LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

Publié le lundi 27 novembre 2023 à 22h07min

PARTAGER :                          
Ouagadougou :  Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

Après avoir été tabassé par des éléments de la sécurité du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bogodogo le 26 septembre 2023, F.K a décidé de porter plainte pour réclamer justice, le 3 octobre. Non, satisfait du verdict du samedi 25 novembre 2023, il compte faire un appel de la décision de la justice.

C’est l’histoire d’un accompagnant au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bogodogo de Ouagadougou dont l’enfant est interné. Agressé par les agents de sécurité de cet établissement sanitaire, il s’est retrouvé dans une salle de traumatologie et son nourrisson décède à la pédiatrie.

Les évènements remontent au mardi 26 septembre 2023. Avec leur nourrisson d’un mois, F.K (il a préféré garder l’anonymat) et son épouse sont partis en consultation. Pensant qu’ils allaient retourner chez eux le même jour, ils apprennent finalement qu’ils seront internés pour 24 heures. Ainsi, F.K devrait apporter des effets tels que le biberon et les couches de l’enfant.

A son retour, l’heure de la visite est arrivée à son terme. Il se trouve dans une file d’attente. « Ne pouvaient rentrer que ceux qui payaient. Si tu ne paies pas, ils te disent que ce n’est pas l’heure de rentrer. Je suis arrivé entre 7h40 et 8h. Quand tu ne paies pas, ils te refoulaient. Vous devez mettre quelque chose dans votre main et saluer un des vigiles et il fait signe de la tête à l’autre qui vous laisse passer. J’ai détecté cela. A mon tour, j’ai dit au chef des vigiles que j’ai mon enfant dedans et je suis venu pour prendre en charge les soins. Il m’a dit ce que ce n’est pas l’heure. J’ai demandé alors comment est-ce possible que d’autres rentrent. Il m’a dit qu’ils ont négocié. Comme j’ai déjà vu comment la négociation se passait, j’ai dit tout de suite que si c’est une négociation qu’il faut donner de l’argent, je ne vais rien donner. Il s’est énervé et a commencé à tempêter, à m’insulter de tous les noms : Même si on paie, ce ne sont pas les pauvres types de ton gabarit. On ne veut rien de toi (…) »
Alors qu’un des agents de la sécurité essayaient de justifier l’argent que les gens donnaient avant d’entrer, leur chef brutalise F.K. Un troisième vient par derrière et l’assomme avec sa matraque.

C’est aux environs de 14h qu’il ouvre les yeux au service de traumatologie. Pendant ce temps, son épouse était de l’autre côté du bâtiment, à la pédiatrie avec le bébé. Durant son absence, l’enfant est décédé.

Un verdict, une insatisfaction

F.K décide de porter plainte contre la société qui assure le gardiennage du CHU de Bogodogo. « A ma surprise, c’est celui qui ne m’a pas porté le coup qui est à la barre. Les deux autres, qui étaient fautifs à mon sens, n’étaient pas là », témoigne le plaignant.

Malgré le fait que le prévenu ne reconnaît pas les faits à la barre, il est reconnu coupable et condamné à six mois de prison avec sursis et 400 000 francs CFA comme dommage et intérêt. Le procureur avait requis six mois ferme.
F.K n’est pas satisfait du verdict. Il compte faire appel de la décision de ce lundi 27 novembre 2023 au Tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGI Ouaga II), là où l’audience s’est tenue le samedi 25 novembre 2023.

Contacté pour corroborer les faits et mieux comprendre, le responsable de la société de sécurité employeur des vigiles en question que nous avons eu au téléphone a reconnu l’incident. Pour sa part, la mission des agents est connue donc ils ne doivent pas poser un tel acte. « L’hôpital n’est pas un endroit où on vient pour la joie », justifie-t-il. Une thèse pour démontrer la raison pour laquelle le concerné a comparu seul à la barre.
Pendant que la société se dédouane, F.K espère avoir un verdict qui va servir de leçon.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 27 novembre 2023 à 16:38, par Bob En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    Comment pouvez-vous que la corruption, le pillage et même le terrorisme disparaissent dans notre pays ? Lorsque vous voyez les verdicts comme celui du trafiquant d’essence de Fada à qui on laisse des milliards, ou celui de la SOFITEX on a la nausée. Par contre les voleurs de poulet sont condamnés à des peines de prison ferme. Le Burkina Faso 🇧🇫 est malade de sa JUSTICE. Avec la JUSTICE la plus LIBRE du monde, nous restons sur notre faim. Il faut une reprise en main de la justice. Le Burkina a les meilleurs textes du monde avec les acteurs et les responsables les plus PIÈTRES du monde. Plus vous responsabilisez et payez les burkinabé, plus vous les poussez vers la corruption. Incapables de se contenter de ce qu’ils gagnent honnêtement, un responsable burkinabé se laissera corrompre avec 100 mil FCFA alors qu’il est payé 3 millions de FCFA par mois. Ces boulimiques amassent le maximum d’argent mal acquis sous prétexte qu’à tout moment ils peuvent perdre leur poste et quitter la table à manger. Honte sur ces apatrides qui plongent notre pays dans la m… ceci dit que la victime dépose un recours…peut-être qu’avec un peu de chance il recevra justice.

    Répondre à ce message

    • Le 28 novembre 2023 à 08:52, par Leduc En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

      Bob, avez-vous lu les pièces du dossier ? Et qu est-ce qui vous fait dire que le verdict n est pas juste ?
      Ici, vous parlez de ce que vous ne connaissez même pas. C est aussi ça le problème dans notre pays. Il fallait le souligner également dans votre commentaire.
      Aussi et surtout, je ne crois pas que c’est lorsque la justice sera dépendante que les décisions seront justes. Le seul fait qui sera notable dans une telle situation, selon moi, c est que nos magistrats, qui travailleront en collaboration avec l exécutif et les opérateurs économiques, seront plus à l aise et bien traités. Le seul perdant c est le peuple, sa fraction pauvre surtout. Imposer l indépendace à un magistrat, c est lui priver de beaucoup de privilèges et d avantage et protéger le peuple contre la tyrannie. Je préfère encore ça pour nous.

      Répondre à ce message

      • Le 28 novembre 2023 à 13:50, par Savadogo Daouda En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

        Mr Leduc , si vous vous avez lu les pièces du dossier et en savez plus que nous , ce serait plus utile pour nous si vous nous informez plus , nous nous en tenons à ce qui est écrit sur ce médias . Le verdict est t’il celui relaté par le medias , ainsi que les faits ? Nous justiciables apprécions le verdict en nous mettant à la place de cet infortuné , qui selon l’infos a perdu son bébé et aussi agressé. Les détails n’étant pas précisès ici , nous nous en tenons â ce que nous lisons

        Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2023 à 17:09, par Ousmane yabré En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    Quelle seine horrible et triste, beaucoup de Burkinabé subissent des traitements injuste du fait des comportement des vigiles de ces centre de soins. la peine est minime et injuste ( tentative de meurtre, non assistance en personne en danger et autres délits) je ne comprend pas la justice de ce pays.
    suis convécu que la société de gardiennage y est pour quelque chose.
    Courage cher citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2023 à 06:56, par Zach En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    Construire fort et imposant nos lieux de justice. Vous verrez, tout va en decouler. Construisons fort au dela d’aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2023 à 07:13, par Association de developement En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    Pour des affaires banales les magistrats bandes les muscles, mais a l’épreuve ils sont abonnés absent. Pauvres de nous

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2023 à 08:19, par Mohamed En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    Écœurant j’ai pas les mots...comme si c’était la première fois que ces choses arrivent et la justice doit avoir le courage de sévir très fort. Courage à Mr F.K

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2023 à 09:01, par Marie Pazinwindé En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    J’ai lu cette événement avec beaucoup de discernement car quand je me réveille le matin. Mon premier geste c’est le signe de croix.
    J’invoque le précieux sang de Jésus Christ, sur tout le monde et l’esprit Saint.
    J’ai l’habitude de conseiller mon prochain qu’à son réveil, il invoque son ange gardien, l’Archange Saint Michel et l’esprit Saint.
    Quel que soit notre appartenance religieuse.
    C’est la solution pour dominer le mal.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2023 à 11:01, par Josué Sawadogo En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    C’est vraiment injuste cette manière de traiter son prochain par le simple fait qu’on veut gagner de l’argent.

    Ceci relève des effets corolaires de la sous traitance au Burkina Faso. Les employés travaillent dure et sont mal gérés, du coup chacun affronte vents et marrées pour satisfaire ses besoins même si cela va couter la vie de l’autre.

    Vivement que le gouvernement revois les lois qui régis le code du travail au Burkina aussi bien dans le Publique qu’au privé.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2023 à 11:30, par Association save the victim’s En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    Bonjour,
    nous somme un collectif de défenseurs des droits humains et on a besoin de rentrer en contact avec le plaignant pour lui trouver un conseil concernant la procédure en appel ;
    NB : Ne pas publier notre message !

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2023 à 13:23, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    Au BURKINA FASO, il y a cette mentalité très dangereuse qui consiste à donner automatiquement raison à celui qui apparait comme le plus faible dans un conflit ou un contentieux.
    Même dans la circulation ,dès qu’il y a un accident entre un motocycliste ,ou une personne à vélo et un véhicule ,tout de suite c’est le conducteur ou le propriétaire du véhicule qui est automatiquement pris à partie, quand bien même, il n’est pas en faute du point de vue du code de la route et des règles normales de la circulation .
    C’est tout cela qui favorise l’incivisme et les mauvais gestes dans les comportements, dans la circulation.
    On se rappelle de cette histoire d’accident sous l’échangeur de l’EST, où des désœuvrés assis sous les points faillirent incendier la voiture d’une dame avec ses deux enfants à l’arrière, quand percutée par derrière par un jeune qui circulait mal et en vitesse en voulant la doubler ,la bonne dame qui a senti le choc s’est arrêtée.
    La chance de cette dame et de ses enfants, est qu’au même moment passait un homme de tenue qui s’est arrêté et qui s’est opposé à ces jeunes surexcités qui criaient de brûler la voiture .
    Tout ceci pour dire quoi ? Pour dire, que nous burkinabè aimons réagir toujours par l’émotion et la passion, sans entendre la version de toutes les parties concernées .
    Un hôpital n’est pas un bar ,ni un marché, où il suffit de venir dire à la porte, que j’ai un malade dedans et hop je passe . Soyons sérieux ,nous n’avons que la version du Mr . Quel est le règlement intérieur de cet hôpital ? Quelles sont ses heures normales de visites ?. Que dit la direction de l’hôpital ? etc etc . Et puis arrêtons chaque fois de stigmatiser nos magistrats pour un oui ou un non . Les juges sont là pour tout le monde et pour tous les burkinabè de toutes les catégories et conditions socio-professionnelles . Et quand on part en justice ,c’est parce qu’on a un minimum de confiance en elle et on peut sortir gagnant ou perdant dans un procès . Alors, chers frères et sœurs, certes la mort de cet enfant dont nous ignorons par ailleurs la vrai cause peut nous émouvoir . C’est humain . Mais en toute chose ,il faut analyser froidement les choses et apprécier avec lucidité la situation, car ici les torts pourraient être à tout le moins partagés dans cette affaire . Paix à l’âme de l’enfant décédé .

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2023 à 13:28, par Mariétou En réponse à : Ouagadougou : Agressé et assommé par des gardiens du CHU Bogodogo, un accompagnant qui a perdu son malade porte plainte

    Les vigiles de bogodogo là se prennent trop la tête, une fois je suis allée à bogodogo pour une consultation, je suis arrivée à 7h40 exactement, voir qu’ils avaient fait aligné les gens pour justification de leur entrée parce que l’heure de la visite était passé,, je me suis aligné arrivée à mon tour, il me demande, je dis que je pars en consultation et il me demande quel service,, on dirait c’était eux les médecins,, mais je lui ai quand même dit le nom d’un service, et il me dit que l’heure est passée que pour avoir faut que je me lève tôt pour venir à 4h, du matin pour prendre le rang, et je n’ai même pas eu accès à l’enceinte de l’hôpital, pourtant moi je partais pour deux services différents, ,,de là je me suis retournée et j’ai continué directement à yalgado, quand je suis arrivée il était 9h, dès que je suis arrivée à la porte le vigile m’a demandé où est-ce que je pars j’ai dit consultation,,il m’a juste dit meilleur santé et me donner le passage et je suis rentrée puis j’ai eu ma consultation,il n’a pas chercher à savoir quel service, ,, mais bogodogo quand tu arrives les vigiles veulent même connaître ton diagnostic (maladie) avant de te laisser le passage...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique