LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Lutte contre la corruption : Le consortium REN-LAC/MBDHP lance le projet "Faso Hôronya"

Lefaso.net

Publié le mercredi 15 février 2023 à 22h15min

PARTAGER :                          
Lutte contre la corruption : Le consortium REN-LAC/MBDHP lance le projet

Le consortium REN-LAC/MBDHP a procédé ce 15 février 2023, au lancement du projet "Faso Hôronya", qui signifie en langue dioula "Pour l’intégrité du Faso". Prévu pour s’étaler sur la période allant de novembre 2022 à décembre 2025, "Faso Hôronya" s’inscrit dans le cadre du plan stratégique 2021-2025 et a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la gouvernance au Burkina Faso. Il bénéficie de l’appui financier de l’ambassade de Suède, à hauteur d’un peu plus de 940 millions de FCFA.

Si l’on se fie aux différents rapports du REN-LAC publiés depuis 2016, la corruption ne cesse de croître au pays des hommes intègres. Selon le secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo, l’indice synthétique de perception de la corruption qui mesure la perception des Burkinabè sur la fréquence et l’évolution du phénomène indique que le niveau de corruption a connu une hausse de 30 points, passant ainsi de 41 points à 71 points en 2022. « Sur un échantillon de 3 000 enquêtés au cours de l’année 2021, 85,23% estiment que la corruption est fréquente, voire très fréquente au Burkina Faso. À titre de comparaison, ce pourcentage était de 81,95% en 2020 et 75,7% en 2019 », précise-t-il.

L’augmentation des cas de corruption, malgré le dispositif juridique et institutionnel de lutte anti-corruption dont le pays s’est doté en 2015, fait que le phénomène de la corruption reste inquiétant, même si des progrès ont pu être constatés dans la lutte. C’est en vue de donner un coup d’accélérateur à sa mission principale qui est de bouter la corruption hors du Burkina, que le REN-LAC s’est doté d’un plan stratégique 2021-2025, qui comprend 8 projets dont "Faso Hôronya".

Sagado Nacanabo, secrétaire exécutif du REN-LAC

Ce projet veut contribuer à assainir la gouvernance au Burkina Faso, à travers l’amélioration du dispositif juridique de lutte anti-corruption et du traitement des dossiers de crimes économiques, ainsi que le renforcement des capacités des organisations de la société civile à porter les préoccupations des populations en matière de lutte contre la corruption. Les principaux bénéficiaires du projet sont les acteurs judiciaires, ceux de la société civile, les corps de contrôle de l’Etat, la presse et les activistes ainsi que les citoyens en général.

L’accent sera mis sur quatre axes à travers "Faso Hôronya". Il s’agit du renforcement des connaissances des citoyens sur le dispositif de lutte contre la corruption, du renforcement du dispositif institutionnel de lutte contre la corruption, de l’accroissement du traitement des dossiers de crimes économiques notamment les cas de biens mal acquis et enfin le renforcement de l’autonomisation du REN-LAC et du MBDHP.

Vue des participants

Pour ce qui est de l’appropriation des dispositifs juridiques par les citoyens, il est prévu la production et la diffusion d’émissions radiophoniques et télévisuelles pour sensibiliser les populations, l’organisation de sessions de formation au profit des associations de femmes et de jeunes ainsi que l’édition et la diffusion d’un manuel sur le dispositif juridique anti-corruption en français, mooré, dioula et fulfuldé.

Dans le cadre du renforcement des capacités des institutions de lutte contre la corruption, les activités qui seront réalisées sont principalement la réalisation et la diffusion d’une étude sur l’efficacité de la justice dans la lutte contre les crimes économiques, l’organisation de sessions de concertation et de renforcement de capacités au profit des acteurs juridiques. A cela s’ajoute le déploiement d’outils de système d’information anti-corruption dans les palais de justice ainsi que l’organisation de séminaires de formations certifiant au profit des acteurs de la lutte contre la corruption.

Afin de contribuer au traitement judiciaire des dossiers de crimes économiques, les acteurs de mise en œuvre du projet entendent réaliser des investigations sur des cas de biens mal acquis, et assister juridiquement les victimes de corruption. A en croire Harouna Sinon, responsable des programmes du REN-LAC, le projet "Faso Hôronya" compte mettre un point d’honneur sur la promotion du genre, en prenant en compte la contribution des femmes dans la lutte contre la corruption et en réalisant une étude sur le genre et la corruption.

Susanne Allden, représentante de l’ambassadrice de Suède

Le projet est financé par l’ambassade de Suède, à hauteur de plus de 940 millions 199 mille de FCFA. Un accompagnement qui selon Susanne Allden, cheffe de coopération et représentante de l’ambassadrice de Suède, se justifie par le fait que le projet est en adéquation avec les objectifs de la stratégie bilatérale de son pays avec le Burkina Faso.

En effet, cette stratégie vise à promouvoir une société pacifique et inclusive pour le développement durable, et assurer l’accès à la justice pour tous et mettre en place des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux. Susanne Allden dit avoir foi que cette collaboration entre le REN-LAC, institution de lutte contre la corruption et le MBDHP institution de défense des droits de l’homme, ne peut que porter des fruits en ce qui concerne l’amélioration de la gouvernance.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Ces organisations et les hommes qui les dirigent inspirent vraiment confiance. C’est sincèrement objectif. Ça donne de l’espoir. Merci.

  • Dommage que ce soit l’occident qui les finances toujours, et ça se dit "hônron"

  • Rassure-toi le vieux. Ces Organisations ont des décennies d’existence et d’actions concrètes en faveur du peuple burkinabè, y compris donc, de tes parents au village. C’est dire donc qu’il n’ont pas attendu l’Occident pour s’affirmer et se faire respecter. C’est même l’Occident qui leur court après. Peut-être parce que elles sont plus crédibles que vous autres politiciens fatigués et vomis des populations.
    Le capitaine a vraiment raison lorsqu’il dit que "le burkinabè est méchant" ! Il faut même ajouter, jaloux, médisant et foncièrement méchant, comme ce... vieux. qu’Allah soigne et sauve nos cœurs !

  • Pourquoi ce conglomérat de communistes n’est pas aller chercher ses financements en Albanie, leur paradis sur terre ?
    Il est plus facile de capter l’argent des chancelleries capitalistes qui on le sait, ont toujours une longueur d’avance sur leur stratégie de positionnement et la répartition des rôles dans les techniques d’influence.
    Pauvre de nous ........

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique