LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Cinéma : « Épines du Sahel », le dernier long métrage de Boubacar Diallo qui dévoile les affres du terrorisme

Publié le samedi 30 septembre 2023 à 23h45min

PARTAGER :                          
Cinéma : « Épines du Sahel », le dernier long métrage de Boubacar Diallo qui dévoile les affres du terrorisme

Le réalisateur burkinabè, Boubacar Diallo, a projeté en avant-première son dernier long métrage « Épines du Sahel », ce vendredi 29 septembre 2023, à Canal Olympia Ouaga 2000. Cette fiction de 90 minutes aborde l’épineuse question du terrorisme dans le Sahel.

L’héroïne, Neïma, est une rescapée de la guerre ; elle a perdu sa famille à l’exception de son frère. Adulte, elle se lance dans l’humanitaire. Cette casquette est également un prétexte pour retrouver son frère aîné, Saïd. Hélas, le frère tant recherché a été enrôlé par les djihadistes.

Djamila Barry a incarné le rôle principal sous le nom de Neïma

Les faits se déroulent dans un camp de déplacés internes. « Épines du Sahel » met en lumière les causes du terrorisme dans cette zone d’Afrique, les conditions de vie des personnes déplacées internes, la bravoure des soldats au front, le traumatisme de la guerre, l’injustice (le massacre de Yirgou), les droits des femmes, la santé sexuelle, la parenté à plaisanterie, pour ne citer que ceux-là.

Des personnes déplacées internes ont incarné leur vie dans le film.

Boubacar Diallo a expliqué que cette œuvre dramatique est un témoignage pour montrer aux générations futures les difficultés traversées durant cette période trouble de l’histoire du Sahel. Le réalisateur est pourtant connu pour ses films humoristiques.

« Nous vivons une étape particulière de l’histoire de notre pays. Tous les artistes, au niveau du cinéma, de la musique et de tous les compartiments de la culture, doivent apporter leur contribution à la sensibilisation et marquer l’histoire. Quand tout cela va finir, un jour, on va se retourner et dire à nos enfants, voilà ce par quoi on est passé », a justifié Boubacar Diallo.

L’équipe de tournage du long métrage.

Le film a coûté environ 200 millions de F CFA et a été tourné en deux mois. Il a été financé par Canal Plus, le ministère de la Culture et le Fonds de ddéveloppement culturel et touristique (FDCT).

Selon le ministre de la Culture, Emmanuel Ouédraogo, « aujourd’hui, nous avons assisté à une projection qui, au-delà de l’esthétique, nous plonge au cœur d’une préoccupation actuelle, à savoir la question sécuritaire dans toute sa complexité. C’est un film qui mérite d’être vu partout et au-delà de nos frontières. C’est ce qui est attendu du monde de la culture burkinabè, qu’il se saisisse avec autant de professionnalisme et de qualité de la préoccupation actuelle de tous les Burkinabè, à savoir la question de l’insécurité. C’est un phénomène très complexe ».

A droite, Emmanuel Ouédraogo et à gauche Boubacar Diallo.

Le ministre a affirmé que cette œuvre montre qu’il faut apporter une réponse culturelle et favoriser le développement pour venir à bout du terrorisme.

« Épines du Sahel » est à l’affiche à Canal Olympia, au ciné Burkina et au ciné Neerwaya, du 30 septembre au 15 octobre 2023. Il sera en diffusion également dans les salles Canal Olympia d’autres pays.

SB
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dédougou : Les masques à feuilles sont sortis