Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Pouponnière Den-Kanu de Bobo-Dioulasso : Un centre de réconfort pour les enfants en détresse

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • mardi 29 novembre 2022 à 14h16min
Pouponnière Den-Kanu de Bobo-Dioulasso : Un centre de réconfort pour les enfants en détresse

Afin de mieux connaître la situation des enfants en détresse de l’orphelinat Den-Kanu, Lefaso.net a rencontré le vendredi 25 novembre 2022, Sœur Agathe Diarra, directrice de cette pouponnière située au secteur 25 de Bobo-Dioulasso.

Lefaso.net : Présentez-nous Den-Kanu…

Sœur Agathe : La pouponnière « Den-Kanu » signifie en français « Amour de l’enfant ». C’est une structure sociale créée le 8 mars 1997 par les sœurs de l’Annonciation de Bobo-Dioulasso. Cela fait suite aux nombreuses sollicitations de la population dans notre mission d’accompagnement des femmes quant à leur désarroi dans la prise en charge des bébés après la mort prématurée de leur mère auquel s’ajoute les abandons de bébés. Située au secteur 25 de la ville de Bobo-Dioulasso, Den-Kanu accueille, pour une durée de 18 à 24 mois, les enfants en détresse qui sont des orphelins de mère, les bébés abandonnés et ceux dont les mamans souffrent de déficience mentale ou de maladies physiques graves.

Il a une capacité d’accueil de 50 places. Faute de moyens adéquats, l’orphelinat abrite actuellement les enfants âgés de 15 jours à 4 ans dont 18 garçons et 22 filles venant de plusieurs provinces du Burkina. Son objectif premier est d’apporter un secours d’urgence à ces bébés orphelins et abandonnés ou autres cas sociaux dans les premiers mois les plus difficiles de leur vie. Cette pouponnière permet d’assurer à ces enfants vulnérables, l’alimentation, les soins d’hygiène corporelle, les soins médicaux sans oublier l’affection maternelle à leur porter.

Sœur Agathe Diarra, directrice de la pouponnière Den-Kanu

Comment sont accueillis les enfants ici à Den-Kanu ?

Les enfants nous viennent de diverses manières : essentiellement par les services sociaux, sur demande de certains parents pour les orphelins, aussi par la justice, la police, la gendarmerie...

Quel est le sexe le plus accueilli chez vous ?

Il n’y a pas de préférence de sexe dans l’accueil des enfants, tout enfant en détresse quel que soit le sexe, nous l’accueillons s’il y’a une possibilité. L’effectif du genre change en fonction des arrivées.

Espace décoré à l’occasion de l’anniversaire d’un enfant de Den-Kanu

Quels types d’orphelins avez-vous ?

Nous avons surtout les orphelins de mère. Mais il nous arrive d’avoir des orphelins de père et de mère. Parmi nos enfants il y’a aussi des enfants abandonnés et ceux dont les mères souffrent de déficience mentale qui ne sont pas classés parmi les orphelins.

Comment se fait la prise en charge des enfants ?

La prise en charge des enfants se fait à travers différentes activités reparties dans la journée. Des activités nutritionnelles, sanitaires, d’éveil, d’hygiène … Bref comme dans une famille, en essayant de répondre aux besoins des enfants dans le quotidien.

Dortoir des enfants

Est-ce seulement avec les moyens de l’orphelinat ou recevez-vous de l’aide pour la prise en charge de ces enfants ?

L’orphelinat vit essentiellement de dons venant de divers ordres, de toute personne sensible à la situation de détresse des enfants. Le centre n’a pas de moyens types. Nous recevons des dons venant de groupes, d’associations, de personnes ou de familles, des dons en nature comme en espèce. En somme, tout don qui peut aider dans la prise en charge des enfants est la bienvenue à l’orphelinat Den-Kanu.

Porte d’entrée de l’orphelinat Den-Kanu

Combien d’orphelins pouvez-vous avoir dans l’année ?

L’effectif des enfants varie d’une année à une autre en fonction de la situation des enfants : durée de séjour qui peut varier selon que l’enfant se développe bien ou pas, selon l’état de santé ou durée d’une adoption pour ceux qui vont en adoption ou encore la situation familiale. En moyenne, l’effectif varie entre 60 et 70 puisque que les enfants ont une durée de séjour de deux ans maximum au centre.

Les enfants parviennent-ils à aller à l’école ?

Oui, ceux qui dépassent deux ans au centre sont inscrits à la maternelle et au primaire si l’âge le permet.

Intérieur de la cour Den-Kanu

Y’a-t-il des orphelins qui souffrent de l’absence de parents ?

Oui, cela arrive et peut arriver si les parents n’arrivent pas à venir régulièrement pour rendre visite à leur enfant, et surtout actuellement avec la situation sécuritaire les parents sont difficilement joignables et les déplacements difficiles. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Propos recueillis par Marie Constantine Ki
Stagiaire
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Nayala : Toma dans l’obscurité depuis près de trois semaines
Burkina : Quatre nouveaux officiers des forces armées nationales nommés à des postes de responsabilité
Burkina Faso : Une conférence publique pour discuter des enjeux et défis de l’enregistrement des décès
Amicale des femmes de la Sitarail : Une journée pour faire découvrir le métier de cheminot aux enfants des travailleurs
Administration du travail : Le Burkina accueille la 44e session du Centre régional africain d’administration du travail
High-tech : Abstergo Store à la conquête du marché burkinabè
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés