LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

Publié le mercredi 6 décembre 2023 à 22h36min

PARTAGER :                          
Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

Le tribunal administratif, a, ce mercredi 6 décembre 2023, ordonné la suspension des réquisitions et au Commandement des opérations du théâtre national (COTN) de mettre fin au déploiement du journaliste Issaka Lingani et des deux membres du Balai citoyen, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo.

Selon les requérants, derrières ces réquisitions, il y a une volonté de sanctionner, d’intimider tandis que l’Etat, représenté par l’AJE (Agent judiciaire de l’État), a plaidé dans un premier temps l’incompétence de la juridiction des référés avant d’estimer que les réquisitions, telles qu’elles ont été libellées, n’étaient pas manifestement illégales.

« Mais finalement, la juridiction n’a pas retenu nos positions et a ordonné la cessation de leur déploiement, en faisant droit à leur requête, et surtout en faisant ressortir que le juge de référé liberté a le pouvoir d’apprécier les dossiers, en allant au-delà des questions d’apparence, en appréciant le fond. Evidemment, en tant que partie au procès, nous allons analyser froidement les positions prises par la juridiction et échanger à notre niveau et envisager les voies de recours qui nous sont offertes à travers les lois et procédures qui existent au niveau de notre pays », s’est, à l’issue de l’audience, confié l’AJE, Karfa Gnanou.

Pour les requérants, cette décision n’est qu’une étape, l’Etat ayant le droit de faire appel. « Nous avons essayé plusieurs procédures, parce que la première introduite, le juge avait estimé qu’il n’avait pas le pouvoir d’apprécier les questions de fond. Donc, nous avons initié ce qui s’appelle un référé liberté, qui tendait à apprécier des violations faites aux libertés de nos clients, et cette fois-ci, le juge a estimé que nos arguments étaient recevables. Le juge a donc déclaré la suspension des réquisitions et demandé au COTN, en somme, de mettre fin au déploiement des personnes réquisitionnées sur le terrain », situe Me Prosper Farama, un des avocats des personnes visées.

« Nous ne considérons pas que ce soit une victoire de nos clients, notre victoire contre l’Etat, nous ne considérons pas que ce soit une victoire de certains Burkinabè contre d’autres Burkinabè, non. Nous considérons simplement que c’est une victoire du droit, globalement. Ce que nous faisons, là, nous l’avons dit et le répétons, ce ne sont pas des individus ; au-delà des individus que nous défendons, ce sont des principes et des valeurs. Ce que nous espérons, c’est de construire un Etat de droit, qui a des valeurs comme un peu partout dans le monde, c’est-à-dire que chaque Burkinabè sache, quand il pose un acte, ce qui est accepté par la loi, quelle interprétation les juges en font, que ce soit valable aujourd’hui, demain et pour toujours. Donc, nous espérons que par cette œuvre-là, nous allons contribuer modestement, de notre manière aussi, à construire cet Etat de droit. Donc, il ne faut pas voir les individus que nous défendons, ce n’est pas cela qui compte, c’est le principe. Si demain, il m’arrive une situation pareille, j’espère qu’il y aura des gens pour me défendre. Si demain, il arrive une situation pareille, même à ceux qui prennent ces décisions (ce que nous ne souhaitons pas du tout), nous serons là pour les défendre, si nous estimons que leurs droits sont violés », motive l’avocat pour qui, par telles démarches, la justice aide à construire un Etat dans lequel tout le monde se sent en sécurité les uns envers les autres.

O.L
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 6 décembre 2023 à 12:13, par SIDNABA En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Vive la justice, vive la loi. A bas l’anarchie et la dictature. Vive le peuple burkinabè. La patrie ou la mort, nous vaincrons.

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2023 à 13:56, par Badra En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

      Tu parles de quelle justice, tu as compris pour t’exciter ainsi ?

      Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2023 à 17:49, par Indjaba En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

      Moi ce qui m’intrigue c’est le fait que Soro soit venu paisiblement au Faso. Il a même eut droit à une grande visibilité au niveau des médias. La justice doit trouver le moyen pour l’interpeller afin de faire enfin la lumière sur les écoutes téléphoniques et rendre la condamnation de Bassole plus juste. Quand je compare les propos déplacés de Dr Louré sur le Burkina et les appels Soro-Bassole guerriers sur le Burkina, je ne comprends pas pourquoi certains Burkinabè peuvent aimer Soro et haïr Louré ? Vraiment quoi !
      Ne rendons perverse la loi sur la mobilisation générale. Elle n’est pas une sanction et ne doit pas être utilisée comme telle. La vie chère actuelle, les taxes, les cotisations de soutien, etc peuvent être assimilées à une réquisition financière. Elles sont bien accueillies parce que bien expliquées et non orientées seulement vers ceux qui semblent critiquer. Il faut plutôt que le gouvernement introduise un projet de loi spécifique à l’ALT pour sanctionner ceux qui critiquent négativement. C’est mieux que de jibgler avec la loi sur la mobilisation générale pour les sanctionner.

      Répondre à ce message

      • Le 7 décembre 2023 à 09:01, par Alpha2025 En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

        @Indjaba Vous suggérez "que le gouvernement introduise un projet de loi spécifique à l’ALT pour sanctionner ceux qui critiquent négativement. C’est mieux que de jongler avec la loi sur la mobilisation générale".
        Par ces propos, vous reconnaissez que la réquisition des requérants est en fait une sanction, ce dont pour ma part, je n’ai jamais douté. Ceci dit, pourquoi voulez vous que ceux qui émettent des critiques négatives soient sanctionnés ? Et si ces critiques étaient fondées ? Que feriez vous si après avoir sanctionné un "critiqueur", on se rendait compte que ses critiques sont fondées ? En quoi les sanctions à son encontre auraient fait avancer le pays ? N’est ce pas la phobie viscérale de la contradiction de certaines de nos autorités qui les amène à refuser systématiquement toute critique ? Comme ils sont dépositaires de la puissance publique, que ferons nous quand, grâce cette ALT-caisse de résonance (j’assume ce qualificatif) ils auront pris des dispositions légales pour supprimer toute voix discordante ? Qui nous avertira quand nous foncerons tête baissée et toutes voiles dehors vers un mur ? Plutôt que de faire taire les voix discordantes, n’est il pas préférable de créer un cadre ou tous ceux qui ne sont pas d’accord puissent s’exprimer en toute liberté, et qui permette de prendre en compte leurs avis et leurs propositions ? Si nous ne sommes pas capables de cela, j’ai bien peur pour le pays. Et je crains surtout que la guerre contre le terrorisme ne soit en définitive qu’un petit problème par rapport à ce qui nous attends quand cette guerre sera terminée !

        Répondre à ce message

        • Le 7 décembre 2023 à 17:20, par soane En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

          Mon cher, tu es très modeste. L’ALT a déjà, à travers le vote de lois "à l’unanimité" restreint bien de nos libertés.

          Répondre à ce message

        • Le 8 décembre 2023 à 07:47, par Savadogo daouda En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

          Le gouvernement a donnè des numéros verts et même que l’armée a ouvert ses portes pour tous ceux qui ONT DES CRITIQUES CONSTRUCTIVES A FAIRE SUR LA GUEERE MENÉE PAR NOTRE PAYS.
          Venir sur les plateaux télé ou médias internationaux pour proposer vos critiques constructives, alors que MÊME NOS ENNEMIS VOUS ECOUTENT et profitent de vos prétendues critiques constructives, c’est insensé. Critiquer en MONDOVISION pendant que l’humanité entière vous écoute c’est qoui si c’est pas un message de déstabilisation contre votre patrie.? En qoui critiquer votre pays sur ses insuffisances sur le terrain de la guëre sur des médias est constructif vu que l’ennemi aussi vous écoute .? C’est plutôt destructeur que constructif

          Répondre à ce message

          • Le 8 décembre 2023 à 16:02, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

            Donc comme cela ceux qui expriment des opinions contradictoires à l’hymne de la junte sont ceux qui causent du mal ? les images des attaques de drônes n’aident pas plûtot les terroristes À s’adapter plus facilement ? Non , ce que vous avancez ne tient pas, et nous devrions nous rejouir d’avoir une justice qui fonctionne encore. Si elle avait pris ses responsabilités comme cela sous Blaise et pendant les deux recents putschs elle aurait contribué À renforcer les institutions. MAis venir justifier une réquisition par des propos tenus sur un plateau télé confirme simplement le caractère abusif de la mesure. Quoi de plus normal que les juges disent le droit et rendent justice ? De plus en plus notre justice prend la place qui est sienne, pas plus et pas moins.

            Passakziri

            Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2023 à 23:43, par Jeunedame seret En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

      Doucement ! Doucement ! On parle d’étapes. Ne criez pas victoire avant la fin de la guerre. Même si l’espoir est déjà grand chez vous et les autres sur cette affaire, il faut fêter avec modestie jusqu’au bout.

      Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 12:17, par Senator En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Merci bien pour le verdict. On peut encore esperer.Le marshal IB et sa Gestapo vont bientot chavirer s’ ils ne se ressaisent pas. De toutes les facons, le Burkina ne deviendra jamais ni la Coree du Nord, ni la Russie....

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 12:33, par Sacksida En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Bravo a la Justice Burkinabe car ces Pratiques Dictatoriaux du MPSR 2 tendant a des Tortures Morales Infligees a des Citoyens Burkinabe du fait de leurs opinions publiques sur la marche des Affaires de l’Etat Burkinabe sont condamnables. Cependant, si tout Citoyen Burkinabe peut etre requisitionnes dans des Conditions bien precises l’on constate que ces requisitions sanctions des Interesses ne peuvent qu’etre des formes diverses de traitements et sevices moraux pour contraindre ceux ci a l’exclavagisme Intellectuels c’est a dire au griotisme de la pensee unique. Soyons Serieux dans la lutte contre le Terrorisme et le Grand Banditisme Desastreux. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 12:36, par J.E. Sonde En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Et que penser du cas de Daouda Diallo, le secrétaire général du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CICS) enlevé vendredi passé et qui, d’après une photo qui circule sur les réseaux sociaux, se trouve aujourd’hui sur le front !

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2023 à 13:33, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

      Bonjour Mr Sonde,
      Je pense que le cas du Dr Diallo est aussi comparable. Mais j’ignore s’il faisait partie des plaignants. Ceux qui ordonnent , avalisent et exécutent ces enlèvements barbares d’honnêtes citoyens vont tôt ou tard répondre de leurs responsabilités devant qui de droit soit au Burkina ou au pire des cas hors du Burkina . On verra alors si ceux qui les applaudissent aujourd’hui dans leur dérive seront là pour les soustraire de la justice.
      Je souhaite en attendant beaucoup de courage aux familles des personnes enlevées , dont le Dr Diallo, que leur intégrité physique reste intacte et qu#ils ne perdent pas le moral face aux agissements fascistes du MPSR.

      Passkziri

      Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 12:55, par SIDNABA En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Un exemple concret de fruit de la démocratie, c’est la liberté d’expression et de réunion dont tu jouis et que tu utilise ici. Il n’y a pas très longtemps sous le régime de Blaise Compaoré, "tu fais on te tue et il n’y a rien." Alors, vous comprenez que les enlèvements et les réquisitions forcées de citoyens âgés pour le front relèvent de la dictature. Supprimer la démocratie et bonjour la dictature. La démocratie est universelle ça veut dire qu’il est pour les blancs, les noirs, etc. La démocratie est un comportement comme la paix. Alors c’est pas commode quand on parle de démocratie occidentale importée en Afrique. Ce sont les béotiens primaires en démocratie qui parlent ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 13:01, par Citoyen ordinaire En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    La solidité d’une société ne tient qu’à son système judiciaire ! Par conséquent, que la justice fasse revenir tous ceux qui ont été réquisitionnés et qu’on ne parle plus de réquisition dans ce pays ! Sous Roche, c’est la même Justice qui avait créé le chaos avec toutes ces indemnités indues pour des juges qui laissent dormir des dossiers dans leurs tiroirs ! Voilà que ces juges sont prompts à juger des dossiers sur des réquisitions comme si les personnes réquisitionnées ont été condamnées à mort ! Continuez votre travail de sape et on verra où va cette société avec une justice à deux vitesses !

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 13:07, par Sam En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Cette décision ne ne regarde que le tribunal administratif.
    Ils iront au front n’en déplaise aux magistrats.
    Si pendant que vos frères et soeurs meurent au front, vous, vous ne trouvez rien d’autre à faire que parler au hasard, votre place est au front.
    C’est parce qu’il ya des gens au front qui font fi de ce que ces gens sans réserves et sans morale, que le tribunal administratif peur siéger et statuer. Autrement ils seraient ailleurs.
    Parler au hasard = Réquisition
    Vive le Président IB
    Vive les FDS et VDP
    Vive la Patrie

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2023 à 14:29, par aol En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

      J’espère que c’est depuis le front vous écrivez votre message ? Si allait défendre le pays est devenu une punition au Burkina notre conflit aura encore du chemin.

      Répondre à ce message

      • Le 6 décembre 2023 à 17:14, par Nuage blanc En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

        Pourquoi vous voyez cela comme une punition ? Des individus qui tiennent des propos sans aucune preuve matériel sur des plateaux télé. On vous demande d’aller constater l’exactitude de ce que vous dites, et vous en faites tout un plat ?
        Et pour couronné le tous vous avez une justice, qui de façon prompte, rapide et proactif ordonne la suspension de ses requissions ?
        Chers justiciers, on attend de vous cette même proactivité sur plusieurs dossiers pendants aux sujets desquels vous restez silencieux jusque là.

        Répondre à ce message

        • Le 7 décembre 2023 à 08:58, par kwiliga En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

          Bonjour Nuage blanc,
          Vous tentez de justifier ces réquisitions punitives en affirmant : "On vous demande d’aller constater l’exactitude de ce que vous dites..."
          Je me vois donc obligé de m’interroger :
          Quelqu’un a-t-il des nouvelles du Dr Arouna Louré ?
          Puisqu’il semble que toutes ces personnes sont envoyées au front pour être "édifiées", on aimerait bien avoir leur point de vue, après "édification".
          Ah, ben non, c’est trop bête, puisque réquisitionné par l’armée pour un mois à Koumbri, embarqué par des militaires ce mercredi 13 septembre, devant ses collègues et ses patients (après qu’il eut critiqué une opération qui a malheureusement coûté la vie à 17 militaires et 36 Volontaires pour La Défense de la Patrie à Koumbri, justement), il a finalement été amené à Ouahigouya, où sa réquisition a été prorogée jusqu’au 11 décembre 2023, selon un ordre de réquisition signé le 9 octobre 2023. Source Libreinfo.net. jeu 2 novembre 2023.
          Et de m’interroger : pourra-t-il nous relater tout ce qu’il a pu "constater" à noël...?
          Vive la justice qui s’élève parmi les derniers contre-pouvoirs à s’opposer à la dictature qui s’instaure. En espérant que ce jugement fera jurisprudence.
          S’il doit y avoir des réquisitions, qu’elles se fassent par tranches d’âge, en prenant en considération les situations familiales, professionnelles... Comme cela s’est toujours fait et se pratique ailleurs et pas parce que les positions de certaines personnes déplaisent.
          Les prises de position gênantes, la justice est également là pour les juger et les sanctionner le cas échéant.

          Répondre à ce message

      • Le 7 décembre 2023 à 07:08, par Abiola En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

        Et pourquoi vous criez alors ? Qu’ils aillent au front, là ils auront beaucoup d’éléments pour écrire. C’est honteux que nous restons dans la capitale et pondre ces inepties. Nous sabotons la lutte et c’est grave. On peut pas lutter contre ce terrorisme avec souplesse, il faut être dure.

        Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 13:21, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Je voulais dire merci au tribunal , mais finalement je m’en abstiens parce que les juges ne posent pas le verdict pour notre plaisir mais juste pour rendre justice.
    Ici , les juges du tribunal ont fait leur travail et pris leur responsabilité devant l’histoire en disant le droit et dans la vérité. Je ne demande pas plus à la justice : Qu’elle soit juste et équitable envers tous les citoyens et reste dans la vérité, bien que le chemin le plus facile mais bien moins noble serait de prendre des décisions pour satisfaire les forts du moment.
    A moins d’être de mauvaise fois , on ne devrait pas nier que ces réquisitions telles que faites et interprétés actuellement comme moyen de répression et de musèlement des voix critiques est une injure au sang que nos enfants, nerveux, cousins, frères versent dans l’honneur au front chaque jour qui passe, laissant qui derrière lui une mère inconsolable, qui une veuve, qui une progéniture condamnée à affronter les épines de la vie sans papa. Réduire les requissions en moyen de répression pour les critiques est cette insulte inouïe que le MPSR2 et ses vuvuzelas nous servent actuellement. Mais chacun a le choix de dire la vérité aujourd’hui et d’être en harmonie avec l’histoire et sa conscience ou se draper du silence doux et complice propre aux lâches. Les juges du tribunal eux ont refusé ce silence, ils ont fait leur travail.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 13:56, par Yovis En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Ça crève les yeux que ces réquisitions sont arbitraires. Le juge a dit le droit en prenant cette décision.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 14:18, par HORUDIAOM En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Avec tous les dossiers de crime économique du pouvoir du MPP et consorts, les dossiers liés au terrorisme et la grande criminalité qui sévit en ce moment à Ouagadougou et dans les autres villes du Burkina, nos juges ont le temps de statuer sur des réquisitions ?
    Si la situation sécuritaire ne se stabilise pas, tous les fonctionnaires véreux qui passent leur temps à manger l’argent de la corruption et à roter dans les services doivent aller au front y compris les juges. Je ne sais meme pas pourquoi jusque là, tous les politiciens et les juges ne sont pas au front ? Au passage, je félicite maitre Sankara qui s’est engagé dès les premières heures comme VDP. Ce monsieur mérite le respect meme si je me méfie des politiciens. La guerre est très sérieuse et aucun citoyen ne peut vivre normalement dans un pays en guerre. Quelqu’un qui donne des leçons de combat à nos FDS sur des plateaux télé, doit aller faire la pratique au front. C’est aussi simple que ça. Moi, j’envoie mon enfant au front et toi, tu es sur les plateaux de télévision entrain de l’injurier. Il faut attendre seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 14:29, par Sheikhy En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Le tribunal demande au COTN de renoncer. Pour ceux qui ont dejà eu affaire à des décisions, celle là me semble être un avis qu’une décision péremptoire. Par contre, je suis aussi d’avis que cette manière ciblée de faire n’est pas belle à voir. Le 1er cas a été accepté et la personne même en est sortie grandie, mais ce qui suit va laisser un petit goût amer. Le jeune Capi n’a pas trop besoin de se faire cette mauvaise publicité. La fermeté est nécessaire, mais elle doit être bien maîtrisée. C’est comme pour le cas du PM qui fustige la France à tout bout de champ sans avoir la verve et l’expérience de Choguel MaÏga. Ce dernier sait quelles quantités de sel, de poivre, de piment etc. mettre dans sa sauce pour qu’elle soit bonne.
    Allons seulement...

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 14:41, par HUG En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Quand HUG parle on l insulte.Les.putschistes en font trop et voila les resultats. Vive la justice.A bas les adeptes de la pensée unique.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 15:09, par saam En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zidnaba et Bassirou Badjo

    Ouf de soulagement pour l’armée qui allait devoir s’accommoder d’une charge inutile dans leur manœuvre déjà si compliquée !!
    Allez les gars, sortez des jupons de vos avocats où vous vous étiez cachés et retournez à ce que vous savez faire le mieux !! On vous connait à présent !!
    IB doit s’en tenir à la décision de la justice. Il ne faut d’ailleurs forcer personne à aller au front !! L’armée a besoin d’hommes pour le combat, pas "d’hommelettes" !!

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 19:23, par Lati En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

    l’histoire retiendra que certains burkinabé ont refusé de contribuer à la lutte contre le terrorisme en refusant la réquisition.
    comme le cas des fonctionnaires qui ont refusé de contribuer à l’effort de paix.
    on vous le rappellera toute votre vie et ça restera gravé dans l’histoire du Burkina et on en parlera de génération en génération.
    c’est honteux.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 20:31, par Sakande Mahamady En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

    C’est la preuve palpable que IB ne s’insère pas dans les affaires de la justice comme tentait toujours de faire croire certaines personnes y compris M. LENGANI. Je ne vois absolument de dictature dans cette affaire, sinon la justice aurait décidé autrement comme se faisait auparavant.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2023 à 20:47, par Paix ☮️ En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

    Pensons à l’avenir de notre pays, notre mère patrie, ça ne sert à rien de dénigrer le travail abattu par nos forces combattantes. Bien vrai que la justice a fait dire le droit quant aux différentes réquisitions de cotn et trancher en toute objectivité, mais que les citoyens contrôle leur propos déplacé qui peut jouer négativement sur le moral de la troupe. Sachez que rien ne vaut la vie. Ceux là qui acceptent d’aller au front pour défendre la patrie, à défaut de les encourager, mieux vaut se taire que de minimiser le boulot qu’ils abattent sur le terrain nuit et jour. Bonne compréhension cordialement

    Répondre à ce message

    • Le 7 décembre 2023 à 09:21, par kwiliga En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

      Bonjour Paix ☮️,

      Mais enfin, avez-vous réellement vu beaucoup de messages, de discours, de commentaires, de propos,... qui puissent être considérés comme visant à démoraliser nos FDS et VDP ?
      Je ne le crois pas. S’il est bien un point où "Le Peuple" est unanime, c’est le soutien apporté à nos forces combattantes.
      Là où les gens se divisent, c’est concernant l’inconditionnel soutien que l’on doit apporter à notre gouvernement, remettant en question l’idée même de l’état de droit !
      Ainsi donc, aujourd’hui, le simple fait de douter, serait devenu préjudiciable à la bonne pratique de la citoyenneté ?
      Tout comme, dire que l’on s’élève contre la cherté de la vie, ça démoralise les FDS et VDP qui sont au front.
      Dénoncer les enlèvements de citoyens, leur ôte également toute volonté martiale.
      Dénoncer les putschistes nigériens, les déstabilise au point qu’une psychothérapie leur est nécessaire à la reprise du combat.
      Etc, etc,...
      Pauvres petits militaires à l’émotionnel exacerbé, qui ont été formés pour avoir une sensibilité à fleur de peau.
      Non, mais sérieusement, qui peut croire que les propos d’opposition à la dictature, puissent avoir quelque lien avec la réussite de nos opérations anti-terroristes ?
      Et si c’est vraiment le cas, on est mal barrés, parce que côté terroriste, depuis qu’on affirme en tuer 100 par jour, ça ne semble pas les démotiver pour autant.
      La dictature et ses IBéologues supporters aveugles voudrait-ils également nous priver du droit de douter ?
      Tout mon soutien aux FDS et VDP qui se battent pour libérer notre territoire. Honte aux corps habillés et suréquipés qui se planquent dans le luxe du Ouagaland, du Boboland, à Pô,...

      Répondre à ce message

    • Le 7 décembre 2023 à 09:54, par kaka En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

      Très propre cher Paix. Oui à la liberté d’expression, oui aux idéaux opposés, oui aux échanges contradictoires, aux idées constructives, ça contribue à la recherche de solutions à un problème. Mais ! Mais non au sabotage et au pilonnage moral, au "moi ou rien". On dit aussi, "si tu ne peux pas aider quelqu’un à résoudre son problème, évites surtout d’être à l’origine ou de lui créer d’autres problèmes", pour tout dire, de l’empêcher de résoudre son problème. Chaque Burkinabé adulte devait faire "sien" ce phénomène terroriste depuis janvier 2016. Tout le monde a pleuré un parent, ami, collègue, connaissance, un innocent...

      Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2023 à 09:14, par Maryse En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

    Il fallait s’y attendre. Ce fameux Décret consacre l’arbitraire à l’état brut. Il a été pris, non pas pour lutter contre le terrorisme, mais pour réprimer toute voix discordante. C’est vraiment ridicule !

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2023 à 09:53, par Vive la Justice du Faso ! En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

    La justice, c’est ce qui nous reste comme parapluie contre la dictature des autorités. Le droit a été dit, c’est tout ce qu’on souhaite, point barre. Même si Sankara gouvernait de nos jours, il ne pourra pas faire ce qu’il a fait de pas bien en son temps. Le peuple a goûté à la démocratie, à la liberté, au respect des droits humains, alors il fera tout pour les conserver. Nous ne sommes pas contre les réquisitions, c’est pas même normal en période crise. Cependant, ces réquisitions bidons, punitives ne sont pas acceptables. Les responsables de ces réquisitions peuvent faire l’objet de poursuites judiciaires si ça devrait continuer. Les critiques objectives en temps crise sont souhaitées pour toujours recadrer les choses à temps, avant qu’il y ait bavures. Par exemple le problème des 400 millions qu’on ne retrouve pas les traces sous RMCK dont on parle et qu’un capitaine au Salmatenga en avait la responsabilité de la gestion. Si les gens n’avaient pas en parlé, est ce qu’on saurait cela alors que c’était pour payer les VDP. Laissez les gens s’exprimer et s’ils diffament les autres, il y a toujours la justice pour faire son travail, comme il l’a fait hier.
    Signé : L’Etalon Enragé

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2023 à 16:25, par KABORE ZANNA En réponse à : Burkina : Le tribunal ordonne la suspension des réquisitions contre Issaka Lingani, Rasmané Zinaba et Bassirou Badjo et au COTN de mettre fin à leur déploiement

    Nous parlons de quoi exactement ? Des apatrides qui sont les supletifs des occidentaux qui pillent notre pays depuis toujours et près à faire les larbins sur les plateaux de télévision qui peuvent émettre parce que des compatriotes donnent leur vie pour que nous puissions nous pavaner dans les rues de Ouagadougou, bobo,koudougou etc. On ne les oblige pas à aimer leur pays. N’oubliez pas que des compatriotes se sacrifient pour que nous puissions protéger nos 274.000 km2. La décision du juge est la preuve qu’ il travaille pour ceux qui ne veulent pas du bien pour notre pays. Il serait souhaitable que ce juge soit affecté à Djibo afin qu’ il aille prêcher le droit de Napoléon avec les territoires qu’ il soutient . J’assume mes propos avec ma vraie identité .

    Merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique