LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina/ Littérature : La 17e édition de la FILO se tient du 23 au 26 novembre 2023

Publié le jeudi 23 novembre 2023 à 21h25min

PARTAGER :                          
Burkina/ Littérature : La 17e édition de la FILO se tient du 23 au 26 novembre 2023

Le ministre de la communication, de la culture, des arts et du tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo a présidé l’ouverture officielle de la 17e édition de la Foire internationale du livre de Ouagadougou (FILO) ce jeudi 23 novembre 2023, au Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO). Placé sous le thème « Les opportunités du numérique pour le développement de l’industrie du livre au Burkina Faso », ce rendez-vous littéraire a pour vocation de mettre à profit les opportunités qu’offre le numérique afin de mieux promouvoir l’industrie du livre au Burkina.

Comment profiter des opportunités offertes par le numérique pour impulser une nouvelle dynamique de développement dans l’industrie du livre confronté à des difficultés liées à l’invasion des technologies de l’information et de la communication ? Durant quatre jours (du 23 au 26 novembre), les acteurs du livre, notamment, de la FILO, vont réfléchir sur la problématique afin de proposer des solutions. En plus de cette table ronde, cette biennale du livre sera marquée, entre autres, par un colloque sur le thème de l’édition ; des expositions-ventes de livres ; l’organisation d’un atelier d’écriture au profit des jeunes ; l’organisation des compétitions des olympiades littéraires ; l’organisation du Grand prix du livre ; l’organisation du prix du meilleur éditeur et des ateliers professionnels (conférences, panels, communications, dédicaces).

« En hommage au combat héroïque engagé par les forces combattantes, on mettra en relief des écrivains issus des rangs des FDS » a déclaré Fidèle Tamini

73 auteurs sont retenus à la compétition du Grand prix national du livre et du prix du meilleur éditeur. Il y a aussi 685 participants aux compétitions des olympiades littéraires, a confié Fidèle Aymar Tamini, président du comité national d’organisation. « J’invite particulièrement la jeunesse à sortir massivement pour magnifier le livre, car ne dit-on pas qu’une nation qui lit est une nation qui gagne » a lancé Fidèle Tamini, ajoutant qu’il y aura une exposition spéciale sur le thème « Biblio Faso 2023 : Icônes de la bibliographie nationale des indépendances à nos jours » en hommage aux illustres hommes et femmes qui ont porté haut le flambeau de l’écrit burkinabè.

Pour le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, la tenue de cette biennale du livre dénote de la résilience du peuple burkinabè dans ce contexte de crise sécuritaire. « La page de la 17e édition de la FILO s’ouvre sur un sentiment de légitime satisfaction qui anime l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre du Burkina Faso » a laissé entendre, Jean Emmanuel Ouédraogo. Le thème de cette édition, affirme le ministre, est très pertinent. « L’omniprésence du multimédia et l’avènement du numérique devront permettre d’impulser une nouvelle dynamique de sorte à saisir toutes les opportunités, les plateformes et les espaces du développement de la chaîne du livre » a-t-il confié.

« C’est en reconnaissance des forces combattantes que le choix s’est porté sur le lieutenant-colonel, William Kombary, en tant qu’écrivain invité d’honneur » a indiqué le ministre Emmanuel Ouédraogo

À cet effet, il a rappelé que le Burkina Faso a adopté en 2019, une loi sur le développement du livre et de la lecture publique, assortie d’une grande stratégie nationale du développement du livre.

Selon le porte-parole du gouvernement, ce rendez-vous littéraire, sera l’occasion d’un partage d’expériences de lectures interactives à travers les supports numériques, mais aussi de déterminer les enjeux du livre à l’ère du numérique et de chercher des voies et moyens pour assurer une traçabilité du livre électronique en termes de droit d’auteur. Le ministre a exprimé la reconnaissance du gouvernement de transition à la république du Tchad, pays invité d’honneur. Aux délégations des pays voisins, il a laissé entendre que leur participation est un symbole de renforcement de la coopération.

Le parrain de l’évènement, Lassiné Diawara, a salué le gouvernement pour les efforts consentis pour la tenue de cette activité.

Dans son allocution, il a encouragé les acteurs du livre à s’inspirer des réalités locales. « Le livre dans son essence, doit s’inspirer de la tradition orale de notre pays qui est riche d’histoires et de légendes de ces braves hommes et femmes qui ont réussi à braver l’adversité et les inimitiés pour que l’héritage ancestral soit préservé » a-t-il conclu.

Le parrain de l’évènement, Lassiné Diawara, par ailleurs président du Conseil interprofessionnel des entreprises du Burkina Faso (CIDEF) a exprimé sa reconnaissance au comité d’organisation pour avoir porté le choix sur lui. Il a réitéré sa disponibilité à accompagner le secteur de l’industrie du livre.
L’écrivain malien, Ousmane Diarra est l’écrivain invité spécial. Le lieutenant-colonel, William Kombary est retenu comme un écrivain invité d’honneur à cette édition pour rendre un hommage aux forces combattantes.

Serge Ika Ki
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 23 novembre 2023 à 23:10, par Zélemdé En réponse à : Burkina/ Littérature : La 17e édition du FILO se tient du 23 au 26 novembre 2023

    Voila ce qui nous arrive quand on accepte que Bill Gate relache ses moustiques génétiquement modifié sans savoir ce qu’ils y ont mis et nis ou le vent emporte ces moustiques. Ces laboratoires reviennent ensuite faire des prelevment sanguin pour voir l’impact de leur lachés. Il n’ya que chez nous que l’on voit cela sans compter les vaccins dont personne neverifie la composition. Parce que la license est plus facile a obtenir aupres de l’OMS tout les labos occidentaux passent par cette methode du vaccins pour tu assiner. Que Dieu nous protege face à l’appat de l’argent facile. N’oublions pas les laboratoire biologique qui sont autan de moyen de destructions massifs des Africains que l’occident n’hesitera pas a utiliser en temps opportun. On s’excite mais eux se preparent et positionnent des moyens de nous eradiquer avec la complicitédes notres.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dédougou : Les masques à feuilles sont sortis