Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Relations internationales : Le président chinois propose « d’avancer avec confiance et courage pour bâtir un monde meilleur de l’après covid-19 »

Accueil > Actualités > International • • mardi 18 janvier 2022 à 12h00min
Relations internationales : Le président chinois propose « d’avancer avec confiance et courage pour bâtir un monde meilleur de l’après covid-19 »

Le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, a prononcé, lundi 17 janvier 2022, un discours spécial à la session virtuelle 2022 du Forum économique mondial de Davos. Ci-dessous, le texte intégral de son discours qui invite à se projeter déjà dans l’après-covid-19 et donne quelques pistes de solutions.

« Professeur Klaus Schwab,
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,

Bonjour à tous. C’est un grand plaisir pour moi de participer à cette session virtuelle du Forum économique mondial.

Nous accueillerons dans deux semaines la Fête du Printemps de l’année du Tigre selon le calendrier lunaire. Dans la culture chinoise, le tigre est le symbole du courage et de la force. Les Chinois parlent souvent de la vitalité et du dynamisme du dragon qui monte au ciel et du tigre qui saute haut. Face aux sérieux défis qui se posent à l’humanité, nous devons, comme un tigre ailé, surmonter vaillamment les obstacles dans notre marche en avant, faire tout notre possible pour chasser l’ombre de la COVID-19, et promouvoir activement la relance du développement économique et social, de sorte à faire briller les rayons d’espoir pour tous.

Le monde traverse aujourd’hui de grands changements jamais connus depuis un siècle. Ce ne sont pas des incidents passagers qui n’affectent qu’un pays ou qu’une région, mais des transformations profondes et vastes que vit notre temps. À cela s’ajoute une épidémie jamais vue depuis un siècle. Le monde est entré dans une nouvelle période de turbulences et de transformations. Comment vaincre la COVID-19 ? Comment bâtir le monde d’après ? Ce sont des questions majeures qui préoccupent tous les peuples du monde et aussi des enjeux importants auxquels nous devons répondre sans tarder.

Comme dit un adage chinois : « Quand la dynamique du monde ne se renforce pas, elle s’affaiblit. Quand l’état du monde n’avance pas, il recule. » C’est dans le mouvement des contradictions que le monde évolue. Sans contradictions, pas d’univers. L’histoire nous enseigne que c’est en remportant les épreuves que l’humanité grandit et en surmontant les crises qu’elle se développe. Nous devons ainsi suivre la logique de l’histoire et le courant de l’époque pour poursuivre notre marche en avant.

Quelles que soient les vicissitudes, l’humanité va de l’avant. Nous devons savoir discerner et comparer les cycles longs de l’histoire et percevoir les changements à travers les moindres détails, rechercher de nouvelles opportunités dans les crises et ouvrir de nouveaux horizons au milieu des changements afin de générer une grande force pour triompher des difficultés et défis.

Premièrement, nous devons rassembler nos efforts pour vaincre la COVID-19 par la coopération. Face à cette épidémie inédite qui met en jeu l’avenir de l’humanité, la communauté internationale s’est engagée dans un combat opiniâtre. Ce qui s’est passé démontre une fois de plus que dans les turbulences d’une crise planétaire, les plus de 190 pays du monde ne sont pas à bord de leurs petits bateaux respectifs, mais partagent heurs et malheurs à bord d’un même navire géant. Les petits bateaux ne tiennent pas devant les orages, mais un grand navire peut affronter les vagues déferlantes. Grâce aux efforts concertés de la communauté internationale, la lutte mondiale contre l’épidemie a obtenu des progrès importants. Pourtant, les résurgences continuelles, la multiplication des variants et l’accélération de la propagation posent de sérieuses menaces à la vie et à la santé de nos peuples et ont de profonds impacts sur l’économie mondiale.

La confiance et la solidarité sont la seule bonne voie à suivre pour vaincre la COVID-19. Toute tentative de faire obstacle ou d’attribuer les responsabilités aux autres ne pourra que faire rater l’opportunité et compromettre l’objectif essentiel. Les pays doivent renforcer la coopération sanitaire internationale, développer activement des partenariats sur la R&D des médicaments, bâtir ensemble des lignes de défense multiples contre le virus et accélérer l’effort en vue d’une communauté de santé pour tous. Il nous faut en particulier faire bon usage des vaccins qui sont une arme puissante, en assurer une distribution équitable, accélérer la vaccination et combler le fossé vaccinal dans le monde, afin de protéger effectivement la vie, la santé et le bien-être de nos peuples.

La Chine honore ses engagements par des actions. Elle a déjà fourni plus de deux milliards de doses de vaccins à plus de 120 pays et organisations internationales, et fournira aux pays africains un milliard de doses de vaccins supplémentaires, dont 600 millions sous forme de don, et aux pays de l’ASEAN un don de 150 millions de doses.

Deuxièmement, nous devons lutter contre différents risques et favoriser une reprise stable de l’économie mondiale

L’économie mondiale est en train de se redresser, mais elle reste confrontée à de multiples contraintes. Les perturbations des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales, la hausse continue des prix des matières premières, les tensions dans l’approvisionnement en énergie et d’autres risques s’entremêlent et accentuent les incertitudes sur la reprise économique. L’environnement mondial de faible inflation a sensiblement changé et le risque d’une inflation causée par de multiples facteurs se fait sentir. Si les principales économies prennent un coup de frein ou un virage brusques dans leurs politiques monétaires, cela engendrera de graves répercussions négatives et présentera un défi à la stabilité économique et financière mondiale. Les pays en développement en subiront les conséquences. Nous devons, dans les conditions d’une lutte assidue contre la COVID-19, explorer de nouveaux moteurs de croissance économique, de nouveaux modes de vie sociale et de nouvelles pistes d’échanges humains, faciliter le commerce transfrontalier, garantir la sécurité et la fluidité des chaînes industrielles et d’approvisionnement, afin de promouvoir une reprise stable et solide de l’économie mondiale.

La mondialisation économique est la tendance de notre époque. Voyons les grands fleuves qui coulent vers la mer. Ils se heurteront à des contre-courants, mais aucune entrave ne saurait empêcher leur mouvement impétueux. La force motrice fait avancer les cours d’eau, et les obstacles les rendent plus puissants. Malgré les contre-courants et les écueils, la mondialisation économique n’a changé ni ne changera jamais de cap. Les pays du monde doivent poursuivre le véritable multilatéralisme. Nous devons lever les barrières et non ériger des murs, opter pour l’ouverture et non la fermeture, rechercher l’intégration et non le découplage. Ainsi pourrons-nous bâtir une économie mondiale ouverte. Il nous faut guider la réforme du système de la gouvernance mondiale en portant l’équité et la justice, et préserver le système commercial multilatéral centré sur l’Organisation mondiale du Commerce. Nous devons élaborer, sur la base d’amples consultations, des règles acceptées par tous et efficaces sur l’intelligence artificielle et l’économie numérique, et créer un environnement ouvert, juste et non discriminatoire propice à l’innovation scientifique et technologique. Par ces efforts, nous pourrons faire évoluer la mondialisation économique dans un sens plus ouvert, plus inclusif, plus équilibré et bénéfique pour tous, et libérer pleinement la vitalité de l’économie mondiale.

À l’heure actuelle, nous partageons le même constat que pour sortir l’économie mondiale de la crise et réaliser la reprise, il est impératif de renforcer la coordination des politiques macroéconomiques. Les principales économies doivent comprendre que nous appartenons à une communauté, poursuivre une approche systémique, renforcer la transparence et le partage des informations sur les politiques, coordonner les objectifs, l’intensité et le rythme des politiques budgétaires et monétaires, afin d’éviter que l’économie mondiale ne replonge dans la récession. Les principaux pays développés doivent adopter des politiques économiques responsables et bien gérer les effets de débordement de leurs politiques pour éviter tout impact grave sur les pays en développement. Les institutions économiques et financières internationales doivent jouer leur rôle constructif, consolider le consensus international, renforcer la synergie des politiques et prévenir les risques systémiques.

Troisièmement, nous devons combler le fossé de développement et redynamiser le développement mondial

Le processus de développement mondial est frappé de graves impacts, accentuant l’écart Nord-Sud, la divergence des trajectoires de reprise, la fracture de développement et le fossé technologique. L’indice de développement humain décline pour la première fois depuis 30 ans. Plus de 100 millions de personnes supplémentaires vivent dans la pauvreté. Près de 800 millions de personnes souffrent de la faim. La sécurité alimentaire, l’éducation, l’emploi, les médicaments, la santé et d’autres questions touchant au bien-être de la population connaissent plus de difficultés. Certains pays en développement sont retombés dans la pauvreté et l’instabilité en raison de l’épidémie. Dans les pays développés, nombre de personnes ont replongé dans une vie difficile.

Quelles que soient les difficultés que nous rencontrons, nous devons poursuivre une vision de développement centrée sur le peuple, accorder la priorité au développement et au bien-être social dans la politique macroéconomique mondiale, mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies, favoriser la synergie et le renforcement mutuel des mécanismes existants de coopération pour le développement et promouvoir un développement mondial équilibré. Nous devons respecter le principe des responsabilités communes mais différenciées, promouvoir la coopération internationale contre le changement climatique dans le cadre du développement, et mettre en œuvre les acquis de la COP26 à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Les économies développées doivent remplir en premier leurs obligations relatives à la réduction des émissions, honorer leurs engagements en matière de soutien financier et technique, et créer des conditions nécessaires pour la lutte contre le changement climatique et la réalisation du développement durable dans les pays en développement.

L’année dernière, j’ai lancé l’Initiative pour le Développement mondial à l’Assemblée générale des Nations Unies et appelé la communauté internationale à prêter attention aux défis pressants auxquels font face les pays en développement. Cette Initiative est un bien public ouvert au monde entier et a pour objectif de créer une synergie avec le Programme 2030 des Nations Unies et de promouvoir le développement commun dans le monde. La Chine est prête à travailler avec les différentes parties pour promouvoir l’Initiative par des actions concrètes et faire en sorte qu’aucun pays ne soit laissé pour compte.

Quatrièmement, nous devons rejeter la mentalité de la guerre froide et réaliser la coexistence pacifique et les bénéfices partagés

Notre monde n’est pas tranquille. Les propos qui alimentent la haine et les préjugés se multiplient. L’endiguement, les attaques voire les confrontations qui en découlent ne font que mettre en danger la paix et la sécurité dans le monde. Comme l’histoire l’a prouvé à maintes reprises, la confrontation n’aide en rien à résoudre les problèmes, au contraire, elle mènera à des conséquences catastrophiques. Le protectionnisme et l’unilatéralisme ne protègent personne et finissent par nuire aux intérêts de soi-même et des autres. Pire encore sont les actes hégémoniques et d’intimidation qui vont à contre-courant de l’histoire. Il est inévitable qu’il y ait des désaccords et divergences entre pays. Mais l’approche gagnant-perdant et le jeu à somme nulle ne servent à rien. Tous les actes visant à construire des « petites cours avec de hauts murs » et des « systèmes parallèles », à créer de petits cercles ou groupes exclusifs pour diviser le monde, à élargir la notion de la sécurité nationale pour endiguer le développement économique et technologique des autres pays, et à inciter à l’antagonisme idéologique, à politiser les questions économiques et technologiques et à les utiliser en tant qu’arme affaiblissent gravement les efforts de la communauté internationale face aux défis communs. Le développement pacifique et la coopération gagnant-gagnant sont la bonne voie à suivre pour l’humanité. Les différents pays et civilisations doivent poursuivre le développement commun dans le respect mutuel et réaliser la coopération gagnant-gagnant par-delà les divergences.

Nous devons suivre le cours de l’histoire, travailler à un ordre international stable, faire rayonner les valeurs communes de l’humanité et promouvoir la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité. Nous devons poursuivre le dialogue et non la confrontation, l’inclusion et non l’exclusion. Il nous faut nous opposer à toute forme d’unilatéralisme, de protectionnisme, d’hégémonie et de politique du plus fort.

Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,

L’année dernière, le Parti communiste chinois (PCC) a célébré le 100e anniversaire de sa fondation. À travers une lutte persévérante, le PCC a uni et conduit le peuple chinois à réaliser des accomplissements remarquables dans le développement du pays et l’amélioration des conditions de vie de la population. Nous avons réalisé l’objectif de parachever l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance et gagné la bataille contre la pauvreté dans les délais prévus, et remporté une victoire historique dans l’éradication de la pauvreté absolue. La Chine s’engage désormais dans une nouvelle marche vers la construction d’un pays socialiste moderne sur tous les plans.

― La Chine restera résolue à poursuivre un développement de haute qualité. L’économie chinoise affiche une bonne dynamique de développement dans son ensemble. En 2021, le PIB a augmenté d’environ 8% et nous avons réalisé le double objectif d’une croissance relativement élevée et d’une inflation relativement faible. Malgré les énormes pressions dues aux changements dans l’environnement économique interne et externe, les fondamentaux de l’économie chinoise n’ont pas changé, marqués par une résilience forte, un potentiel immense et une soutenabilité de long terme. Nous sommes pleinement confiants dans l’avenir de l’économie chinoise.

La richesse d’un pays se mesure par celle de son peuple. L’économie chinoise a connu un développement considérable et le niveau de vie des Chinois s’est nettement amélioré. Mais nous sommes profondément conscients qu’il nous faut déployer encore des efforts de longue haleine pour répondre à l’aspiration du peuple à une vie meilleure. La Chine s’est fixé clairement l’objectif d’obtenir des progrès plus visibles et substantiels dans la promotion du plein épanouissement de l’homme et de la prospérité commune de toute la population. Elle œuvrera sur tous les plans pour y parvenir. La prospérité commune que nous recherchons n’est pas l’égalitarisme. Nous devons d’abord agrandir le gâteau, puis le diviser de manière appropriée par des arrangements institutionnels raisonnables. Comme les bateaux montent à marée haute, chacun tirera profit du développement. Ainsi le développement pourra-t-il bénéficier davantage et plus équitablement à l’ensemble de la population.

― La Chine restera résolue à poursuivre la réforme et l’ouverture sur l’extérieur. La réforme et l’ouverture de la Chine sont un travail toujours en cours. Quels que soient les changements dans la situation internationale, la Chine portera haut l’étendard de la réforme et de l’ouverture. Elle continuera de faire jouer le rôle décisif du marché dans l’allocation des ressources et de mieux faire jouer le rôle du gouvernement. Nous serons inébranlables dans notre résolution à consolider et développer le secteur public et à encourager, soutenir et orienter le développement du secteur non public. La Chine mettra en place un système de marché unifié, ouvert, compétitif et ordonné, de sorte à assurer à toutes les entreprises un statut égal devant la loi et l’égalité des opportunités sur le marché. Nous serons heureux d’accueillir toutes sortes de capitaux, pourvu qu’ils se développent en vertu de la loi et des règlements, et jouent un rôle actif dans le développement de la Chine. La Chine continuera d’élargir l’ouverture de haut niveau, d’avancer solidement vers une plus grande ouverture institutionnelle en termes de règles, de gestion et de normes, de mettre en œuvre le traitement national pour les entreprises étrangères et de promouvoir la coopération de haute qualité dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route ». L’Accord du Partenariat économique régional global (RCEP) est entré en vigueur le 1er janvier, et la Chine remplira fidèlement ses obligations et approfondira les liens économiques et commerciaux avec les autres parties à l’Accord. Elle continuera de faire progresser le processus d’adhésion à l’Accord du Partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) et à l’Accord du Partenariat sur l’économie numérique (DEPA), en vue de s’intégrer davantage dans l’économie régionale et mondiale et de réaliser des bénéfices partagés.

― La Chine restera résolue à poursuivre l’édification de la civilisation écologique. Comme je l’ai souvent dit, de même qu’il ne faut pas évacuer l’eau pour attraper des poissons, le développement économique ne peut se faire aux dépens des ressources et de l’environnement. Mais il ne faut pas non plus sacrifier le développement économique à la protection de l’environnement, qui est comme chercher des poissons sur un arbre. Guidée par la vision selon laquelle les rivières limpides et les montagnes vertes valent leur pesant d’or, la Chine travaille à mettre en place une protection intégrée et une gouvernance systémique des montagnes, des rivières, des forêts, des champs, des lacs, des steppes et des déserts, et s’engage pleinement dans la construction de la civilisation écologique, la prévention et le contrôle de la pollution et l’amélioration de l’environnement de travail et de vie de la population. Nous œuvrons à construire le plus grand système de parcs nationaux dans le monde. L’année dernière, nous avons organisé avec succès la COP15 à la Convention sur la diversité biologique, apportant notre part de contribution à la construction d’un monde propre et beau.

Atteindre le pic des émissions et parvenir à la neutralité carbone sont des exigences intrinsèques d’un développement de haute qualité que poursuit la Chine et un engagement solennel qu’elle a pris devant la communauté internationale. La Chine tiendra sa parole et travaillera solidement à y parvenir. Nous avons publié le Plan d’action pour l’atteinte du pic des émissions de dioxyde de carbone avant 2030 et publierons des plans d’application pour des secteurs spécifiques comme l’énergie, l’industrie et le bâtiment. La Chine a mis en place le plus grand marché de carbone et le plus grand système de production d’électricité propre dans le monde. La capacité installée de l’énergie renouvelable en Chine s’élève à plus d’un million de mégawatts et les grandes bases éoliennes et photovoltaïques d’une capacité installée totale de 100 000 mégawatts ont été progressivement mises en chantier. L’atteinte du pic des émissions et la neutralié carbone ne peuvent se réaliser du jour au lendemain. Par des actions concrètes et solides, la Chine procédera à une réduction progressive et ordonnée des énergies traditionnelles dans la transition vers de nouvelles énergies alternatives viables, de manière à assurer la stabilité du développement économique et social. Elle développera activement la coopération internationale sur la lutte contre le changement climatique et travaillera avec les autres pays à promouvoir la transition verte sur tous les plans du développement économique et social.

Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,

Davos est un haut lieu mondial des sports d’hiver. Les Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing s’ouvriront très prochainement. Nous sommes confiants pour offrir au monde une édition de Jeux simplifiée, sûre et splendide. La devise officielle est « Ensemble pour un avenir partagé ». Travaillons main dans la main avec confiance pour un avenir partagé. »

Je vous remercie.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés