LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina/Fraude alimentaire : Quand des commerçants trichent sur l’origine du riz local

Publié le jeudi 15 février 2024 à 22h17min

PARTAGER :                          
Burkina/Fraude alimentaire : Quand des commerçants trichent sur l’origine du riz local

La Coordination nationale de lutte contre la fraude a animé une conférence de presse, ce jeudi 15 février 2024 à Bobo-Dioulasso, sur des cas de fraude sur le riz produit localement dans le Houet. Environ 1 641 sacs de riz de 50 kg ont été saisis. La valeur de la saisie est estimée à plus de 47 millions de FCFA.

La Coordination nationale de lutte contre la fraude vient de mettre à nu une pratique de fraude d’une « extrême nuisance » portant sur le riz produit localement. Cette pratique consistait pour les mis en cause, dans un premier temps, à acheter le riz local, notamment le riz produit dans le Kénédougou, la Léraba et la Comoé et à l’ensacher dans des emballages préalablement estampillés aux mentions du riz importé. La manœuvre consiste précisément à tromper les consommateurs sur l’origine du riz, c’est-à-dire faire croire que c’est du riz importé afin de renchérir les prix. Le sac de 50kg du riz local est vendu à 23 000 francs CFA mais une fois que l’emballage change, il est vendu à 24 000 francs ou plus, sur tout le territoire national.

Le coordinateur de la CNFL, Dr Yves Kafando, expliquant la différence entre la marque de riz « LIZA » (qui a une licence) et celle « LIZO » (marque des fraudeurs qui n’a pas de licence)

« Toute chose qui impacte non seulement, négativement le coût de la vie au Burkina mais également, l’initiative présidentielle lancée sous la clairvoyance du président de la transition », a déploré Dr Yves Kafando, le coordinateur de la Coordination nationale de lutte contre la fraude (CNLF). Le deuxième cas de fraude porte sur le riz portant la mention « Vente interdite », destiné aux cantines scolaires. Il s’agit du riz obtenu à des coûts très réduits grâce au gouvernement burkinabè. Selon le coordinateur, ce riz est également transvasé dans des sacs préalablement estampillés, afin de pouvoir le vendre allègrement sur le marché. « Un véritable cas pratique d’enrichissement illicite dont certains de nos concitoyens sont passés maîtres », regrette Dr Kafando.

Dr Yves Kafando expliquant le mode opératoire des fraudeurs

Il a fait savoir que pour corroborer les informations, une des équipes de la coordination a été dépêchée à Bama et elle a pu constater effectivement lesdites pratiques qui consistent au reconditionnement du riz local dans des sacs jaunes portant la mention LIZO, mention très proche de la marque de riz Birman « LIZA » avec les mêmes caractéristiques, à savoir une couronne et trois étoiles. « Une autre équipe sur la base de nos alertes a pu intercepter sur l’axe Bama-Bobo, un camion contenant 321 sacs de 50 kg de riz LIZO et 39 sacs de riz destinés à la cantine scolaire. (Mention sur les sacs) », a-t-il expliqué.

Les journalistes présents à la conférence de presse de la CNLF

En poursuivant les investigations, la coordination découvre dans le magasin de stock du propriétaire de la marchandise à Yéguéré, dans la ville de Bobo-Dioulasso, 441 sacs de 50 kg de riz destinés à la cantine scolaire, 901 sacs vides de marque « LIZO », destinés au reconditionnement du riz local et 65 sacs de riz local de 100 kg en provenance de Banzon, destiné également à être reconditionné dans les sacs « LIZO ». Pour le coordinateur de la CNLF, ces pratiques indignes sont nocives à l’économie du pays et contraires à la « gouvernance vertueuse » prônée par les premières autorités du Burkina. Les emballages dans lesquels le riz est reconditionné proviennent, selon Yves Kafando, d’un pays voisin.

Echantillon des sacs de riz saisis

Cette opération a été possible grâce à la collaboration de plusieurs acteurs. Tout en les félicitant, il a réitéré le ferme engagement de la coordination à maintenir la pression sur les fraudeurs, afin de réduire à sa plus simple expression, à défaut de la neutraliser, la fraude sous toutes ses formes. Il a par ailleurs lancé un message d’intensification de la collaboration à tous les Burkinabè. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Voilà à quoi ressemble certains de nos commerçants.Des pratiques ignobles et là c’est sur des produits sans dangers.Mais imaginez ce que nous consommons comme huiles,bonbon,jus et j’en passe

    • Très vrai et bon travail à votre gouvernement. Que cette œuvre continue dans ce sens. Je souhaite même que ce exemple soit reproduit dans mon pays la Côte d’Ivoire, où les fraudeurs sont légions et marchent à visage découvert.

    • Très vrai et bon travail à votre gouvernement. Que cette œuvre continue dans ce sens. Je souhaite même que ce exemple soit reproduit dans mon pays la Côte d’Ivoire, où les fraudeurs sont légion.

  • Hum ! Pas un hasard si certains riches croient qu’ils le sont parce que plus travailleurs ou plus intelligents, malhonnêteté oblige. Hum ! Avec ça on traverse les mers (atlantique et rouge) pour rechercher un dieu. Dieu est dans la Vérité, l’Amour de l’Autre,

  • Je ris seulement, mais ce sont des larmes de tristesse qui coulent sur mes joues.
    Au lieu d accuser la France et le diable de nos malheurs tous les jours et des années durant, je vous dis de bloquer les yaars de certaines villes et fouillez leurs entrepôts et magasins et vous beaucoup de ces commerçants sans vergogne vont quitter le pays en plein midi . Les terroristes c est ne soufflent pas l air dans leurs réservoirs pour circuler, les armes et explosifs, ils ne les fabriquent pas, donc quelqu un les importe. Après c est pour se lever avec un vilain gros ventre se qualifier de riche . Est-ce que cet argent tu peux le bouffer sans remords ? De pauvres minables ouais !

    Passakziri

  • La nature des lois au Burkina encourage la fraude et la contrefaçon au Burkina Faso. Les lois sont seulement dures pour les pauvres et pas pour les riches. Vous verrez que la peine maximale de cette fraude ne dépasse pas 10 millions. ce montant n’est rien pour le ce fraudeur qui se fait des centaines de millions par fraude chaque année.
    Souvenez-vous de la peine maximale de l’affaire O.bouf.
    Normalement si la nature de fraude porte atteinte à la vie on doit interdire l’auteur l’exercice du métier de commerçant.

    • @time will tell,
      Je suis parfaitement d’accord avec vous que c’est la législation qui n’est pas suffisamment dissuasive dans notre pays. L’Executif ne propose pas des lois pénales cohérentes, le Législateur ne se saisi pas les corriger des insuffisances du code pénal et en fin de compte les citoyens lambda ne comprennent pas la ‹‹clémrnce›› des juges qui, normalement n’ont pas le droit d’être plus sévères que la loi qui est la même pour tous.
      Finalement, même la fraude sanctionnée par la justice se trouve être encore rentable. Non seulement il faut durcir les lois répressives de la fraude, mais en plus il faut que les organes de contrôles et de lutte contre la fraude soient actifs et efficaces.

  • En voici ! des pratiques de fraudes indigne de nos commerçants véreux . La suite ... les sanctions qui en encourt ces cas de pratique

  • La nature des lois au Burkina encourage la fraude et la contrefaçon au Burkina Faso. Les lois sont seulement dures pour les pauvres et pas pour les riches. Vous verrez que la peine maximale de cette fraude ne dépasse pas 10 millions. ce montant n’est rien pour le ce fraudeur qui se fait des centaines de millions par fraude chaque année.
    Souvenez-vous de la peine maximale de l’affaire O.bouf.
    Normalement si la nature de fraude porte atteinte à la vie on doit interdire l’auteur l’exercice du métier de commerçant.

  • si ces derniers savaient que Dieu est dans nos faits et gestes ils n ;allaient pas fatiguer pour aller chercher Dieu à la mecque ni en israel

  • Si c’était du riz importé qui est estampillé riz du Burkina notre plainte était justifiée et on allait félicité la Coordination parce que cela allait impacter négativement sur l’image de notre production locale. Mais du riz burkinabè acheter à son prix , je trouve que nos producteurs gagnent et c’est l’essentiel. Cela prouve que nous avons du riz de bonne qualité mais c’est par complexe pour le riz importé. La preuve il suffit de fausser l’origine et les gens en consomment .

  • Il ya eu un. cas similaire au Zaïre en son où des grandes surfaces ont estampillé la pomme de terre du Zaïre origine Europe parce que simplement les zaïrois préféraient la pomme importée. .Les stocks ont été vidés en un rien de temps. Nous consommons plus l’origine que le produit.

    • Quand es que mes frères burkinabé auront compris qu’il ont rien à envier a l’occident !
      Quand es que mes frères burkinabé de la diaspora se lèveront pour dire la vérité sur se qu’ils vivent a l’étranger !
      Je vois l’occident qui sempoisonne avec tout ces poison issue de la chimie (plastique, éléctronique, engrais, pesticides...) le mal être du a la pression financière que demande toute cette mascarade de confort...
      Vivant en Suisse je suis fière de nos produits en Suisse mais je ne serai jamais fière de voir des produits Suisse au Faso en revanche quand je suis au Faso je suis fière de porter des pagnes traditionnelle et quand je suis en Suisse je suis fière de porter ses mêmes pagnes car en occident nous avons plus de tisserands, les tailleurs sont tellement rare que seul les riches peuvent se tailler un habits. faitent honneur a vos producteurs, vos artisants et votre terre car elle a plus de valeur que chez moi.
      Ne laissez pas vos frères négliger la valeur de votre travail

  • Jusqu’au jour où nous cesserons de mépriser nos propres produits, cette pratique ne cessera pas. On nous a fait croire que tout ce qui est étranger est meilleur, ce qui n’est pas toujours vrai.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Management des Entreprises par les Processus