LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Journée nationale de jeûne et de prières : Mgr Laurent Dabiré invite les Burkinabè à « se départir de la peur de l’autre »

Lefaso.net

Publié le dimanche 21 mai 2023 à 22h00min

PARTAGER :                          
Journée nationale de jeûne et de prières : Mgr Laurent Dabiré invite les Burkinabè à « se départir de la peur de l’autre »

Répondant à l’appel du gouvernement, les fidèles catholiques, à l’instar des autres communautés religieuses, ont prié pour le retour de la paix au Burkina Faso. Ce samedi 20 mai 2023 à la cathédrale Notre-Dame de l’Immaculée conception de Ouagadougou, la messe a été dite par le président de la Conférence épiscopale Burkina-Niger, Mgr Laurent Dabiré, en présence de membres du gouvernement et de présidents d’institutions.

« Nous prions pour notre pays en quête de réconciliation, de justice et de paix. La paix est un don de Dieu, c’est aussi le fruit des efforts des hommes », a déclaré l’archevêque métropolitain de Ouagadougou, le cardinal Philippe Ouédraogo, au début de la célébration. 

Une vue des fidèles avant le début de la messe

Il a rappelé à l’assemblée que le terrorisme a fait et continue de faire beaucoup de victimes, des veuves, des orphelins et des personnes déplacées internes. « Comment parvenir à faire taire les armes au profit du dialogue ? », s’interroge le cardinal. Il note que le dialogue inter-religieux et culturel est nécessaire pour la paix. « Il nous fait rêver et œuvrer ensemble et détruire les murs d’intolérance, d’égoïsme pour bâtir des ponts de dialogue, de respect mutuel, de pardon et d’amour vrai », a-t-il-poursuivi. 

Le Cardinal Philippe Ouédraogo a indiqué que la paix, c’est aussi le fruit des efforts des hommes

Pour que tout le monde compte

Dans la même veine, le président de la Conférence épiscopale Burkina-Niger, Mgr Laurent Dabiré, a indiqué que la prière n’est pas une magie. « La prière est une demande à Dieu pour qu’il nous appuie dans nos efforts. Dieu ne nous remplace pas dans nos responsabilités ; il nous accompagne à aller plus loin. Il faut travailler à ce qu’aucun Burkinabè ne se sente exclu », a-t-il plaidé. 

Dans son homélie, Mgr Laurent Dabiré a également invité les Burkinabè à se départir de la peur de l’autre et à combattre en eux le désir d’avoir toujours plus, « ce qui amène à toujours accaparer le bien de l’autre ». C’est l’une des conditions, selon lui, pour la paix et la cohésion sociale. 

Mgr Laurent Dabiré a invité les Burkinabè à se départir de la peur de l’autre

 Les quatre piliers

Le président de la Conférence épiscopale Burkina-Niger a enfin invité les Burkinabè à s’engager à travailler sincèrement, en s’appuyant sur quatre piliers : « la justice ; le respect des droits de l’homme et des droits des peuples ; le pardon et la réconciliation qui permettent d’aller au-delà de toute crise ; et l’esprit de la grande famille africaine qui proscrit la discrimination ».

« Le Burkina Faso est un pays de foi et de spiritualité »
Notons que plusieurs membres du gouvernement de la transition et présidents d’institutions étaient présents aux côtés des forces de défense et de sécurité pour prier pour la paix et la cohésion sociale. 

Selon le ministre en charge de la Communication, porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel Ouédraogo, la journée de jeûne et de prières est un succès parce que le Burkina Faso est un pays de foi et de spiritualité. « Nous avons la foi que toutes les intentions qui ont été manifestées aujourd’hui trouveront grâce aux yeux de Dieu afin que notre pays retrouve rapidement la paix et que nous puissions nous unir pour bâtir ce pays », a dit le ministre.

Selon le ministre de la Communication (2e à partir de la gauche) la journée de jeûne et de prières a été un succès

Le soutien du Vatican

Quant au nonce apostolique, Mgr Michael Crotty, il a rassuré les Burkinabè que le Pape François est toujours proche du Burkina Faso et prie pour un retour de la paix. « Celui qui croit n’est jamais seul », a-t-il clamé.

En rappel, l’organisation d’une journée nationale de jeûne et de prières pour la paix et la cohésion a été décidée en conseil de ministres, le mercredi 3 mai 2023. Selon le ministre en charge de l’Administration territoriale, le colonel Boukaré Zoungrana, cette journée a pour objectif de « rassembler tous les Burkinabè sans distinction de religion ni de croyance dans une communion de prière pour un retour rapide et définitif de la paix au Burkina Faso ».

Fredo Bassolé
LeFaso.net 

Portfolio

PARTAGER :                              

Messages

  • Prions pour que Dieu ne se mette pas en colère contre notre Hypocrisie mais nous prenne en pitié. Chaque fidèle est sensé connaître les valeurs et les interdits de sa religion. Syncrétisme qui confond Dieu au Diable. La Paix à tout prix nous a plongé dans une guerre sans prix ! Je vous rappelle juste les 7 péchés capitaux : Gourmandise, Avarice, Luxure, Orgueil, Paresse, Envie, Colère. À chacun de tirer les conséquences de sa prière et des prières. La courbe de la guerre nous indiquera les résultats. Laissons Dieu tranquille et occupons-nous du diable que nous sommes ! L’argent est la seule chose qui compte. Triste réalité du Burkina Faso !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique