Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Augmentation des prix des produits de grande consommation : « On ne peut plus rien payer encore », dénonce Abdoul Ouédraogo

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • jeudi 18 août 2022 à 23h20min
Augmentation des prix des produits de grande consommation : « On ne peut plus rien payer encore », dénonce Abdoul Ouédraogo

A Ouagadougou les prix des produits de grande consommation connaissent une augmentation. Des vendeurs aux clients, la situation devient de plus en plus inquiétante. Nous avons parcouru certains marchés de la capitale burkinabè pour toucher du doigt cette réalité.

Abdoul Ouédraogo est celui que nous avons rencontré à notre arrivée au marché de Toécin à 9 heures. Le regard inquiet, posé sur les produits qu’il est venu chercher, il se demande s’il pourra retourner à la maison avec quelque chose au regard de la cherté des produits de grande consommation. « Le bouillon de cube maggi qui était à 25f l’unité est passé à 50f voire 3 à 100f. Nous avons le litre d’huile qui s’élève à plus de 1000 francs cfa, les prix des produits augmentent de jour en jour » a-t-il lâché. Il s’en remet aux autorités du pays pour trouver des solutions à cette préoccupation. « A vrai dire, on ne peut plus rien acheter encore » a-t-il maugréé avant de s’éclipser.

« Nous souhaitons que l’Etat ait pitié de nous en baissant les prix des produits afin que nous les pauvres puissions nous nourrir et nourrir nos familles » a lancé une dame pour attirer notre attention sur elle.

Les commerçants, accusés à tort ou à raison de cette augmentation, se disent inquiets aussi de la montée fulgurante des prix. Ils dégagent toute responsabilité dans cette augmentation. C’est le cas de Saidou Ouédraogo, au marché de Toécin. « Le maïs qui coûtait 500 francs cfa est passé à 800 francs cfa. Le sac du maïs même coûte 26 000 francs cfa, pour le petit mil, le sac de 100 kg, est à 40 000 francs cfa et 1200 francs cfa la boite. Le haricot, la boîte fait 1 200 francs cfa et le sac 50 000 francs cfa » a-t-il désespérément détaillé. A l’en croire, la flambée des prix des produits de grande consommation n’est pas du fait des commerçants mais plutôt liée à une série d’évènements comme la crise sécuritaire. « L’augmentation des produits nous affecte aussi car nous n’avons pas de clients » a-t-il confié.

Même si Ousséni Rabdo reconnaît que cette augmentation est multidimensionnelle, il pense que l’Etat peut mieux s’investir pour juguler le problème. « Je pense que l’Etat doit revoir ce point car il y a des imperfections au niveau de la douane. J’ai dû abandonner d’autres produits à cause de leur hausse » a-t-il indiqué tout en invitant les dirigeants à œuvrer pour faciliter l’écoulement des produits des commerçants.
Actuellement, poursuit-il, « nous sommes assis mains vides, car moins d’acheteurs. » Pour ce commerçant de 10 yaar, la situation est plus qu’urgente parce qu’elle n’épargne personne. « Hier, j’ai acheté la tonne de riz a 580 000 francs cfa mais après, on m’a dit que le prix est monté à 600 000 francs cfa » se désole-t-il.

Urielle Lezogo
Latifatou Zougmoré (Stagiaires)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Séminaire de formation des administrateurs des sociétés à capitaux publics du Burkina : La 23e session a refermé ses portes
Compétitions des plans d’affaires : Une subvention de plus de 288 millions de francs CFA au profit des lauréats
« Workshop » 2022 de CIM Métal SA : La contribution des prescripteurs de matériaux à l’honneur
Finances : Orabank-Burkina se rapproche de ses clients avec des innovations
Economie burkinabè : L’AIGLE lance le Certificat d’administration de société et dirigeant d’entreprise (CAS)
Inclusion financière au Burkina Faso : Les acteurs de la finance digitale réfléchissent sur l’opérationnalisation de l’accès aux données de services supplémentaires non structurés
Soutenance de mémoires de fin d’études de l’ENAREF : Nadège Patricia Paré établit le lien entre fiscalité, environnement et développement durable
Burkina Faso : La BAD et le gouvernement accordent leurs violons pour plus de résultats au profit des populations
Hydrocarbures au Burkina : Au moins 40% du marché d’approvisionnement doivent revenir aux entreprises locales, selon le chef du gouvernement
Cadre régional de l’inclusion financière des Cascades : Les acteurs accordent leurs violons pour le cadre national
Burkina/Économie : La Chambre de commerce entend relever les défis du secteur privé grâce à son plan stratégique 2021-2026
Burkina/Économie : La Chambre de commerce entend relever les défis du secteur privé grâce à son plan stratégique 2021-2026
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés