Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Lutte anti-terroriste : « Pour que le Burkina Faso existe, il faut qu’il résiste…, résiste à travers ses fils » (Mathias Ouédraogo de la GVC)

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 6 septembre 2022 à 22h30min
Lutte anti-terroriste : « Pour que le Burkina Faso existe, il faut qu’il résiste…, résiste à travers ses fils » (Mathias Ouédraogo de la GVC)

La Génération veille citoyenne (GVC) a sonné la mobilisation générale à Komki-Ipala, commune rurale sise sortie ouest de Ouagadougou. Cette activité de mobilisation avait un seul message : appeler les populations de cette localité de la région du centre à transcender toutes les considérations pour se mobiliser derrière la transition, aux fins de relever le défi crucial de la lutte contre le phénomène terroriste. Ce rassemblement qui a eu lieu dans l’après-midi du dimanche, 4 septembre 2022, a également servi de cadre aux responsables de ce mouvement de la société pour installer le point focal communal.

Pour les leaders de la GVC, il n’y a plus de place pour des tergiversations…, il faut se mobiliser pour défendre la patrie en danger, regarder dans une même direction pour favoriser le retour de la paix et de la stabilité. « Le grand enjeu aujourd’hui, c’est l’existence même du Burkina en tant que nation. Pour que le Burkina Faso existe, il faut qu’il résiste. Il faut que le Burkina résiste et résiste à travers ses fils. Le message, c’est que tous les Burkinabè sachent que c’est arrivé sur nous. Nous devons, tous, être, des Paul-Henri Sandaogo (Damiba), être des ministres nous-mêmes, être des militaires nous-mêmes, pour aider à libérer notre pays », a lancé le coordinateur de la GVC, Mathias Ouédraogo.

Yvonick Somé (3e à partir de la gauche), Mathias Ouédraogo et Yacouba Ouédraogo

Il s’agit pour les Burkinabè d’avancer ensemble, a appuyé Yacouba Ouédraogo, un des responsables du mouvement, rappelant au passage ce qui a motivé la création de la GVC. « Nous avons constaté, en tant que jeunes patriotes, intègres, que le Burkina est à un tournant très décisif de son histoire. C’est pour cela la GVC estime qu’il faut transcender les clivages politiques, religieux, ethniques…, pour se mettre ensemble, se donner les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs de la transition. L’objectif principal, c’est l’unité d’action entre les Burkinabè pour vaincre le mal. Il s’agit pour chaque Burkinabè d’être un militaire, un VDP (volontaire pour la défense de la patrie), un Paul-Henri Sandaogo (Damiba) », a encouragé Yacouba Ouédraogo.

Même lancée pour le secrétaire général de la GVC, Yvonick Somé, qui a, à la suite de l’installation du point focal communal de la GCV de Komki-Ipala, décliné la feuille de route à lui assigner. Il faut œuvrer à un maillage de l’ensemble du territoire communal par la mise en place immédiate de structures de mobilisation populaire, instruit-il.

Point focal communal de la GVC de Komki-Ipala

Avant ces responsables de la GVC, le public a été entretenu par l’intervention du représentant des leaders coutumiers de la localité. Dans son speech, le « Ipaala Naaba » a insisté sur la nécessité de la mobilisation générale à l’étape actuelle de la situation nationale. Pour l’autorité coutumière, il faut nécessairement se mettre ensemble pour mener le combat pour la survie même de la nation, le combat de tout le Burkina Faso, le combat pour la défense de la patrie. « Ensemble, nous ne manquerons jamais de solution à la situation », a convaincu le leader coutumier.

Le président du comité d’organisation, par ailleurs point focal de la GVC de Komki-Ipala, Naaba Poulga, a, lui également, abondé dans le même sens pour justifier « la forte mobilisation » de cet après-midi.

« Le combat n’est pas seulement militaire. Notre bouche est aussi une arme, notre volonté est aussi une arme, si on se lève, on va trouver la solution », encourage-t-il avant de ‘’confier’’ la représentation locale de la GVC aux personnes-ressources, personnes âgées de la commune. Il a invité chaque participant à travailler autour de lui pour l’unité contre le mal.

Ici, le coordonnateur du mouvement GVC, Mathias Ouédraogo (au micro) avec à sa gauche, Yacouba Ouédraogo

Lancée le 20 août 2022, la GVC se veut un mouvement de sensibilisation des populations à davantage resserrer les rangs contre le mal terroriste par un accompagnement de la transition, des forces de défense et de sécurité et des volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

Après Komki-Ipala, cap sera mis sur d’autres localités dans les jours à venir, apprennent les responsables de la GVC.

O.H.L
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Le Sankuy naaba Koabga sacrifie au « Zilikr maongo »
Justice transitionnelle : « Il y a un travail à faire pour combler la distance entre les justiciables et l’appareil judiciaire », Pr Augustin Loada
Moov Africa : Les raisons de la grève des employés de Bobo-Dioulasso
Pépites d’entreprises : Rihanatou Kaboré de Zikflore Burkina remporte la troisième édition
1re édition du prix de l’innovateur au Burkina : Les lauréats reçoivent leurs prix et leurs chèques
Burkina : Les volontaires des Nations-unies solidaires des personnes en situation de handicap
Burkina Faso : RFI suspendue jusqu’à nouvel ordre
Journée internationale des personnes handicapées 2022 : Le Pr Charlemagne pour un meilleur accès aux services de santé des femmes
Gendarmérie nationale du Burkina : Les epreuves physiques et sportives se tiennent du 3 au 11 décembre 2022
Crise sécuritaire au Burkina Faso : Les forces militaires étrangères sont inefficaces, selon une étude de la fondation Rosa Luxembourg
Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano : Le procureur a requis 36 mois dont 12 ferme contre l’accusé
Agriculture au Burkina : Des formateurs outillés sur l’approche SHEP
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés