Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve» Antoine De Saint-Exupéry

Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

Publié le lundi 4 septembre 2023 à 12h21min

PARTAGER :                          
Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

Le 21 décembre 2019, les présidents Alassane Ouattara et Emmanuel Macron laissaient entendre au travers de leurs propos, que le passage du franc CFA à l’ECO reviendrait juste à un changement de dénomination du franc CFA.

Des propos qui ne laissent pas croire en un lendemain meilleur, d’où la nécessité de se pencher sérieusement sur la question. Et c’est cela l’objet de la conférence organisée par le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales (CAPES), ce lundi 4 septembre 2023, à Ouagadougou.

Le thème retenu à cette occasion est : "Souveraineté politique et monétaire dans l’espace Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) : Faut-il poursuivre la transition du CFA à l’ECO ?"

Et pour le Premier ministre, cette question est intéressante car elle vient éclairer les pays africains qui font des pieds et des mains pour détenir eux aussi leurs monnaies. Aussi, soutient-il, cela permettra à ces derniers, si toutefois le projet aboutit, d’avoir le contrôle des produits qu’ils produisent et commercialisent.

Aussi, invite t-il les panelistes à ne pas perdre de vue dans leurs recommandations, le fait que des monnaies nationales créées dans la précipitation ou sans les précautions nécessaires ont fini par se volatiliser après avoir mis les populations dans le désarroi.

Nous y reviendrons

Lefaso.net

PARTAGER :                          

Vos commentaires

  • Le 4 septembre à 13:24, par Renault HÉLIE En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

    Il suffirait que le Nigeria et le Ghana adoptent l’ECO, quitte à le rebaptiser, et hop !, fin du CFA qui « donne des boutons » à de nombreux panafriqués.
    Ensuite, indexation du nouvel ECO sur un panier de monnaies solides, Euro-Dollar-Or-Franc suisse ou autres...
    ÇA PEUT TRÈS BIEN MARCHER !
    Mais ensuite, les différents états devront gérer avec grande rigueur leurs budgets en se coordonnant...

    Noms proposés :
    - LOA, Livre Ouest-Africaine,
    - WAT, West-African-Thaler,
    - WAP, West African Pound
    - NWAC New West African Currency
    - COA Cauri Ouest Africain
    - GOD Good African Dollar
    - WANT West African New Thaler
    - ALF, pour « Adieu La France »

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre à 14:40, par Diongwale En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

    Une monnaie régionale non indexée serait pire que le CFA, le "franc des colonies françaises d’Afrique" qui ne l’est plus depuis qu’il est indexé à l’Euro.
    @Renault Hélié : les noms que vous proposés sont de la rigolade...

    Répondre à ce message

    • Le 4 septembre à 21:08, par Renault HÉLIE En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

      @Diongwale
      Messire Diongwale, j’ai bien écrit que votre monnaie commune pourrait être indexée sur un panier de monnaies internationales, Dollars, Euros, c’est aux Ouest-Africains d’en décider.
      Ce qui va être très difficile, c’est que vos petits états ouest-africains arrivent à s’entendre avec le Nigeria.
      Mais au moins, une fois que le Nigeria et le Ghana seraient dans l’affaire, plus personne ne parlerait de « monnaie prétendument coloniale ».
      NB
      Accessoirement, plus personne en Afrique de l’ouest ne nous casserait plus les pieds à propos du CFA-ECO qui semble vous donner des démangeaisons.
      Le Franc-CFA-ECO est un bouc émissaire trop facile pour ceux qui ne veulent pas voir les dégâts qu’a causé le Cedi ghanéen en « tuant » l’économie ghanéenne par l’inflation. Et d’autres monnaies nationales africaines ont connu un sort plutôt misérable, Naira, Franc-Cogolais-Kinshasa, Shilling Kenyan, Dollar Zimbawéen, etc.

      Répondre à ce message

  • Le 4 septembre à 17:21, par Citoyen du monde En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

    Cette question irrite bien certains qui, en plus de perdre l’espace sahélien (leurs entreprises seront fermées dans tout le Sahel !), vont bientôt perdre le pouvoir sur la monnaie ! Ce n’est qu’une question de temps et ils le savent bien ! Les gesticulations et autres propositions de noms sont inutiles ! Rien ne peut arrêter ce processus !

    Répondre à ce message

    • Le 4 septembre à 21:09, par Renault HÉLIE En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

      La France n’a plus aucun pouvoir sur la gestion du Franc-CFA-ECO, vous n’avez pas bien suivi...

      Répondre à ce message

    • Le 4 septembre à 21:18, par Renault HÉLIE En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

      Citoyen du Monde, vous n’êtes probablement pas ouest-africain, car vous ne semblez pas savoir que, depuis deux ans, la France s’est entièrement dégagée de la gestion du Franc-CFA, dont la gestion est maintenant totalement africaine.
      JE PENSE QUE VOUS ÊTES UN EURO-AFRICAIN À DOUBLE PASSEPORT.
      Par contre, la RCI, le Sénégal, le Togo et le Bénin seront beaucoup plus durs avec les pays sahéliens pauvres, qui n’ont pas de réserves... Aucune raison qu’ils « aident » des pays qui ont mal géré leurs réserves.

      Répondre à ce message

    • Le 4 septembre à 21:48, par Renault HÉLIE En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

      Bôf, vous savez, les chiffres sont cruels, et ils sont totalement publics :
      - Économiquement, le Sahel ne fait pas 1/10e de l’Afrique-CFA,
      - l’Afrique-CFA représente 0,6% du commerce extérieur français, aides comprises, soit 1/166e des échanges extérieurs de la seule France. MOINS QUE LA TOUTE PETITE TCHÉQUIE, bien plus industrialisée que l’Afrique de l’ouest.
      - Ainsi, la totalité du Sahel, c’est moins de 1/1500e de tout le commerce extérieur français, aides et subventions comprises. C’est encore plus infime pour toute l’Europe ...
      - Les échanges de la France avec toute l’Afrique, c’est environ 5%, dans lesquels, bien entendu, le Maghreb se taille la part du lion par ses co-entreprises si nombreuses.


      Donc, si vous vous imaginez que le Sahel va gêner l’économie française, vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’au coude, je vous rassure de suite, cher Monsieur. Cela va surtout ennuyer des familles franco-burkinabè et franco-africaines, des familles très attachées à l’Afrique pour des raisons familiales. Ce seront d’ailleurs les première à payer votre haine mesquine des lycées français ...

      Répondre à ce message

      • Le 5 septembre à 14:57, par pfff En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

        .... et ce sont déjà les premières à subir le contre coup avec les étudiants qui ne peuvent malheureusement pas intégrer les universités faute de visa...

        Mais vous avez raison pour le CFA, le seul intérêt réel pour la France de maintenir la parité est de plaire à ses ressortissants binationaux. Maintenant, ce n’est pas la fin du monde s’il y a un change, les binationaux n’en seront que marginalement affectés, et entre les Allemands qui gardent un regard suspicieux sur les garanties auxquelles ils participent involontairement sur le CFA, et les concernés qui hurlent au colonialisme... Indexer la monnaie sur un panier de devise $-€-£-Y sera tout aussi bien ; le reste ne dépend que de leur bonne gestion.

        Après, il vaut mieux changer de monnaie par beau temps, la pluie a tendance à faire rapetisser les billets.

        Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 10:45, par kwiliga En réponse à : Transition du FCFA à l’ECO : Le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales pose le débat

    Ah, mais c’est pile le bon moment, on s’entend tellement bien entre pays africains en ce moment.
    Je propose que le centre d’impression des monnaies se trouve à Lagos, heu non, à Bamako, heu non, à Accra, heu non.... à Chamalières ou St Pétersbourg ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Banque commerciale du Burkina : Kossoghin a désormais son agence
Construction de l’usine de transformation de tomate à Bobo-Dioulasso : Une initiative saluée par la population
Sénégal : Des journalistes de la plateforme médias UEMOA formés sur les enjeux de la conjoncture économique
Actionnariat populaire : La première usine de transformation de tomates est attendue dans six mois à Bobo-Dioulasso
Conseil des ministres : Le Gouvernement approuve la réforme des textes régissant la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso
Sénégal : L’UEMOA outille des journalistes sur les enjeux de la conjoncture économique
Burkina/Finance chrétienne : Une conférence pour éclairer la lanterne des Burkinabè
Transformation du coton : L’incubateur Burkina textile pour accompagner les porteurs de projets
Burkina Faso : Bientôt un arrêté interministériel pour interdire l’importation des boissons énergisantes
Politique nationale de développement : Les acteurs des Hauts-Bassins dressent le bilan à mi-parcours des activités
SANK BUSINESS : Nanema Boureima nommé Administrateur Général de la société
Gestion des sociétés d’Etat : « Celui qui veut s’enrichir, il va dans le privé », Apollinaire Kyélèm, Premier ministre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés