LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Gouvernance économique : Le Burkina veut davantage assécher les sources d’approvisionnement des terroristes

LEFASO.NET

Publié le mercredi 1er mars 2023 à 09h09min

PARTAGER :                          
Gouvernance économique : Le Burkina veut davantage assécher les sources d’approvisionnement des terroristes

Conscient qu’aucun État ne saurait parvenir à un développement durable sans la paix, la stabilité et la bonne gouvernance, le gouvernement burkinabè s’est résolu à poursuivre ses efforts pour réunir les conditions favorables à une économie prospère. Pour ce cela, le gouvernement a annoncé plusieurs actions à mener lors de la première revue 2023 du cadre sectoriel de dialogue « Gouvernance économique », ce mardi 28 février 2023 à Ouagadougou.

Face au bouleversement de l’économie burkinabè du fait de la crise sécuritaire, il urge pour le gouvernement de saisir le taureau par les cornes. En ce sens, un plan d’action pour la stabilisation et le développement du secteur de la gouvernance économique a été élaboré sur la période 2023-2025. Pour le ministre des sports, de le jeunesse et de l’emploi, Boubacar Savadogo, ces actions sont entre autres l’optimisation de la mobilisation des ressources, l’assèchement des sources d’approvisionnement des groupes armés terroristes en ressources de tout genre. À cela s’ajoutent l’amélioration de la gestion budgétaire et du patrimoine, l’audit des ministères, institutions, des fonds, de l’assemblée nationale, des entreprises publiques et des principaux établissements publics.

Ce cadre sectoriel de dialogue « Gouvernance économique » regroupe divers ministères, la société civile et les partenaires techniques et financiers

Un taux de recouvrement de 113,77% de recettes propres réalisé en 2022
L’amélioration de l’employabilité des jeunes, le développement des économies locales et l’accélération de la construction des pôles de croissance et de compétitivité ne sont pas en reste.

Au cours de la présente revue du cadre sectoriel de dialogue « Gouvernance économique », le rapport de performance économique de l’an 2022 a été présenté. Il en ressort notamment la mobilisation des recettes propres chiffrées à hauteur de 2 400,59 milliards de francs CFA à fin décembre 2022 sur des prévisions de 2 110,04 milliards de francs CFA. Ce qui donne un taux de recouvrement de 113,77%.

Le rapport indique également que l’État est parvenu à assécher des sources d’approvisionnement des groupes armés terroristes en 2022, à travers notamment le démentèlement de douze circuits informels de commercialisation de produits pétroliers et cinq circuits informels de commercialisation de motos. Sans oublier le gel des avoirs de 26 présumés terroristes.

« Nous devons faire preuve de disponibilité, d’innovation et de sacrifices individuel et collectif dans la conduite des actions », Boubacar Savadogo représentant le ministre en charge l’économie

Le plan d’action mis en œuvre en 2022 par le gouvernement de la transition a contribué à soutenir le retour volontaire des personnes déplacées internes à travers le plan de stabilisation de l’axe Ouaga-Kaya-Dori et du projet communautaire de relèvement et de stabilisation du Sahel. Concernant le contrôle de la gestion financière et comptable, ce sont cinq postes de péage, dix établissements publics de l’État, dix projets et programmes de développement qui sont passés au peigne fin des auditeurs. Ont aussi fait l’objet d’audit, onze collectivités territoriales, cinq sociétés d’État ainsi que onze missions de contrôle sur saisine dans différentes structures publiques.

Les partenaires techniques et financiers ont répondu présents à ce rendez-vous avec pour chef de file, la représentante résidente de la Banque mondiale, en la personne de Maïmouna Mbow Fam. Elle a salué l’engagement de l’État burkinabè à trouver avec le soutien de ses partenaires, des solutions pérennes permettant d’atténuer les effets des crises multiformes qui impactent le pays.

« Ces défis ne sont pas exhaustifs et les partenaires voudraient vous rassurer de leur disponibilité à vous accompagner sur la base d’un programme de réformes structurelles », représentante résidente de la Banque mondiale, Maïmouna Mbow Fam

« En dépit de ce contexte national et international difficile, le secteur de la gouvernance économique a fait preuve de résilience et consolide certains acquis encourageants dans plusieurs domaines », a relevé la représentante résidente de la Banque mondiale, Maïmouna Mbow Fam.

L’atteinte pour la seconde année consécutive de la cible de l’indicateur relatif à la part du budget de l’État transférée aux collectivités territoriales avec une réalisation de 15,53% à fin décembre 2022 est l’une des illustrations de l’économie burkinabè, citées par la Banque mondiale.

Les défis à relever

Malgré les résultats obtenus, la Banque mondiale a mentionné que d’importants défis sont à relever. Ces défis sont notamment la prise et la mise en œuvre effective de mesures plus vigoureuses et efficaces pour atténuer les effets de l’inflation et protéger le pouvoir d’achat des populations. La poursuite de la digitalisation des régies de recettes, des services de la commande publique, et de l’exécution de la dépense dans les administrations publiques afin de freiner les sources de déperdition de ressources financières et améliorer les prestations de services au profit des contribuables et des citoyens.

Le renforcement de la transparence et de la reddition des comptes à travers la publication des audits finalisés par l’Autorité supérieure de contrôle d’État et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) et la mise en œuvre des recommandations qui y sont formulées font aussi partie de ces défis majeurs répertoriés.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Avez vous déjà vu une bonne stratégie publiée comme ça ? Que du pipo. Tout ce qui se vanne comporte de l’impureté. Taisez vous enfin et mettez vous au travail.

    • Comment faut-il travailler ? Quand le gouvernement ne communique pas vous vous plaignez Quand il communique vous avez à dire sans proposer. C’est la gouvernance de Blaise et de ROCK Vous aimez. La corruption et les détournements pour que le peuple mange l’herbe quelque part

    • On ne communique pas au hasard. On ne communique’pas parce que des individus le reclament. Soyons intelligents.

  • N’oubliez pas que la France deverse des billets de CFA tout neuf au terroristes. Il sera difficile de contrer cela si nous n’abandonnons pas le franc CFA. Il faut absolument battre monaie et traquer les nouveau riches et tous les achat d’envergure. Egalement investiguer les delits de richesse d’apprent. Un chaumeur qui se met a acheter a tour de bras est un potentiel suspect a traquer.

  • "...Le rapport indique également que l’État est parvenu à assécher des sources d’approvisionnement des groupes armés terroristes en 2022, à travers notamment le démentèlement de douze circuits informels de commercialisation de produits pétroliers et cinq circuits informels de commercialisation de motos. Sans oublier le gel des avoirs de 26 présumés terroristes..."
    Le résultat est bien maigre et très insuffisant pour assécher les mannes d’argent des terroristes ! On a juste gratter sur le haut de l’iceberg quelques centimètres de glace alors que nous avons 90 mètres qui est caché sous l’eau. Nous avons des trafics importants dans les domaines des pesticides illicites, médicaments de rue, drogue, cigarettes, migrants, contrôle de l’orpaillage... Tous ces trafics ont des connexions avec les terroristes. Tant que ces derniers auront de l’argent, ils pourront recruter massivement les jeunes désoeuvrés et les équiper en moto, armes... La guerre se gagnera ou pas sur ce terrain de la lutte CONTRE TOUS LES TRAFICS !

  • La stratégie actuelle qui sied , c’est de travailler à remettre l’administration aux professionnels et la sécurité travaille à sécuriser les administrés. Les professionnels de l’Administrations sont formés pour celà. Le Ministère étant lourd et est manipulé par la sécurité .Aujourd’hui . elle a perdu sa valeur lorsqu’on veut résoudre une crise de l’administration. Pas mal de frustations constatés de gauche à droite issus de certains CCA

  • Avez vous besoin de le clamer haut et fort à qui veut l’entendre ? Soyez intelligent ! Ces choses là se font à huis clos. De grâce, réfléchissez un peu !

  • Au risques de nous repeter tant que des Tribunaux Speciaux contre la Corruption Endemique ne seraient pas installes pour traiter diligement des Crimes Economiques, Financiers, Blanchiments de Capitaux et autres detournements des deniers et Biens Publics, tout ces Forums ne donneront pas efficacement des resultats probants et Concrets. Rappelons que le Bilan Financiers des Tribunaux Populaires de la Revolution ont renfloue des Milliards dans les Caisses de l’Etat Burkinabe. Actuellement, le Populisme politique prend le dessus sur des decisions fortes et diligentes pour resoudre des problemes complexes lies a l’Insecurite et a Lutte contre le terrorisme et le grand Banditisme desastreux. Salut

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Management des Entreprises par les Processus