LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Manifestations réprimées au Tchad : Le Premier ministre Saleh Kebzabo annonce une cinquantaine de morts et plus de 300 blessés

Publié le jeudi 20 octobre 2022 à 20h00min

PARTAGER :                          
Manifestations réprimées au Tchad : Le Premier ministre Saleh Kebzabo annonce une cinquantaine de morts et plus de 300 blessés

Dans plusieurs villes du Tchad, des populations ont manifesté contre la prolongation de la transition, ce jeudi 20 octobre 2022.

Étant interdite par le gouvernement la veille, la manifestation a été violemment réprimée par les forces de l’ordre. Au cours d’une conférence de presse animée dans la soirée de ce jeudi 20 octobre, le Premier ministre de la transition, Saleh Kebzabo, a annoncé un bilan (provisoire) d’une cinquantaine de morts et plus de 300 blessés.

Dans la foulée, l’ancien opposant historique, sous le règne du président Idriss Déby Itno, a annoncé un couvre-feu de 18h à 6h du matin dans les villes de N’Djamena, Moundou, Doba et Koumra.

Le ministre de l’Administration du territoire, Limane Mahamat, quant à lui, a annoncé la suspension des activités de plusieurs formations politiques pour "troubles à l’ordre public et à la sécurité de nature à porter atteinte à la sureté de l’État et au bon fonctionnement des institutions". Il s’agit de : Les Transformateurs, le Front populaire pour la fédération (FPF), le Parti socialiste sans frontière (PSF), Les Patriotes (LP), Al Takhadoum, le Rassemblement pour la justice et l’égalité des tchadiens (RAJET) et le Parti des démocrates pour le renouveau (PDR).

Les locaux de ces sept partis politiques sont fermés durant trois mois pour "atteinte à la sûreté d’État", a indiqué le ministre Limane Mahamat.

Les activités de l’organisation de la société civile "Wakit Tama" sont également suspendues jusqu’à nouvel ordre.

"Ce qui s’est passé, ce n’est pas une marche, c’est une insurrection pour arracher le pouvoir par la force", a déclaré Saleh Kebzabo.

Arrivé en avril 2021 suite à la mort du président Idriss Déby Itno, le Conseil militaire de transition (CMT) avait un mandat de 18 mois pour organiser des élections et passer le pouvoir à un président élu démocratiquement. Mahamat Idriss Déby Itno, fils du défunt Idriss Déby Itno qui était à la tête de la transition militaire a été investi pour 24 mois, le 10 octobre 2022.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
10 ans de Maïdan : Des rêves qui ont abouti à un désastre