LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina Faso : La ré-inhumation des restes de Thomas Sankara et ses 12 compagnons prévue pour ce 23 février 2023

Lefaso.net

Publié le dimanche 19 février 2023 à 21h30min

PARTAGER :                          
Burkina Faso : La ré-inhumation des restes de Thomas Sankara et ses 12 compagnons prévue pour ce 23 février 2023

Selon un communiqué du porte-parole du gouvernement lu au journal télévisé de 20 heures, la ré-inhumation des restes de Thomas Sankara et des 12 autres victimes du 15 octobre 1987 aura lieu le 23 février 2023, sur le site du Mémorial Thomas Sankara à partir de 9 heures.

Jean Emmanuel évoque des impératifs socioculturels et sécuritaire d’intérêt national pour justifier le choix du site.

La cérémonie se fera selon les rites funéraires coutumiers et religieux dans la stricte intimité des familles des défunts, précise le communiqué en date de ce 17 février 2023.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Au moins c’est un endroit qu’ils connaissent bien, même si cimetière en centre ville.
    RIP.

  • Ce serait vraiment dommage et triste si cela se fait sans le consentement et la participation des familles des victimes.
    Dans nos coutumes, à moins qu’il s’agisse d’un cas de bannissement, c’est toujours la famille qui indique là où creuser la tombe d’un de ses membres.
    Les œuvres d’une personne peuvent bien appartenir à une nation, mais sa famille ne peut et ne doit être déposseder de son corps. Quel sens donnera-t-on au cadre de ‹‹stricte intimité des familles des défunts›› des funérailles dont il est question ?

    • sidpassata veritas
      le P F Tomas Sankara est un militaire. Donc il appartient à l’ARMEE ; SON CORPT APPARTIENT A L’ARMEE. Je pense que la famille doit ACCEPTER CELA.

  • Tout ce Dieu fait est bon. Que tout le monde accepte que l’exhumation de SANKARA et de ses 12 compagnons a été faite par la volonté divine. Le temps est un nom de Dieu. Le 15 octobre 1987 ils avaient été enterrés comme ou moins que des animaux. Blaise avait laissé ensevelire son ami et frère comme des moins que rien. Là il va voir comment SANKARA et ses compagnons seront traités aux yeux du monde entier. Certainement que BLAISE n’assistera. S.DIALLO et autres vont rapporter à leur mentor et lui confirmer qu’après Dieu ce n’est pas lui. La famille doit se calmer et accepter la volonté divine. Qui pouvait imaginer que SANKARA serait déterré pour être ré-enterré dignement ? Que Dieu nous soit toujours assistant

  • Ok Merci car bien de raisons militent pour maintenir la reinhumation des restes du President Thomas Sankara, Chef de la Revolution d’Aout et de ses Collaborateurs assassines le 15 octobre 1987. Il faudrait que la Famille biologique de Thomas Sankara, comprennent et se surpassent de l’emotion toujours vive pour etre de la partie lors de cette reinhumation historique qui doit etre un grand moment de recueillement pour le Peuple Burkinabe et Africains et ce, en attendant le 15 octobre 2023 date fixee , pour les funerailles nationales et internationale de nos Heros Revolutionnaires. Que la Paix Eternelle de Dieu Sublime soit sur Eux et cela pour des siecles. Salut

  • Ah les plus chanceux sont ceux qui ont refusé les postes de nomination au mpsr.Jeune journaliste ministre de la communication obligé de ramper contre l avis de la famille..Imperatif sociaux culturel....Connaissez vous plus les coutumes du defunt plus que sa famille ? Non. Voyez vous pourquoi on parle d enterer un homme dans l intimité familiale ?Poiurquoi ? C est simplement parce que toute personne a une famille ? Allons seulement.Le temps est le meilleur juge de l histoire.Qui vit longtemps voit la danse de la colombe.

  • Hum, "des impératifs socioculturels et sécuritaire d’intérêt national...".
    Ha bon, aucune démarche populiste, pas l’ombre d’une vénale intention,... non non, c’est pour la sécurité nationale.

  • Ce bras de fer entre la famille du Capitaine Sankara et le gouvernement autour du lieu du repos de ce dernier est insoutenable et insupportable. Il y a des jusqu’au boutistes dans la galaxie des soit disant sankaristes qui se moquent bien de la douleur et du ressenti de la famille. Comment a t-on géré les obsèques des autres anciens présidents ? L’Etat a t-il confisqué leurs dépouilles ? Serait-il excusable de perpétuer ainsi la douleur de la famille ?

  • Madame SEREME/SANKARA, Messieurs Philippe et Augustes, Frères et Sœurs SANKARA Blandine et Autres, nous avons vécu cette rrévolution avec Feu Thomas SANKARA ; nous comprenons votre douleur qui est aussi notre douleur, à voir Blandine intercéder en pleurs. 1. Dagnoin ? Non car Blaise et golf ont enterrer (qq cm sous terre) un frère et Président comme ’Il n’était pas un Homme. 2. Au bout Avenue Thomas SANKARA ou jardin Yenenga ? Malgré la simplicité de Thomas, Il mérite mieux quoique il aime les masses comme les anonymes de Dagnoin ; Il est un Héros unique comme Yenenga est unique dans son jardin. Famille SANKARA, certes le Conseil de l’entente est triste, horrible et rappelle l’ignominie ; mais c’est comme lorsque un parent meurt noyée dans une rivière que vous devez traverser et où vous puisez même l’eau de boisson. Peut-on se fâcher et bouder éternellement l’eau ou la rivière ? Non !
    Le Président n’est plus ici au Burkina. Il est dans les Félicités Céleste depuis. Ce qui se passe maintenant n’est que symbole. Finissons en avec courage et rendons un Hommage digne au Mari, Père, Frère, Président du Faso Thomas SANKARA . Tout le reste n’est que décors. Thomas SANKARA et Ses Compagnons sont en paix.

    • Merci pour ton post !...
      Il n’y a pas meilleur endroit pour enterrer notre héros qu’à côté de son monument.
      Thomas a montré qu’il est né pour le peuple et le peuple est éternel... Par contre, la famille est passagère.
      Qu’elle permette enfin que Thomas repose en paix. Amen !

  • S’il vous plaît, ne faites pas ça !
    Aucune considération socioculturelle et sécuritaire ne peut justifier cela.
    Ceux qui l’ont tué en 1987 l’ont fait parce qu’ils disposaient de la force et de la puissance publique pour le faire.
    Ils l’ont arraché à lui-même, à la famille et à la nation.
    Sous les considérations socioculturelles et sécuritaires il a séjourné à Dagnoen depuis lors.
    Quelle est la part de ceux qui évoquent ces considérations dans l’aboutissement de la lutte pour la justice ?
    Ne faites pas ça.
    En effet, vous utilisez à votre tour, la force et la puissance publique dont vous disposez aujourd’hui, pour l’arracher à sa famille. Vous ouvrirez par la même occasion un procès morale qui vous suivra toute la vie. J’ose croire que personne n’a besoin de ça ; ni vous, ni la famille.
    Ne faites pas ça à la famille. Rechercher le consensus.
    Chacun de ceux qui ont pris cette grave décision n’ont qu’à se mettre à la place de la famille et se demander :
    Et si c’était moi ?

  • Une chose est clairé nous devons nous opposer cette forfaiture. Pourquoi cette obstination ? Alllons nombreux manifester notre opposition. Ils doivent le savoir
    SOME

    • Si tu veux régler tes comptes avec le pouvoir en place, ne crois pas que tu vas utiliser le cadavre de Thomas SANKARA !
      Enlève ton masque et vas directement !

    • Si tu n’as rien compris à ce que j’ai ecrit’ il est inutile de faire un commentaire à côté de la plaque
      SOME

    • SOME
      je lis chaque tes postes et je suis chaque fois d’avis avec toi. Mais cette fois ci je ne te suis pas.
      Le président Thomas Sankara était un militaire donc il appartient l’armée burkinabè. ET TOUT MILITAIRE QUI DECEDE SON CORPT APPARTIENT A L’ARMEE QUI FAIT TOUT ET LA FAMILLE ASSISTE.
      THOMAS EST UN MOSSI MORT D’UNE MORT VIOLENTE. chez les mossis une telle mort doit être enterré à l’endroit ou il a perdu la vie.

    • 1 Non mon frère tu oubliés pourquoi il y a polémique sur ces morts depuis plus de 30ans. Je ne parle pas seulement du fait que sankara était un président en exercice et mort dans l’exercice de ses fonctions (comme idriss deby par expl).

      2 s’ils sont militaires il y a effectivement des cimetières militaires. Et les funérailles sont nationales à la limites, donc relèvent de l’état même si c’est l’armée qui gère. Ces militaires tombes aux fronts sont ramenés aux cimetières militaires et non pas enterrés sur place, et décorés ou non etc. Et avant d’être militaire ils appartiennent à une famille biologique, et dans ce cas spécifique, aussi a une famille ideoligique

      3 quant à l’appartenance à l’ethnie mossi tu oublie que j’ai parlé des gurunsi, dagara et autres. Il n’y a pas que sankara qui est mort. Alors pourquoi nier les traditions des autres pour ne voir que celles de sankara ?

      L’incursion de ces traditionnels rend cette histoire encore plus louche que jamais. On comprend pourquoi on avait créé un ministère des traditionnels etc. Non il faut savoir voir au delà des apparences qu’on nous présente.

      Invoquant les traditions funéraires, alors la il n’y a pas pire société à ce propos que les dagara, qui sont très à cheval sur les funérailles. Traditionnellement tout dagara mort même à l’extérieur est ramené dans sa famille dans son village. Et même enterré à l’étranger le corps doit absolument être ramené de facon symbolique au village en famille et c’est seulement alors que l’on fait les funérailles après avoir procédé à un rituel préliminaire etc. Il y a des gens morts depuis les années 70 mais les funérailles n’ont pas encore été faites car la procédure n’a pas été suivie. Pour dire que dans ce cas d’espèce, si on applique les traditions mossi l’appliquerait on a Somda Der qui n’est pas mossi mais dagara ? Je ne connais pas les traditions gurunsi à ce propos.

      Vois tu, cette histoire n’est pas une simple histoire de funérailles et c’est pourquoi d’ailleurs tous ces débats ont lieu. Est ce qu’on mène un debat quand les terroristes tuent nos soldats au front ? Alors pourquoi maintenant et pourquoi cette obstination a enterrer à un endroit, qui n’est même pas un cimetière militaire et même contre l’opinion générale et celle de la famille.

      Si ce sont des héros il n’appartient donc pas à ce groupuscule du comité d’en faire leur affaire personnelle. Est ce aujourd’hui qu’ils se rendent compte que sankara mérite cet enterrement ? Ils étaient ou avant ?
      SOME

    • Pardon, enlève ton masque et vas dire à Blandine SANKARA d’accepter comme les 12 autres familles !
      Si le vieux Sambo vivait toujours, il n’allait pas cautionner ces tiraillements de Blandine.
      Que l’âme de notre héros demeure dans la paix du Seigneur. Amen !

  • Bonjour. Pour ma part, les gouvernement ne devrait pas accepter d’être complice de la deuxième mort de Sankara pour ses proches. Notre président IB a déjà gagné la guerre contre le terrorisme grâce à son courage, sa détermination et sa pureté de cœur, le tout par la grâce de Dieu. Inutile donc de se laisser manipuler par des coutumiers pour qu’ils disent ensuite que c’est parce qu’il a suivi leur conseil qu’il est arrivé à bout du terrorisme. Ça sera de la récupération par les coutumiers et c’est cela qui nous maintiendra toujours en arrière même après la fin du terrorisme. Mon cœur saigne.

    • Oui attention Traoré, cette affaire n’est pas si anodine que ça . Il faut surchoir par autorité de l’état. La situation du pays n’est pas à cette affaire d’enterrement qui peut attendre car elle a attendu depuis plus de 30ans.
      Pourquoi quoi c’est aujourd’hui que l’on se précipite pour vouloir enterrer ? Pourquoi selon les rites traditionnels ? Il y a anguille sous roc. Ils ne vont pas s’en sortir ainsi. Qu’ils portent leur responsabilité jusqu’au bout. On voit bien ce qui motive réellement cet entêtement à monter un mémorial. Ce n’était qu’une tactique qui cachait leur vrai intention.

      Ce n’est pas aujourd’hui qu’on se souvient qu’il peut être enterré. Qu’est ce qui regarde les coutumiers dans ca ? Selon quel rite coutumier pour les funérailles d’un gurunsi, un mossi, un dagara etc ?
      NON ! L’heure n’est pas cela. Il n’y aura pas d’enterrement. Traoré il ne faut pas accepter cela. C’est un gros piège
      SOME

  • "Nous, la famille de Feu le Président Thomas Sankara, nous nous sentons écrasée par la force de la Puissance Publique qui a décidé contre notre souhait de la ré-inhumation, au Conseil de l’Entente, des restes de mon époux, de notre père, de notre frère.

    Au nom de votre autorité morale objective et unanimement reconnue en tant que Président de la Transition, au nom de votre humanisme, nous vous demandons solennellement de faire suspendre cette ré-inhumation au Conseil de l’Entente.

    Notre souhait est que les restes soient ramenés à Dagnoen où ils ont été exhumés, ou à défaut, au Jardin de l’Amitié au bout de l’avenue Thomas Sankara ou encore au Jardin Yennenga." Ouagadougou, le 16 Février 2023
    Les membres de la famille de Thomas Sankara

    • Traoré peut il rester silencieux devan5 cette affaire. Il commettrait une très grosse erreur qui lui serait fatale. Tant selon les traditions que politiquement. Il ne faut surtout pas écouter ces conseillers qui veulent aller contre l’avis des familles. Qu’il ne dise pas que l’on ne l’avait pas averti
      SOME

  • Le temps est vraiment l’autre nom de Dieu.
    Qui pouvait imaginer que 36 ans après le crapuleux assassinat, le père de la Révolution, le Capitaine Thomas SANKARA allait surplomber le Conseil ?
    L’immortel Thom Sank ! Tu vas demeurer dans nos cœurs !

  • Je perdiste et signe : Tjomas Sankara et ses compagnons doivent etre re -inhumés à la place des martyrs. Cest le seul endroit digne de ce grand et ses compagnons. Ce serait dommage que le président Traoré accepte ce qui deviendra une forfaiture. Il lui appartient de déterminer comment il veut rentrer dans l’histoire.

  • pourquoi ne pas expliquer clairement et respectivement aux familles les motivations de ce choix peut être qu’elles adhéreront. Et si vous forcez et aucune famille des défunts ne se présente, vous faites comment. vous allez à la re-inhumation malgré tout ? SVP, le monde entier nous regarde.
    Personnellement, je respecte le choix des autorités mais je trouve qu’elles auraient pu avant la déclaration rencontrer les familles et négocier sur la base des motivations qui les amènent à ce choix

    • Il est clair qu’aucune famille de victimes ne doit s’y aventurer pas même tourner vers ces lieux. Ces dépouilles leur appartiennent plus qu’aux familles biologiques ? Non sans aucune conteste, assurément NON.
      SOME

  • Quel spestacle de mauvais goût , après une si longue lutte pour la réhabilitation du Capitaine-patriote Président Thomas Sankara dans la vérité et la justice !
    Mme Blandine, vos soeurs et vos frères, Mme Mariam Sankara, ex-première Dame du Faso et enfants, je vous comprends, je vous respecte et je suis de coeur avec vous .Vous aurez tout enduré depuis 35 ans. Et on veut encore vous garder dans le chagrin permanent en choisissant un lieu de re-inhumation, symbole de l’horreur qui hante toujours la conscience nationale, et où les plus sombres pages de notre Histoire nationale post-indépendance sont écrites par le feu des armes contre des compatriotes.
    Les arguments avancés par l’officier de garnison ne me semblent pas pertinents. En effet, si le corps d’un militaire appartient à l’armée, il reste que ce camp de tortures et d’exécutions sommaires qu’était ce lieu depuis le 9 août 1983 jusqu’au 31 octobre 2014, a été souillé par le sang de dizaines de nos compatriotes, mais qui n’ont pas été inhumés là- bas.
    On peut citer entre autres :
    1. Colonel SOMÉ Yorian Gabriel et Commandant Fdel Djébré tués le 9 août 1983. Les corps avaient été remis aux familles. Où ont-il été inhumés ?
    2. Commandant Boukari Jean-Baptiste LINGANI et Capitaine Henri ZONGO, torturés et exécutés en ce lieu.
    3. Dr Dabo Boukari ( étudiant en fin de cycle en medécine ; les autorités universitaires devraient examiner la possibilité de lui décerner ce grade à titre honorifique et posthume), torturé à mort en ce lieu.
    4. David Ouédraogo, chauffeur de François Compaoré, torturé à mort en ce lieu.
    etc..etc..etc.
    Où ont-ils été inhumés ? L’Etat-major des armées a-t-elle fait valoir cette règle pour récupérer les restes de ces 4 frères d’armes afin de leur rendre les honneurs et leur trouver une sépulture digne de leur rang d’officier supérieur ?
    Faut-il le rappeler, lorsque le Colonel de gendarmerie, Nézien Badembié fut assassiné dans l’enceinte du camp général Sangoulé Lamizana le 9 novembre 1982 lors du coup d’Etat du Conseil de Salut du Peuple (CSP1), l’armée avait eu la décence de l’inhumer au cimetière militaire de Gounghin (devenu cimetière municipal sous le président Blaise Compaoré) . Elle avait même remis la tenue militaire de parade qu’il portait à sa famille aux fins des obsèques dans son village.
    Pourquoi cette même armée n’a pas pipé mot pendant des années, lorsque leur frère d’armes Capitaine Thomas Sankara, de surcroît chef de l’Etat en exercice, avait trouvé la mort et précipitamment enfoui à Dagnouin par des repris de Justice ?
    Quant à l’Etat du Burkina Faso, il s’est longtemps tenu à l’écart du dossier Thomas Sankara et ses 12 "disciples" comme s’il ne s’agit pas du meurtre de notre président en exercice et de ses 12 collaborateurs, morts pour la Patrie. N’eût été la perspicacité des familles, aidées par des milliers de gens pleines d’humanité, ce dossier sur l’assassinat de notre Président serait aujourd’hui classé. Le pays entier doit une reconnaissance au Président Michek KAFANDO de la première TRANSITION qui a rouvert le dossier par le fait du Prince dès aon discours inaugural. N’eût été cette décision courageuse, le dossier était classé par les juges "acquis", comme certains aimaient se qualifier. Comment donc aujourd’hui, le Gouvernement du Burkina Faso peut-il outre-passer l’avis motivé de la famille nucléaire pour s’aligner sur celui du Comité International du mémorial THOMAS SANKARA pour re-inhumer l’illustre patriote et ses 12 "disciples" en ce lieu de malédiction pour la Nation entière ? Non, Thomas Sankara fait partie de notre patriomoine national.
    Il faut que le Gouvernement reprenne la main sur ce dossier et se fixer un chronogramme de funérailles nationales, suivies de l’inhumation dans l’intinité des familles éplorées, en un lieu digne de ce nom. Ce lieu pourrait être PÔ, ville de coeur du défunt Président. Il aimait qualifier PÔ de foyer incandescent de la RÉVOLUTION. Alors inhumons-le aves ses 12 compagnons, au pied d’une colline non loin du camp militaire portant son nom et érigeons leur un imposant mauselée avec un flambeau au sommet.

    • Merci mon frère tels sont les éléments fondamentaux que l’on tente de nier pour tuer et enterrer Thomas sankara une 2 fois et parachever la macabre œuvre de Blaise comparé après sa fuite. Ceux qui agissent ainsi cachent bien lrur jeu oubliant que nous aussi on sait comprendre. Ce comité dévoile ouvertement son vrai visage. J’ai toujours incriminé quand j’ai vu certains individus qui font partie de ce comité et qui prétendent défendre sankara. La construction aux forceps de ce mémorial était déjà un signe, aujourd’hui ce n’est plus caché. Voilà les auteurs du 2e assassinat de Thomas Sankara
      SOME

  • Je ne comprends plus ce Burkina Faso. Tout nous divisé !!!!!! Pourquoi cela même ? Que se passe t il au juste ? Chacun joue au connaisseur, on s impliqué dans des affaires qui sont loin de nous concerner, on est intolérants, on n a pas de retenue, etc.

  • En outre, je demande toute la Famille biologique de Thomas Sankara de se surpasser et de se ressaisir pour participer a la ceremonie de reinhumation du Pere de la Revolution Democratique d’Aout car Thomas Sankara n’est pas n’importe qui comme Vous et Nous. C’est Dieu Sublime qui l’a ainsi cree en tant que homme providentiel et moi je sais de quoi je Parle car tout ne se dit pas. Certes, vous etes de la Famille biologique, mais je crois que vous ne savez pas tout de Thomas Sankara ; donc calmez vous et soyez solidaires de la reinhumation des restes du Pere de la Revolution Democratique et Populaire d’Aout. Seul Dieu Sublime est l’Alpha et l’Omega. Salut

  • Chère famille SANKARA, faites preuve d’humilité et cédez. Les longues effronteries n’arrangent personne. Ne vous laissez pas manipuler et exploiter par les politiciens. Participez à l’enterrement de manière humaine. Sinon, vous pouvez regretter les mauvaises infos que vous laissera l’histoire. Cédez au nom de Dieu ! Vous voulez la paix ; arrêtez d’avoir raison. Cédez ; dans la pudeur, le respect, l’humilité cédez. Dieu vous bénira. Dieu bénit toujours Sankara.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Royaume Gulma : D’où viennent les Moyenga ?
Access International Studies devient Access International Group