LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Recrutement de VDP : « C’est mieux d’aller mourir au front que de rester à la maison mourir », s’exclame une enrôlée

Lefaso.net

Publié le mardi 8 novembre 2022 à 21h00min

PARTAGER :                          
Recrutement de VDP : « C’est mieux d’aller mourir au front que de rester à la maison mourir », s’exclame une enrôlée

« La patrie ou la mort nous vaincrons ! ». Si pendant longtemps ce slogan ne semblait beau qu’à prononcer, il a pris désormais tout son sens depuis un peu plus de sept ans, au vu des assauts répétés des groupes armés terroristes contre le Burkina. Suite à l’appel du gouvernement Kyelem pour le recrutement de 15 000 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), certains jeunes ne se font pas prier pour rejoindre les rangs, avec la foi que leur énergie pourrait servir à l’effort de défense.

« Il n’y a pas de plus beau sacrifice que de donner sa vie pour la patrie », a-t-on coutume de dire. Cela, certains Burkinabè l’ont compris en répondant présent à l’appel du gouvernement au recrutement des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), et ce, nonobstant les tentatives de dissuasion de leur entourage et le risque d’y laisser la vie. « On m’a dit que beaucoup de gens meurent au front. On ne les ramène pas. On ne les enterre pas. On les laisse comme ça dans la nature et les oiseaux les mangent. Mais moi je veux défendre mon pays. Je suis fier de mon pays. Les gens tentent de me décourager mais moi je veux y aller », nous a confié Alfred D., jeune âgé de 19 ans.

« J’ai le courage et je veux défendre mon pays » Alfred D.

Même son de cloche pour son ami Julien B. âgé de 25 ans, qui dit être incompris de ces camarades, suite à sa décision de se faire enrôler. Selon lui, les terroristes ne sont pas figés sur une seule localité et Ouagadougou n’est pas à l’abri de la menace. « Que tu veuilles aller au front ou pas, que tu vives à Ouagadougou ou pas, tu peux mourir partout et dans n’importe quelle région. Les terroristes même peuvent venir à Ouagadougou ici. Donc, le mieux c’est d’aller défendre ».

Face à la persistance du phénomène qui ne dégrossit visiblement pas, il estime que si le mal persiste et que jusque-là le Burkina peine à voir le bout du tunnel, c’est parce que les Burkinabè ne sont pas unis face à l’adversité. « Si la danse se fait dans un plat, que chacun y mette le pied. Peut-être que c’est parce que nous refusons toujours d’aller que ça continue », a-t-il conclu.

Face à cette situation et contre toute attente, il n’y a pas que des hommes qui sont préoccupés par la sécurité du pays. « Comme le président a dit que tout est urgent, moi aussi je suis venue pour me faire enrôler. J’ai 42 ans et je peux défendre ma patrie. Ce ne sont pas les hommes seulement qui doivent aller au front », a laissé entendre Simone G.

« Ce que je veux aussi présentement c’est d’être intégré dans l’armée » Julien B., 25 ans

A la question de savoir ce que pensent ses proches de sa décision, elle répondra : « Pour le moment je n’ai pas d’enfant. J’ai deux petits frères. Y a un qui est policier. L’autre est militaire. Il est au front, à Déou. Si mon petit frère est au front et n’a pas peur de la mort, pourquoi moi, la grande sœur, j’aurai peur ? »

A tous ceux et celles qui hésitent toujours à rejoindre les rangs, son message est le suivant : « Je veux dire à mes sœurs qui sont à la maison que ce ne sont pas les hommes qui vont aller combattre pour nous. Non ! Je voudrais dire aussi à ceux qui disent qu’on part pour mourir là-bas que même en restant à la maison tu peux mourir. C’est mieux d’aller mourir là-bas que de rester à la maison mourir. Ce n’est pas en allant au Sahel seulement que tu vas mourir. J’invite les Burkinabè, même les vieux de 90 ans, s’ils peuvent venir seulement, qu’ils viennent pour qu’on aille ensemble. »

Erwan Compaoré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Moi Mr zida Oumar maçon à bobo dioulasso aimerais échange avec le président Traoré. Pour aider le président Traoré à soulève encore plus haut le flambeau de la révolution Au fasso .

  • Faisons attention on ne mobilise personne en parlant de mort. Pour les musulmans la mort est prédestinée si bien qu’on CONVAINC beaucoup de gens en leur expliquant que tant que le JOUR de leur mort prédéfinie n’est pas arrivé RIEN ne peut leur arriver.A l’inverse quand c’est le Jour de leur mort décrétée qu’ils soient dans une forteresse inexpugnable ils mourront. Moralité mieux vaut aller au combat car tant que votre mort n’est pas décrétée, même si vous êtes seul face à 100 ennemis ils ne pourront pas vous TUER. Que nos leaders développent de tels messages et vous verrez que nos hommes se battront avec courage et pugnacité.

  • Bonjour.
    À travers les mots de ces burkinabè fraîchement enrôlés au sein des VDP, je sens le patriotisme, le courage. Patriotisme et courage dont manquent beaucoup de nos hommes politiques, hommes d’affaires et autres personnes qui ne cessent de perorer et d’intoxiquer l’opinion publique. Le vrai burkinabè existe toujours, mais il est souvent loin de nos plateaux télé, les plates-formes internet et autres médias, etc. Un petit échantillon de ces braves fils et filles du pays se retrouvent parmi les VDP au front et ceux qui s’enroulent actuellement. La reconquête victorieuse du territoire burkinabè, le retour de la sécurité et la cohésion sociale se feront ou se feront, n’en déplaise aux détracteurs du gouvernement KYELEM sous la présidence du Capitaine TRAORÉ. Solidarité, engagement, organisation et intégrité doivent nous habiter tous et nous motiver.
    DIEU lui même est en action et nous ses enfants du BURKINA FASO nous ne serons pas en débâcle.

  • Félicitations à vous chers vaillants hommes et femmes.
    La gloire est au bout de l’effort, du combat. Mon vœux ardent à l’endroit du gouvernement est qu’on mette rapidement en place un dispositif de collecte de ressources financières et matérielles pour soutenir l’effort de guerre. Cette mesure est aussi indispensable et urgent que le recrutement des VDP qui est en cours.

  • Merci pour votre patriotisme. Ils seront obligés d’abandonner quand ils verront que tout le pays se sent concerné et est prêt. La Patrie ou la mort, nous vaincrons certainement.

  • Bravo à tous ces jeunes qui s’engagent dans les rangs de VDP. Toutefois, il aussi encourager et engager la jeunesse à d’autres manières de contribuer à la défense de la Patrie : les actions de promotion de la paix, la culture de la bonne citoyenneté et de la cohésion sociale et le travail bien fait à tout les niveau et secteur de développement.

    unis, rien n’est impossible.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique