LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina : Les élèves officiers de l’académie militaire Georges Namoano et les énarques réunis autour du drapeau

Lefaso.net

Publié le dimanche 16 avril 2023 à 22h57min

PARTAGER :                          
Burkina : Les élèves officiers de l’académie militaire Georges Namoano et les énarques réunis autour du drapeau

Dans le cadre de leur immersion dans l’administration publique, la 22e promotion d’élèves officiers d’active et la 13e promotion d’élèves officiers issus de rang de l’Académie militaire Georges Namoano (AMGN) sont à l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM). Ce vendredi 14 avril 2023, ils ont procédé, ensemble, à la montée des couleurs.

C’est une matinée inhabituelle dans la cour de l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM). Dans leur tenue dominée par la couleur bleue, les énarques ne sont pas seuls. Ils ont des militaires à leur côté. Il s’agit de la 22e promotion d’élèves officiers d’active et la 13e promotion d’élèves officiers issus de rang de l’Académie militaire Georges Namoano (AMGN).

La tradition de la montée des couleurs des élèves de l’administration publique burkinabè a pris une autre tournure. C’est devenu un cérémonial militaire sous le regard et les ordres du chef de corps de l’AMGN, le commandant William Baguera.
C’est une occasion, selon le directeur général de l’ENAM, Dr Jacob Yarabatioula, de rappeler aux deux entités qu’il n’existe pas un drapeau pour les civils et un autre pour les militaires. « Nous pensons que le drapeau, c’est le seul moyen qui puisse nous rassembler pour que nous nous rappelions les valeurs partagées de notre cher pays et que nous puissions défendre les défis qui sont ceux du Burkina Faso à l’heure actuelle », a-t-il justifié.

Le DG de l’ENAM, Dr Jacob Yarabatioula (au micro), et le commandant William Baguera ont souhaité que les deux entités tirent profit de cette immersion

Une démarche novatrice et séduisante

Cette immersion des élèves officiers est bien accueillie par les énarques. « Nous saluons très bien l’initiative parce que ce sont des moments et des occasions très rares dans la vie de l’élève fonctionnaire où on donne effectivement des plages aux civils et aux militaires de pouvoir se frotter de partager les expériences, les connaissances étant à l’école parce que quoiqu’on dise, une fois sur le terrain, nous avons tous le même objectif : travailler pour l’intérêt général de la nation », a laissé entendre Kalifa Ouando, élève administrateur des lycées et collèges, délégués général adjoint des élèves.

Une vue du personnel de l’ENAM présent à la montée des couleurs

Face au défi sécuritaire auquel le Burkina Faso fait face, le premier responsable de cette école a apprécié positivement l’initiative des militaires. « La démarche de l’académie militaire Georges Namoano est une démarche novatrice et qui nous séduit. Une école qui forme des officiers de notre pays et qui prend l’engagement de venir en immersion dans l’administration publique, je pense que c’est une première »

« La mobilisation générale »

Dans son intervention, le chef de corps de l’AMGN, le commandant William Baguera, a demandé aux énarques d’avoir l’esprit de la guerre partout où ils seront appelés à servir leur pays, car le contexte actuel l’oblige. « La guerre n’est pas l’apanage que des militaires. Nous savons que vous l’aurez compris à travers les différents changements, les différentes sollicitations des forces armées nationale au cœur de la population. Nous sommes passés à la mobilisation générale, car c’est une forme de guerre qui n’est pas standard aux miliaires », a-t-il expliqué.

Les énarques sont invités par le commandant William Baguera à faire une immersion à l’académie militaire Georges Namoano

Ces élèves officiers vont passer deux jours d’immersions. Plusieurs activités sont au programme pour leur permettre de toucher du doigt les réalités de l’administration publique.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Le terme "énarque" vient d’où ? Des statuts de l’ENAM ? où est-ce une initiative du journaliste ?

  • C’est une très bonne iniative qui permettra de consolider les liens entre la composante militaire et la composante civile. Une fois sur le terrain pour rendre service à la nation, les civils et les militaires ne doivent plus de voir en compétiteurs mais plutôt en forces complémentaires au service de la nation Burkinabè. Félicitations aux premiers responsables de ces entités et que leur exemple inspire d’autres Commandants et Directeurs Généraux. Vive le Burkina uni.

  • « Enarque «  : Étudiant de l’école nationale d’administration fondée en France en 1945 …

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique