LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano : Le procureur a requis 36 mois dont 12 ferme contre l’accusé

LEFASO.NET

Publié le vendredi 2 décembre 2022 à 21h55min

PARTAGER :                          
Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano :  Le procureur a requis 36 mois dont 12 ferme contre l’accusé

Le président de la Commission nationale des droits humains (CNDH), Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano est poursuivi pour fraude en matière de commande publique, complicité d’usage de faux et de blanchiment d’argent sur un montant de plus de 65 millions FCFA . Depuis le jeudi 1er décembre 2022, il comparaît à la barre du Tribunal de grande instance Ouaga 1.

L’accusé a plaidé non coupable pour les trois faits à lui reprochés. Pour ce qui est particulièrement du cas de fraude, il a nié sa responsabilité dans l’attribution des marchés incriminés. Il faut noter qu’en plus de Yemboado Rodrigue Namoano, sept autres personnes sont poursuivies dans le même dossier.

Après l’audition des témoins et la plaidoirie des avocats de la partie civile, le procureur a requis 36 mois de prison dont 12 ferme contre Yemboado Rodrigue Namoano. Le blanchiment de capitaux n’a pas été retenu comme infraction, faute de preuves.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Comment allons-nous alors recouvrer les 65 millions , si la condamnation se limite à ça ?
    Ces comdamnés sortiront après un an de prison, puis ils se partageront leur 65 briques ! En quoi, cette condamnation empêche-t-elle les envieux de détourner ?
    Qu’elle est l’intérêt de cette condamnation ?
    Ou, en quoi cette condamnation est-elle pédagogique ou éducative ?
    Dommage pour la nation !

  • Un autre gourmatché après la Lonab Eux là ils pensent qu’ils pourraient se cacher dans le sable .Or Dieu sait que ça ne marche plus

  • "Le blanchiment de capitaux n’a pas été retenu comme infraction, faute de preuves." C’est donc que concernant les chefs d’accusation de "fraude en matière de commande publique, complicité d’usage de faux", des preuves ont été apportées.
    Du fait, la demande du procureur me semble trop légère.
    Sans sanctions exemplaires, notre pays ne se relèvera jamais.

  • La sanction de ce monsieur doit servir d’exemple pour décourager ceux qui veulent emboîter ses pas. On attend impatiemment la décision du tribunal. Sinon 36 mois dont 12 fermes requis par le procureur sans une peine pécuniaire ne vaut absolument rien.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique