LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

Publié le mercredi 12 avril 2023 à 22h16min

PARTAGER :                          
Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

Malgré les bonnes intentions des autorités burkinabè d’alléger la souffrance des populations face à l’inflation, force est de constater que les prix des produits de première nécessité continuent de varier d’un commerce à un autre. En effet, en cette période du mois de Ramadan, le paquet de sucre en morceaux de la société SN SOSUCO est vendu à 950 francs CFA, voire plus, par endroits. Selon l’avis de citoyens recueilli à ce sujet le mardi 11 avril 2023 à Ouagadougou, l’État doit absolument veiller à l’harmonisation des prix.

Dans un arrêté en date du 27 mars 2023, le ministère en charge du commerce a fixé le prix de vente du paquet de sucre en morceaux (fabriqué par la société SN SOSUCO), à 800 francs CFA pour les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Cependant, les réalités du terrain ont encore montré que certains commerçants de la capitale se plaisent à déroger à cette règle.
L’une des boutiques située dans le quartier de Tampouy dans laquelle nous nous sommes rendus, a indiqué qu’elle vendait le parquet de sucre en question, au prix de 95O francs CFA.

La boutique que nous avons visitée au passage

« Triste réalité, mais que faire quand les autorités ne veillent pas à ce que leurs décisions soient respectées et leurs lois appliquées ? », s’interroge Jacques Zongo, technicien supérieur en génie civil et imprimeur que nous rencontrons à son bureau dans le même quartier, distant d’environ 300 mètres, de la boutique évoquée plus haut.

Ainsi, M. Zongo invite l’État à s’impliquer davantage dans la vérification des prix des produits de première nécessité, à l’instar du sucre, du savon et des produits pharmaceutiques. Évoluant dans le domaine de la construction de bâtiments, Jacques Zongo déplore que le prix de la tonne de fer soit passée de 600 000 à 850 000 francs CFA avec une qualité inférieure.

Un peu plus loin, nous apercevons Adama Derra, en pleine causerie avec ses amis. C’est un vitrier de profession et le sujet de leur conversation porte curieusement sur le sujet de notre reportage. L’occasion faisant le larron, nous saisissons l’opportunité pour inciter l’un d’entre eux à se prononcer sur la thématique.

« Vu que les récentes augmentations des prix que nous avons connues sont pour une bonne cause, nous essayons de nous adapter. J’ai par exemple mis fin aux déplacements inutiles », Jacques Zongo, technicien supérieur en génie civil

Un citoyen en chômage technique

« Sincèrement tout est devenu cher et puis il n’y a plus de boulot », s’est-il désolé. Pour mieux comprendre notre interlocuteur, nous lui posons cette question : « Que voulez-vous dire exactement, quel est le métier que vous exercez ? ». Et à lui de répondre : « Je suis vitrier de profession mais il n’y a plus de marché. Car face à la vie chère, les constructions de bâtiments se font rares et cela nous plonge dans un chômage technique », a confié M. Derra. Cette situation l’a plus ou moins contraint à réduire son train de vie dit-il, en levant notamment le pied sur certains loisirs.

Adama Derra, vitrier : « Sincèrement tout est devenu cher et puis il n’y a plus de boulot »

Pour lui, revoir les prix à la baisse des produits de première nécessité viendrait à point nommé, dans la mesure où l’inflation conduit bon nombre d’ouvriers comme lui au chômage technique.

De l’avis de Souleymane Zongo, fonctionnaire à la retraite, rencontré à moins de cent mètres du précédent interlocuteur, il est impérieux de trouver les solutions idoines à la cause de cette vie chère, qui n’est autre que la crise sécuritaire.

La désolation de M. Ouédraogo

Même si M. Zongo admet que la situation est difficile au regard des salaires qui demeurent statiques face à la flambée des prix, il en appelle au bon sens des uns et des autres afin d’être focus sur l’éradication de la principale cause du problème. « Qui est à l’origine de l’augmentation des prix ? C’est la guerre ! », rappelle-t-il avant d’ajouter qu’il est de la responsabilité de tous de chercher des solutions pour mettre fin à cette guerre et créer les conditions favorables à un retour de la paix au Burkina Faso.

Hamidou Ouédraogo, ancien CDR selon lui, déplore l’insouciance de certains Burkinabè qui font des débits de boissons leur second domicile malgré la crise

En rappel, les taxes et les récentes augmentations des prix des produits de première nécessité participent à la stratégie mise en place par le gouvernement de la transition, pour se donner les moyens de mettre un terme à la crise sécuritaire au pays des hommes intègres. Cependant, des personnes mal intentionnées profitent de la situation pour surtaxer ou surfacturer les produits cibles à l’instar du sucre et bien d’autres denrées.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 12 avril 2023 à 16:45, par HUG En réponse à : Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

    Certains Burkinabé sont très méchant et on un seul objectif : s enrichir. Au Mali, les prix diminuent lors du jeûne musulman, mais dans mon pays c est le contraire.

  • Le 12 avril 2023 à 18:57, par Jonassan En réponse à : Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

    Il ne s’agit pas seulement des produits de première nécessité
    L’économie est un toute l’inflation d’où qu’elle se situe aura toujours un impact sur l’essentiel.
    C’est ironique d’augmente le prix de l’essence et dire après qu’on a à coeur le pouvoir d’achat du burkinabé.

    • Le 13 avril 2023 à 09:59, par kwiliga En réponse à : Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

      Bonjour Jonassan,
      Ce qui m’apparait également ironique, de la part d’un gouvernement qui se revendique du sankarisme, c’est de faire payer l’effort de soutien patriotique aux pauvres et aux classes moyennes, sans y faire participer les plus aisés qui sont consommateurs de produits de luxe.
      En effet, depuis le 21 février, les taxes sur les bières ont rapporté plus de 5 milliards, destinés à soutenir l’effort de guerre (et c’est très bien !).
      Si l’on considère le prix d’une bière en sortie d’usine, on peut estimer cette taxe de 100F à environ 25% d’augmentation.
      Hors, malgré ce qui est clairement précisé dans la loi initiale, les vins, whisky, alcools de luxe et autres champagnes, n’ont subi aucune taxe.
      Comment comprendre que l’on sollicite ainsi les pauvres et les classes moyennes, pendant que la bourgeoisie locale s’abreuve de luxueux produits d’importation, sans verser un franc pour soutenir l’effort patriotique ? Où est l’esprit de Sankara là-dedans ?
      A noter, dans le même ordre d’idée, que seule la marque de cigarettes de production nationale a subi la taxe. Le prix des cigarettes d’importation, quant à lui, est resté inchangé...? J’imagine que celui des gros cigares n’a pas bougé non plus...?

  • Le 12 avril 2023 à 21:22, par sawadogo En réponse à : Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

    La plus part des commerçants portent des noms musulmans et sont réguliers dans nos mosquées.Comment peut on comprendre de tels agissements pendant le mois du jeûne ? Pas facile !

  • Le 12 avril 2023 à 22:37, par TANGA En réponse à : Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

    L’année passé, j’ai eu à le dire sur un article ici même parlant des prix trop élevés de certains produit à Ramadan.
    Cette année encore je reviens.
    Mais vous qui faites ces articles, dites nous si ceux la qui ont disons ’’le monopol’’ de ces produits vous ont corrompu ou quoi ? Pourquoi ne pas faire cas de ça justa avant ramadan ?
    De toutes les façon, c’est comme disait quelqu’un : Nous aussi on va aller au paradis, vu qu’il y a des gens qui sont sans vergogne, organisent la cherté des produits pour s’enrichir et les autres gens disent que ces derniers sont bons, qu’ils donnent etc. Continuez seulement, IB va ouvrir vos dossiers très bientôt dès qu’il finira avec les autres terroristes. Oui, c’est du terrorisme que de maintenir le peuple ainsi avec des prix trop élevés. Oui, chaque année à l’approche de ramadan on est terrorisé. ce n’est pas seulement la guerre qui a créé cette flambée. Même avant la guerre, les prix montaient à ramadan. Il y en a marre !!!
    Pendant ce temps, au Sénégal, au Mali etc., les prix baissent à ramadan.

  • Le 13 avril 2023 à 02:39, par AMADOU En réponse à : Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

    Voilà un domaine où les journalistes de la critique facile sombrent dans un silence total. Les champions de la liberté d’expression préfèrent aller faire des photos avec leur mentor en Côte d’Ivoire pour exhiber et montrer qu’ils sont très forts. Oui pour eux c’est cela la liberté d’expression. Accepter de fustiger ces commerçants véreux qui pourrissent la vie dans une situation où il faut du patriotisme.

  • Le 13 avril 2023 à 16:31, par Zango En réponse à : Inflation au Burkina : « L’État doit veiller à l’harmonisation des prix de produits de première nécessité », interpellent des citoyens

    Merci au donateurs, mais aucun médecin n’accompagne le donateur pour sensibiliser ceux et celles qui vont consommer ce sucre, de manière à minimiser les cas de diabète,,et autres effets liés à certaines maladies et produits de traitement qui sont incompatibles au sucre. De toute façon, c’est ce qui est bon qui tue. À vos sondes, et tensiomètres.merci donateur , c’est fraternel.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Nutrition : La campagne "Assez" officiellement lancée
Burkina /Jeux de hasard : Les Koudougoulais découvrent LONABET