LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Hausse du prix du super 91 au Burkina Faso : Des Ouagalais demandent une réduction

LEFASO.NET

Publié le lundi 13 février 2023 à 22h30min

PARTAGER :                          
Hausse du prix du super 91 au Burkina Faso : Des Ouagalais demandent une réduction

Le secrétaire général du Premier ministère, Abdoul Salam Gampiné, par ailleurs président du Comité interministériel de fixation des prix des hydrocarbures, a annoncé, vendredi 10 février 2023, à la télévision nationale l’augmentation du prix du super 91. Le carburant qui était à 750 FCFA le litre est passé depuis le 11 février à 850 FCFA. Que pensent les ouagalais de cette augmentation ?

En août 2022, le super 91 a connu une augmentation de 35 FCFA. Ce mois de février, il connaît encore une autre augmentation de 100 FCFA. Certains Burkinabè pensent que cette augmentation du prix du super 91 est inopportune et risque de compliquer davantage les activités qui tournent déjà au ralenti à cause de la situation sécuritaire du pays.

« Les gens n’arrivent plus travailler comme il se doit dans plusieurs localités aujourd’hui. Ils se débrouillent et on vient augmenter le prix du carburant. Comment on veut que ces personnes fassent, d’autant plus qu’ils payent déjà le carburant cher. Dans certaines localités, le litre du carburant coûte 3 000 FCFA. Avec cette augmentation le litre va passer probablement à 4 000 FCFA », laisse entendre Lazare Bakouan, enseignant.

Lazare Bakouan, enseignant

Il pense que les prix des denrées vont connaître une hausse à cause de cette augmentation. Ce qui, selon lui, va rendre encore difficile les conditions de vie des millions de Burkinabè. « Si on continue d’augmenter les prix des produits de grande consommation ... Quelqu’un qui a par exemple cinq enfants et à cause de la cherté de vie, il n’arrive pas à les nourrir, il peut facilement accepter des offres malhonnêtes », indique M. Bakouan.

L’enseignant estime que dans ses prises de décisions, le gouvernement doit tenir compte des gens qui se débrouillent pour vivre. « Prenons le cas d’un fonctionnaire, à la fin du mois lorsqu’on coupe l’IUTS, l’effort de guerre et autres, il ne lui reste pratiquement plus rien. Si chaque fois on doit augmenter les prix, au bout de quelques temps ce sera intenable », argue notre interlocuteur.

Seydou Sawadogo, vendeur de chaussures, trouve qu’une augmentation de 100 FCFA est trop. Pour lui, le gouvernement pouvait augmenter le prix du super 91 de 25 FCFA où de 50 FCFA. « Avec cette augmentation, je vais réduire mes déplacements. Je ne vais me déplacer que quand c’est nécessaire. Avant quand je mets l’essence pour 1000 FCFA je faisais quatre jours avec. Je sais que maintenant je vais faire deux ou trois jours avec la même quantité. On ne peut plus aller dans certaines localités pour vendre. On se débrouille avec le peu qu’on gagne. Avec ces augmentations à ne point finir, je ne sais pas si on va s’en sortir », a indiqué le commerçant.

Seydou Sawadogo, vendeur de chaussures

Gérante de kiosque, Mariam Guira dit qu’elle souffre de cette augmentation. « Il est difficile pour nous les femmes de limiter nos déplacements. On doit sortir pour aller travailler. Aussi, il y a les mariages et baptêmes. Nous sommes obligés d’y assister sinon, à notre tour, personne ne viendra. Hier j’ai mis 1200 FCFA de carburant dans ma moto. Je suis allée à un baptême et aujourd’hui encore j’ai un autre baptême, le carburant est presque fini je suis obligée d’aller mettre du carburant encore. Si le gouvernement essaie de diminuer un peu le prix, cela va beaucoup nous arranger. Au lieu de 850, le gouvernement peut faire une réduction de 50 FCFA », souhaite la jeune dame.

Rama Diallo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Allez le demander à notre super ministre Basolma BAZIE qui avait dit que Roch était méchant sinon il pouvait baisser le prix du carburant, que Damiba Sandaogo et ses collègues ministres l’avaient poignardé dans le dos en procédant à une augmentation du prix du carburant en son absence ! On ne sait pas avec quelle dose de bêtise le régime de Blaise Compaoré a réussi à nous endormir jusqu’à ce que le Burkinabè pense qu’en matière d’économie, le monde entier respire par ses narines ! Baisser aujourd’hui le prix du carburant, c’est en même temps sonner la fermeture de la SONABHY et si la SONABHY ferme, c’est la libéralisation de la fonction de commerçant de carburant avec tous les risques y afférents ! Le premier risque c’est la mauvaise qualité du carburant qui sera servi et ce sera certainement la fête des mécaniciens de motos et de véhicules à 4 roues car aucun moteur neuf soit-il ne tiendra 6 mois tellement le Burkinabè est devenu champion dans la fraude ; En décembre 2022, on a vu des gens vendre du thé dilué dans l’eau comme du carburant et je ne serai pas étonné qu’on serve plus que n’importe quoi quand le Burkina aura fait l’option de libéraliser le secteur des hydrocarbures. Non, il faut que l’on sache ce que veut : suivre la marche du monde avec intelligence ou bien faire du populisme comme Basolma BAZIE et mourir économiquement car le Burkina ne produit aucun centilitre de carburant. Arrêtons d’être idiots car faire la science de l’économie est différent de faire de l’économisme. En attendant, ceux qui ne sont pas d’accord avec cette augmentation ont peut être raison mais ils ne sont pas obligés de consommer du carburant devenu plus cher par la force des choses, qu’on soit partisan de la France ou de la Russie ! La seule alternative, c’est d’aller au village négocier les ânes des oncles pour circuler à moindre coût en ville mais avec la contrainte qu’il fait aller aux champs tous les jours pour faire le stock de foin pour ces malheureux ânes devenus subitement citadins. L’âne du Chef deviendra du même coup, le chef des ânes (comme dans la Série : " hommes, 1 village) !

    • @ Citoyen !!! Concitoyen !!! Vous avez un raison arrogant et insultant dénué de tout argument tangible et avéré !
      Quand vous dites :
      "En attendant, ceux qui ne sont pas d’accord avec cette augmentation ont peut être raison mais ils ne sont pas obligés de consommer du carburant devenu plus cher par la force des choses"
      "c’est en même temps sonner la fermeture de la SONABHY et si la SONABHY ferme, c’est la libéralisation de la fonction de commerçant de carburant avec tous les risques y afférents"

      Ailleurs sous d’autres contrées ????? Dites moi y’a t’il d’autres SONABHY ????

      Vous ne parlez pas de la mauvaise gestion et des détournements de fonds de la SONABHY

  • C’est parce qu’il y a des gens, leur village est Ouaga pour dire que leur tout c’est a Ouaga , qu’il se permettent de raconter n’importe quoi. Pour nous autres qui avons nos villages en sursis de déguerpissement, nous félicitons le gouvernement pour cette initiative qui va lui permettre d’acquérir les moyen nécessaire pour contrer et refoulé les terroristes. Pour nous, c’est accepté cette augmentation ou s’apprêter a accueillir dans les prochains jours des dizaines de membres de nos famille. Le choix est vite fait. Vous ne savez pas dans quel conditions financières le régime actuel a trouvé nos comptes. De plus, c’est le prix du super 91 seulement qui a connu cette augmentation. La plus part des activités de transport, de transformation de font avec le gasoil, je ne vois pas pourquoi les prix des denrées de première nécessité vont augmenter et je félicite encore le gouvernement d’avoir pris celà en compte.

    • "La plus part des activités de transport, de transformation de font avec le gasoil, je ne vois pas pourquoi les prix des denrées de première nécessité vont augmenter"

      @ Elle

      Madame !!! On voit que vous n’avez pas inventer le fil a couper le beurre.
      Pour votre gouverne les motos et tricycles,...!!!! Au Burkina use de l’essence pour la création de croissance dans notre pays même certains outils de production et de transformation aussi dans des proportions non négligeables ! Vous même en tant que ménage donc composante de notre Économie en usez.

  • Bonjour
    Je souhaite que le litre passe à vingt mille francs ! Le mensonge ne perdure jamais !!
    Ou bien général Bassolma et ses affidés !!
    Mauvaise foi

  • Au lieu de faire front et faire blocus face a la speculation des indeliquats, les gens se sont battus pour payer ce carburant a 3000 - 4000 f le litre.
    Il faut assumer et d’ailleurs il faut plutot prier pour la disponibilite du precieux jus car de nos jours, rien n’est sur.

  • Il faut que les burkinabés apprennent à s’adapter et à s’organiser comme dans les autres pays et comprennent enfin que la mère poule est finie. L’état ne peut plus continuer à subventionner les prix des hydrocarbures pendant que nos formations sanitaires manquent de plateau technique. Il y a des pays voisins dont les CSPS sont équipés de SCANNER
    Ces pays ne subventionnent plus le carburant. C’est complètement ridicule de subventionner du carburant pour des populations allergiques aux transports en commun . Observer que dans beaucoup de pays il y a les "Touk-Touk" tricycles taxis de l’Inde qui transportent. Au Burkina on a préféré des tricycles de matériaux. Par ailleurs des commerçants véreux en complicité avec le ministre du commerce et la Mairie empêchent la libéralisation du transport en commun comme en RCI avec les Baka et la SOTRACI, au Mali, avec les SOTRAMA et les DURDURNI et même au Sénégal. Bref,la subversion de plus de 400 milliards ne peut plus continuer. Nous devons apprendre à faire du "HAOUSSA-TRAIN" .Pour cela, il faut qur les commerçants libèrent l’emprise des voies pour l’aménagement des trottoirs. Il faut que nous nous reprenions. Je vous remercie.

  • C’est vien fait pour nous. Les gens croient révolution, etc... etc... et ne savent pas ce que ça coûte.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique