LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

BEPC session 2023 : 35 229 candidats sont en lice dans les Hauts-Bassins

LEFASO.NET

Publié le jeudi 1er juin 2023 à 22h05min

PARTAGER :                          
BEPC session 2023 : 35 229 candidats sont en lice dans les Hauts-Bassins

Dans la région des Hauts-Bassins, ils sont au total 35 229 candidats qui ont entamé, ce jeudi 1er juin 2023, la composition des épreuves écrites du premier tour du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), session 2023. C’est la secrétaire générale de la région, Mariama Konaté, qui a procédé au lancement officiel des épreuves au lycée municipal Sany Sanon de Bobo-Dioulasso.

C’est parti pour la composition des épreuves écrites du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), du Brevet d’étude professionnelle (BEP) et du Certificat d’aptitudes professionnelles (CAP), session 2023, sur l’étendue du territoire national.

Dans les Hauts-Bassins, le top départ des épreuves de ces examens a été donné par la secrétaire générale de la région, Mariama Konaté, au nom du gouverneur empêché. Le lancement officiel a eu lieu au lycée municipal Sany Sanon de Bobo-Dioulasso. Ce en présence des premiers responsables en charge de l’éducation dans ladite région.

Des candidats en attente des épreuves de composition avec impatience

Ils sont au total 35 229 candidats au BEPC, 2 144 au BEP et 1 508 au CAP dans la région des Hauts-Bassins. Les 35 229 candidats au BEPC sont repartis dans 91 centres secondaires, 103 jurys et 795 salles de compositions. Parmi les candidats au BEPC, l’on compte 20 229 filles et 15 000 garçons. Et selon les statistiques le nombre de candidats au BEPC a connu une baisse de 12,67% comparativement à l’année dernière où la région enregistrait 40 338 candidats. C’est pour ainsi apporter leur soutien aux candidats que les autorités de la région ont décidé de se rendre au lycée municipal Sany Sanon dans la matinée de ce jeudi.

La délégation, avec à sa tête la secrétaire générale de la région, Mariama Konaté, était composée des autorités administratives, militaires et paramilitaires, ainsi que les acteurs du monde de l’éducation. La secrétaire générale a saisi l’occasion pour traduire les encouragements du gouverneur et les siens aux candidats et aux encadreurs. Elle a aussi fait savoir que les épreuves qu’ils auront à composer ne vont pas sortir du cadre du programme qui a été déroulé tout au long de l’année scolaire. « Nous sommes venus encourager les candidats ainsi que les encadreurs. Nous avons dit aux candidats d’aborder les sujets avec sérénité parce que ce sont des sujets qui ne sortent pas du cadre du programme déroulé tout au long de l’année scolaire », a-t-elle souligné.

La secrétaire générale de la région, Mariama Konaté, a saisi l’occasion pour traduire les encouragements du gouverneur et les siens aux candidats et aux encadreurs

Avant de poursuivre : « Ce jour est important pour les enfants et pour nous les autorités de la région parce que c’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu. Donc il était de bon de ton que nous puissions venir les encourager et leur donner des conseils pour que lors des compositions aucun enfant n’ait des ennuis. A cet effet, nous leur avions demandé de suivre les conseils et les consignes qui leur ont été donnés. Et notre souhait est que la région puisse monter sur la première marche ». Elle a par ailleurs souhaité que l’ensemble des candidats du Burkina qui ont travaillé tout au long de cette année, dans des conditions assez difficiles pour beaucoup d’entre eux, puissent aborder sereinement les sujets et qu’ils obtiennent leur diplôme qui leur permettrait d’aller au second cycle.

Ainsi, avant l’ouverture des enveloppes contenant les épreuves écrites, la délégation a visité plusieurs salles de compositions, afin de prodiguer des conseils aux candidats qui ont promis en retour de faire un 100% au niveau de leur centre. C’est tout naturellement par l’épreuve de la dictée que les candidats ont débuté la composition. « Une candidate confiante » est le titre de la dictée. Selon le directeur régional en charge de l’éducation dans les Hauts-Bassins, Frédéric Armand D’Almeida, les examens se déroulent sans difficultés majeures dans les trois provinces que compte la région des Hauts-Bassins à savoir le Houet, le Tuy et le Kénédougou.

Frédéric Armand D’Almeida, a rassuré que les dispositions ont été prises pour permettre aux candidats de composer dans les meilleures conditions possibles

Ce dernier a également tenu a exprimé sa satisfaction pour l’organisation réussie de ces examens. Pour lui, c’est un pari gagné. « Mes équipes et moi sommes à pied d’œuvre depuis bien longtemps et cela nous permet de dire aujourd’hui que l’adrénaline va commencer à descendre parce que c’est parti pour les examens. Tout a été mis en œuvre sur le plan organisationnel, sanitaire et sécuritaire, pour que nous ayons une session qui se déroule dans la quiétude, dans de bonnes conditions pour le succès de nos apprenants », a-t-il laissé entendre.

Au regard du contexte difficile que traverse le Burkina Faso, marqué par l’insécurité, la région des Hauts Bassins accueille des élèves déplacés internes. Le directeur régional de l’enseignement post-primaire et secondaire des Hauts-Bassins, Frédéric Armand D’Almeida, a rassuré que les dispositions ont été prises pour permettre à ces candidats de composer dans les meilleures conditions possibles. « Nous avons des cas d’élèves déplacés internes dans la région et les conditions ont été créées aussi pour que tout le monde soit véritablement à l’aise, afin que les inquiétudes particulières ne dérangent personne », a-t-il rassuré.

Le candidat Issiaka Dembélé compte aborder les épreuves avec sérénité

A cet effet, des centres ont été délocalisés dans des zones sécurisées pour leur permettre de composer dans la quiétude. Des dispositions ont donc été prises avec les services de sécurité afin que tout se passe bien sur l’ensemble du territoire national. Pour sa part, il a souhaité que les examens puissent se dérouler dans les meilleures conditions et « que les efforts ne soient pas vains ». Quant aux candidats qui ont matinalement répondu présent à l’appel, sur certains visages se lisaient la peur et le stress. D’autres essayaient tant bien que mal de dissimuler cette peur et se disent confiants pour affronter les épreuves.

C’est le cas d’Issiaka Dembélé. « Je me sens bien parce que j’ai préparé l’examen depuis les vacances passées. J’entends aborder les sujets avec sérénité sans m’embrouiller et avec la grâce de Dieu ça va aller », s’est-il convaincu. Même son de cloche chez la candidate Fatoumata Dembélé qui compte aussi affronter les épreuves avec sérénité. Elle prie Dieu afin qu’il lui accorde le BEPC cette année. La proclamation des résultats du premier tour est attendue pour le vendredi 9 juin 2023.

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique