LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina/Diffusion de dessins animés à caractère homosexuel : Le « gendarme des médias » doit se remuer vite

Lefaso.net

Publié le mardi 22 août 2023 à 23h21min

PARTAGER :                          
Burkina/Diffusion de dessins animés à caractère homosexuel : Le « gendarme des médias » doit se remuer vite

Peppa Pig, Moon girl et Devil le dinosaure, Buzz l’éclair, Luz à Osville, Luca… On assiste de plus en plus, sur les chaînes de télévision, à la diffusion de programmes qui promeuvent des comportements homosexuels. Ces images, généralement associées à des films et séries, apparaissent au grand étonnement de tous, dans les dessins dessinés et autres films d’animation. Et les auteurs cherchent sans doute à banaliser, voire normaliser l’homosexualité chez les jeunes. Que dit le Conseil supérieur de la Communication, régulateur des médias au Burkina Faso ?

Les autorités camerounaises ont déjà pris leurs responsabilités. Le 12 juin 2023, le Conseil national de la Communication a exigé des diffuseurs de chaînes de télévision de retirer les programmes comportant des scènes homosexuelles.

Plus près de chez nous, en Côte d’Ivoire, une pétition a été lancée, ce mois d’août pour demander au ministère de la communication et la Haute autorité de la communication audiovisuelle de faire retirer « définitivement et sans délai, la diffusion des programmes homosexuels, LGBT et leurs dérivés par les promoteurs ». Selon les initiateurs de la pétition, ces programmes vont à l’encontre des valeurs et des normes de la société ivoirienne et africaine en général.

Et au Burkina Faso ? Il faut noter que des voix s’élèvent de plus en plus sur les réseaux sociaux pour dénoncer également ces dérives et demander le retrait des dessins animés, jugés inquiétants pour les tout-petits.

Des concertations en cours

Selon une source que nous avons contactée au sein du Conseil supérieur de la Communication, des concertations sont en cours depuis maintenant un mois entre l’autorité de régulation des médias et les diffuseurs nationaux et étrangers.

« C’est un processus qui n’a pas encore abouti. On est en train de se concerter et puis voir la conduite à tenir. On a été fortement interpellé. Si à l’issue des concertations, c’est le retrait qui est décidé, alors c’est ce qu’on va faire. S’il y a une autre alternative…voilà. Si on voulait retirer, on allait d’autorité décider. Mais comme nous sommes en concertations, c’est pour trouver une solution consensuelle », a expliqué notre source.

Le 7e art touché

Notons que la diffusion d’images à caractère homosexuel ne se limite pas aux simples dessins animés. Cela a même atteint l’industrie cinématographique. De plus en plus des films burkinabè intègrent des séquences ou des personnes de même sexes s’embrassent ou filent le « parfait amour ». Derrière ces images, parfois perturbantes, se cachent des lobbyistes qui sont prêts à financer des films à condition que des messages « d’inclusion et de diversité » soient subtilement insérés.

Ce sont les vacances et les enfants se gavent à longueur de journée des dessins animés. Il n’est pas toujours aisé pour les parents d’avoir le contrôle sur tout ce qui passe sous les yeux des bambins. La signalétique est-elle toujours un indicateur, avec la prolifération des scènes à caractère homosexuel ? Faut-il verrouiller la télévision, activer le code parental sur toutes les chaînes ? Faut-il éloigner les enfants des écrans en leur proposant en lieu et place des activités ludiques et instructives, ou des activités sportives (foot, basket, judo, karaté, etc.) ? La question reste posée.

La bonne vieille recette qui peut marcher

L’une des astuces pour avoir le contrôle sur ce que regardent les enfants, est de suivre soi-même les dessins animés avant de les laisser les suivre. Il existe sur YouTube des épisodes complets de nombreux dessins animés cultes qui ont bercé l’enfance de la plupart des parents : Samba et Leuk, Simba le roi lion, Tom and Jerry, Bouba, le livre de la jungle, Alice au pays des merveilles, Kangoo, Zorro, etc. Ces dessins animés peuvent être téléchargés et transférés sur une clé USB, puis visionnés sur un téléviseur.

Dans tous les cas, il est primordial pour les parents de demeurer attentifs à l’éducation de leurs enfants. Même si le CSC et les diffuseurs s’accordent un jour pour le retrait des programmes à « problèmes », cela ne devrait pas être un alibi pour démissionner de l’éducation des enfants. L’artiste Zêdess (Zongo Seydou), n’a-t-il pas chanté “la télévision remplace les parents…” ? Évitons de précipiter notre chute dans l’abîme. Ressaisissons-nous. Rien n’est perdu.

HFB
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Le Conseil doit s’assumer. À quoi riment ces concertations avec des diffuseurs qui le font sciemment ? On ne veut pas de Ca dans notre pays c’est tout. Tout autre solution que le retrait est une fuite de responsabilité. Il est impossible aux parents d’être toujours à la maison pour contrôler le contenu des émissions. L’interdiction est d’ailleurs applicable aux adultes également .Si le conseil ne s’assume donc pas il va falloir que les citoyens prennent leurs responsabilités.Mettre des codes ne résoudra donc pas le problème puisque les adultes pourront regarder.

    il Ya des
    principes avec lesquels il ne faut pas badiner.

  • Un très bon article et très bonne interpellation du CSC. Cependant quand la source contactée dit que des concertations sont en cours, il s’agit de quelles concertations. L’Afrique à ses valeurs avec lesquelles il ne faudra pas badiner. Ici, point besoin de se tirer dans des concertations inutiles. Les retrait devait être acté d’office svp.

  • @lefaso, HFB
    Est-ce un éditorial (opinion) ou un article ? Mais permettez-moi de vous poser la question suivante : quelles sont les valeurs africaines ? En quoi celles-ci sont-elles différentes de celles d’autres continents, d’autres pays ? Quelles sont les valeurs africaines qui rendent nos sociétés meilleures que les autres sociétés ?
    Les dessins animés où apparaissent des personnages homosexuels, LGTB ne font pas du prosélytisme en faveur de leurs genres mais prônent l’ouverture d’esprit, la tolérance et l’acceptation de l’autre dans sa différence.
    @lefaso, HFB, en quoi des valeurs telles que la tolérance, l’acceptation de l’autre sont contraires aux valeurs de la société burkinabè ?
    Merci

    • Cher ami de Boussé, va défendre tes LGBT ailleurs. Si tu es réellement africain et que tu as grandi en Afrique, tu connais deja "les valeurs africaines" dont l’article parle. Ce n"’est pas un débat de "est ce que nos valeurs sont meilleures aux valeurs des autres continent" Chacun devant ses valeurs au cas où tu ne le sait pas : le fait que ces pays occidentaux fasse du lobby pour les LGBT et financent des projets inclusion, etc... c’est leur façon de défendre leur valeurs et d’amener les autres.

    • @ Boris,
      Pour moi, les valeurs humaines sont universelles. Donc, revendiquer des valeurs africaines que personne n’est capable reconnaître n’a pas de sens. C’est tout juste des discours.
      Il n’y a pas de valeurs asiatiques, américaines, européennes, océaniques... il n’y a que des valeurs humaines. et nous sommes tous condamnés à mourir.

    • Enfant de Boussé, ca se voit que l’alliénation coloniale est très poussée chez vous. Vous gobez sans filtre tout ce qui vous est présenté sous le couvert "d’ouverture d’esprit".
      Des personnes comme vous constituent une ménace très grave pour l’humanité africaine et par conséquent à surveiller de très près.
      Les autorités doivent s’assumer pleinement en adoptant les mesures suivantes :
      1- Immédiatement interdir la diffusion de ces contenus.
      2- filtrer les sites internet comme dans certains pays.
      3- Tout média contrevenant s’expose à :
      1 -Une amende de 500 000 000 cfa à 5 000 000 000 cfa
      2- La fermeture définitive dudit média.
      4- Un emprisonnement ferme de 5 à 10 ans pour les déviants nationaux et étrangers accompagné d’une amende de 250 000 000 cfa à 1 000 000 000 cfa et d’une expulsion pour les étrangers à la fin de leur peine d’emprisonnenment. (ailleurs c’est la décapitation).
      Celui qui n’est pas d’accord peut quitter le Burkina Faso ou refuser d’y investir.

    • @L’enfant de boussse, vous aviez pries combien pour venir vous exprimer de la sorte sur le forum ? Ou vous etez un sympathisant des mouvement ditent LGBT......? Personne n’est activement contre pour ce qui se passe dans l’intimiter de deux personnes, Mais faire vos choix d’orientation sexuel la norme et vouloir l’imposer au reste du monde en commençant par les enfants qui ne savent même pas encore que leurs outils pour faire pipe a une deuxième fonctionnalité c’est ça que nous sommes contre et denoncons.

    • Cher Macaroni,
      Avez-vous vu ces dessins animés. Je les ai vu tant aux Etats-Unis qu’au Burkina Faso.
      Et pour moi, ce sont des dessins animés qui prônent la tolérance, l’acceptation de l’autre. Des valeurs que j’inculque à mes enfants.
      Voyez-vous, le plus grand rejet que j’ai eu dans ma vie , c’est au Burkina Faso. Et pourtant, je suis né en côte d’ivoire de parents burkinabès, grandi aux Etats-unis et vécu en Suisse. En effet, ayant donc naquis, grandi et vécu à l’étranger quand je suis rentré définitivement au pays on m’a initialement rejeté car je ne parlais pas le moré. J’étais l’étranger.
      Donc, les valeurs africaines (toussa, toussa) et la difficulté de s’intégrer dans la société moaga, l’intolérance, je connais.
      D’ailleurs, je suis entrain d’écrire un livre avec un ami qui a fait l’expérience douloureuse de l’opération Bayiri et du retour au village.

    • Cher Enfant de Boussé,
      Vous ne vous ferez pas l’avocat du diable ici. La dépravation et l’homosexualité seraient pour vous des moyens de sensibilisation ou d’éducation à l’acceptation d’autrui ou de l’étranger ? Vous hallucinez non de Dieu ! Parce que cela vient de l’occident alors c’est forcément bien et les noires devraient l’adopter sans se poser de question. Est- ce qu’ils osent aller promouvoir l’homosexualité en Arabie Saoudite en Iran, à Dubai ou en Corée du Nord ? Cela fait une vingtaine d’année que je réside en Allemagne. Je connais bien le blanc et sa mentalité. C’est une arme douce de destruction des sociétés qu’ils tentent d’utiliser contre les africains et vous devrez le savoir. Ils veulent semer le mal dans la pépinière qui est la jeunesse comme la Grande Bretagne l’a fait avec l’opium en Chine au 19e siècle. J’invite les autorités Burkinabè à sévir sans complaisance. Celui qui n’est pas d’accord est libre de quitter le BURKINA FASO.

  • Voilà ! On reconnait notre CSC maintenant. Il faut suspendre toutes ces chaines qui montrent les images homosexuelles. Encore plus graves des dessins animés homosexuels alors que ce sont les enfants qui aiment regarder les dessins animés. Ce n’est pas tolérable, c’est même cruel.
    Le CSC, une doléance. Lors des émissions débats dans les télés ou radio, on entend des journalistes ou hommes de média faire des fautes comme (à quelque part, quatre-vingt ans, on les a dit, etc.). Le problème, c’est que c’est répétitif. Le CSC doit pouvoir faire une formation continue aux hommes de média pour améliorer leur français parlé. Il faut prendre des notes à chaque émission pour interpeller individuellement et faire des remarques. Si la personne persiste dans ses fautes, il faut le suspendre des émissions débats et autres. Sinon c’est inadmissible que des hommes de medias ne cherchent pas à éviter des fautes à répétition à la télé, à la radio. Ces hommes de médias se reconnaitront sur BF1, Canal3, etc. Chacun a choisi son métier librement et s’améliore au fil des temps pour des formations continues et ses propres initiatives. Les médias concernés peuvent épauler le CSC dans ce sens pour interpeller ceux qui font ces fautes à répétition. Maintenant si l’expression (à quelque part) se dit ou est tolérée par l’Académie Française, alors on y va.

  • A la lecture de l’article, j’ai plutôt des questions dont celle-ci : peut-on considérer le genre comme devant faire partie des normes sociales et de nos valeurs morales ? Merci

  • Bravo HSB ;
    Voila un article très constructif qui nous change des vociférations politiques sur les bienfaits de la démocratie et du libertinage d’opinion, de presse et consort !!!

  • Et voilà ! le diable se trouve dans les détails hop hop hop
    Dixit une source bien introduite au CSC
    « C’est un processus qui n’a pas encore abouti. On est en train de se concerter et puis voir la conduite à tenir. ……….. Mais comme nous sommes en concertations, c’est pour trouver une solution consensuelle »..............................

    Mr le Journaliste à la lecture de votre article, je voudrais humblement vous demander si possible plus de précision sur le paragraphe ci-dessous.

    Qui concerte qui exactement ?

    C’est quoi en fait une solution consensuelle ?

    Quelles sont les tendances et les positions défendues ? je suppose qu’il y a eu au moins deux divergentes pour qu’on nous parle de consensus ?

    Quel genre de consensus ?

    Et dans l’intérêt ? de qui

    Franchement, cela est très inquiétant et la conclusion de l’article est encore plus préoccupant pour moi car on voit pointer la responsabilité unique des parents comme parade pour Justifier cette……….

    Je suis d’avis que les parents doivent impérativement jouer leurs partitions mais il appartient à l’autorité de ne pas nous compliquer la tâche . Les parents font face de nos jours à tellement d’impératifs
      L’alimentation ; La santé ; Le logement ; L’éducation
      L’habillement ; les réseaux sociaux Etc. …
    Sans vouloir déresponsabilisé les parents, je supplie les gouvernants de nous aider en luttant contre les différents vices et déviations qui ne correspondent pas à nos valeurs et qui nous enfoncent nous les parents.
    Je pense entre autre à l’alcool (surtout les frélatés), la cigarette, la drogue, Tramadol et autres , l’incivisme. et surtout les modèles de nos enfants (influenceurs et autre tiktok ) .

    Ce qui s’est passé récemment au Burkina avec 5M devrait sérieusement interpeller nos dirigeants et nous les parents.

    Que Dieu protège le Burkina, Amen

  • " Faut-il éloigner les enfants des écrans en leur proposant en lieu et place des activités ludiques et instructives, ou des activités sportives (foot, basket, judo, karaté, etc.) ?" Heu, instructives, c’est le "etc" ?
    D’ailleurs à "instructives", vous devriez préférer le terme "éducatives".
    Par ailleurs, s’il faut évidemment éviter de tomber dans certains travers occidentaux qui pourraient faire la promotion de l’homosexualité, faut-il pour autant être dans la complète négation de l’existence de ce phénomène ?

  • Bonjour.
    Il faut faire très attention, car en pareille circonstance les billets de banque peuvent couler...
    Je dis bravo aux camerounais et ivoiriens et toute l’Afrique devrait emboiter le pas.
    Quant auxdites concertations, le CSC devrait avoir un organe ou un texte spécifique sur les questions morales, les moeurs, etc. Le CSC doit avoir un objectif clair qui est celui des burkinabè, interdire et retirer toutes ces abominations des dessins animés et autres films. Soit on floute ces parties et on les rend inaudibles, soit ils ne sont pas diffusés.

  • Une question : est-ce que les dessins animés mis en cause continuent à être diffusés pendant que les concertations sont en cours, depuis maintenant 1 mois ?
    Si oui, pour quelles raisons ? et pourquoi pas de suspension à titre conservatoire jusqu’à ce que les concertations finissent et qu’une décision définitive soit prise ?

  • Que vous le vouliez ou non l’homosexualité est une donnée qui a toujours existé et existera toujours. Cette réalité est aussi celle du continent africain comme partout ailleurs sur cette planète.
    Sa négation est d’une hypocrisie absolue.
    Alors un peu de tolérance au Pays des Hommes Intègres ne serait pas mal venu.
    La sexualité est du domaine du privé et aucune autorité quelqu’elle soit n’a de légitimité pour intervenir dans ce domaine.
    Autant je j’apprécie pas du tout l’hyper-sexualisation de tout en Occident, autant je n’apprécie pas du tout cet obscurantisme d’un autre âge au nom de prétendues "valeurs".

    • Cher (re) Mener. Permettez moi de vous citer quelques faits de société comme le viol ., le vol , le meurtre. la drogue etc... Ces faits existent et existeront. Faut il les autoriser sous le couvert de la tolérance ? Chaque société à ses règles qui la caractérisent. Certains individus les transgressent sans que cela ne soit la règle. C est le cas de l homosexualité. Certaines sociétés la tolèrent et l autorisent . C est leur droit et cela devrait l etre dans leur zone géographique . L homosexualité n est pas une vértue dans notre ère géographique. Cette situation l est depuis belle lurette La tolérance aussi c est de permettre à notre ère géographique de vivre avec l’homosexualité comme fait reprehensible. Mettons un peu de limites a nos comportements .Cordialement

  • Bonjour Menet,
    Tout à fait d’accord avec votre écrit, comme avec celui de l’internaute Enfant de Boussé.
    Néanmoins, il me semble que "l’hyper-sexualisation de tout en Occident" connait, depuis un certain temps, une certaine remise en question, alors qu’elle est déjà arrivée chez nous. Jetez donc un œil aux clips africains...

  • Concertations ...concertations ..le CSC veut occulter son tort et sa fuite de responsabilité. Est-ce qu’il y avait eu de telles longues concertations pour le choix de ces vidéos immorales ? CSC, soyez honnête ; reconnaissez le tort et corrigez vite le mal. Il y a urgence de soin dans votre éthique et pour notre morale de vie. Ne nous torturez pas le temps et les humeurs dans vos embarras et lâcheté. Quand on est est pris en flagrant délit dans ses indécences on fait preuve de responsabilité pour assumer et corriger à temps, sans gaamation.

  • Il faut suspendre aussi certaines chaines musicales suivies par les enfants où l’on ne voit que très souvent des femmes à moitié habillées avec des danses érotiques.

  • Boris et le fils de Bousse
    c’est votre droit d’approuver la pratique des LGBT. Mais sachez que cela ne fait pas partie de notre culture africaine. S’il Ya des cas c’est des déviances. On ne peut donc pas tolérer que l’on fasse leur publicité .pendant qu’on y est faisons la pub aussi pour les voleurs et autres malfrats dont les pratiques sont des déviances par rapport à l’éducation qui nous est donnée.
    Vous dites que la sexualité est du domaine privée de chacun. Diffuser ces actes a La télé est il du domaine privé ?
    En Afrique la polygame fait partie de nos mœurs. En Europe tel n’est pas le cas. Les demandeurs de titre de sejour signent un document pour s’engager à ne pas vivre en polygamie. Peut on y faire la pub de la polygamie ? Celui qui veut vivre la bas est obligé de se plier. C’est leur culture. C’est normal.
    Il est donc normal que chez nous aussi nous imposions nos règles . Nous ne disons pas que nos valeurs sont supérieures à celles des autres mais elles sont nôtres. Est ce avoir deux femmes n’est pas du domaine privé ? Pourtant c’est interdit chez eux et on ne s’en plaint pas parce que c’est leur culture.
    Merci

    • @Ali Ouattara

      Personne ne peut s’octroyer un droit d’approuver ou pas l’orientation sexuelle d’une autre personne.
      Mais ce que nous pouvons faire, c’est de se questionner et savoir qui sommes nous pour condamner l’autre parce qu’il est grand ou petit de taille, qu’il soit corpulent ou mince, foncé ou claire de peau ???

      Ces choses ne sont pas des choix mais des cadeaux de la nature. N’aller pas chercher de la déviance ou je ne sais qu’elle autre trouvaille pour justifier l’intolérance et l’ignorance.

      Prenez le cas de notre ami kwiliga qui était contre l’homosexualité il y a quelques semaines seulement. Je constate que sa position semble évoluer vers la tolérance. (bien que papa longtemps disparu et maintenant retrouvé lui avait adressé un message sur le sujet.)

      J’espère que là aussi, ce n’est pas une posture opportuniste par mimétisme à la OUATTARA ou COMPAORE pour plaire comme il me laisse penser très souvent de ses positionnements mais une réelle ouverture d’esprit.

      Je salue au passage le courage et l’honnêteté de Boris, le fils de Boussé et tous ceux qui participent à rendre justice à nos frères et soeurs homosexuels (les) dont les droits élémentaires sont foulés.

      Je souhaite de coeur que ceux qui prônent des valeurs africaines pour justifier cette injustice vis-à-vis des autres prennent le temps de connaitre ne serait-ce que peu ces valeurs car, aucune valeur sur terre ne peut justifier l’intolérance par mimétisme.

  • En matière de sexualité, il y a des habitudes différentes suivant les pays et les époques. Tout évolue. La polygamie n’est pas interdite au Burkina et l’est dans d’autres pays. Des hommes préfèrent vivre avec des hommes, des femmes avec des femmes.
    Ce que font les adultes les regardent s’ils ne sont pas contraints.
    Ceci dit, le cerveau est malléable et il est facile d’influencer, ce qui justifie d’être prudent quand il s’agit des enfants.

    • @Ed
      "Ce que font les adultes les regardent s’ils ne sont pas contraints." Je suis tout-à-fait d’accord et ce devrait être la base de notre vivre ensemble.
      "le cerveau est malléable et il est facile d’influencer," En effet et je prendrais pour exemple les appels tonitruants et répétés des mosquées qui tentent d’influencer les jeunes cerveaux pour en faire un troupeau obéissant et docile.
      Pour en revenir à l’orientation sexuelle, le cerveau est malléable mais on ne choisit pas son orientation sexuelle. Oh on peut tenter de réprimer ses pulsions, mais est-ce que "bien préparer sa sexualité" peut passer par la répression. Non et je ne le souhaite à personne.
      Je préfère souhaiter que nos sociétés aillent de plus en plus vers l’acceptation des autres dans leur diversité, et ça s’appelle la tolérance et l’ouverture d’esprit. Car si on observe le monde dans lequel on vit, une société qui prétend se référer aux valeurs africaines - alors qu’elle s’appuie davantage sur les valeurs de religions importées - ce qui condamne la diversité en matière d’orientation sexuelle est une morale religieuse de type patriarcale, où la norme hétérosexuelle de reproduction - animale - veut s’imposer.
      L’attirance entre deux personnes de même genre n’est pas exclusivement sexuelle, les rapports amoureux entre personnes de même genre sont puissants et n’ont pas à être condamnés.
      Deux personnes qui s’embrassent, ce n’est pas deux personnes qui s’enculent, alors excusez-moi mais se tenir par la main ou s’embrasser n’est en rien de la "promotion de l’homosexualité"
      Le gendarme est intervenu, c’est bien, mais cela n’empêchera pas les enfants de voir à la télé les films africains nigérians qui témoignent des errements de comportements hideux bien qu’hétéronormés - quelle "bonne" influence - et les novellas dont les mamans burkinabè se gavent et où tous les désordres des comportements humains sont étalés ! Misère...

  • Certains semblent oublier (ou refusent de voir) que dans certaines ethnies de notre cher Faso, il existe traditionnellement des pratiques sexuelles entre jeunes adultes non-mariés de même sexe, jusqu’au moment où ils trouveront un mari ou une femme. Vous contesterez sûrement cet état de fait, mais c’est pourtant une réalité que j’ai constaté. C’est accepté par la population, même si l’on ne met pas le mot "homosexualité" dessus.

  • Il y a vraiment des gens qu’il faut déchoir de leur appartenance à la race humaine.
    Comment peut on renier sa nature et sa société jusqu’au point de tomber dans la bestialité ?
    En attendant l’arret de ces émissions tendant à transformer notre société en celle d’animaux, tous ceux qui veulent de l’homosexualité peuvent aller se mettre en colonne par un en occident pour se prendre des penses chaudes.

    • @TANGA
      "transformer notre société en celle d’animaux" dites-vous, et vous parlez de "bestialité". Permettez que je m’étonne. L’accouplement des bêtes, des animaux, vise la reproduction, alors il faudrait dire que le comportement "naturel" de l’homme à copuler vise aussi sa reproduction, et c’est la part animale de l’homme qui obéit à cette injonction - animale. Quant à l’homosexualité, non seulement elle n’est pas étrangère à de nombreuses espèces animales, et chez l’homme, par opposition au comportement animal naturel, dit hétérosexuel, l’attirance de deux personnes du même genre n’est en rien une déviance, mais une désobéissance à la norme animale hétérosexuelle, donc une donnée culturelle.
      Si on relit votre post à l’aune de cette réflexion, vos arguments sont non seulement insensés, mais intolérants à la diversité des comportements humains.

  • Mon œil, vous dormez où quoi. Les symboles LGBT est en circulation dans notre vie courante depuis fort longtemps.
    Le chaussures
    Les habits
    Ayy l’essentiel de ce que porte les jeunes chaque jour. Il y a sur beaucoup des drapeaux de ses homosexuels. Après la banalisation c’est la pratique en masse, n’avez vous pas vu que la drogue après la.banalisation et devenu courante en milieu scolaire ? Les promoteurs d’une chose font bien partie de la chose. Négociez, négociez vous ce qui va nous détruire tous.

    • @Dabre
      Ne craignez rien. Vous vous effarouchez en supposant "Après la banalisation c’est la pratique en masse," mais ce n’est pas ainsi que ça se passe. Il y aura toujours davantage d’individus obéissants à la norme que d’individus disposés à assumer en responsabilité leurs pulsions. Car dans un pays comme chez nous où la morale dominante est rétrograde, bien vivre une sexualité "hors norme" est difficile, il faut une force morale et une capacité de résilience que vous ne soupçonnez pas.
      Celui ou celle qui "suit le troupeau" est soutenu par une "morale collective" et le plus souvent s’en satisfait paresseusement, ne cherche pas à développer ses propres qualités morales.
      Soyez assuré qu’il est beaucoup plus difficile de "bien préparer sa sexualité" et de bien la vivre quand elle n’est pas celle que la morale dominante voudrait imposer.
      Et soyez rassuré. Les LGBTQIA+ ne font pas de prosélytisme, ils ne font que tenir debout leur fierté face à des vents mauvais qui voudraient les atomiser, ou les mettre dans des camps comme en Russie !
      Aimez-vous les uns les autres...

  • Bonjour Kassenabu

    pouvez vous s’il vous plait me citer les ethnies dans lesquelles ce que vous dites est une pratique admise ? C’est pour mon information
    je vous remercie

    • Bonsoir M. Ouattara.
      Pour les femmes, chez les dagaras par exemple. Pour les hommes, dans certains villages bobo, comme Koumi par exemple. Je sais que je vais faire hurler certains, mais c’est une réalité qui a d’ailleurs été expliquée par des historiens burkinabè.
      Et cette pratique est tout aussi répandue dans bien d’autres pays africains.
      Bonne soirée.

    • Cher Kassenabu,
      Je ne vous connais pas mais je suis obligé de vous remettre à votre place. Vous êtes un menteur. Je suis dagara et nul part chez les dagaras vous ne trouverez de telles pratiques malsaines et contre-nature. La société dagara n’est pas une poubelle. Si on vous a payé pour écrire des bêtises de ce genre vous nous aurez en face. Dans quel village dagara avez vous vécu ce que vous prétendez ?

    • Cher Kassenabu,
      Je ne vous connais pas mais je suis dagara et ne peux pas vous laisser répendre des mensonges grossiers sur les dagara. Je connais ma société et mes coutumes. Vous êtes un menteur et rien d’autre. Dans quel village dagara avez-vous vécu ou observé l’homosexualité ? La société dagara n’est pas une poubelle. Quel est l’historien qui a produit les études dont vous parlez ? Je vous défie de publier les dits ouvrages dans ce forum. Sinon pour avoir diffamé la société dagara, mystiquement vous serez puni.

    • Bonjour macaroni.
      Voici : Malidoma Somé and Sobanfu Somé : "The lesbian spirit : Girlfriends magazine, july 1994 Re : the dagar tribe of Burkina Faso, West Africa
      Bonne lecture.

  • Merci internaute Macaroni, n’oubliez pas que nous sommes dans une guerre de communication et des gens comme Kassenabu peuvent eux-meme ecrire du n’importe quoi et balancer sur Amazon (ca ne coute meme pas 1f et ils peuvent poster leur salades dans le logiciel de Amazon en une journee). Alors, quand tu tapes le titre qu’ils balacent, tout leur mensonge sort sur Google. Le plus souvent, ils sont europeens et ne connaissent pas nos societes mais vont mentir. C’est a nous d’etre vigilant. Je peux ecrire un livre/jour et mettre sur Amazon et dire voila ce qui est dit dans un livre !!!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique