission avant l’arrivée du président et le juge.

7h56, les deux animateurs sortent, à leur tour de la salle de maquillage. Ils s’installent et échangent avec le convoqué, question de le mettre dans le bain, avant le lancement du jingle pour l’émission, dans les conditions du direct. Les techniciens aussi s’affairent pour une bonne retransmission à cet effet. Ces derniers, de leur salle, communiquent avec les occupants du plateau. Rien ne leur échappe, même un bouton mal agencé d’une chemise est vite signalé.

Le convoqué du jour, Ambassda Paul Sandwidi, dans la salle de maquillage en attendant le début de l’émission

Moctar Lompo est un opérateur synthé. Il est chargé de mettre toutes les écritures à la télé, notamment les noms des invités et des animateurs pendant leur apparition à l’écran. Il ressort du studio au pas de course, avec une feuille où est écrit le nom du convoqué. Il est allé se rassurer avec le présentateur s’il n’y a pas d’erreur d’orthographe sur le nom du convoqué du jour. Pendant qu’il consigne le nom du convoqué sur sa machine, un autre technicien de la même cabine commence le décompte, de trois, pour lancer le plateau à zéro. Le silence s’installe. Le président du tribunal, le regard braqué sur le chronomètre installé dans le studio, agence sa cravate après interpellation des techniciens.

8h00, l’émission commence. Le président du tribunal présente le convoqué du jour avant de donner la parole au juge au siège pour son avant-propos, selon la tradition de l’émission. Le juge Vaha commente l’adoption de la loi portant conditions d’entrée et de sortie du Burkina. Puis, dans le vif du sujet, le convoqué est soumis à des questions, suivies par moments de commentaires, notamment du juge Vaha.

Noëllie Pacodi travaille à 3TV depuis deux ans maintenant

C’est Lookman Sanfo qui a la paternité de ce nom ‘’Tribunal de l’actualité’’

Après l’émission, nous avons rencontré le juge Vaha dans son bureau. Il est l’un des acteurs qui ont baptisé l’émission ‘’Tribunal de l’actualité’’. Au milieu de plusieurs livres, l’économiste de formation (une maîtrise en économie) revient sur la genèse de l’émission. Pour l’ancien pensionnaire de l’université de Cocody, en Côte d’Ivoire, le premier numéro de l’émission est passé à la radio Watt FM le 13 juin 2016, puis à la télévision 3TV en mars 2018. Mais le concept ‘’Tribunal de l’actualité’’ a été choisi par Lookman Sanfo, premier président du tribunal, a confié le juge Vaha. « On convient que le tribunal est le lieu où sont jugées les affaires. On voulait un cadre qui soit celui où on interroge dans toute leur profondeur, les sujets d’actualité avec les acteurs concernés ou des personnes ressources. Cela pour que le téléspectateur ou l’auditeur se fasse une idée. Celui qui vient n’est pas invité, c’est un convoqué pour établir le parallèle avec la réalité d’un tribunal. On se fait appeler ‘’juges au siège’’ parce qu’on sait que dans un tribunal, il y a les magistrats au siège et les magistrats de parquet. Nous sommes-là pour questionner le convoqué du jour, le pousser dans ses retranchements pour avoir sa version sur les faits. C’est une manière de donner des clés de lecture à l’auditeur ou au téléspectateur pour mieux comprendre et décortiquer l’actualité qu’il reçoit. C’est le principe premier de l’émission », a-t-il expliqué. Cette manière d’analyser l’actualité en vue d’éclairer davantage l’opinion s’inscrit dans le sens du slogan de l’émission qui est : « Ne condamnez jamais l’actualité sans l’avoir jugée ».

« Nous arrivons ici très tôt le matin », affirme Moctar Lompo, opérateur synthé

Mais l’une des difficultés majeures, selon le juge Vaha, réside dans le choix des invités. Il y a souvent la réticence, mais le tribunal fait de son mieux pour tenir le pari de la diffusion quotidienne. « L’émission a grandi en notoriété. Quand on appelle un potentiel convoqué, rarement on nous a dit qu’on ne connaît pas l’émission », raconte-t-il, saluant au passage l’engagement des animateurs pour tenir l’émission, du lundi au vendredi. A en croire le juge, beaucoup de personnalités nationales et internationales sont passées devant le tribunal de l’actualité. « Il y a certains grands noms, après les passages ici, ils disent qu’ils se sentent soulagés. Ils disent que le passage devant le tribunal de l’actualité équivaut à une dure épreuve. A cause de l’audience et de la qualité des journalistes qui sont en face », révèle M. Vaha. Il révèle qu’il avait le journalisme dans l’âme alors qu’il a fait des facultés de sciences dures. « Je me suis donné les moyens de faire ce métier », affirme-t-il. L’ancien journaliste de la télévision privée Canal 3 a suivi une formation en journalisme en vue de maîtriser les B.A BA du métier.

Le début de l’émission

Quid du choix des sujets ?

Serge Kaboré est journaliste à la télévision privée 3TV depuis 2021. Il a rejoint l’équipe du tribunal de l’actualité en 2022, en tant qu’intérimaire du président. Il est confirmé président depuis septembre 2023. Selon ses explications, le choix des sujets se fait à l’issue de grandes concertations. « C’est la veille médiatique. On a jusqu’à l’après-midi pour choisir l’actualité et les personnes à convoquer. Mais il n’est pas rare qu’on soit au téléphone après 1h ou 2h du matin, en cas de bouleversement de l’actualité, en vue de changer de sujet. Cela est arrivé plusieurs fois », a-t-il dévoilé avant de préciser que les choix se font de manière collégiale. L’émission se prépare la veille, a ajouté le juge Vaha. « Nous sommes des journalistes, on lit beaucoup, on s’informe. En discutant de l’actualité, on fait des propositions et après, on tranche ensemble », a poursuivi le juge. « S’il y a des sujets que nous ne comprenons pas, nous prenons le temps d’appeler nos amis qui sont spécialistes en la matière. Nous leur expliquons que nous ne maîtrisons pas très bien le sujet et on leur demande de nous outiller pour que nous puissions être à la hauteur », a-t-il complété.

Le président du tribunal, Serge Kaboré, se réjouit du bon déroulement des émissions

Du Tribunal de l’actualité au tribunal de la justice

C’est l’histoire d’une dame qui a été condamnée par la justice après son passage sur l’émission Tribunal de l’actualité. « On a une dame qui était venue dénoncer des affaires de parcelles, incriminant directement le maire. Après, on a appelé le maire en question pour l’entendre aussi. Il dit qu’il a suivi l’émission et qu’il aimerait même venir donner les détails parce qu’il n’est pas d’accord avec ce que la dame a dit. Mais il a demandé l’enregistrement pour mieux se préparer. A notre grande surprise, il n’est pas venu. Il a convoqué la dame en justice et elle a été condamnée », cite le juge Vaha, déplorant cette situation.

« Je me rappelle un convoqué, narre-t-il encore, qu’on a invité après son point de presse. On l’avait tellement cuisiné (bousculé dans le jargon) qu’après l’émission, sachant qu’il ne s’était pas bien défendu, est entré dans une colère noire. Et il m’a dit que je l’ai piégé. Qu’il a cru qu’on était amis ». « Si c’était pour venir me mettre la honte comme cela en direct, il ne fallait pas m’inviter », nous a-t-il lancé. Je lui ai dit qu’il connaît bien l’émission, on vient pour défendre ses positions. Il a dévalé l’escalier sans nous dire au-revoir se souvient encore le juge.

Mais selon Geoffroy Vaha, l’émission a aussi permis à beaucoup de personnes d’avoir des gratifications après leur passage. « Nous avons reçu des retours dans ce sens. Nous recevons aussi des conseils pour une amélioration », a-t-il conclu.

« On lit beaucoup pour pouvoir être au diapason de l’actualité », affirme le juge Geoffroy Vaha

‘’Le Tribunal de l’actualité’’, une émission populaire et consensuelle

Valérie Traoré, journaliste à la télévision Canal 3, a fait ses travaux de recherches sur l’émission « Le Tribunal de l’actualité ». Selon l’ancienne étudiante de L’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC), l’émission a une grande notoriété. Il est ressorti que toutes les personnes interrogées en 2021 à Ouagadougou dans le cadre de ses recherches, disent connaître ‘’Le tribunal de l’actualité’’ de 3TV et Watt FM. « Il y a 66% des hommes qui suivent Le tribunal de l’actualité contre 34% de femmes », a-t-elle démontré. Pour la présentatrice télé, l’émission contribue à l’ancrage de la gouvernance politique au Burkina Faso. « La plupart des gens que nous avons interrogé, avouent avoir appris beaucoup de choses à travers l’émission Le tribunal de l’actualité » nous a-t-elle confié.

Valérie Traoré

Serge Ika Ki
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 28 février à 16:44, par Grand merci à vous ! En réponse à : Burkina / Médias : Dans les coulisses du "Tribunal de l’actualité", une des émissions phares de 3TV/Watt Fm

    Franchement si cette émission n’existait pas, il fallait la créer. C’est bien pensé, la rediffusion à 21h pour beaucoup de gens qui, pour diverses raisons ne peuvent pas suivre à 8h. Beaucoup de sujets très interessants comme celui d’hier lié au sport ; c’était passionnant. Il faut songer inviter des specialistes des lotissements pour parler de l’apurement du passif foncier urbain, ceux qui sont toujours en attente de leurs parcelles loties, etc. Aussi une émission sur le bon français parlé. Il y a toujours certains de vos collégues journalistes qui continuent de dire : à quelque part, il faut les expliquer, après que tu sois parti, etc. C’est intolerable pour un journaliste lors des débats à télé, à la radio, etc. Franchement merci beaucoup à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 17:13, par Bienvenue En réponse à : Burkina / Médias : Dans les coulisses du "Tribunal de l’actualité", une des émissions phares de 3TV/Watt Fm

    Vraiment une émission très spéciale ou on apprends beaucoup. La maîtrise des sujets n’est plus un débat. Chapeau bas à Geoffroy Vaha et Bernard Bougma qui nous edifie tous les jours à travers leur décryptages et leur maîtrise de la langue de Molière. Bon vent à l émission !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique