Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

Industries extractives au Burkina : Plus de 291 milliards FCFA générés en 2020

Accueil > Actualités > Economie • Lefaso.net • mardi 26 juillet 2022 à 22h35min
Industries extractives au Burkina : Plus de 291 milliards FCFA générés en 2020

Le Secrétariat permanent de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives au Burkina Faso (SP/ITIE-BF) a présenté le rapport 2020, ce mardi 26 juillet 2022 à Ouagadougou.

Après le 11e rapport, le Secrétariat permanent de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives au Burkina Faso (SP/ITIE-BF) présente le 12e, exercice 2020.
En 2020, les industries extractives au Burkina ont généré 291,70 milliards FCFA, contre 160,16 milliards en 2019, soit une augmentation de 82,13%. C’est l’une des informations principales de ce rapport.

Selon Lamoussa Barthélémy Ouédraogo, chef du département de mise en œuvre des normes, sur les 291,70 milliards FCFA, le Trésor public a reçu 237,31 milliards FCFA et le reste est rentré dans le cadre des paiements sociaux.

Le présidium est composé (de gauche à droite) de : le SP/ITIE-BF, le président du Comité de pilotage, Nicolas Kobiané ; le président de la CMB, Adama Soro ; et Abel Kalmogo.

Une économie fragile

Selon le rapport, la production des industries extractives en 2020 a contribué à 14,30% (237,31 milliards FCFA) des recettes de l’État et 16,2% (1637,79 milliards FCFA) du PIB (Produit intérieur brut). La contribution à l’emploi (y compris l’artisanat) est de 51 631 employés.

La contribution aux recettes d’exportation est 2340,72 milliards FCFA, soit 83,90%. Pour le président de la Chambre des mines du Burkina (CMB), Adama Soro, ce chiffre montre l’importance du secteur minier mais aussi la fragilité de l’économie burkinabè qui dépend beaucoup des industries extractives.

En 2020, la production de l’or est de 63,01 tonnes ; le zinc de 152 530,18 tonnes ; l’argent de 10,01 tonnes et les carrières de 1 221 223,92 m3.
Pour l’exercice 2020, ce sont 17 entreprises minières qui ont été prises en compte pour la rédaction de ce rapport. Pour qu’une entreprise soit enregistrée, elle doit payer au moins 800 millions FCFA à l’État. Les trois meilleures entreprises qui ont contribué sont : Essakane Iamgold, Endeavour mining Houndé et SEMAFO BF.

Un mécanisme pour la population

Le rapport ITIE 2020 a concerné la période du 1er janvier au 31 décembre 2020. Après son adoption le 16 février 2022, ce rapport est publié en juin.
La publication périodique du rapport ITIE-BF répond à un devoir de redevabilité, a rappelé le président du comité de pilotage de l’ITIE-BF, Nicolas Kobiané.
Dans son intervention, le SP/ITIE-BF, Abel Kalmogo, a fait remarquer que sa structure est un mécanisme de collecte d’informations destinées aux populations et aux médias. Il ne s’agit pas pour l’ITIE-BF de manipuler les données pour d’autres, a-t-il clarifié.

Il faut signaler qu’en 2007, le Burkina Faso a adhéré aux normes ITIE. Cette adhésion a consisté à « garantir un maximum de transparence dans la gestion de ses ressources minières ».

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 juillet à 21:35, par Passakziri En réponse à : Industries extractives au Burkina : Plus de 291 milliards FCFA générés en 2020

    Oh mon Dieu ! quel gâchi !!
    237 milliards ? moins de 500 millions de dollars ? Ca n’en vaut pas la peine. Prochainement précisez nous aussi ce que les le personnel coute et quelle part les differentes firmes encaissent comme bénéfice. Si cette dernière s’élève à plus de 23,7 milliards, je pense qu’il va falloir étatiser ces firmes ( eh oui ca se fait même dana les pays aux démocraties libérales !) Pour 237 milliards nous souffronms trop parce que l’or est à n’en pas douter ` ?a travers rancons et trafics illicite à côté de la drogue une source majeure de financement du terrorisme. Donc mieux vaut les fermer parce que la vie de nos citoyens depasse ces lapalies de 237 milliards. Quelle honte !!!!

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 07:18, par Banga En réponse à : Industries extractives au Burkina : Plus de 291 milliards FCFA générés en 2020

    En 2022 Le cacao rapporte 1000 milliards à la cote d‘ivoire et le même montant au Ghana sans compter la main d’oeuvre que cela rapporte à la population pays des hommes intègres burkinabé revoyez notre système de développement l’or ne rapporte rien au Burkina Faso il profile à celui qui exploite pas le pays d’origine de l’or

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 09:01, par Beoneré En réponse à : Industries extractives au Burkina : Plus de 291 milliards FCFA générés en 2020

    Ce résultat montre que le gouvernement Burkinabé organise le pillage de nos ressources par les multinationales. Il légalisé le vol en mettant en place des lois bidons. Mieux vaut fermer ces mines car la santé des populations est plus importante que les miettes que nous recevons.
    Les gouvernants doivent être poursuivi pour escroquerie en bande organisée. Comment on peut avoir autant de ressources et ne pas en profiter ? Quelle honte ? Évitez de nous exposez ce genre d’informations qui font mal au cœur.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 14:08, par AlexioMoi En réponse à : Industries extractives au Burkina : Plus de 291 milliards FCFA générés en 2020

    Moi, mon probleme avec l Or du Burkina Faso est notre dependance au FRANC_CFA qui ason tour est lie a LEURO.

    Pourquoi pas creer sa propre monnaie avec la garantie du stock d or ? C est faisable, et cela va booster notre economie et la rendre plus flexible competitif et dynamique selon les regles d or du marche. En l occurence le pilotage a taux flexible de cette nouvelle devise monetaire.

    Une question de volonte politique.

    L ECO de la CEDEAO ne vera jamais le jour tant que les conflits d interets de ce pays esclagiste qu est la France l interdit sa forme originale. Son taux flexible, sa coupure ombillicale avec cette derniere qui gagne plus de 500milliards D Euro chaque annee par un simple jeux d ecriture. Cette anarque qui doit prendre fin.

    Au lieu dun taux fixe paritaire a l EURO. Nos economistes allaient nous demontres leurs capacites intellectuelles sur le terrain. Au lieu d etre la remorque des pays qui nous pillent ces matieres a vil prix.

    Quand on est producteur et on est interdit de fixe sa marchandise par la magouille internationale des bourses europeenes . Plus particulierement celle de Londres. Il faut leur appliquer et adminitrer le meme medicament de contrepoids.

    Sinon l industrialisation se fera attendre de generation en generation. Avec une masse monetaire faible en circulation.

    On ne developpe pas un pays avec la MICROFINANCE. Rien qu une economie de subsistance. Avec notre demographie galopante cette projection nest pas conforme et compatible avec les vrais defis qui nous attendent a long-terme.

    La banque mondiale ou le FMI n ont jamais developper un pays. D ailleurs ce sont des instititions pour nous rend financierement esclaves avec ses dictats economiques et paragdimes d investissements de notre economie selon l evangile du moment.

    On est toujours a la case de depart.

    Répondre à ce message

    • Le 28 juillet à 17:44, par N’Goa !!! En réponse à : Industries extractives au Burkina : Plus de 291 milliards FCFA générés en 2020

      Tout individu ou pays qui s’est aventure dans cette demarche economique louable, est a 6 pieds sous terre ou en guerre.
      La monnaie, l’energie, and la technologie avancee sont utilises pour vous garder pauvre, et continuer a vous exploiter, tout en s’assurant que vos "leaders" vivent a peu mieux que vous. En somme, vous etes des pays appauvris et non pauvre.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Vente de livres au Burkina : « Librairies conventionnelles et librairies par terre ne sont pas toujours rivales »
Douanes : Les « Gabelles » invitent au civisme fiscal
Burkina/Économie : Les entreprises outillées à l’usage des télé procédures fiscales
Produits et opérations du commerce international : Le groupe Coris bank international échange avec ses clients
Burkina Faso : La douane lance les versions informatisées du certificat de mise à la consommation (CMC) et du laissez-passer
Filière anacarde au Burkina : Le projet PRO-Cashew offre 40 000 plants greffés à des producteurs
United Bank for Africa a un nouveau directeur général groupe et de nouveaux dirigeants
Ciment au Burkina : Des prix élevés malgré la multiplication des cimenteries
Microfinance : MicroAid inaugure sa troisième agence dans la ville de Ouagadougou
Financement des start-up : Le PNUD accompagne la mise en place d’un réseau de business Angels
Burkina : Le cadre sectoriel de dialogue "Gouvernance économique" dresse son bilan
Vista Bank Burkina intègre le programme de garanties d’opérations de Trade Finance de Proparco
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés