LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Mariage collectif : Douze fonctionnaires de police ont répondu "affirmatif " à leurs partenaires à la mairie de Ouagadougou

LEFASO.NET

Publié le jeudi 16 février 2023 à 22h15min

PARTAGER :                          
Mariage collectif : Douze fonctionnaires de police ont répondu

Dans le cadre de son programme d’activités, le ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité a organisé, à la mairie de Ouagadougou, un mariage collectif au profit de douze fonctionnaires de police et leurs partenaires. Ces unions ont été célébrées ce jeudi 16 février 2023 à l’hôtel de ville de Ouagadougou par le président de la délégation spéciale communale, Maurice Konaté.

« Les époux se doivent mutuellement amour, respect et fidélité. Les époux ont le droit d’exercer un métier sans le consentement de l’autre ; si toutefois l’exercice d’un métier de l’un des conjoints est de nature à porter atteinte au couple, l’un des époux a le droit de saisir le juge pour la cessation de son exercice. »

Ce sont, entre autres, des passages du code des personnes et de la famille lus et expliqués aux douze couples du jour. Le décor ainsi campé, chacun des couples a affirmé sa volonté de vivre dans la légalité à partir de ce jour, avec pour régime matrimonial, la monogamie biens communs, monogamie biens séparés et polygamie biens communs pour les uns et les autres. Ces couples ont tous répondu par "oui’’ ou ‘’affirmatif’’ à la question : voulez-vous prendre pour époux/épouse monsieur ou mademoiselle tel ou telle ?

Brice Napon, sergent-chef de police en service à la direction régionale de la police nationale du Centre

Vêtus d’une même tenue de pagne traditionnel cousue pour les femmes et des tenues d’apparat de la police nationale pour les hommes, après vérification des identités des mariés et de leurs témoins de mariage, ils ont exprimé le « oui je le veux ».

Pour le directeur général adjoint de la police nationale, Thierry Tuina, c’est un très grand jour pour la police nationale de pouvoir accompagner ses fonctionnaires dans ces moments importants que représente le mariage. Il leur souhaite beaucoup d’amour et de compréhension.

Thierry Tuina, directeur général adjoint de la police nationale.

« Le mariage c’est un acte citoyen parce que pour entrer dans une famille, on passe par le mariage. Et c’est également un acte régalien parce qu’en tant que fonctionnaires de police nous sommes chargés de l’application des lois donc il faut que nous même nous soyons en conformité par rapport aux lois. Le mariage est également un acte d’amour et en se mariant ils témoignent leur amour à l’endroit de leurs épouses », a expliqué Thierry Tuina, directeur général adjoint de la police nationale.

Certains des couples étaient des jeunes qui viennent de sceller leur union et d’autres, déjà engagés dans une vie à deux. Ils ont reçu leurs actes de mariage, un livret de famille.

Rose Sanou, la marraine

Des rires aux éclats, des applaudissements laissaient voir une joie immense, qui se lit d’ailleurs sur le visage de chaque couple. « Actuellement, je ressens des sentiments de joie et de reconnaissance surtout. Je suis reconnaissant envers toute la hiérarchie policière et reconnaissant également envers la marraine qui ne cesse vraiment de faire de son mieux pour nous accompagner et sans oublier le comité d’organisation. J’invite mes collègues qui ne sont pas encore mariés à ne surtout pas hésiter à emboiter nos pas », a déclaré Napon Brice, sergent-chef de police en service à la direction régionale de la police nationale du Centre.

Cela fait déjà huit ans que la police nationale initie des mariages collectifs aux profits de ces agents. « Grande est ma joie aujourd’hui et je dis merci à Dieu de m’avoir donné l’occasion de parrainer ce mariage collectif. Je prie afin que le Seigneur fasse descendre sur eux sa grâce pour qu’ils puissent vivre aisément leur sacrement de mariage », a commenté Rose Sanou, la marraine.

Carine Daramkoum
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique