Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

FESPACO : La 28e édition aura bel et bien lieu du 25 février au 4 mars 2023, le visuel dévoilé

Accueil > Actualités > Culture • Lefaso.net • jeudi 1er décembre 2022 à 22h48min
FESPACO : La 28e édition aura bel et bien lieu du 25 février au 4 mars 2023, le visuel dévoilé

Le ministère en charge de la culture a annoncé ce jeudi 1er décembre 2022 au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou, le maintien de la 28e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Elle se tiendra du 25 février au 4 mars 2023, sous le thème : "Cinémas d’Afrique et culture de paix". Lors de la conférence de presse, le visuel officiel de la biennale a aussi été dévoilé.

Alors que plusieurs manifestations d’envergure ont été reportées au Burkina, le ministère en charge de la culture annonce le maintien de la 28e édition du FESPACO. La biennale se tiendra du 25 février au 4 mars 2023. La confirmation a été donnée par Galip Somé, directeur de cabinet du ministre de la culture qui représentait son ministre Emmanuel Ouédraogo, au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 1er décembre 2022 aux côtés du délégué général du FESPACO, Alex Moussa Sawadogo.

Cette édition se tiendra sous le thème : « Cinémas d’Afrique et culture de paix ». Dans la déclaration liminaire du ministre de la culture lue par son directeur de cabinet, M. Ouédraogo regrette l’annulation du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) et de la Semaine nationale de la culture (SNC-Bobo 2022), liées au contexte national.

« Certes, notre pays traverse des moments difficiles, mais il est indéniable que les grands défis de la nation ne peuvent être considérés individuellement et traités séparément. En effet, la lutte contre l’insécurité, la stabilité économique, la bonne gouvernance et la politique sociale et culturelle sont intimement liées », a reconnu le ministre.

C’est pourquoi, il a déclaré que le Burkina Faso, comme à son habitude, s’efforcera de tenir son engagement d’offrir aux professionnels du 7e art, ainsi qu’aux cinéphiles, un espace de rencontres et d’échanges pour le développement de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel. Ainsi, il a annoncé « officiellement et solennellement », le maintien de la tenue de la 28e édition du FESPACO.

« C’est une décision prise par le président de la transition, le capitaine Ibrahim Traoré, qui a fait le constat d’une avancée significative dans les préparatifs », a-t-il fait savoir.
Il a soutenu cependant, que pour l’édification d’un cinéma compétitif, il est impératif de redimensionner le format de la 28e édition du FESPACO sans pour autant le dévoyer.

Il a invité tout un chacun à respecter et à accompagner les nouvelles mesures adoptées par la délégation générale du FESPACO, pour une réussite de la manifestation.

Revenant sur le thème, « Cinémas d’Afrique et culture de paix », le ministre en charge de la culture, par la voix de son directeur de cabinet, a indiqué qu’il est « très évocateur » lorsque nous connaissons le pouvoir d’influence et d’éducation du cinéma. « Il influe nécessairement par ses messages et ses images sur nos valeurs et nos comportements », a-t-il précisé. Selon lui, la culture de la paix en tant que processus permanent doit transparaître dans les créations cinématographiques de cette édition qu’on pourrait qualifier d’édition de résistance. Car cela y va de l’évolution et de la survie même de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel, estime-t-il.

Le ministre a terminé ses propos en invitant les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel à s’approprier ce thème et surtout, à faire de leurs œuvres cinématographiques, un facteur de cohésion et d’intégration pour l’édification d’une Afrique plus forte et plus solidaire.

A noter qu’au cours de la conférence de presse, le visuel officiel de la 28e édition a été dévoilé. Il montre une combattante au carquois rempli de flèches, le poing droit fermé, une canne dans la main gauche. « Je voulais dessiner une femme qui représente l’Afrique, en l’occurrence les guerrières africaines. Et pour cela j’ai choisi Sarraounia qui est une guerrière nigérienne. Je dédie cette affiche à toutes les femmes africaines qui se battent pour le continent », a expliqué son concepteur, Grégory Dabilgou dit El Marto.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 décembre 2022 à 07:44, par Nabé En réponse à : FESPACO : La 28e édition aura bel et bien lieu du 25 février au 4 mars 2023, le visuel dévoilé

    Le visuel est bien expressif. Le visage est détaillé et beau. Cependant, il faudrait penser à respecter les proportions du corps humain. La main gauche qui est plus grosse que la main droite (le poing droit qui es manifestement trop petit), le l’avant-bras droit qui est très court (plus petit que la tête). On ne saurais tolérer de telles erreurs grossières à ce niveau...

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2022 à 12:09, par Kouda En réponse à : FESPACO : La 28e édition aura bel et bien lieu du 25 février au 4 mars 2023, le visuel dévoilé

    J’ai regardé le visuel mais sincèrement je n’y ai pas forcément vu ce que Nabé lui reproche. La main gauche étant plus pliée et apparaissant en dessous de la main droite, je pense qu’il est normal qu’elle apparaisse plus grosse sur le visuel ; ce sont le coude et ses proximités repliées en réalités qui apparaissent.
    Ensuite la main gauche enveloppe ou tient un bâton, ce qui la grossit naturellement et visuellement. La main droite est fermée et légèrement retournée de sorte que nous voyons le dos de cette main mais avec un doigt moins visible par rapport à la main droite dont la paume est tournée vers nous. Le fait de tourner la main gauche la rend plus petite.
    Nous n’avez peut être pas tord mais moi j’ai compris les proportions ou tailles différentes de cette manière. Si je regarde encore le visuel demain ou un autre jour, je verrai peut être autres choses. lol
    Bonne fin de semaine à vous.
    N’oubliez pas Nabé, à partir du 25 février 2023 d’aller voir les films retenus pour encourager et soutenir le cinéma africain et de la diaspora pendant cette semaine qui lui est dédiée.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lefaso TV présente Les « A- côtés du SIAO » : A la rencontre des artisans burkinabè
Les 12PCA, acte 11 : Une édition placée sous le signe de la résilience
SIAO : La 16e édition s’ouvre sous le signe de la résilience des artisans
« Dafra académie music live » : Une compétition pour la relance de la pratique musicale live au Burkina
Cinéma au Burkina : "Naras City", le premier long métrage de Malick Naboalga dénonce l’injustice, l’insécurité et les conflits fonciers
Visite du parc d’exposition du SIAO : « La commission est prête à 98% » Serge Poda, ministre de l’artisanat
Musique au Burkina : Jules O s’offusque du désordre avec son titre ‘’Zoundzandé ’’
Bobo-Dioulasso : Des artisans redoutent « une mort programmée du pagne koko dunda »
SIAO 2023 : « Les foires, c’est en même temps une école où on part découvrir, vendre et se faire connaître », foi des créateurs
Koudougou : L’entreprise François 1er, une opportunité d’emplois pour les étudiants
MCCAT/DGCA : Trois nouveaux promus prennent leurs fonctions
11e édition du Festival international de danse de Ouagadougou : Une vingtaine de compagnies de danse attendues
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés