LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Guinée : La liberté de la presse bat de l’aile

LEFASO.NET

Publié le mercredi 24 mai 2023 à 08h59min

PARTAGER :                          
Guinée : La liberté de la presse bat de l’aile

La presse guinéenne est confrontée à une tentative de musèlement sans précédent ces derniers jours. La preuve, l’émission de plusieurs médias a été interrompue et des sites d’information ainsi que des réseaux sociaux sont sous restriction. En vue de mieux appréhender cette atmosphère tendue entre la presse guinéenne et les autorités, nous avons joint en ligne le mardi 23 mai 2023 Maïmouna Bangoura, journaliste, fondatrice du site laguineenne.info.

Lefaso.net : Pourquoi la presse guinéenne a-t-elle observé ce mardi 23 mai 2023 une journée presse morte ?

Maïmouna Bangoura : Nous avons observé une journée presse morte pour montrer notre mécontentement suite au démentelement des émetteurs du groupe de presse Afric Vision et au brouillage des ondes, la restriction des sites d’informations guinéens ainsi que des réseaux sociaux. C’est également pour exprimer notre ras le bol face aux menaces proférées par le ministre Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du gouvernement.

Quel est en ce moment l’état de la liberté de presse en Guinée ?

La liberté de presse va de mal en pis en République de Guinée. Les journalistes sont victimes de menaces, de violations, de censure etc.. Et aujourd’ hui, c’ est le porte-parole du gouvernement qui profère, lui aussi, des menaces contre la presse.

En tant qu’hommes de médias, nous estimons que l’État veut museler la presse. Et pour parvenir à ses fins, le pouvoir a démantélé des émetteurs de certains groupes de médias, brouillé des ondes, restreint des sites d’information et des réseaux sociaux. C’est qui est regrettable.

Que proposent les acteurs des médias pour améliorer cette situation ?

Les acteurs des médias comptent boycotter toutes les activités du gouvernement, faire une marche de protestation dans tout le pays, informer et interpeller les ambassades, la communauté internationale, les organisations de défense des droits de l’homme et la Haute autorité de la communication (HAC).

Si toutefois le gouvernement ne lève pas toutes les restrictions à savoir, restituer les émetteurs d’Afric Vision, cesser le brouillage des ondes et débloquer les sites et réseaux sociaux ; des synergies des médias seront organisées pour parler de la situation de la presse.

Ensuite les associations et les organisations professionnelles de presse en Guinée vont suspendre leur participation au sein du conseil d’administration du Fonds d’appui au développement des médias (FADEM), à la HAC et au Conseil national de la transition.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Courage Madame mais article inutile car c’est prévisible.
    Dans quelle dictature la presse est libre ? Russie, Burkina, Mali, Guinée, Corée du Nord, Afghanistan... parlons d’autres choses

    • @A qui la faute ?

      Tu as une vision etriquée et tres selective car dans la liste des pays que tu cite tu oublies la France ou les journaux etrangers sont fermés, ou les manifestants sont tabassés et eborgnés par la police quand ils revendiquent leur droits. Etque dire de Macron dont tu es admiratif quand il viol la constitution en passant les lois au forcept avec l’article 49.3 autan parler de dictature. Mais cela tu ne le vois pas mon cher "@A qui la faute ?"
      Alassane Ouattara n’est certainement pas une reference avec son quatrieme mandat qui se profile. Que dire de Bazoom. Franchement tu n’est pas a la hauteur " @A qui la faute ?" et le compte n’y est pas.

  • On le voit : la grande campagne contre ces pays a demarré comme on l’a prévue ! Les journalistes se soutiennent entre eux sous tous les arguments possibles et eculés pour jouer leur partition. C’est d’ailleurs a se pose rla quesion de la raison d’etre cet article, franchement !!!
    SOME

  • Non, n’oublions pas que le patron de Lefaso.net est le président régional des éditeurs en ligne. Il essaie de porter la voix de tout membre en cas de besoin comme lefaso.net est lu à l’international. Maintenant, comme on dit, nos problèmes nous suffisent au Faso, donc laissons couler.

  • Ne voyez vous pas la main de l’occident qui tente de faire d’une pierre 3 coups ?
    En destablisat la Guinée cela la remet dans le pré-carré de la francafrique et du coup prive le Mali et le Burkina d’acceder à la mer par le port de Conakry par ou les armes leurs sont livrés.
    Reveillez vous chers freres Africains. Ne vous laissez plus manipuler. Mamadou Doumbia est le pillier de la lutte panafricaniste a abattre

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique