Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «"Lorsque tu as entrepris quelque chose, prends patience." Proverbe arabe» 

Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

Accueil > Actualités > Politique • Tribune • dimanche 16 octobre 2022 à 15h19min
Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

« Une nation comme la nôtre à l’état actuel ne peut absolument pas se gouverner dans un quelconque état d’émotion fait de béatitude d’un lendemain meilleur », analyse Arouna Louré, ancien député de l’Assemblée législative de la transition (ALT), dans cette tribune. Pour lui, avant d’indexer les autres ou de demander l’appui des autres, « le peuple doit se demander ce qu’il est prêt à faire ou à sacrifier pour la patrie ». Lisez plutôt !

POURQUOI LE DÉFI QUI S’IMPOSE À NOUS EST IMMENSE !

Nous avons tendance à croire qu’il est facile de diriger une institution et même une nation. Cependant, autant personne ne s’improvise maçon, autant personne ne s’improvise ingénieur agronome ou autre, autant l’on ne peut s’improviser être un bon dirigeant. Cela relève du miracle. À suivre l’éducation des princes dans le monde avant leur ascension au trône, cela dénote de la lourdeur de cette tâche. Mais encore mieux, cette éducation ne leur exempte pas de grosse bourde en tant que dirigeant.

Comme dans toute entreprise humaine, l’intégrité, la probité et la bonne volonté ne représentent que tout au plus 20 % (certains diront même 10%) de ce qu’il faut pour être un bon dirigeant. Les 80% se trouvant, sans être exhaustif, surtout dans une vision, un acharnement au travail, un apprentissage assidu, l’échec, la stratégie, le courage, la culture, l’humilité, la patience et la résilience.

En se basant sur notre propre histoire sociopolitique pour décortiquer notre situation actuelle, Sangoulé Lamizana fut un homme intègre, mais il n’a pu impulser un développement socio-économique viable à la Haute Volta. Pour notre succes-story de la gouvernance vertueuse et courageuse, quoique nous l’ayons assassiné, je souhaite présenter deux aspects importants dont nous devrions tenir compte pour ne pas faire des erreurs de bonne volonté.

Grâce à un État d’exception (suspension de la constitution), Thomas Sankara fut des grandes prouesses socioéconomiques pour notre pays. Au-delà du patriotisme et de l’intégrité dont il faisait preuve sans faille, Il était un homme idéologiquement mature, ayant une très bonne culture générale et une connaissance de la géopolitique mondiale, mais surtout, il avait une expérience et une connaissance de l’administration et du fonctionnement de nos institutions. En outre, la Révolution démocratique et populaire menée par le Camarade Thomas Sankara avait une idéologie politique mâture et un projet politique sociétal clair.

Le deuxième aspect étant que Thomas Sankara n’avait point hérité d’un Burkina Faso en proie au terrorisme avec sa crise humanitaire majeure, une armée divisée et corrompue, un socle social fragmenté, une classe politique machiavélique et corrompue, un chômage galopant de la jeunesse plongeant cette jeunesse dans la misère ; un Burkina Faso où la corruption, le vol et la gabegie sont les normes, où l’intégrité a quasiment disparu, où les réseaux sociaux sont devenus les sources d’information de l’essentiel des adultes jeunes, mais qui sont également des fléaux sociaux par leur capacité à propager de fausses et de mauvaises informations, et cela, sans oublier l’audience accordée à des niveleurs par le bas.

De même, à cette époque, la baïonnette faisait office de force et de loi. Pourtant aujourd’hui, seuls nos textes réglementaires font office de force et de loi. La preuve est que son règne fût un régime d’exception.

Alors une nation comme la nôtre à l’état actuel ne peut absolument pas se gouverner dans un quelconque état d’émotion fait de béatitude d’un lendemain meilleur. Notre pays ne peut absolument pas se diriger dans une forme d’amateurisme aventurier tant nous sommes au bord du précipice. À bien y voir, c’est à croire que d’un seul coup, nous avons une schizophrénie de masse, tant nous avons besoin de croire que nous pouvons nous en sortir aisément sans un grand sacrifice. Nul doute que le besoin de croire et d’espérer la venue spectaculaire d’un messie, se sont mués en une voile épaisse qui nous empêche de voir l’horizon si sombre.

Car au-delà du patriotisme et de l’intégrité sans faille, aujourd’hui notre patrie a besoin d’un leaderschip politique affirmé certes, mais humble, patient et résilient qui puisse fédérer autour de lui toutes les compétences sans distinction, sauf celles dans une impossibilité juridique ou légale, afin de sauvegarder et de restaurer l’intégrité morale et physique de notre patrie.

Tout cela pour dire que le désir de croire à l’homme providentiel, le désir de croire à une solution miracle ou de croire que nous allons simplement réussir ne doivent point nous aveugler au point de ne pas prendre conscience des défis énormes qui attendent aussi bien les dirigeants, mais surtout le peuple. Cela doit se matérialiser par un langage franc, dur et sincère entre les dirigeants et les populations avec une participation active de cette dernière dans la résolution des différentes crises.

Pour exemple simple, sommes-nous prêts de 18 à 45 ans à nous mettre à la disposition totale de l’armée ? Nous avons environ 30.000 agents de l’État qui sont au chômage technique du fait de l’insécurité, alors en attendant le redéploiement de ces agents, sommes nous prêts à accepter l’arrêt des recrutements à la fonction publique dans ces corps ?

Avant d’indexer les autres ou de demander l’appui des autres, que sommes-nous prêts à faire, que sommes nous prêts à sacrifier pour la patrie ?

Ainsi, aujourd’hui tout régime qui ne se mettra pas dans une situation d’urgence perpétuelle et qui voudra jouir des attributs du pouvoir ou batifoler dans du cérémonial anachronique tandis que plus 40 % du territoire est occupé et 1,5 millions de Burkinabè sont des PDI, ne pourra point perdurer. Car dans une analyse holistique en tenant compte de ce qui précède, la durée de vie d’un régime politique au Burkina Faso risque désormais ne point dépasser 3 à 6 mois.

Dr Arouna Louré

Vos commentaires

  • Le 16 octobre 2022 à 15:14, par NIKIEMA Julien En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Vous voyez docteur, comment il est très facile de faire des injonctions, de donner des leçons de morale et de politique aux autres ! Je pense que le peuple burkinabè n’est pas aussi niais et insouciant comme vous l’insinuez... Le peuple, dans sa grande majorité refuse seulement d’être le bouc expiatoire des péchés de quelques grands : Quel lourd tribut les populations rurales,et les couches sociales citadines défavorisées n’ont-ils pas payé pour cette guerre ? Mais quel effort les acteurs majeurs des institutions de la première transition et à commencer par vous, quel sacrifice avez consenti ? Vous avez défendu au contraire, telle une meute après la curée des émoluments exorbitants en parfait contraste avec la misère généralisante des masses. La victoire de notre nation sur les forces obscurantistes se fera avec une mobilisation et une adhésion populaire, pour cela l’élite, la nouvelle équipe dirigeante doit renoncer à son goût de luxe et de privilèges dont vous étiez friands. C’est à ces signes que le peuple brisera la glace que plus de trois décennies de manipulation, de mensonges et de détournements ont érigé entre les dirigeants et les gouvernés.

    Répondre à ce message

    • Le 16 octobre 2022 à 16:03, par Badra En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

      Tout ce que vous direz néné regarde que vous. Tapez, chantez et dansez seul. Vous avez critiqué de façon véhémente la gouvernance de Rock ici. Il a été renversé et quand vous l’avez renversé vous 11 vez continué la même politique de gabegie en période de guerre en refusant une ALT gratuite et même mieux en cumulant votre salaire de médecin avec celui de l’ALT. Donc vous voyez que vous ne pouvez donner de leçons à personne dans ce Faso tant on a découvert vos paroles et vos actions totalement contradictoires

      Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2022 à 15:54, par HUG En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Quand vous etiez entrain de brasser les.millions sous damiba est ce en ce.moment vous pensiez au peuple affamé ? Non.Donc ayez la sagesse de.vous eclipser un.peu.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2022 à 17:06, par le Vigilant du Sahel En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Je prends à mon compte les propos de Nikièma Julien. Ce Pays est plein de contradictions. Les gens veulent manger dans la boue sans se salir. On peut se tromper en intégrant un système ; mais on n’est pas obligé d’y rester. Sankara avait démissionné de son poste de Premier Ministre parce qu’il n’approuvait pas les actions qui étaient conduites. Louré aurait pu démissionner pour protester contre les salaires élevés des députés de l’ALT dans un contexte de délabrement du Pays. De même, Basolma Bazié aurait dû claquer la porte du Gouvernement pour protester contre ce qu’il laisse entendre actuellement. Soyons conséquent et notre Pays se portera mieux. Le Burkina a mal en ses intellectuels (y compris tous ceux qui se disent lettrés)

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2022 à 17:49, par @@GOG En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    16 octobre, 12:38, par @@GOG

    M.Roland,je vous cite "retenons que le patriotisme ne saurait se prévaloir dans la diminution forcée du salaire de qui que ce soit".
    Tout le monde s’est plaint ici de l’augmentation des salaires des ministres et de l’octroi de salaires à vous autres à l’ALT.
    Si ,vous seul, vous vous plaignez de la suppression des salaires des députés par les assises nationales ,ça ne nous empêche pas de dormir.Au contraire ,nous félicitons tous ceux qui ont pris par à ces assises et qui ont oeuvré à nous produire une charte digne de son nom.
    A travers votre plainte , on comprend aisément que vous étiez à l’ALT ,non pas pour l’intérêt général de la population,mais surtout pour votre propre intérêt personnel pécunier .Je doute de votre prétendue patriotisme.Vous osez même publiquement vous plaindre.C’est triste.Heureusement pour nous et pour la nation que vous ,Bayala vous ne serez plus à l’ALT cette fois-ci.Si l’es assises nationales,les dignes fils et filles du pays à l’unanimité ont décidé que les futurs députés auront seulement droit à une indemnité de session,qui êtes vous pour vous plaindre ? Les participants aux assises ont fait preuve d’intelligence. Beaucoup , comme vous,étiez à votre assemblée ALT sans que l’on sache s’ils sont de bonne moralité.Voila qu’on y avait de gros bras ,des barbares ,sans patriotisme ni moralité.
    La diminution ou la suppression forcée du salaire des membres de l’Assemblée Législative de Transition par les assises ,dans notre contexte de guerre est une preuve de patriotisme des burkinabè dans leur ensemble.Prière vous référez aux objectifs des coupes sous la révolution. Vous serez édifiés. Votre sortie ,
    malheureusement ,vous rabaisse.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2022 à 17:53, par Boukary Barry En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Salut Arouna. Je ne sais pas si tu me souviens. On a fait le lycée Philippe Zinda Kaboré ensemble,dans les 89-91.
    Je te connais comme un homme franc qui ne cache jamais la vérité. Je vis présentement loin du Burkina,en Allemagne. Mais j’aimerai avoir ton contacte. Tu peux me chercher sur le Google à travers mon nom, là tu trouveras mes contactes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2022 à 18:01, par Alpha2025 En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Excellent écrit. Il manque juste une chose : le devoir d’exemplarité ! On peut demander des sacrifices au peuple, à condition d’être soit même exemplaire. Face à l’état lamentable des finances publiques, le président Yameogo a voulu faire un abattement de 20% des salaires des fonctionnaires. Il venait de faire un remariage pompeux avec à la clé, un voyage de noces au Brésil. Il a été chassé du pouvoir par une insurrection populaire. A sa suite, le président Lamizana et son gouvernement imposerent 25 % d’abattement sur les salaires et 50% sur les allocations familiales. Le ministre Garango instaura une gestion rigoureuse des finances publiques qu’on appela en son temps la Garangose. Ces mesures passèrent, pas comme une lettre à la poste, mais furent tout de même acceptées parce que le président et son gouvernement ont donné l’exemple en étant très sobres. Des mesures dures vont peut-être devoir être prises, elles ne seront acceptées que si le sommet donne l’exemple. Nous sommes en régime d’exception. C’est l’occasion ou jamais de faire passer des réformes courageuses qui peuvent être douloureuses, mais ce sera pour le bien du Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2022 à 18:37, par figo En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Dr LOURE,
    Merci d’avoir fait votre part. C’est assez clair, mais la 1ère réaction laisse penser que beaucoup ne sont pas prêts de lire et comprendre les autres avec un esprit critique. Au lieu de faire des propositions, on se contente de réagir aux propositions des autres afin de les détruire. C’est pathétique.
    Pour le sacrifice dont vous faites cas, il est clair que sans sacrifice nous allons nous "manger" ici tôt ou tard, tant la situation de "quitte là pour que je m’y mette" va conduire le pays dans un éternel recommencement. Ceux qui sont dehors vont travailler à "pourrir la situation" pour remplacer les autres. Voilà pourquoi la décision de faire du mandat du "délégué" ALT un mandat gratuit est salutaire. Malheureusement, des informations qui fuitent sur "la session permanente", ça semble être plutôt une arnaque. Il est donc important que des éclaircissements soient données.
    Si les "délégués" sont sensés représenter des organisations structurées comportant plusieurs membres, la question du mandat gratuit ne doit pas se poser, car dans chaque organisation, on peut bien trouver quelqu’un qui ne compte pas sur les subsides d’un pays en temps de guerre pour vivre. Il représentera ses camarades, et leur rendra compte ; en un mot, au moins quelqu’un qui "travaille et se suffit". Si tel n’est pas le cas, l’organisation en question ne mérite même pas d’envoyer un représentant à l’ALT. Quand le représentant lui-même est un "problème", il ne peut pas réfléchir pour régler les problèmes de toute une nation. C’est aussi simple que ça. Rappelons nous que les 1er VDP ont combattu sans rien attendre et pour beaucoup sans reconnaissance officielle. Ce sont eux les vrais "honorables". Je reviendrai dans quelques jours avec mes propositions pour la désignation de ceux qui doivent siéger à l’ALT.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2022 à 19:52, par Made En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Je me demande souvent ce que certains ont fait pour mériter les titres de docteurs...
    L’intégrité et autres sacrifices dont vous parler est justement tout le contraire de vous et vos autres acolytes de membres d’ALT. Si vous etes enseignant, je ne souhaite guere etre un des votres

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2022 à 06:37, par S.A En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Dr Loué, je vous admire comme analyste averti et personne engagée. Mais j’ai eu du mal à vous comprendre vous et vos autres collègues députés de la dernière assemblée législative lorsque vous avez gracieusement accepté les traitements financiers ’’faramineux’’. On s’attendait à ce que vous donniez le ton en refusant les différents ’’avantages’’ liés à cette fonction mais hélas... Cela a fortement entaché votre image et il vous sera difficile de vous en défaire. Le sacrifice incombe à toutes et à tous mais soyons d’accord que si cette impulsion est donnée depuis le haut, le burkinabè ’’lamnda’’ ne saura s’en départir non plus.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2022 à 09:23, par Article 37 En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Dr LOURE,
    il faut retourner à l’hôpital. Si la politique ne t’a pas réussi, il faut retourner à la source. Pr SANGO l’avais dit aux artistes chanteurs que si chanter ne les nourrit pas, il leur fallait changer de métier.
    C’est sans rancuen.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2022 à 09:55, par citoyen En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    chacun à son niveau doit faire des sacrifices. je voudrais indexer les agents. Nous sommes en guerre, la priorité est de développer une économie de guerre. la priorité n’est pas à des ateliers délocalisés. Les ministères qui disposent d’avantages spécifiques tels que les fonds communs , il faudrait que le président ait le courage de les réduire, le MATDC, les affaires étrangères ( supprimer leurs indices forcés au niveau central ) et enfin , les fonds de souveraineté du PF n du president de l’ALT, du premier ministre et de la diplomatie doivent être geler. donnons l’exemple à suivre à la population.les élites doivent être une boussole.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2022 à 13:36, par Uhuru En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Monsieur LOURE, apparemment, vous êtes un "sorcier". En effet en Afrique, on dit que " Le sorcier oublie toujours, mais les parents de la victime n’oublient jamais". C’est votre cas. Vous avez oublié que sous DAMIBA, vous avez refusé de vous sacrifier car vous cumuliez salaire de médecin et salaire de "député", que vous avez refusé de dire à la télé nationale à Mme KAORE, quel était le montant de votre salaire de député. Vous avez ensuite justifié que votre double salaire était normal. Mais le peuple n’a pas oublié.
    Je vous conseille de changer de pays pour faire votre hoba hoba. Pour les Burkinabè, votre masque est tombé.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2022 à 07:03, par Article 37 En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Encore l’anesthésie. Formé pour être dans un hôpital, il a troqué sa blouse pour revêtir des habits de gouverneur. Tu as tant décrié le régime démocratique de Roch avec BILGO et mai tenant vous voili chassés.

    J’espère que tu seras le futur ministre de la santé si non ton affectation vers Diapaga est proche. De là bas tu comprendras pourquoi tu as été formé pour to métier.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2022 à 07:08, par Article 37 En réponse à : Burkina Faso : « Le peuple doit être prêt à des sacrifices pour la patrie », Arouna Louré

    Sankara avant de prendre le pouvoir était avant tout un homme cultivé qui savait faire une bonne lecture de la géopolitique. Alors que le MPSR 1 et 2 sont arrivés ave quels genres ? Tu es fais partie. Tu justifie ainsi votre échec et tu nous préviens en même temps les prochains échecs.
    Nous t’avons compris.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina :« Nous ne sommes ni dans une guerre ethnique ni dans une guerre religieuse, nous avons affaire à des bandits manipulés » (Eddie Komboïgo, CDP)
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre Ibrahim Maïga et plusieurs autres personnes pour diffamation
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes les intimidations » (ambassadeur Mousbila Sankara)
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est possible de restreindre le nombre de partis, mais de manière subtile », estime le Pr Abdoulaye Soma
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire pour délibérer sur des projets de partenariats et des conventions
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois d’exercice, le président de la délégation spéciale dresse un bilan « assez satisfaisant »
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute "liaison avec des contacts extérieurs"
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces fameux officiers milliardaires n’a été interpellé », fait observer Zéphirin Diabré
Burkina : « La première déclaration du chef du MPSR 2 présente des points de convergence avec nos positions », affirme Germain Bitiou Nama du Front patriotique
Politique : « Nous ne sommes pas un parti électoraliste, nous sommes un parti d’engagement, de conviction, de combat pour une nouvelle société… », lègue Me Bénéwendé Stanislas Sankara
Relecture du Code du travail au Burkina : L’UAS indignée par un nouveau retrait du projet de loi
Transition au Burkina Faso : Le président de l’ALT consulte ses prédécesseurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés