LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

TGI de Bobo-Dioulasso : Un "passionné de l’armée" condamné pour vol de tenue militaire

Publié le mercredi 1er février 2023 à 22h10min

PARTAGER :                          
TGI de Bobo-Dioulasso : Un

Le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso a tenu sa traditionnelle audience de jugement qui se tient chaque mardi. Pour ce qui concerne les dossiers jugés le mardi 31 janvier 2023, on note trois dossiers dont celui d’un employé de commerce condamné pour vol de téléphones, celui d’un jeune homme qui a volé une tenue militaire et le dossier d’un apprenti garagiste condamné pour conduite sans permis de conduire.

Le jeune employé de commerce T.A, né en 2002, a été jugé pour vol de biens de citoyens. T.A opérait en binôme avec D.M à moto. Comme mode opératoire, ils repéraient leurs victimes en circulation pour arracher leurs biens en circulations à savoir les sacs à main et téléphones.

Dans son réquisitoire, le procureur a fait remarquer que ce mode opératoire peut entraîner en circulation en plus du vol, la chute de la victime qui peut se blesser, ou provoquer un accident avec d’autres personnes.

T.A a dit reconnaître son tort et a demandé la clémence du tribunal pour s’être laissé aller à la facilité. Malgré cela, le procureur a requis contre T.A cinq ans de prison, soit 36 mois fermes et 24 mois avec sursis et deux millions d’amende ferme.
Quant aux juges, ils l’ont reconnu coupable de vol aggravé et condamné à 60 mois de prison dont 36 fermes et une amende de deux millions avec sursis.

Le deuxième dossier concerne un jeune qui se dit passionné de tenue militaire S.Y. Seulement cette passion, plutôt que de l’exploiter positivement, l’a amené à adopter une attitude nuisible envers ce corps, envers lui-même et en partie envers la société. En effet, né en 2000, S.Y est poursuivi pour le vol de la tenue d’un militaire.

Selon les faits relatés, S.Y était ami avec un militaire, D.B, qui l’hébergeait. Celui-ci lui connaissant la fascination de S.Y pour l’uniforme de l’armée lui aurait prêté sa tenue pour tourner en ville et prendre des photos. Profitant de l’occasion, S.Y s’est permis d’aller plus loin pour se rendre chez un coiffeur en tenue militaire, se faire coiffer gratuitement en abusant de ce faux statut de militaire prétextant par ailleurs avoir oublié son portefeuille.

Le second fait qui le conduira en prison sera le vol de l’uniforme d’un second militaire qui l’aurait hébergé par l’intermédiaire de D.B. S.Y s’est présenté à K.F comme étant un agent de l’ANR (Agence nationale de renseignements). Selon K.F la victime, S.Y avait au départ des comportements militaires qui ne laissaient rien présager. Cependant, avec plus d’attention, il s’est rendu compte de la supercherie. Démasqué, S.Y se serait refugié ailleurs emportant avec lui une tenue militaire de K.F.

Pour ce vol de tenue d’un militaire, le procureur a requis contre S.Y 24 mois de prison et un million de francs CFA d’amende, le tout, ferme.

Pour le tribunal, la morale à S.Y, du fait de son attitude, n’est pas digne de quelqu’un qui aime le métier de militaire quand on connaît toute la rigueur autour de ce métier. Ainsi, ils l’ont condamné à 36 mois de prison ferme, et à un million de francs CFA d’amende avec sursis.

Un autre fait qui est courant dans la société est celui de ces garagistes qui, souvent, se donnent un peu de plaisir en faisant un tour en ville avec le véhicule de leurs clients. Si cela se passe souvent incognito, il peut en être autrement en cas de problème lié à l’absence de permis de conduire ou suite à un accident. L’apprenti garagiste T.A en a eu pour son compte. T.A est poursuivi pour conduite de véhicule sans permis de conduire et délit de fuite à l’issue d’un accident.

En effet, T.A a pris le véhicule d’un client au garage pour une petite course bien que n’ayant pas de permis de conduire. Malheureusement en cours de chemin, il commet un accident en renversant deux personnes à vélo. Pris de panique, il sort du véhicule et part se réfugier quelques mètres plus loin auprès d’un homme âgé à qui il remet la clé du véhicule. C’est cet homme qui se chargera d’appeler la police pour situer les faits. Quant aux accidentés, ils s’en sont sortis sans trop d’égratignures et ont même poursuivi leur chemin.

Le procureur a considéré la première charge qui est le délit de fuite comme une infraction non constituée. En effet, le parquet a estimé que c’est par peur de se faire lyncher par les témoins qu’il est allé se réfugier ailleurs en attendant que la police ne vienne le chercher. Il argumente que cela est chose courante dans le pays où lorsqu’un automobiliste provoque un accident qu’il ait raison ou tort, il court souvent le risque de se faire lyncher.

De ce fait, le procureur a demandé la relaxe parce que T.A est resté sur place au lieu de disparaître dans la nature.

Par contre pour la conduite sans permis, le procureur a requis six mois de prison et une amende de 100 000 francs, le tout assorti de sursis.

Quant au tribunal, il l’a reconnu coupable de conduite sans permis de conduire et l’a condamné à 12 mois de prison et 100 000 francs CFA d’amende, le tout assorti de sursis.

Haoua Touré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
BEPC session 2024 au Nayala : 412 admis au premier tour