Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Protection des enfants au Burkina : Les autorités invitées à jouer pleinement leur rôle

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 23 janvier 2023 à 08h59min
Protection des enfants au Burkina : Les autorités invitées à jouer pleinement leur rôle

Les enfants du comité consultatif du projet « Prévenir et lutter contre les violences sexuelles et sexistes à l’égard des enfants au Burkina Faso (2021-2026) » ont eu une rencontre de plaidoyer avec des représentants des autorités politiques et des leaders d’opinion du système de protection du Burkina, le 21 janvier 2023. Organisée par le Bureau international des droits des enfants (IBCR), cette activité s’inscrit dans le cadre de la commémoration en différé de la Journée mondiale de l’enfance célébrée chaque 20 novembre.

Présent au Burkina Faso depuis 2015, le Bureau international des droits des enfants (IBCR) met en œuvre un projet sur la période 2021-2026, visant à prévenir et lutter contre les violences sexuelles et sexistes à l’égard des enfants au Burkina Faso, avec le soutien financier d’Affaires mondiales Canada. Ce projet accorde une place importante à la participation de l’enfant, qui s’illustre notamment à travers la mise en place d’un Comité consultatif d’enfants en 2022 dont la mission est de veiller à ce que les besoins des enfants soient pris en compte dans la mise en œuvre des activités.

Les participants à la cérémonie de plaidoyer.

Selon le comité des droits de l’enfant de l’ONU, la participation de l’enfant est un processus de dialogue entre enfants et adultes (et entre les enfants eux-mêmes) où les enfants se sentent écoutés et où leurs opinions sont prises en compte, dans le respect mutuel et dans une perspective d’équilibre. L’activité de plaidoyer de ce 21 janvier 2023 s’inscrit dans le cadre des actions de ce comité qui est composé de 30 enfants (dont dix du parlement des enfants, neuf de l’association des enfants et jeunes travailleurs du Burkina Faso et onze des clubs Deen-kan).

Les officiels.

Elle est menée en différé dans le cadre de la Journée mondiale de l’enfance célébrée tous les 20 novembre en faveur des enfants, par les enfants eux-mêmes. « Les messages que les enfants vont vous présenter tout à l’heure ont été développés par eux-mêmes, dans leurs mots. Ce sont des messages forts qui nous interpellent toutes et tous afin que la prise en compte de l’opinion de l’enfant soit systématique dans nos actions quotidiennes les concernant. De la même façon, ce sont les enfants qui ont identifié les parties prenantes à inviter à cette activité de plaidoyer », a indiqué la cheffe de projet au BICR-Burkina Faso, Ndeye Astou Fall. En effet, cette tribune a permis la diffusion de messages de promotion et de protection des droits de l’enfant à l’échelle nationale adressés notamment à la ministre de l’Action humanitaire et à son collègue de l’Education nationale. Sur les conditions de vie de certains enfants au Burkina Faso, il leur est demandé de faire parvenir à toutes ces familles le strict minimum afin qu’elles puissent nourrir leurs enfants et par ricochet éviter que certains enfants abandonnent l’école ou même qu’ils soient exposés à la mort.

Cheick Tidiane Sanon a livré un message des élèves du comité consultatif.

« Un seul enfant non inscrit à l’école équivaut à une grande perte pour la nation. Aidez-nous à travers des sensibilisations, des prises en charge ou des bourses pour ces enfants. Pour le droit à la santé, nous souhaitions qu’ensemble, nous sensibilisions les parents afin qu’ils sachent que la vie est sacrée », ont-ils plaidé. A l’endroit des leaders d’opinion, ils ont insisté sur la nécessité de redonner la joie de vivre aux enfants démunis ; la création de plusieurs centres pour accueillir les enfants vivant dans la rue, victimes de la maltraitance et du trafic d’enfants. A cela s’ajoutent le renforcement du contrôle des véhicules qui transportent uniquement des enfants et la création d’un centre de distraction gratuit où tous les enfants auront le droit de jouer, etc. La présente cérémonie a connu la participation des représentants de la présidence du Faso, du Premier ministère, de l’Assemblée législative de transition, des ministères en charge de l’Education nationale et de la Solidarité nationale, de la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME), de l’église catholique, de l’Union nationale des parents d’élèves. Le coordonnateur national de l’Association des enfants et jeunes travailleurs du Burkina (CN/AEJTB) était également présent.

La cheffe de projet au BICR-Burkina Faso, Ndeye Astou Fall.

Chacun à son niveau a pris l’engagement de transmettre les messages reçus à qui de droit, pour que le développement de l’enfant soit holistique au Burkina Faso. Après avoir remercié le Bureau canadien des droits de l’enfant pour son appui, le chargé de mission au cabinet du ministère de la Solidarité nationale, Souleymane Sako, dira que toutes les préoccupations soulevées par les enfants sont légitimes. « Ils nous ont parlé des violences, des questions de santé, des enfants dans la rue, la prise en charge des PDI et la consommation des drogues dans les établissements scolaires. Nous avons pris conscience qu’il faudra que quelque chose soit fait. Je voudrais vous rassurer que pour toutes les préoccupations que les enfants ont soulevées, des choses sont déjà faites au niveau des différents départements ministériels. Vous avez vu, il y a des structures religieuses, et l’association des parents d’élèves qui étaient là. Chacun à son niveau a compris l’urgence de répondre à ces préoccupations. Nous allons transmettre ces préoccupations à qui de droit », a-t-il promis. Il s’est montré optimiste quant au traitement diligent de ces préoccupations dans les jours à venir. Cela permettrait de renforcer le dispositif mis en place par le Burkina Faso pour promouvoir et protéger les droits des enfants.

Des participants.

S’inscrivant dans cette dynamique, le département en charge de la protection de l’enfant est dans une démarche de renforcement du système national de protection de l’enfant et, ce, depuis plusieurs années. « Les enfants ont parlé de la question de la mendicité des enfants. Il y a déjà quelque chose qui avait été fait les années passées. Vous allez voir, dans les jours à venir, qu’un dispositif national est en train d’être déployé en commençant par Ouagadougou, pour apporter des réponses aux PDI qui sont dans la mendicité avec leurs enfants. Il y a aussi la question du Parlement des enfants. C’est une disposition qui a été mise en place pour permettre aux enfants de participer au niveau national. Vous avez le conseil national pour l’enfance et des structures au niveau central comme la direction générale de la famille et de l’enfant, et les directions provinciales et régionales. En plus de cela, nous travaillons avec les réseaux de protection de l’enfant aux niveaux provincial et communal, et nous sommes allés jusqu’à mettre en place des cellules communautaires au niveau des quartiers et des villages », a égrené M. Sako.

Le Chargé de mission au cabinet du ministère de la Solidarité nationale, Souleymane Sako

Le projet « Biig-yi-nere », faut-il le souligner, travaille en synergie avec six ministères dont les ministères en charge de la Santé, de la Sécurité, de la Défense, de l’Education, de la Solidarité ; le réseau de protection communautaire, ainsi que les associations qui encadrent les enfants. Mme Fall a profité de son intervention pour partager un aperçu des activités réalisées dans le cadre du présent projet. En plus d’avoir organisé, avec le comité consultatif des enfants, des séances de renforcement de capacités sur les violences sexuelles, et le suivi-évaluation à travers des collectes de données, des enfants issus des six zones d’intervention du projet ont vu leurs capacités renforcées sur le processus d’autonomisation. « Dans ces zones (le Nord, le Centre-Nord, Ouagadougou, Koudougou et Bobo-Dioulasso), nous travaillons avec les associations. Les enfants qui sont encadrés par ces associations seront renforcés en termes de droit et de prévention. Ils vont bénéficier aussi de mini-projets qui seront entièrement subventionnés par IBCR », a laissé entendre Mme Fall.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 janvier à 10:17, par Kem En réponse à : Protection des enfants au Burkina : Les autorités invitées à jouer pleinement leur rôle

    Il y a du chemin à faire avant de constater que les enfants reçoivent ce dont ils ont besoin et qu’ils sont respectés.
    Présentement, de nombreux enfants ne reçoivent pas d’instruction, les classes qui fonctionnent sont surchargées et trop d’enseignants ne se mettent pas à la portée des enfants.
    Les parents doivent aussi être conscients qu’ils ont la responsabilité de nourrir leurs enfants sans attendre tout de l’extérieur.
    Les enfants sont les plus grandes victimes de la situation actuelle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Quatre nouveaux officiers des forces armées nationales nommés à des postes de responsabilité
Burkina Faso : Une conférence publique pour discuter des enjeux et défis de l’enregistrement des décès
Amicale des femmes de la Sitarail : Une journée pour faire découvrir le métier de cheminot aux enfants des travailleurs
Administration du travail : Le Burkina accueille la 44e session du Centre régional africain d’administration du travail
High-tech : Abstergo Store à la conquête du marché burkinabè
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés