LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

Publié le jeudi 23 février 2023 à 22h33min

PARTAGER :                          
Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

Comme prévu, la ré-inhumation des restes de Thomas Sankara et de ses douze compagnons d’infortune s’est déroulée, ce jeudi 23 février 2023 au mémorial Thomas Sankara, à Ouagadougou. La cérémonie s’est tenue dans l’intimité des familles, des autorités et corps constitués présents pour la circonstance.

Huit ans après l’exhumation des restes des treize victimes du coup d’Etat du 15 octobre 1987 pour des raisons de justice, la ré-inhumation est intervenue au Conseil de l’entente, théâtre du drame.

36 ans plus tard, l’émotion se lit sur certains visages dans la matinée de ce jeudi 23 février 2023. Treize cercueils décorés avec les couleurs du drapeau national sont exposés dans la cour du Conseil de l’entente, qui abrite le mémorial Thomas Sankara. Le cercueil avec la photo du père de la révolution burkinabè est en premier plan et ceux de ses compagnons d’infortune en arrière-plan. Des invités et des familles qui arrivent ne cessent de s’incliner devant leurs mémoires. Certains font également des photos pour marquer l’événement du jour.

Des civils et militaires saluant la mémoire des victimes.

En attendant l’installation des officiels, les journalistes sont autorisés à prendre quelques images. L’arrivée du Premier ministre, Me Apollinaire Kyelèm de Tambela, a marqué le début de la cérémonie. L’évènement se déroule alors hors des caméras des hommes de médias. Un huis clos annoncé à l’avance.

Une séance de prières dirigées par les aumôniers religieux et les coutumiers, l’enterrement dans l’ordre préétabli dont le président Thomas Sankara en dernière position ont marqué cette cérémonie.

Présence de la famille Sankara, polémique…

Il y a une semaine, la famille de Thomas Sankara a demandé au président Ibrahim Traoré de suspendre la ré-inhumation au Conseil de l’Entente. En ce jour, les places réservées à ladite famille ont été occupées. Il y a Valentin Sankara, son frère cadet, et d’autres membres de la famille tel que leur oncle Mousbila Sankara.
Lorsque les médias ont annoncé la présence de la famille à la ré-inhumation, Blandine Sankara, sœur de Thomas Sankara, a confié à Oméga Médias que personne n’a été mandaté pour représenter la famille. « Celui qui se trouve là-bas est présent de sa propre initiative », a-t-elle indiqué, tout en précisant que la famille, c’est la femme, les orphelins et la majorité des frères et sœurs.

Le Premier ministre, Me Apollinaire Kyelèm de Tambela, est entouré de certains membres de son gouvernement, la hiérarchie militaire et les corps constitués.

Lire aussi Ré-inhumation de Thomas Sankara et ses douze compagnons : « Les autorités ont manqué de sagesse », pense le Pr Albert Ouédraogo

A la fin de la cérémonie, Valentin Sankara a déclaré : « Je suis venu assister aux obsèques de mon grand frère. Je suis venu en tant que petit frère de Thomas Sankara ».

« C’est une ténacité qui a fini par payer »

Plusieurs personnes se sont prononcé aux sortir de cette ré-inhumation. « Pour nous, c’est là qu’il faut les ressusciter en prenant appui sur les ferments de leur sang versé pour que jaillisse à nouveau la révolution et tout son héritage », a indiqué Imotep Bayala, acteur de la société civile.

Sampawendé Ouédraogo, un défenseur de l’idéal de Thomas Sankara : « C’est une fierté pour la famille idéologique politique du président Thomas Sankara parce qu’il est mort pour un idéal. La ré-inhumation dans cet endroit montre qu’il va renaître à partir de là (…) A l’intérieur, contrairement à ce qu’on pourrait dire, toutes les familles ont été représentées ».

Une vue sur la famille Sankara avant la cérémonie d’ouverture (Valentin Sankara à gauche tenant une feuille en main).

Pour Oumarou Kanazoé, un membre des familles des victimes, ce qui s’est passé en ce jour « n’est pas une joie, mais c’est un apaisement au cœur ».

Mousbila Sankara, oncle de Thomas Sankara : « Ce qu’on vient de faire, c’est ce qu’on fait à tout humain qui nous quitte de façon définitive. C’est de donner une sépulture. On ne peut plus rien faire pour lui sauf de l’enterrer, chose qui n’a pas été faite depuis 36 ans. Et c’est la première fois même où de façon effective que nous avons appris qu’on va l’enterrer. On ne savait même pas où se trouvait le corps. Maintenant, on peut le considérer comme définitivement parti »

Mousbila Sankara est aussi un compagnon de lutte de Thomas Sankara. Il était ambassadeur du Burkina Faso en Libye au moment des faits.

Quant au Pr Alkassoum Maïga, sociologue et homme politique, il estime que « c’est une ténacité qui a fini par payer, a-t-il déclaré. C’est un sentiment de devoir accompli pour tous les Burkinabè, pour les familles et surtout pour tous ceux qui se sont engagés pour que la lumière soit faite sur les circonstances dramatiques dans lesquelles la vie a été arrachée à ces treize responsables de la révolution burkinabè », a-t-il ajouté.

Me Bénéwendé a insisté que toutes les treize familles sont représentées à cette cérémonie.

Me Bénéwendé Sankara, avocat de la famille : « J’ai eu l’occasion d’être à l’exhumation des restes. J’avoue qu’à l’exhumation, c’était insupportable mais aujourd’hui, cette cérémonie d’inhumation des restes de Thomas Sankara et de ses compagnons, j’avoue que c’est une cérémonie qui au-delà de la douleur, nous réconforte dans la grandeur de ce que l’homme a été, ce qu’il est et restera pour le peuple burkinabè, pour le peuple africain. Je pense qu’aujourd’hui, les âmes du président Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune peuvent reposer en paix ».

Pour Alouna Traoré, le seul rescapé des évènements du 15 octobre 1987, c’est une « œuvre utile ». « Face aux tribulations des mortels, nous avons rendu hommage à l’immortel. Le verdict commence ! »

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 23 février 2023 à 18:49, par HUG En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Ce qu on craignait est arrivée : la dechirure de la famille sankara et le mprs 2 y est pour quelque chose. Voyez vous nous souffrons dans ce pays car beacoup de gens n aiment pas la verité.Quand les treize ont ete enterés sauvagement quelle autorités a eu le courage d interpeller ceux à qui le crime a profité que pour les raisnmons culturelles les corps devraient etre enterres au lieu du crime ? Personne et c est apres plus de 30 ans qu on estime que les victimes doivent etre enterrés à ce ce funeste lieu.Le temps est le meilleur juge de l histoire.

    • Le 24 février 2023 à 00:11, par AMADOU En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

      HUG c’est vous autres que Dieu a choisi pour rafistoler les déchirures. Vous seul voyez ou se trouvent les côtés déchirés. Au boulot. Soyez très actif ceux qui étaient là n’ont pas senti l’absence de la famille. Il s’agit de SANKARA. N’encourager pas la famille a continuer de se soustraire. Le 15 octobre prochain vous aurez fini de coudre ces déchirures sinon vous verrez encore plus de monde. Tout le monde entier. Peut-être que c’est certains membres de sa famille que SANKARA Thomas ne voulait pas voir sur sa tombe. Qui sait ? Ce qui est sûr avec ou sans la famille SANKARA a mériter les honneurs. Que Dieu lui reste toujours assistant.

    • Le 24 février 2023 à 11:07, par Bagatie En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

      @HUG, c’est toi qui as divisé la famille Sankara, sinon, la famille Sankara ne t’a pas dit qu’elle est divisée, oiseau de mauvais augure. Ta haine contre tous les gouvernements précédents ne va pas te servir, au contraire. Et cherche toi une occupation, au lieu de passer tout ton temps à intervenir dans tous les postes sur Faso Net.

    • Le 24 février 2023 à 12:45, par Vérité indiscutable En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

      Tu es bien né mon cher HUG. On vague au hasard en pensant agir de façon idoine. Ca fait pitié les "à peu près" dans ce pays. Nous n’allons pas sortir de ça facilement. Il nous faudra encore 100 ans pour espérer ça. C’est super triste, hélas !

    • Le 24 février 2023 à 15:51, par Dedegueba Sanon En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

      D’autres personnes ont répondu comme je vais réagir. Mais c’est un débat, et je donne juste mon point de vue.
      Je regrette pour la "famille nucléaire" Sankara, mais pour ce qu’il a fait pour le Burkina, pour son Hora international , Tom Sank avait cessé de lui appartenir. Actuellement on peut dire que le vieux Sambo Sankara dit Joseph , paix à son âme (je ne connais pas le nom la mère Sankara) a donné un grand homme au Burkina, à l’Afrique et au monde. Il a certe donné un mari à Mariam Sereme, mais il peut arriver qu’un membre d’une famille lui échappe totalement de part sa popularité. Et Tom Sank est considéré aujourd’hui comme un patrimoine africain. Je me souviens encore que le 15 Octobre m’ayant trouvé à Abidjan, j’avais été violemment pris à partie par un Prof d’université ivoirien, comme si j’étais dans le commando de Hyacinthe. Ça c’était le premier point.
      Le deuxième point, est la manière et le moment de sa mort. Tom Sank était encore sous les drapeaux, donc toujours militaire. Pourquoi il existe un cimetière pour les militaires ? Je crois savoir qu’un militaire qui meurt alors qu’il n’est pas retraité, c’est l’armée qui gère les obsèques. En tout cas le corps appartient à l’armée, c’est ce qu’on dit. Les corps de nos soldats tombés au front face aux HANI, ont-ils été remis à leurs parents ? Que Mariam Sankara et ses enfants se souviennent de cela, ils ont suffisamment évolué parmi les militaires pour connaître cette règle. Donc vouloir à tout prix interférer sur le lieu de l’enterrement de Tom Sank, obéit d’une attitude égoïste. On peut négocier ou souhaiter que l’armée "donne" le corps, mais on ne peut rien exiger. Les règles sont les règles. Et je suis persuadé qu’ils comprennent bien que l’armée les déboute de leur revendication. Mais c’est leur droit de réclamer le corps de Tom Sank, la famille est dans son rôle.
      Maintenant, je dois reconnaître que le moment de cet réenterrement peut être sujet à critiques, car à priori, nous avons d’autres urgences. D’autant plus que c’était vraiment une "boîte de pandores" qu’on allait ouvrir, vu que Tom Sank, tout emblématique, qu’il était, ne fut pas le seul martyr de la révolution. Mais, une fois que le dossier judiciaire a été évacué, on devrait attendre encore pendant combien de temps pour honorer Tom Sank ? Autant on peut dire que si on a pu attendre 30 ans, on pouvait encore attendre un peu, mais on peut aussi dire, en se plaçant dans une logique africaine, que cela fait 30 ans que l’âme de notre héro est en souffrance, et qu’il faut lui permettre de reposer enfin en paix, par l’évacuation de ses funérailles.
      C’est connu, dans nos cimetières c’est rare qu’on ne se chamaille pas lorsque le cercueil descend dans la tombe, et le cas de Tom Sank, n’y a pas échappé. C’est aussi ça, chez nous. Que lui et ses compagnons d’infortune, "morts cadeau" , puisque n’ayant pas bénéficié de procès, reposent (enfin) en paix.

  • Le 23 février 2023 à 18:56, par DJANGO En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Ce qui est fait est fait. Désormais la famille SANKARA va négocier pour aller a sa tombe. Difficile de démolir ces tombes. L’architecture est est un chef d’œuvre. MARIAM et certains membres de la famille vont finir par mettre l’eau dans YANMAKOU GUY. On vous dit que SANKARA appartient au monde entier et vous spéculez. C’était une bonne occasion de faire voir ses enfants. Une bêtise humaine de rester fermée Mr SOME

    • Le 24 février 2023 à 14:13, par Lynne Hien En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

      Très bien dit. Thomas Sankara est un héro international, adulé pas seulement au Burkina, et en Afrique, mais sur d’autres continents où se trouve la diaspora africaine et même par des personnes d’autres races. Sa perte nous fait mal à tous. Tué, enfoui en terre avec ses compagnons, exhumé, ensuite, la transition n’a fait que donner à Sankara et à ses compagnons d’infortune, la sépulture très digne et honorable.

      Pourquoi des membres de sa famille s’illustrent si négativement, se donnent en spectacle comme s’il s’agissait de se faire voir, d’en tirer une certaine gloire ? Des dessous non dits ? C’est juste vain.

    • Le 24 février 2023 à 21:39, par SOME En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

      M SOME restera fermé et ferme face à la bêtise humaine. Déjà commence par témoigner un peu de respect car ton expression n’en donne pas à l’entendre ainsi
      nul ne peut nier le testament politique de Sankara et ses camarades. Cette re inhumation cache beaucoup de choses… de plus si les fameux tests d’ADN disent qu’il n’est pas possible de déterminer que c’est Sankara qui est enterré la, ou est donc le corps ? Il y a recel de cadavre qui ne peut être enterré. De plus cette cérémonie méritait un meilleur écho en une période de paix et de consensus national.

      ensuite ceux qui s’agitent aujourd’hui étaient où depuis le 15 oct 87. Parmi eux certains feraient mieux de faire profil bas
      SOME

  • Le 23 février 2023 à 19:53, par Nobila Ouédraogo En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Dieu soit loué.c’est un grand honneur pour le peuple burkinabè.que mesures âmes reposent en paix.

  • Le 23 février 2023 à 20:22, par BROO En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    QUE DIEU NOTRE CREATEUR GARDE NOTRE HREO ET SES COMPAGNONS AUPRES DE LUI DANS SON SANCTUAIRE CELESTE. QUE ALLAH CONTINUE DE PERPETRER L’ESPOIR ET LE SENTIMENT PATRIOTIQUE QU’IL A INSUFFLER A NOTRE GENENRATION. QUE LA PAIX VERITABLE DE DIEU INONDE NOTRE PAYS ET LE SAHEL ET QUE L’INSECURITE SOIT BOUTE HORS DES FRONTIERES DU PAYS ET DU SAHEL

  • Le 23 février 2023 à 21:40, par RV En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Que les âmes de Sankara et de ses compagnons reposent en Paix ! Prions pour l’apaisement des cœurs. La prochaine étape douloureuse est la réconciliation nationale notamment le retour de Blaise Compaoré. Dieu bénisse le Burkina Faso !

  • Le 23 février 2023 à 22:24, par Sacksida En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    De toute facon, dans l’histoire de l’Humanite, des Prophetes et des grands hommes honnetes et integres comme Thomas Sankara durant leurs Missions Terrestres ou apres leurs morts, ont toujours fait l’objet de Divergences Religieuses ou Politiques ; que nous estimons purement secondaires par rapport a leurs Combats pour les Interets fondamentaux des Peuples. En ayant suivi une emission de Burkina Info, il est bien ressortit reellement que toutes les procedures coutumieres traditionnelles, religieuses et Judiciaires administratives ont toutes ete accomplies selon Me Benewende Sankara et Colomba un homme de la Tradition ; avant la reinhumation des restes du Pere de la Revolution Democratique et Populaire d’Aout avec ses 12 compagnons assassines le 15 octobre 1987. Nous croyons que le Gouvernement de Transition Democratique Burkinabe actuelle, n’a fait qu’assumer tout a fait ses responsabilites d’Etat dans les regles de l’Art. Maintenant, des critiques infondees de certaines personnes, ne sont pas convainquantes. Tous ceux qui s’excitent outre mesure, apres le 15 octobre 1987, quelles sont les personnes parce qu’ils aiment tellement Thomas Sankara et ses collaborateurs assassines, se sont sacrifices pour les rejoindre par Amour Passionnel ? Donc Soyons Humbles et Solidaires car Seulement Dieu Sublime fera sont jugement dernier. Thomas Sankara disait : Je souhaite que mon aide serve a convaincre les plus INCREDULES, qu’il y’a une Force, qu’elle s’appelle le Peuple, qu’il faut se battre pour et avec ce Peuple Burkinabe..Et notre Consolation sera reelle, a mes Camarades et a moi meme, si nous avons pu etre utiles a quelque chose, si nous avons pu etre des Pionniers. A conditions bien sur que nous puissions recevoir cette Consolation, la ou nous serons...Que la Paix Veritable et Eternelle sur Eux : ainsi que le Burkina Faso. Salut

    • Le 24 février 2023 à 12:54, par Vérité indiscutable En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

      Le problème c’est que "nul ne peut forcer l’autre à accepter une chose qui ne rejoint pas sa conviction." L’autorité est libre de faire ce qu’elle veut ; les personnes qui composent le ’peuple’ - que vous ne semblez pas connaître assez - sont libres d’apprécier ou de déprécier. Et vous n’y pourrez absolument rien hier, aujourd’hui et demain.
      Les gens sont libres d’exprimer leur désaccord sur cette façon de faire. Et ce sera une tache noire de l’histoire, parce que ceux qui écrivent l’histoire de Sankara sont ceux qui le font vivre pour toujours ; non pas ceux qui décident de ce qu’ils font de lui.
      A bon entendeur, mes respects !

  • Le 24 février 2023 à 08:25, par caca En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Maintenant que vous avez enterrés vos restes sans gloire foutez nous la paix car demain c’est le Burkina même qui risque d’être enterré. A ce rythme où s’installe les choses, dans cent ans les bourreaux d’hier seront récompensés d’avoir fait ces personnes de grands hommes. Sans ce 15 octobre 1987, ce mémorial n’aurait pas eu lieu et n’aurait pas de sens. Si Jésus-Christ n’avez pas été crucifier peut-être ne serait pas un Messie éternel dans la Doxologie chrétienne. Socrate disait qu’on obtiendra l’amitié d’un homme en cultivant en soi les qualités qu’il estime en lui.

  • Le 24 février 2023 à 08:29, par ZAONGO Lucien En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Ainsi, toutes les familles sont représentées, en particulier celle du PF à travers son frère. Le débat ne me semble donc plus appartenir à la sphère publique. Que les vivants parviennent maintenant à accorder leurs violons afin que les âmes des disparus reposent définitivement en paix.

  • Le 24 février 2023 à 09:32, par Sabaabo En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Tout en m’inclinant devant la souffrance de la famille biologique de Thomas Sankara et en reconnaissant la légitimité de ses volontés concernant la réinhumation de Thomas, j’aimerais partager la féflexion suivante :
    1. En réalité, la grande famille de Thomas Sankara est ainsi composée :
    - La famille biologique dont il est le fils
    - La famille biologique dont il est le père
    - Sa famille profesionelle (l’Armée)
    - Sa famille martyrielle : ses compagnons d’infortune du 15 octobre 1987
    - Sa famille politique (les partis et mouvements politiques dont il est l’inspirateur ainsi que le Gouvernement actuel de Transiton qui se réclame ouvertement de son héritage)
    - Sa famille affective : tous les autres sympatisants
    2. Force est de constater que de toutes ses familles, seule la famille biologique dont Thomas est le père (Mariam et ses enfants) n’est pas représentée à la cérémonie de réinhumation.
    3. Le Gouvernement de la Tansition aurait-il eu raison de se plier à la volonté de cette seule famille biologique issue de Thomas contre la volonté de toutes les autres familles ?? Rappelons que, quand bien même notre démocratie est défectueuse, nous y aspirons.
    4. Mariam et ses enfants et Blandine dont la résilence, la tenacité et la bravoure ont été remarquables ont manqué l’occasion de se hisser à la hauteur de Thomas par le sacrifice de leurs intérêts propres en faveur de l’unité du peuple Burkinabè autour de la figure leur frère, époux et père.
    5. N’oublions jamais l’esprit de patriotisme, de détachement et de sacrifice dont Thomas a fait montre en mettant l’intérêt de la nation au dessus de ses intérêts personnels et des intérêts de cette même famille biologique dont il est le père, jusqu’au sacrifice suprême. Car Sankara n’a pas été simplement assassiné, il s’est sacrifié : "C’est moi qu’il sont venus chercher" a-t-il déclaré, avant de se lever pour se livrer aux balles assassines.
    6. Puisque Blandine et les enfants de Thomas sont Chrétiens, qu’il se souviennent que même Marie qui a reçu dans ses bras le cadavre de son fils Jésus n’a pas exigé le privilège de déterminer le lieu de sa sépulture.
    7. Que personne n’en veuille à Blandine, Mariam, Auguste et Philippe : nous sommes tous des humains, avec des limites et défauts, et il n’est pas aisé de faire le bon choix quant ont a porté si longtemps un traumatisme aussi profond, et surtout quand on subit des influences si fortes et si diverses.
    8. Il serait souhaitable que Blandine, Mariam, Philippe et Auguste ne rament pas à contre-courant de l’histoire : Quand bien même Thomas est de leur famille, il est incontestable qu’il a franchi, depuis de son vivant d’ailleurs, les limites de cette famille pour être ciment et pilier d’une famille infiniment plus grande.
    9. Je suggère qu’après un temps, Blandine, Mariam, Philippe et Auguste, dans un esprit d’humilité, de dépassement et de sacrifice, fassent une adresse à la nation pour ratifier la sépulture de Thomas au Conseil de l’Entente. Il contribueront ainsi grandement à l’unité et la réconciliation nationale, et la nation leur sera reconnaissante.
    10. Qu’on approuve ou pas le choix le choix de l’enceinte du Conseil de l’Entente pour la réinhumation de Thomas et ses compagnons, ce choix est loin d’être irréfléchi : Il y a un choix à faire : laisser ce lieu éternellement associé à la trahison, la torture, au sang, la mort, la dictature ou le transformer en symbole de résurrection, de victoire et de triomphe de l’esprit de Sankara. Là où Sankara est mort et enterré, de précisément là jaillira désormais comme une source intarissable son esprit, pour arroser le Faso.
    11. J’en appelle à la foi chrétienne de Blandine : La croix qui a été dressée pour torturer et anéantir le Christ a été transformée par Lui en trône de gloire et par les chrétiens en symbole de victoire et d’appartenance au Christ. Que ce lieu, tout en vous rappelant la mort (car il ne faut pas oublier cette mort), vous procure désormais et par dessus tout la joie, la paix et la gloire. Celui qui veut la résurrection doit accepter la mort. Ce lieu sera désormais symbole de mort, mais surtout de résurrection.

  • Le 24 février 2023 à 10:03, par saam En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Puisse leurs âmes reposer en paix !
    Puisse Allah apaiser les cœurs !
    Puisse le pardon prévaloir !
    Puisse les rancœurs se taire !
    Puisse la paix revenir au pays !

  • Le 24 février 2023 à 13:28, par RFB En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    C’est une bien triste journée, et une bien triste manière de refermer cette page de l’histoire de l’illustre Thomas Sankara et du Faso. Thom Sank et ses onze compagnons n’ont certainement pas mérité cela. Ils avaient droit à une cérémonie digne, de portée nationale, à la hauteur de leur sacrifice pour le Faso et des crimes dont ils ont été victimes. Ils avaient droit à des sépultures dont leurs vraies familles auraient choisi l’emplacement. Pauvre du Faso, pauvres de nous ! Courage à Mariam Sankara et à ses enfants.

  • Le 24 février 2023 à 18:58, par Swartskoff En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Gloire éternelle au PF Thomas SANKARA et à Ses Compagnons martyrs ! Entrez dans les Félicités Célestes !

    @RV Hum vous parlez de réconciliation et retour des criminels. Morts ou vifs devraient occuper le même carré de Dagnoen pendant 36 ans avant d’être exhumés pour la destination de leur cœurs.

    @Sababao, tout est bien dit et félicitations pour votre réflexion. Philippe et Auguste sont plus que majeurs et devraient décider par eux mêmes et pour eux mêmes libérés de la tutelle de Maman et de Tanti qui ont, par des émotions qui ne doivent dominées depuis 36 ans, manqué d’accompagner Thomas SANKARA pour son entrée dans l’Eternité. "Peut-on bouder l’eau parce que un parent s’est noyé dans l’eau" ?
    Revenez à la Raison !

  • Le 27 février 2023 à 23:19, par Africain En réponse à : Burkina : Les restes de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune ré-inhumés à huis clos au Conseil de l’entente

    Sankara est un héros, c’est indéniable !

    Mais, les Héros aujourd’hui, en 2023, sont tous ces jeunes qui acceptent d’aller mourir à mains nus pour défendre notre patrie vendue par ses tenanciers !

    Sankara a vécu sobre, sa priorité, c’était de réveiller son peuple, d’inviter les Burkinabès à bosser et à être fiers.

    il ne recherchait pas les honneurs, ni les sensations !

    Pensez vous que si Sankara était au pouvoir aujourd’hui, il serait préoccupé par l’idolâtrie d’une sépulture plutôt que par la sécurité du pays ?

    Oui, il est notre héros, mais le bon sens aurait été de ne pas prioriser nos ressentis personnels dans cette période sombre, où tous les jours, des jeunes sont assassinés froidement, sans raison !

    Je pense que le pouvoir aurait pu attendre, sinon à la limite, l’enterrer dans le cimetière militaire !

    Sankara ne ressuscitera pas pour résoudre nos problèmes, inspirons nous de sa vision, laissons le sensationnel de coté.

    Ce n’est pas en remuant Sankara que le peuple va adhérer à la vision du pouvoir actuel, le peuple adhèrera s’il se sent en paix et en sécurité, promesses du pouvoir actuel… Evitons la diversion !

    Ayons des priorités !

    Et évitez de porter des jugements sur la famille biologique de Sankara qui a jusque là été digne et discrète !

    Merci à tous, et que tous nos héros reposent en paix ! Que leurs familles soient consolées et apaisées !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique