LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Burkina /Mouvement d’humeur des habitants de Yagma : « Nous voulons nos parcelles », clament-ils

Publié le mercredi 29 novembre 2023 à 23h02min

PARTAGER :                          
Burkina /Mouvement d’humeur des habitants de Yagma : « Nous voulons nos parcelles », clament-ils

Les forces vives de la zone de Yagma ont organisé une manifestation suite à des menaces de déguerpissement à l’encontre des résidents, communément appelés les « étrangers ». Cette activité a eu lieu ce mercredi 29 novembre 2023 à Ouagadougou.

Ils étaient un millier de personnes à être réunies à la mairie de l’arrondissement 9 de Ouagadougou avec pour objectif de remettre leurs doléances au Président de la délégation spéciale (PDS) de l’arrondissement 9 de Ouagadougou. Pour Zalissa Ouédraogo, une manifestante, il y a des résidents qui totalisent plus de 20 ans à Yagma et qui sont menacés de déguerpissement. « Nous venons soutenir nos voisins qui ont eu un ultimatum de huit jours pour quitter les lieux. Nous sollicitons qu’ils nous octroient des parcelles pour que nous puissions y habiter avec nos familles », a dit Zalissa Ouédraogo.

Zalissa Ouédraogo, résidente à Yagma

Lire aussi : Problèmes fonciers à Yagma : « Toute activité de vente et de construction de parcelle est suspendue jusqu’à nouvel ordre », Oumar Ouédraogo

A en croire Adama Zoundi, le représentant des forces vives de la zone de Yagma, c’est la énième fois que la population résidente dans la zone non lotie de Yagma expose ses préoccupations dans une plateforme revendicative suite à l’ordre de déguerpissement. « Nous sommes là suite à une sommation de déguerpir faite par un huissier de justice sur un résident de la zone. Nous voulons la cessation de toute spéculation foncière à Yagma par un dossier juridique suite au passif foncier. L’application de l’enquête parlementaire de 2016, l’apurement du passif foncier, l’annulation pure et simple de l’ordre déguerpir. Nous, population recensée depuis 2008 par la mairie de l’arrondissement n03 d’alors et toujours non attributaire de parcelle », a expliqué Adama Zoundi.

Adama Zoundi, représentant des forces vives de la zone de Yagma

De son côté, le président de la délégation spéciale de l’arrondissement 9 Sagnaba Abdramane Tou, explique que la situation est partie du lotissement qui a eu lieu en 2009 et qui a été interrompu entre-temps. « Cela a impliqué plusieurs acteurs, notamment la mairie, la SOCOGIB et d’autres acteurs. La SOCOGIB avait exprimé le besoin d’aménager cette partie de notre arrondissement. Pour cela elle avait dégagé en son temps, d’après les informations collectées, un certain nombre de parcelles pour dédommager ceux qui seront impactés par le projet. Ces parcelles ont été mises à la disposition de la mairie. Les différents PV d’attribution ont été mis à la disposition de la SOCOGIB dans le cadre de la résolution de la situation actuelle. Ensuite, le processus de lotissement a buté sur des obstacles, ce qui a amené les différents acteurs à l’interrompre. Depuis lors, nous sommes dans cette situation. Il faut dire qu’il y’a une partie qui a été attributaire de parcelles à travers la distribution de cartons », a expliqué le président de la délégation spéciale de l’arrondissement 9 de Ouagadougou.

Sagnaba Abdramane Tou, président de la délégation spéciale de l’arrondissement 9 de Ouagadougou.

Lire aussi : Problème de parcelles : La population de Yagma en veut à la SOCOGIB

Par ailleurs, continue-t-il « j’ai oui dire qu’il y a une opération de déguerpissement en cours. C’est faux et archi faux il n’en est rien ». Selon lui, « c’est un huissier qui a sommé un résident qui occupe une partie d’une parcelle de près de 4 000 mètres carrés appartenant à un autre citoyen qui a engagé un processus judiciaire dans le but de pouvoir mettre en valeur sa parcelle. Il faut souligner que nous suivons de près cette situation et tous les acteurs sont impliqués. Et on pourra ensemble faire un état des lieux clair et rendre compte à qui de droit au moment opportun », a expliqué Sagnaba Abdramane Tou.

Carine Daramkoum
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique