LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Développement industriel : Akaliko Burkina Faso lance officiellement ses activités

Lefaso.net

Publié le mercredi 12 avril 2023 à 14h58min

PARTAGER :                          
Développement industriel : Akaliko Burkina Faso lance officiellement ses activités

Akaliko Global a officiellement lancé les activités de sa filiale au Burkina Faso. La cérémonie officielle de lancement a eu lieu dans l’après-midi du samedi 8 avril 2023 à Ouagadougou, en présence du vice-président de Akaliko Global, Tsogt Tumurkhuyag. Akaliko Global est une société spécialisée dans la fabrication, la réparation et la vente de vérins hydrauliques, télescopiques et miniers.

Il faut désormais compter avec Akaliko dans le secteur industriel et commercial au Burkina Faso. La nouvelle société a été présentée à la presse et au public au cours d’une cérémonie solennelle. Des allocutions, des prestations d’artistes et une visite guidée des installations de la société ont été les temps forts de cette cérémonie de lancement.

Tsogt Tumurkhuyag, vice-président d’Akaliko Global.

Akaliko Global est une société spécialisée dans la fabrication, la réparation et la vente de vérins hydrauliques, télescopiques et miniers. Elle est également présente dans la fabrication, la vente et la réparation des radiateurs ainsi que la fourniture d’équipements miniers.

Visite guidée des installations d’Akaliko Burkina Faso.

Pour Jacob Tarpaga, directeur général d’Akaliko Burkina Faso, le manque criard de services de ce genre au Burkina Faso justifie le choix de l’installation d’Akaliko Global au pays des hommes intègres. « Nous avons opté pour ces domaines parce que c’est notre expertise, ce que nous faisons depuis des années. Les vérins hydrauliques sont des composants des machines et des gros engins, et souvent les machines souffrent de l’usage de vérins hydrauliques. Pour nous, ce service manque cruellement au Burkina Faso, raison pour laquelle nous avons décidé d’investir dans ce domaine », a expliqué le directeur général.

Jacob Tarpaga, directeur général d’Akaliko Burkina Faso.

« D’habitude, quand il y a un problème avec les vérins hydrauliques, la réparation est quasi-inexistante au Burkina Faso. Le client est obligé d’enlever l’ancien, de le déposer et d’acheter un nouveau vérin qui coûte extrêmement cher, sans compter les délais de transport et les difficultés liées à la logistique. Nous sommes maintenant au Burkina Faso, nous avons la capacité de vendre nos vérins et de réparer le vérin en cas de problème. Quand je parle de réparation, ce n’est pas une réparation simple mais une réparation complète parce que nous faisons également la fabrication », a-t-il ajouté.

Pour Jacob Tarpaga, Akaliko Burkina Faso dispose d’une technologie qui la différencie des autres et qui « permet de travailler sur les tiges des vérins hydrauliques et aussi de donner une satisfaction de 100% aux clients ». Akaliko Burkina Faso compte une vingtaine d’employés, selon son directeur général Jacob Tarpaga.

Charles Eugène Nabolé, conseiller technique, représentant le ministre du Développement industriel, a salué cette initiative d’Akaliko Global. Pour lui, Akaliko Burkina Faso apportera beaucoup au pays, notamment en termes d’investissements et de création d’emplois. Les investissements d’Akaliko au Burkina Faso se chiffrent à 11 milliards de F CFA, selon lui.

Charles Eugène Nabolé, conseiller technique, représentant le ministre du Développement industriel.

« Pour nous, cette ouverture représente une plus-value en termes de développement industriel. Nous avons une stratégie qui consiste à encourager les investissements étrangers au Burkina Faso à travers l’adoption récente d’un code d’investissement qui est assez souple. Akaliko a bénéficié des avantages de ce code d’investissement, ce qui a permis à cette entreprise de s’installer. Ce que nous saluons, c’est le fait que ça génère de l’emploi et permet donc de résorber le chômage.

L’autre aspect, c’est le transfert de technologies parce que dans leur approche, ils ne viennent pas tout faire sur place, ils viennent recruter et former des ouvriers burkinabè sur place et qui vont à leur tour faire la transformation. Du coup, ces pièces jadis rarissimes et souvent objets de blocage d’un certain nombre d’entreprises à cause d’une petite panne, vous les trouvez sur place », a précisé Charles Eugène Nabolé.

Les participants à cette cérémonie de lancement.

Saluant les éventuelles retombées de cette initiative, Charles Eugène Nabolé a rassuré que les autorités compétentes accompagneront Akaliko Burkina Faso « dans l’intérêt bien entendu de notre pays, parce qu’au-delà de la guerre, nous avons aussi besoin de travailler dans le sens du développement économique ».
En rappel, Akaliko Global est une multinationale présente dans 17 pays dans le monde dont le Burkina Faso.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Bonjour ! Je suis un mécanicien d’usine avec plus de 3ans d’expérience dans le domaine de la maintenance industrielle et diplômé du DTS en Maintenance et j’aimerai savoir comment postuler

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Royaume Gulma : D’où viennent les Moyenga ?