Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Football au Burkina : Des supporters convaincus que les Etalons seront à la coupe du monde 2026

Accueil > Actualités > Sport • Lefaso.net • mercredi 21 décembre 2022 à 12h30min
Football au Burkina : Des supporters convaincus que les Etalons seront à la coupe du monde 2026

Les lampions de la coupe du monde de la FIFA Qatar 2022 se sont éteints le 18 décembre dernier avec le sacre de l’Argentine. L’heure est maintenant aux enseignements, sur différents volets. Concernant la participation des cinq pays africains, des supporters donnent leurs appréciations. Ils commentent aussi l’augmentation du quota pour l’Afrique qui va passer à neuf représentants dès la prochaine coupe du monde 2026 qui sera co-organisée par les Etats-Unis, le Mexique et le Canada. Avec ce quota, ces supporters pensent sérieusement que les Etalons ont tous les atouts pour se qualifier à la coupe du monde 2026.

« Le problème de mentalité est à travailler en Afrique »

Idrissa Sedogo :

« En ce qui concerne la participation des pays africains, pour moi le bilan n’est pas satisfaisant. Il est vrai que le Maroc a fait une prestation honorable, par rapport au mondial de façon générale, mais on aurait voulu qu’il y ait la mentalité qui sied. Le football africain ne manque pas de talents, là il ne faut pas qu’on en doute, nous faisons la compétition avec les meilleurs, on joue avec les meilleurs en Europe. Ce qui nous manque, c’est une bonne organisation. A ce niveau-là, c’est carrément à revoir parce que ce n’est pas normal que lors des premiers matchs, l’Afrique pointe avec zéro victoire.

C’est cela qui a quand même pénalisé l’ensemble de la compétition, on s’est réveillé mais un peu plus tard. Il y a aussi et surtout un problème de mentalité qu’il faut travailler en Afrique. Vous avez vu Brésil-Cameroun, où on mène 1-0, au lieu d’aller chercher un deuxième but qui aurait pu qualifier le Cameroun, sait-on jamais, tout de suite on enlève le maillot (il s’agit de Vincent Aboubakar qui a inscrit le but), on commence à jubiler comme si on avait gagné la coupe du monde, moi j’étais déçu.

Concernant l’augmentation des quotas aux phases finales, moi je ne suis pas dans cette optique de multiplier le nombre de participants africains, pour accroître les chances de performance, pour moi tant qu’on ne va pas bien se réorganiser, on aura beau augmenter le nombre d’équipes africaines, ça ne changera pas grand-chose. Il faut travailler sérieusement. On risque même d’amener des équipes de bas niveau et qui vont encaisser des scores records pas agréables pour le continent, il faut travailler sérieusement sur plusieurs volets surtout les mentalités, parce qu’on n’a pas un problème de talents en Afrique. Néanmoins, avec l’augmentation du quota, le Burkina, quoique l’on dise, est une valeur sûre en Afrique actuellement.

Je prends en exemple tout récemment la victoire des Etalons sur les Eléphants de Côte d’Ivoire en match amical, ce qui n’était pas arrivé il y a plus de vingt ans. Cela veut dire que côté talents, le Burkina est vraiment en nette progression. Et actuellement on a un staff technique assez posé. Si on prend vraiment les choses en main, même à cinq participants, le Burkina peut se qualifier pour la coupe du monde. Vous savez que nous n’avons pas de stade, nous jouons tous nos matchs à l’extérieur. Du coup nous n’avons aucune chance pratiquement.

J’imagine si le Burkina avait un stade du 4-Août plein à craquer pour jouer ses matchs, même cette dernière coupe du monde, le Burkina pouvait y aller, c’est une question d’organisation, de détails à régler, le football ce n’est pas le hasard, il faut travailler à réunir toutes les chances de son côté, le Burkina est quand même dans le top 10 africain actuellement ».

« Le quota pour l’Afrique qui passe à 9, pourrait faire les affaires du continent »

Hate Nanéma :

« Moi je vais revenir un peu en arrière pour le Sénégal. L’Afrique n’a pas eu de chance que le meilleur joueur africain et deuxième au ballon d’or, en l’occurrence Sadio Mané du Sénégal, se soit blessé juste avant l’entame de la compétition. Si Mané était là, je pense que l’équipe sénégalaise pouvait mieux faire. Dans l’ensemble, sur les cinq équipes africaines, on peut tirer le chapeau à l’équipe marocaine qui a vraiment porté notre flambeau très haut. Jouer une demi-finale d’une coupe du monde, ce n’est pas donné à n’importe quelle équipe.

Sur 32 équipes, si le Maroc a pu se classer parmi les quatre meilleures, je pense que notre continent n’a pas démérité. Maintenant pour les coupes du monde à venir, l’Afrique aura la chance d’avoir neuf représentants. Le Burkina a joué la demi-finale de la CAN Cameroun 2021, les demi-finales d’Afrique du sud 2010 et de Gabon 2017, peut être à la coupe du monde 2026, en Amérique-Mexique-Canada, si Dieu le veut. Je voudrais ajouter que le quota pour l’Afrique qui passe à neuf pourrait faire les affaires du continent, à supposer deux équipes africaines qui se croisent en huitièmes de finale, automatiquement, on aura une qui sera en quarts, et ainsi de suite, pour moi, les performances de l’Afrique pourraient croître en 2026 ».

« Je regrette amèrement l’absence des Etalons à cette coupe du monde »

Boukaré Compaoré, dit « El Bokar » :

« Pour moi, d’abord ce que je regrette amèrement, c’est que le Burkina n’ait pas participé à cette coupe du monde, et cet échec je l’attribue à nos autorités. Moi je suis convaincu que si le Burkina avait joué ses matchs aller des éliminatoires de la coupe du monde à Ouagadougou dans un stade du 4-Août plein comme un œuf, nous allions jouer les barrages contre le Cameroun. Et j’en suis sûr que nous allions nous qualifier, c’est vraiment un grand regret pour moi.

Pour les prochaines coupes du monde, le nombre passe de 32 à 48, avec un quota de quatre pays en plus pour l’Afrique. Cela veut dire que le football a évolué sur le plan mondial. Si l’Afrique est allée en demi-finale, cela veut dire qu’il y a du progrès. Si on a neuf équipes, je pense que le Burkina Faso va se qualifier pour la prochaine coupe du monde. La coupe du monde, c’est aussi une question d’expérience, il nous faut aller en demi-finale, deux ou trois fois, pour espérer la remporter.

Si le Maroc a perdu contre la France, c’est une question d’expérience. Pour moi la France n’a pas attaqué, elle a laissé l’initiative du jeu au Maroc, guettant l’occasion pour réagir. C’est aussi cela l’expérience. Le Maroc a quand même placé désormais la barre très haute pour l’Afrique. C’était le Ghana qui avait failli nous y amener en 2010. Avant c’était les quarts qui étaient le niveau africain en coupe du monde, maintenant ce sont les demi-finales.

C’est un défi pour l’Afrique car toute autre performance serait considérée comme une régression et cela va galvaniser les équipes africaines. On croit que l’Afrique n’a pas de football. L’Afrique est mal organisée, c’est tout. Ce sont les joueurs africains qui font les grands clubs au monde. C’est l’inorganisation, l’indiscipline, aussi bien chez les dirigeants que les joueurs, sinon l’Afrique a tout. Moi j’ai la ferme conviction que d’ici aux trois prochaines coupes du monde qui viennent, l’Afrique va jouer la finale. Avec ce parcours réussi par le Maroc, nous sommes maintenant décomplexés parce que nous savons que nous pouvons ».

Propos recueillis par Barthélemy KABORE

Légendes

Photo Une- Les Etalons

Idrissa Sédogo : « Le problème de mentalité est à travailler en Afrique »

Haté Nanéma : « Le quota pour l’Afrique qui passe à 9, pourrait faire les affaires du continent »

Boukaré Compaoré : « Je regrette amèrement l’absence des Etalons à cette coupe du monde »

Vos commentaires

  • Le 27 décembre 2022 à 10:22, par balbone Bila En réponse à : Football au Burkina : Des supporters convaincus que les Etalons seront à la coupe du monde 2026

    C est bien beau de voir le Burkina en coupe du monde. Une coupe du monde se prepare depuis une décennie avec une organisation administrative financière et technique.
    Un pays ou l union sacree autour d une federation professionnelle . Une vision avec des objectifs a atteindre.
    Pas de matchs de championnat sur des terrains nus.
    Pas de gestion approximative de l organisations des competitions
    Les infrastructures sportives en mauvais état ( Stades de Koudougou et Tenkodogo) ou le programme de la Fifa peut intervenir.
    Enfin ceux qui connaissent et aiment le football à la tête des commissions fédérales.pourun suivi sans faille de la relève
    Ce sont ces quelques elements qui peuvent faire bouger notre football au niveau mondial.
    Bonne chance aux Etalons pour un tirage qui pourra aussi nous favoriser

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Athlétisme : Marthe Koala médaillée d’or aux championnats AURA à Lyon
CHAN 2023 : Le Sénégal sacré champion devant l’Algérie et son public
Athlétisme : Hugues Fabrice Zango décroche sa deuxième médaille d’or de l’année au meeting de l’Eure
CAN U17 2023 : Les Etalons cadets logés dans le groupe C avec le Cameroun, le Mali et le Soudan du Sud
Arbitrage au Burkina : « Il faut avoir un mental fort et aimer vraiment le métier », conseille Jean Emmanuel Compaoré, ancien arbitre international
Tour cycliste "Tropicale Amissa Bongo" : Le maillot de la combativité sur les épaules de Paul Daumont
Triple saut : Le Burkinabè Hugues Fabrice Zango débute la saison en or
Réconciliation nationale : « Nous ne ferons pas les mêmes erreurs que les précédentes initiatives », Boubakar Savadogo, ministre des sports, de la jeunesse et de l’emploi
Ministère des Sports : Le ministre Boubakar Savadogo à l’écoute des fédérations sportives
Rumeurs sur la réhabilitation du stade du 4-Août : La mise au point du groupement d’entreprises chargé de l’exécution du marché
Football : Bakary Koné met un terme à sa carrière de footballeur
Burkina Faso : « Aujourd’hui, la fédération burkinabè d’athlétisme est la plus pauvre en matière d’infrastructures », assure Missiri Théophile Sawadogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés