LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina : L’administration économique et financière outillée à l’éducation au changement positif de mentalité

Publié le mardi 14 novembre 2023 à 21h35min

PARTAGER :                          
Burkina : L’administration économique et financière outillée à l’éducation au changement positif de mentalité

Le ministère en charge de l’économie et des finances a entamé ce mardi 14 novembre 2023, à Ouagadougou, une formation sur l’éducation au changement de mentalité au profit de ses agents. Cette initiative vise selon le ministre de l’économie et des finances, Dr Aboubakar Nacanabo, à équiper les participants pour de meilleurs services en faveur des populations. Elle est organisée en collaboration avec l’ONG International youth fellowship (IYF) qui dispense la formation sur le changement positif de la mentalité à travers l’Institut international de mind education (IMEI).

« Un penseur disait que le changement consiste à faire le deuil de ce qu’on connaît au profit de ce qu’on ne connaît pas. C’est donc dire que le changement n’est pas toujours facile. Mais il est indispensable et même incontournable », a rappelé le ministre de l’économie, des finances et de la prospective, Dr Aboubakar Nacanabo. Alors qu’il présidait la cérémonie officielle d’ouverture de la formation sur l’éducation au changement positif de la mentalité.

Pour le ministre, en plus des défis sécuritaires et humanitaires que connaît le Burkina Faso, son département doit faire face à bien d’autres changements. « Nous devons faire face aux changements qui touchent notre quotidien, nos outils, nos méthodes, nos processus, nos clients [...].

« Nous voulons faire en sorte que notre administration soit comme un conseiller qui accompagne et guide », Dr Aboubakar Nacanabo, ministre en charge de l’économie et des finances

Développer les soft skills

Il est de ce fait essentiel à son sens, de rapidement changer les attitudes, les approches pour créer des administrations plus résilientes et en phase avec les attentes de plus en plus pressantes des concitoyens.
« Pour cela, en plus des compétences techniques nécessaires pour exécuter nos tâches, nous devons plus que jamais développer ce qu’il convient d’appeler les soft skills », a souligné Dr Aboubakar Nacanabo.

Le formateur Jinwan Lee a lors de la formation fait un exposé sur la guerre qu’a traversée la Corée du Sud avant que le peuple ne prenne conscience de sa capacité à se surpasser pour amorcer son développement. Jinwan Lee relate en effet : « Dévastée par les affres du conflit qui l’avait opposé à la Corée du Nord, la Corée du Sud était pratiquement au bord du gouffre avec aucune lueur d’espoir à l’horizon. Ce, jusqu’à ce que son dirigeant à l’époque, comprenne après des recherches, que la véritable solution à la restauration de la nation, n’est rien d’autre que le changement de mentalité du peuple ».

« L’homme doit développer sa capacité d’écoute. En ce sens qu’il doit plus écouter que parler », Jinwan Lee, formateur en mind education, président pays de l’ONG IYF Burkina

C’est donc ainsi que la nation de la Corée du Sud a pu se relever de ses cendres pour atteindre le niveau de développement qu’elle possède aujourd’hui, selon monsieur Lee.

Exploiter à fond les capacités de son cerveau

À travers plusieurs illustrations dont celle d’un poisson vivant dans un petit aquarium qui a connu une très grande croissance physique et un plein épanouissement après avoir été transféré dans un fleuve, M. Lee a démontré que l’être humain pouvait faire bien au-delà de ce qu’il peut imaginer. Selon lui, la science a prouvé que l’homme n’utilise généralement que 1% des capacités de son cerveau pour réaliser toutes sortes de chose.

De l’avis de l’expert en mind education (NDLR : éducation de l’esprit), l’homme peut être capable de ce que l’on pourrait qualifier d’impossible en exploitant les 99% de son coefficient intellectuel demeurant sous exploités ou inexploités par la majorité.

« Cette formation nous permet de prendre davantage conscience de la nécessité de traiter avec diligence les dossiers mis à notre disposition […] », Salamata Compaoré, chargée d’études au Secrétariat général du ministère de l’Economie

Après l’exposé sur l’histoire de la Corée du Sud, la parole a été donnée aux participants pour poser des questions ou apporter une contribution. Les participants se sont aussi constitués en groupes de travail. Cela, afin d’identifier des problèmes pour lesquels ils dégageront les différentes causes, avant d’y apporter les solutions appropriées au profit de leurs différents domaines d’intervention. Cet exercice s’appelle “Actions learning”.

Un exercice auquel vont se consacrer les participants pendant trois jours. Quant à Souleymane Ountana, également participant, cette formation de 72h est à saluer. « Je trouve déjà un motif de satisfaction en cette session de formation. Les experts sud-coréens nous ont montré par quoi ils sont passés pour être là où ils sont aujourd’hui. Ce qui nous permet de comprendre que s’ils ont pu réaliser cet exploit, alors nous le pouvons aussi ».

« Je retiens que la seule véritable ressource sur laquelle il faut compter, c’est soi-même », Souleymane Ountana, agent au ministère de l’Économie et des finances

Présentation de l’IYF

L’ONG IYF a été fondée en 2001 avec pour but de former des leaders à un esprit ouvert, en leur offrant des outils indispensables à la résolution des problèmes essentiels de la planète. Cela, à travers des activités comme l’éducation au changement de mentalité, le service de bénévolat, les échanges nationaux et internationaux, les activités culturelles etc.

Présente au Burkina Faso depuis 2004, IYF a créé l’International mind education institut (IMEI), une organisation spécialisée dans l’éducation du caractère et des mentalités. Ainsi, IMEI organise depuis plusieurs années des forums d’éducateurs et des formations spécialisées en éducation de mentalité dans de nombreux pays au sein des écoles, des bases militaires, des bureaux gouvernementaux, des industries et entreprises, des prisons, etc.

Lire aussi : Bobo-Dioulasso : Des stagiaires officiers de police judiciaire renforcent leurs capacités sur le changement positif de mentalité

Hamed Nanéma
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • M’ouais, raconté comme ça, ça à l’air simple, alors que c’est loin de l’être.
    Déjà, n’oublions pas comment la guerre fratricide a provoqué des décisions pour le moins radicales :
    "L’intervention militaire de la Corée du Nord au sud du 38e parallèle, le 25 juin 1950, est suivie par une répression des autorités de la Corée du Sud contre une partie de sa population. Ces massacres, qui feraient entre 100 000 et 200 000 victimes, demeureront tabous jusqu’à la démocratisation du régime sud-coréen, dans les années 1990."
    Ensuite, la Corée du Sud ne s’en est pas sortie sans aides :
    "l’aide américaine représente, entre 1945 et 1961, 8 % du PNB, 64 % des investissements et 70 % des importations américaines"
    Et puis, ils ont eu la chance d’avoir une dictature éclairée, tournée vers l’industrialisation, le commerce international et le libéralisme :
    Avec l’arrivée au pouvoir de Park Chung-Hee, le changement de ligne revêt quatre modalités principales :
    1.le vote de la loi anti-corruption du 14 juin 1961. Elle marque le début d’une épuration tournée contre les anciens fonctionnaires ;
    2.la création de l’Association des Entrepreneurs Coréens, en août 1961, dont Lee Byung Chull prend la tête ;
    3.le lancement d’un projet de complexe sidérurgique à Ulsan, en janvier 1962. Il sera inauguré en 1967 ;
    3.le rétablissement des relations diplomatiques avec le Japon, en 1966. (qui les avait pourtant occupés et honteusement exploités durant de longues années.)
    Bon, en souhaitant qu’au sortir de ces trois jours de formation à l’éducation au changement positif de mentalité, nos agents vont d’un commun accord et dans un geste patriotique, renoncer à leur fond commun, pour le reverser en soutien à l’effort patriotique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Management des Entreprises par les Processus