LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Usine de transformation de tomate de Bobo-Dioulasso : Le taux d’exécution des travaux estimé à plus de 50%

Publié le vendredi 23 février 2024 à 17h20min

PARTAGER :                          
Usine de transformation de tomate de Bobo-Dioulasso : Le taux d’exécution des travaux estimé à plus de 50%

Une délégation conduite par le directeur de cabinet de la Présidence du Faso, le capitaine Anderson Dékomwin Médah, a visité le chantier de construction de l’usine de transformation de la tomate de Bobo-Dioulasso. Cette visite intervient cinq mois après la pose de la première pierre de l’usine par le chef de l’Etat, le capitaine Ibrahim Traoré. Elle a permis donc à la délégation de faire le point de l’état d’avancement des travaux. De ce qu’il ressort de cette visite, aucune difficulté majeure à signaler et la fin des travaux est prévue pour fin juin 2024.

« Nous sommes venus constater l’avancement des travaux sur le chantier et nous avons pu observer que beaucoup de bâtiments ont été réalisés avec beaucoup de technicité. L’avancement des travaux est plutôt satisfaisant et nous sommes optimistes quant à la suite parce que nous avons vu une équipe très engagée et jeune, motivée à atteindre les résultats qui ont été demandés », s’est ainsi réjoui le directeur de cabinet de la Présidence, Anderson Dékomwin Médah, au terme de sa visite de chantier.

Le directeur de cabinet de la Présidence du Faso, le capitaine Anderson Dékomwin Médah, s’imprègne de l’état d’avancement des travaux de l’usine de transformation de tomate

C’est grâce aux premières souscriptions à l’actionnariat populaire par la population burkinabè de l’intérieur et de la diaspora et à la participation de l’Etat, que les travaux de cette usine ont pu débuter. Cette usine est bâtie sur une superficie de près de trois hectares au secteur 31 de Bobo-Dioulasso. Elle sera composée d’un bloc central, en plus de deux magasins dont l’un pour stocker les produits finis et l’autre pour stocker les matières premières. Il y aura également un bloc administratif, une zone de cantine et de vestiaires et une infirmerie. Par ailleurs, il y aura un atelier de maintenance.

La pose de la première pierre de cette usine est intervenue en septembre 2023, sous la présidence du chef de l’Etat, le capitaine Ibrahim Traoré. Ainsi, pour la réalisation des travaux de construction, trois lots ont été dégagés et attribués à trois entreprises différentes sélectionnées par la procédure d’entente directe. La première entreprise est chargée de la réalisation de l’usine, des deux magasins (matière première et produits finis), du pont bascule, d’un atelier de maintenance, d’un bassin de réception et la fourniture de la machinerie de l’usine.

Une vue du bâtiment de l’infirmerie avec un taux d’exécution estimé à 36%

La deuxième est chargée des généralités voiries et réseaux divers, administration, cantine et vestiaires, infirmerie, toilettes externes, locaux techniques, guérite, aménagement de la cour, parkings et clôture du domaine. Le troisième lot confié à la troisième entreprise porte sur les études morphologiques et études d’impact environnementale, études architecturales et techniques, plus le suivi contrôle des travaux. Cinq mois après le lancement des travaux, les premières autorités du pays veulent rassurer les souscripteurs de la bonne exécution des travaux. D’où la visite du directeur de cabinet de la présidence le capitaine Anderson Médah.

Une vue du hangar préfabriqué devant abriter l’usine avec un taux d’exécution estimé à 40%

Cette visite a donc permis au capitaine Médah, de constater le niveau d’avancement des travaux et de s’enquérir des difficultés rencontrées par les entreprises en charge de la réalisation des travaux. La visite a débuté par la présentation de plan de masse des infrastructures prévues aux autorités par le cabinet en charge de la maîtrise d’œuvre des travaux. Cette présentation a été suivie de la visite des ouvrages en réalisation qui s’est achevée par l’exposition du point de l’exécution des travaux réalisés à la presse.

C’est un directeur de cabinet visiblement satisfait de l’exécution des travaux qui a salué l’engagement des acteurs sur le terrain. « Le travail qui est fait ici est professionnel, mais nous allons les inviter à aller encore plus vite pour terminer ces travaux. Ils ont un délai certes, mais nous souhaitons qu’ils finissent le plus vite possible pour mettre ces infrastructures en service et faire bénéficier à la population les produits dérivés de ces structures », a-t-il invité.

C’est un directeur de cabinet visiblement satisfait de l’exécution des travaux qui a salué l’engagement des acteurs sur le terrain

Le projet est piloté par l’Agence pour la promotion de l’entreprenariat communautaire (APEC), avec l’appui de la société coopérative Bâtir l’avenir. Selon le directeur général de l’APEC, Karim Traoré, le taux d’exécution physique des travaux est estimé à plus de 50%. « Nous sommes très heureux de faire le bilan aux souscripteurs à l’actionnariat populaire. Nous tenions à les informer de l’avancement des travaux. Aujourd’hui, nous avons atteint un taux d’exécution physique de plus de 50%. Et c’est une grande satisfaction. Les équipements sont déjà commandés et nous espérons que les expéditions vont commencer dans trois à quatre semaines pour 45 jours de transport et trois semaines d’installation. Nous sommes très satisfaits et la fin des travaux est prévue au plus tard fin juin 2024 », a-t-il confié.

Selon le directeur général de l’APEC, Karim Traoré, le taux d’exécution physique des travaux est estimé à plus de 50%

Le président du Conseil d’administration de la société coopérative, partenaire technique de l’APEC, chargé de la mobilisation des souscriptions, Aziz Nignan, a rappelé que cette visite vise à satisfaire à un devoir de redevabilité à l’endroit des souscripteurs/actionnaires du programme en particulier et de l’ensemble de la population burkinabè en général. Il a saisi l’occasion pour inviter les Burkinabè qui sont encore indécis à se joindre aux autres en devenant membres investisseurs dans les entreprises communautaires pour l’atteinte de la souveraineté économique et alimentaire du Burkina.

La délégation visite le chantier du hangar préfabriqué devant abriter l’usine

Le dossier de presse présente ainsi la situation d’exécution détaillée des travaux au 23 février 2024

 Lot1 : L’entreprise PMS

Hangar préfabriqué devant abriter l’usine : 40 %
Hangar préfabriqué servant de magasin de la matière première : 40 %
Hangar préfabriqué servant de magasin des produits finis : 40 %
Hangar préfabriqué servant d’atelier de maintenance : 40%
Pont bascule : 39 %
Ligne de production et préfabriqué : 50 %
Le taux d’exécution global du lot1 est estimé à ce jour à 51% pour un délai consommé de 37,17%.

 Lot 2 : Entreprise SOGEDIM-BTP

Administration : 15 %
Infirmerie : 36 %
Cantine et vestiaire : 35% ;
Guérite et portique : 51%
Locaux techniques : 41%
Mur de clôture : 50%
Toilettes extérieures : 50%

Amenées d’énergie : En cours car la SONABEL attend la mise à leur disposition du plan d’aménagement du site par la SONATUR. Ce plan serait disponible et sera mis à la disposition de la SONABEL par l’APEC afin qu’elle puisse engager ses travaux de connexion du site au réseau national.
Le taux d’exécution global du lot 2 est estimé à ce jour à 41 % pour un délai consommé de 39.52 %.

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 23 février à 18:21, par JJ En réponse à : Usine de transformation de tomate de Bobo-Dioulasso : Le taux d’exécution des travaux estimé à plus de 50%

    Ne nous excitons pas avec ce taux de 50% ! souvent, là où les chantiers pêchent sont les finitions. Il suffit de voir l’éléphant blanc de l’usine de tomates à Loumbila pour s’en convaincre ! Aujourd’hui, c’est une ruine avec sans doute plusieurs milliards partis en fumée sauf pour la dame qui a géré ce projet. Elle doit se la couler douce ! Espérons que les équipements installés seront à la hauteur et non des "chinoiseries". Et, après, le défi de sa bonne gestion est une réalité ! Rappel : Savana est morte, Ucobam est morte...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique