LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Quand un enfant a les mains propres, il prend son repas dans le cercle des anciens.” Les proverbes et adages du Burkina Faso

Burkina / Transports et logistique : Plus de 400 participants sont attendus à la 4e édition du TRANSLOG AFRICA

Publié le mercredi 21 février 2024 à 15h15min

PARTAGER :                          
Burkina / Transports et logistique : Plus de 400 participants sont attendus à la 4e édition du TRANSLOG AFRICA

Les 27, 28, 29 février 2024, le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) tiendra la 4e édition du symposium international sur le transport et la logistique en Afrique (TRANSLOG AFRICA). Cette année, le thème retenu est : « Développement de la chaîne logistique globale : défis et opportunités pour les chargeurs à l’ère de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) ». Cette édition se tiendra sous le très haut patronage du chef de l’Etat, Ibrahim Traoré, et sous la présidence du ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, Roland Somda.

L’ébola, la covid 19 et la crise sécuritaire sont les problèmes majeurs qu’a rencontré le CBC dans le cadre de ses activités ces dix dernières années. Conséquence, la quatrième édition du TRABSLOG AFRICA qui devait se tenir depuis 2014 se fait toujours attendre. Cependant, malgré le contexte sécuritaire difficile que connaît le pays, le directeur général du CBC, Dr Kassoum Traoré, estime que le Burkina Faso est fin prêt pour tenir la biennale car, dit-il, « nous vivons tous ici sans problème grâce aux Forces de défense et de sécurité qui mènent des luttes au front pour la reconquête de notre territoire. Mais il faut montrer à la face du monde que notre pays est bel et bien fréquentable ».

Une vue des journalistes présents à cette conférence de presse

Ainsi, les 27, 28 et 29 février 2024, chargeurs, transporteurs, commissionnaires agréées en douane, chercheurs, représentants de structures publiques et d’appui au secteur privé, étudiants en transport/logistique, etc., sont attendus du côté de la salle de conférence de Ouaga 2000 pour cet événement qui, cette année, se tient sous le thème : « Développement de la chaîne logistique globale : défis et opportunités pour les chargeurs à l’ère de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) ».

« Le sujet est d’actualité mais aussi d’une grande importance du fait que cette zone offre de nouvelles opportunités mais également des défis pour les chargeurs. En effet, l’accord portant création de la ZLECAf et son protocole sur le commerce des services prévoient une libéralisation progressive du commerce des services, et donc des services de transport et de la logistique. Selon une publication de la Commission économique pour l’Afrique faite en février 2023, plus de 25 % des gains commerciaux intra-africains dans le domaine des services iraient exclusivement aux transports et près de 40 % de l’augmentation de la production de services en Afrique concernerait les transports. La tenue de ce symposium permettra donc de créer un espace de réflexion et d’échanges sur les défis les opportunités liées au développement de la chaine logistique globale envisagée dans le cadre de la ZLECAf. Il s’agira surtout de favoriser la collaboration entre les acteurs de la logistique à l’échelle internationale », a justifié le directeur général du CBC, Dr Kassoum Traoré.

« Le transport écologique fera partie des sujets à développer au cours de cette édition », Dr Kassoum Traoré

Le retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO n’entamera pas nos relations
Le 28 janvier 2024, les pays de l’Alliance des Etats du Sahel se retiraient de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Si pour beaucoup, ce retrait peut entamer les échanges qui se faisaient entre ces pays et leurs voisins, Dr Kassoum Traoré s’est voulu clair : « le retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO n’entamera pas nos relations. Nous avons des partenariats avec nos pays voisins dans le cadre du transport. Le port de Lomé par exemple est le poumon de l’économie du Togo. Je ne pense pas que ce pays envisagera une décision allant dans le sens de fermer son port au Burkina. Pour ce qui est du Ghana, il faut souligner que le pays rencontre même des difficultés économiques. Dernièrement, nous avons reçu une délégation de leurs autorités qui sont venues faire la promotion de leurs ports car ils avaient constaté une baisse du trafic du côté du Ghana. Je ne crois pas qu’ils nous fermeront leurs portes. Avec la Côte d’Ivoire, nous avons beaucoup d’échanges ce, dans divers domaines. Et nous espérons aussi qu’ils ne nous fermeront pas leurs ports. Nous avons aussi la Guinée Conakry qui est un partenaire sûr. Il n’y a pas de crainte à se faire », a-t-il rassuré.

Une vue des membres du comité d’organisation de la 4e édition du TRANSLOG AFRICA

Rappelons que pour cette édition, plus de 20 pays à travers le monde seront représentés. Et le nombre de participants se chiffre à plus de 400.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique