LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Transhumance dans le Liptako-Gourma : Mise en place d’un cadre de dialogue inclusif

Lefaso.net

Publié le mardi 14 février 2023 à 18h52min

PARTAGER :                          
Transhumance dans le Liptako-Gourma : Mise en place d’un cadre de dialogue inclusif

La représentante du coordonnateur du programme d’urgence pour le Sahel au Burkina Faso (PUS-BF) Larou S. Sidibé, a présidé, ce mardi 14 février 2023, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de planification annuelle des activités du projet de promotion d’une transhumance pacifique dans la région du Liptako-Gourma. Durant deux jours (14 et 15 février 2023), les acteurs dresseront le bilan à mi-parcours de la mise en œuvre dudit projet financé par le Fond de Consolidation de la Paix (PBF).

Au cours de l’atelier, il a été donc question pour les acteurs de présenter les résultats du projet. Ce qui s’est fait autour de l’analyse de la pertinence des activités prévues au regard des besoins et du contexte sociopolitique, des meilleures stratégies de mise en œuvre des activités dans la région et des possibilités de synergie avec les acteurs.
Ce présent projet sur la promotion d’une transhumance pacifique dans la région du Liptako-Gourma est mis en œuvre, selon la représentante du coordonnateur du programme d’urgence pour le Sahel au Burkina Faso (PUS-BF), Larou S. Sidibé, dans les trois pays que sont le Burkina Faso, le Niger et le Mali par la FAO et l’OIM, en collaboration avec les gouvernements des pays concernés.

Vue des différents acteurs réunis pour dresser le bilan à mi-parcours

Ce, en vue d’appuyer les acteurs du domaine à prévenir et gérer efficacement les conflits liés à la transhumance dans le Liptako-Gourma. L’autre objectif également poursuivi, c’est aussi de contribuer aux efforts de renforcement de la résilience des acteurs et la cohésion sociale, en lien avec les politiques nationales des dits pays.
Au niveau du Burkina Faso, le projet est exécuté dans les communes de Tin-Akof, Seytenga et Kantchari.

Dans la mise en œuvre de ce projet qui a débuté depuis 2020, plusieurs activités ont été par ailleurs menées sur le terrain avec de nombreux résultats engrangés. Au titre des résultats engrangés, il y a eu, entre autres, la réalisation des cartographies communales des infrastructures pastorales, le renforcement et l’opérationnalisation du système d’alerte permettant de collecter et de diffuser les informations sur la transhumance à travers la formation des relais communautaires, etc.

Larou S. Sidibé, représentante du coordonnateur du programme d’urgence pour le Sahel au Burkina Faso

En plus de ces résultats, l’on parle aussi de la mise en place des structures en charge de la transhumance et de la gestion des conflits communautaires, la formation des femmes sur la prévention et la gestion des conflits communautaires et sur l’alerte précoce. Outre ceux-ci, l’on enregistre en outre le renforcement des capacités des pasteurs et des agro-pasteurs afin de prévenir la survenue des conflits. A ceux-ci s’ajoutent la mise en place d’un dialogue inclusif entre les acteurs des trois pays pour le renforcement de la coopération transfrontalière sur la transhumance dans la région du Liptako-Gourma.

Mais malgré ces résultats enregistrés, des défis restent à relever dans le cadre de ce projet, a rappelé la représentante. Il s’agit notamment, selon les acteurs, du suivi de l’utilisation et l’évaluation de l’impact des infrastructures pastorales au regard des contraintes sécuritaires et le renforcement de la coordination transfrontalière sur la transhumance. Enfin, la pérennisation du fonctionnement des cadres de concertation et des mécanismes de prévention et de gestion des conflits communautaires dans ces zones.

Yvette Zongo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • M’bon, il faut éviter de traiter le Liptako, le Gourma, le Liptako-Gourma comme une entité à part entière.
    Vous êtes seulement demandez pourquoi ce sont des étrangers qui ont défini cette zone pour puis venir parler d’y faire ceci et ou cela ?
    Je m’exprime la peut être mais ouvrons les yeux pour voir dans cette boue sombre crée par les autres.
    Quand on entend : ’’autorité su Liptako-Gourma, ça revoir à une cassure du pays si ’on de nos pays. N’en rajoutons pas. Arrêtons comme cela
    BASTA.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Royaume Gulma : D’où viennent les Moyenga ?