Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • dimanche 9 janvier 2022 à 23h30min
Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

Dans sa déclaration de politique générale prononcé le 7 janvier dernier devant les députés, le Premier ministre Lassina Zerbo a annoncé des mesures et des stratégies pour lutter contre le terrorisme. Il a aussi parlé de lutte contre la corruption et de prise en compte du genre dans les postes administratifs. Interrogés sur ces mesures, des députés se disent optimistes, et attendent le chef du gouvernement au pied du mur. Sur la question de la lutte contre le terrorisme, le président du groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC), Amadou Diemdoda Dicko, invite le chef du gouvernement à aller dans le sens de la négociation avec les groupes armés.

A l’Assemblée nationale le 7 janvier 2022, le Premier ministre a affiché la volonté de son gouvernement de venir à bout du terrorisme, afin de permettre aux déplacés de regagner leurs localités d’origine. « Pour avancer rapidement dans la sécurisation du territoire, mon gouvernement engagera diligemment des mesures d’ordres à la fois stratégique et opérationnel, pour renforcer l’efficacité de l’action militaire sur le terrain, améliorer la collaboration entre les renseignements, les FDS, les VDP et les populations, la prise en charge psychologique de nos FDS.... Mon gouvernement s’emploiera à promouvoir la cohésion sociale, à engager des actions de déradicalisation, à prévenir l’extrémisme violent… », a déclaré Lassina Zerbo.

De l’avis du président du groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC), Amadou Diemdoda Dicko, le Premier ministre a tenu un langage rassurant. Selon lui, contrairement à d’autres qui avaient affirmé n’avoir pas de stratégie pour lutter contre le terrorisme, Lassina Zerbo a énoncé des stratégies, des innovations pour faire reculer l’hydre terroriste. « Nous ne pouvons que lui faire confiance. Depuis son arrivée, nous sentons une offensive de la part de nos FDS et VDP pour faire reculer les terroristes. Nous pensons également que si cela continue, d’ici trois mois, le mal va s’atténuer un tant soit peu », a confié le député.

Il dit aussi être conscient que la lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine. « C’est comme un cancer qu’il faut absolument cisailler quelques fois pour pouvoir s’adapter. Et dans la mesure où nous avons nos fils qui se sont radicalisés, cela veut dire que le mal nous a atteints », illustre M. Dicko.

En plus de l’action militaire, le président du groupe parlementaire UPC propose de miser sur le dialogue et la négociation avec les personnes radicalisées. « S’il n’y a pas de de négociation, il n’y a pas de déradicalisation », défend-il. A l’entendre, il faut qu’on prenne contact avec tous ceux qui sont radicalisés afin de les ramener au bercail. Pour terminer, Amadou Diemdoda Dicko a expliqué que l’analphabétisme constitue un terreau pour le terrorisme.

« On va le contrôler, on va le suivre par séquence »

Pour le député du Nouveau temps pour la démocratie (NTD), Karim Iba, c’est fini pour les vieilles pratiques qui consistaient à laisser le Premier ministre finir son programme avant de l’auditionner. « Cette fois-ci, on va le contrôler, on va le suivre par séquence, on va lui demander des comptes chaque trimestre sur le déroulement de son programme », a-t-il déclaré. Faisant sien l’adage selon lequel « c’est l’espoir qui fait vivre », il a apprécié le message du chef de gouvernement qui, pour lui, a touché presque tous les domaines allant du social à la sécurité. Le député Karim Iba se dit donc confiant quant à la réalisation de ce programme.

La lutte contre la corruption, un travail de longue haleine

Reine Bertille Sakandé/ Benao est parlementaire de la CEDEAO et présidente de la commission genre. Interrogée sur la lutte contre la corruption au Burkina Faso, elle a déclaré : « Je ne doute point de l’engagement du président du Faso et du Premier ministre à lutter contre la corruption. Mais, j’avoue que c’est un travail difficile et complexe. C’est un combat de longue haleine ». Pour elle, il faut sensibiliser la population de manière à ce que les corrupteurs évitent de corrompre, et les corrompus refusent d’être corrompus.

En réaction à la volonté du Premier ministre de faire valoir le genre dans l’administration, Mme Sakandé pense que « le tout est de faire en sorte que concrètement sur le terrain, l’on voie que le genre est pris en compte. Faire de sorte qu’on voie la prise en compte des femmes dans les postes de nomination ».

En outre, la députée pense que la réduction du train de vie de l’Etat est possible, en ce sens que ce sont le président du Faso et le chef du gouvernement qui impulsent la dynamique. L’Etat peut décider de réduire les salaires sans qu’il y ait d’incident majeur, pense Reine Bertille Sakandé/ Benao.

Reine Bertille Sakandé/Bénao.

Le Burkina veut acquérir de petits réacteurs modulaires

Répondant aux préoccupations des députés, le Premier ministre a affiché la nécessité pour le Burkina Faso d’acquérir de petits réacteurs modulaires. « J’ai évoqué cette question pour que sous le mandat du Président Roch Kaboré, nous soyons dans la prospective et la direction. Nous devons former des jeunes dans les sciences et technologies nucléaires, l’agriculture, l’eau, la médecine et naturellement l’énergie », a expliqué le spécialiste des questions nucléaires.

Selon le géophysicien, ce sont des projets qui se bâtissent sur 10 à 15 ans. Il a précisé que les petits réacteurs modulaires sont différents des centrales nucléaires : « Ils sont plus sûrs, plus réalistes et utilisent des quantités très faibles d’uranium. Ces centrales sont très peu développées pour le moment. Nous ne devons pas rester en marge de cette nouvelle technologie ».

Pour Lassina Zerbo, si des pays comme le Rwanda s’y essaient, il faut que le Burkina Faso le fasse également. « Le ministère en charge de la Transition énergétique va travailler à créer des conditions de formation pour que les jeunes soient formés dans les cinq ans à venir », a annoncé le chef du gouvernement.

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 janvier à 20:37, par Fasovision En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Négociation avec les "radicalisés", vous dites ?
    Cela m’inspire deux ensembles de questions, fondamentalement :
    1. Qui les a radicalisés, où, suivant quels procédés et dans quel but ? Qui est ou sont leurs chefs ? Où se trouve leur Quartier général ?
    2. Pourriez-vous, s’il vous plaît, nous faire part aussi, en toute objectivité, des points de revendication réfléchis dont sont porteurs ces "radicalisés" ? Revendications qui soient légitimes et qu’ils soient prêts à défendre, à la face du monde, de façon responsable, cela s’entend.

    S’il se trouve des réponses sincères et responsables à ces interrogations, alors on pourrait, éventuellement, envisager ce que vous suggérez.

    Autrement dit, céder aux caprices d’un groupe d’individus, qui appellent le mal bien et le bien mal, au risque de ramener notre république à leurs pieds, voilà qui ne saurait m’enchanter encore moins recevoir une quelconque caution de ma part.

    Par ailleurs, que croyons-nous, au fait, que nous sommes face à ce qui n’a de poids que la propagande médiatique et autres hypocrisies qui l’entourent et l’accompagnent, malicieusement ?

    Le Burkina Faso, quitte à ce que je sois contredit là-dessus, ne saurait être ramené à ces lubies mortifères et à tous ces anachronismes auxquels on veut nous ramener, coûte que coûte.

    En conclusion, si nous sommes conscients de qui nous sommes et de ce que nous voulons véritablement, nous défendrons nos institutions, soutiendrons nos autorités, sans duplicité, dans leurs efforts contre cette menace, qui ne saurait prospérer sous nos cieux, soit dit en passant. Dit autrement encore, nous défendrons notre patrie, la tête haute, les regards droits devant donc, fondés sur l’attachement implacable au respect de notre dignité qui ne saurait être portée sur un quelconque espace de transactions.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 22:03, par TANGA En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Négocier avec les radicalisés veut dire faire des concessions ( couper les pantalons, couvrir les femmes et leur interdire de sortie, elles n’iront plus au boulot ni à l’école, que tout le monde devienne musulman).
    Mais c’est quoi ?
    Les wahabia qui sont ici même ne sont pas pifés n’en parlons pas des des radicalisés.
    Cher députés, vous battez votre campagne où c’est quoi ?
    Votre idée même veut dire que vous êtes d’accord avec eux.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 22:26, par Etirev En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Mr. Dicko semble dire que ceux qui ne sont pas radicalises, ceux qui sont des zones d’ou ne proviennent pas les terroristes sont peureux et les terroristes sont vaillants. Peut-etre que si tout le monde se radicalise alors on connaitra les vrais hommes. Qu’on permette a nos populations de s’armer, on verra la suite. Il faut avoir le courage de le faire. Qui veut la paix prepare la guerre. Les terroristes ont des amres et font parler d’eux. Laissons les autres aussi s’armer lourdement, nous parviendrons a une solution.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 22:45, par jeunedame seret En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Quelle est cette doctrine de radicalisés ? Pour quelle revendication et à quelles fins ? D’où viennent leurs forces et munitions ? Bizarrement bizarre cette information. Des malfaiteurs dispersés qui ne revendiquent rien ouvertement et ne présentent aucun responsable. Donc nos terroristes sont ces illettrés du pays qui dans leur simple complexe veulent se forcer une sotte gloire au détriment de nos politiques. Ce député devrait avoir quelques noms et zones de contacts faciles ; mais craint de le dire ouvertement. Et pourtant il faut des têtes sans bandages, des causes dévoilées et des plaintes clairement affichées pour penser justifier une négociation. À la place de ZERBO je fournirai des armes à la population locale pour sa protection immédiate en attente de ces rêves de négociation.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 02:54, par Dibi En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Négocier avec des terroristes, des djihadistes égorgeurs d’êtres humains au nom de qui ? Et pour quoi ? D’allah ? De quelles Mosquées ou quelles Eglises ?
    En voilà une idée simplissime qui à l’air géniale pour politicien néocolonial UPC de province, sans égard pour la Nation qu’est le Burkina-Faso, affronté à des forces proxy agitées et missionnées par l’OTAN et l’impérialisme français dans la sous-région.
    Et depuis quand, doit-on négocier avec l’impérialisme et des éléments au service de l’OTAN au Sahel ? Et sur quelles bases ? Pour quels projets politiques revendiqués ?
    La négociation et la réconciliation relèvent-elles de l’ADN de l’UPC de Z. Diabré ?
    Est-ce çà la vision démocratique de celui là-même et de ses suiveurs qui, coute que coute, veulent troquer la justice d’Etat de ce pays contre le grand pardon transitionnel ethno-féodal Moaga, Peulh ou Gourmantché ou démocratique villageois Bwa ou San ?
    Pour l’exemple, si le pouvoir Syrien avait accepté négocier avec ces obscurantistes wahhabites armés par l’OTAN en Syrie, le pays serait aujourd’hui un Etat démantelé !
    Et si l’UA et la CEDEAO avaient tenu fermes sur une position géo-diplomatique, face aux forces proxy qataries et saoudiennes à la solde de l’OTAN, la Libye serait toujours debout ; et nous n’aurions pas subi tout le merdier qui se répand aujourd’hui chez nous ! Mais les couards et les vendus sans vision de l’endocolonat régional sont restés couchés dans leur niche.
    Dans l’histoire, il y des moment où pour l’intégrité, la dignité et la souveraineté nationale, il faut savoir dire non à des solutions de démission et de compromis qui coutent chers à l’avenir de la nation.
    La lutte contre le terrorisme égorgeur, contre les massacres de masses de populations civiles innocentes, contre les attaques criminelles de toutes structures étatiques (écoles, centres de santé, mairies, casernes, commissariats...) relève de la guerre, bien plus grave que le crime organisé ou la guerre civile soutenue de l’extérieure. Et dans de telles conditions, on ne peut parler de négociation qu’à la suite de la victoire sur les Forces d’agression totalement vaincues. Sans quoi on se condamne à des recommencements.
    Et si le pouvoir ou le régime en place est inapte à donner une fin victorieuse au rapport de forces, quoi que socialement cela en coute, il doit être chassé par une révolution populaire armée. Un peuple est toujours plus fort sur la réaction et l’obscurantisme, lorsqu’il est mobilisé sur des bases justes.
    Telle est la grande leçon de l’Histoire, cette accoucheuse de Révolutions.
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 14:41, par Depute Tres Tres Clairvoyant En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

      Dibi, ce depute est tres tres clairvoyant. Il faut negocier. C’ est toujours mieux de negocier, c’ est- a- dire de trouver un compromis, se rencontrer a mi- chemin. Halfe- halfe comme le disent les anglais.
      Par example, on negocvie et puis on lieu que les djayadis coupent les deux pied du patalon, ils coupent un pied. Au lieu de nous tuer, ils coupent un pied, une main, ils percent u n oeil. Il faut bien que eux aussi ils gagnent quelque chose, non ? J’ espere que Mr. Dibi aura compris la necessite de negocier. Seuls les politiciens non - eclaires iront contre cette brillantissime idee de ce depute que certains taxeront d’ etre en collusion avec les djiyadis.
      Negocions avec les terroristes. Ils vont couper moitie moitie.

      Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 03:22, par legrand2000 En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    C’est qui les radicalises ? Les connaissez vous ? Dja !!! on nous dis toujours HANI or il y a des Burkinabes qui savent qui sont ces HANI et ils laissent faire. Et depuis vous ne nous dites pas ou ils sont pour qu on en finisse une bonne fois pour toute ? Hey les politiciens !!!!. Le Faso d’abord

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 03:37, par Baoyam En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    On ne comprend plus rien. Personne ne nous dit qui nous tue, on les apelle des HANI. Ensuite on nous dit d’aller negocier avec des personnes radicalisées. Une personne radicale n’est une pas personne qui massacre des femmes avec bébés au dos. On appelle ce genre de personnes un criminel exécrable à éliminer. Le problème de terrorisme est un petit problème que nos autorités réfusent de résoudre car ils préfèrent compter les morts que d’assumer la ressponsabilité de la bataille qu’il faut engager. Tôt ou tard il sera résolu ! Ce groupuscule ne peut pas venir à bout de la nation burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 09:45, par kap En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Que chaque citoyen se radicalise dans ses opinion politique , sociales et religieuse , ensuite commence les négociations . Des individus qui brulent , tuent et pillent leurs frères honnêtes et tu parlent de radicaux . Vous les leaders politiques , religieux surtout des personnes ont toujours peur de se sacrifier pour la génération future en refusant de contredire certains marabouts obscurantistes pendant leurs prêches lors des cérémonies de baptemes , doa ou lors des prières communautaires dans vos lieux de cultes .

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:00, par Ka En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Monsieur Dicko, est-il leur droit inhérent de faire ce qu’ils font ?" D’abord nul n’a le droit de tuer son prochain pour quelques causes que ce soit. Nos enfants et nos frères que des élus comme vous Dicko connaisse, ils ont une méthodes cruelle en tuant massivement des innocents, nul n’a le droit de monter une telle méthode pour tuer ses semblables et déstabiliser un pays : Les autres qu’ils ont tués ont également le même droit à la vie qu’eux. Monsieur l’élu Dicko, si vous les connaissez, ne jouer pas le judas derrière le dos de nos autorités et de nos FDS devenu de la chair a canot pour vos amis, aller les dire qu’ils laissent tomber leur cruauté : Le sang a trop coulé dans notre pays.

    Monsieur Dicko, c’est trop facile de négocier une fois que l’événement s’est produit, et pour moi, comme les autorités qui refusent de négocier, ’’’’’on ne peut pas négocier avec ces diables a plusieurs têtes, négocier avec, c’est de les considéré, et les permettre de tuer plus : Car, le propre du terrorisme c’est de frapper n’importe où n’importe quoi n’importe comment, en particulier là où personne ne s’y attend.’’’’’’’

    Monsieur Dicko, tous les élus qui connaissent ces punaises et profitent de leurs miettes pour les soutenir doivent être traités comme des criminels. Ce qu’il faut au Burkina pour éradiquer ces punaises, c’est une réponse communautaire du peuple Burkinabé. ’’’’Il faut que toutes les ethnies et les forces coalisées se regroupent en une seule pour dire non à ces criminels en les dénonçant. Ici on va m’en vouloir pour cette vérité qui rougit les yeux sans les casser, ’’’’’’’mais personne au pays des hommes intègres, n’ignore que tous ceux comme Dicko qui demandent de négocier avec ces diables, ces personnes sont les valets d’un pays du Golf qui soutien aux groupes terroristes, depuis Ben Laden.’’’’’’’’’’

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:05, par TANGA En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Député GUIENGDODA, vos radicalisés là, ils sont combien ?
    Voilà, que chacun reste radicalisé, un jour ils vont finir et on en parlera plus.
    Voyez, c’est maintenant que les boys sont e train d’éliminer les beaucoup de radicalisés chaque jour que Dieu fait, que Vous, vous montez au créneau pour parler de négociation.
    Où étiez vous quand les radicalisés faisaient plus de morts ? Où ?
    Ah bon ? Monsieur DICKO, c’est comme ça ?
    On ne négocie pas avec celui qui a tué nos frères ; si ils voulaient négocier quelque chose, ils devaient le faire sans utiliser les armes ; Ils ont commencé, ils n’ont qu’à terminer.
    Ce qui est sur, on va les finir un jour.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:23, par CHOKUN En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Quand vous n’avez rien à dire, il vaut mieux se taire. La solution est simple. Il nous faut 20 000 Kalache et 20 000 000 de balles et l’affaire est réglée.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:31, par changeons En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Négocier avec les terroristes, c’est se confier au diable. Quelle est la revendication de ces bandits ? Aucune revendication connue, sauf tuer des gens et piller leurs bien. Négocier avec ces diables deviendrait à légaliser la barbarie humaine. Peut-être que celui a fait la proposition de négocier avec eux les connait et sait comment faire.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 11:46, par Ka En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Alors je vais formuler ma critique fondée autrement : Est-il leur droit inhérent de faire ce qu’ils font ?" D’abord nul n’a le droit de tuer son prochain pour quelques causes que ce soit. Nos enfants et nos frères que des élus connaissent, ils ont une méthodes cruelle en tuant massivement des innocents, nul n’a le droit de monter une telle méthode pour tuer ses semblables et déstabiliser un pays : Les autres qu’ils ont tués ont également le même droit à la vie qu’eux. Que ceux qui les connaissez, ne jouent pas le judas derrière le dos de nos autorités et de nos FDS devenu de la chair a canot, aller les dire qu’ils laissent tomber leur cruauté : Le sang a trop coulé dans notre pays.

    C’est trop facile de négocier une fois que l’événement s’est produit, et pour moi, comme les autorités qui refusent de négocier, ’’’’’on ne peut pas négocier avec ces diables a plusieurs têtes, négocier avec, c’est de les considéré, et les permettre de tuer plus : Car, le propre du terrorisme c’est de frapper n’importe où n’importe quoi n’importe comment, en particulier là où personne ne s’y attend.’’’’’’’

    Tous ceux qui connaissent ces punaises et profitent de leurs miettes pour les soutenir doivent être traités comme des criminels. Ce qu’il faut au Burkina pour éradiquer ces punaises, c’est une réponse communautaire du peuple Burkinabé. ’’’’Il faut que toutes les ethnies et les forces coalisées se regroupent en une seule pour dire non à ces criminels en les dénonçant. Ici on va m’en vouloir pour cette vérité qui rougit les yeux sans les casser, ’’’’’’’mais personne au pays des hommes intègres, n’ignore que tous ceux qui connaissent ces punaises, et qui demandent de négocier avec, ces personnes sont les valets d’un pays du Golf qui soutien aux groupes terroristes, depuis Ben Laden.’’’’’’’’’’

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 11:52, par ancien En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Impossible !!!
    Nous n’allons jamais accepter une négociation avec des terroristes.
    Les terroristes n’ont jamais demandé de meilleures conditions pour mieux vivre, ils n’ont jamais demandé des infrastructures( au contraire ils saccagent ceux qu’on a déjà ). Ce qu’ils veulent, c’est imposer une idéologie. Nous ne sommes pas prêt pour ça et nous n’en voulons pas. Ceux qui veulent négocier dans ces conditions, sont ceux-là qui épousaient déjà la philosophie des terroristes et qui cherchent une méthode souple pour nous embarquer dedans. On n’est pas dupes !
    Si les terroristes exigeaient a ce que tous les burkinabè boivent l’alcool et mangent le porc, est ce que Mr DICKO allait demander à ce qu’on négocie avec eux ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 12:45, par Diff En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Au stade ou nous sommes arrivés, il n’y a pas à négocier avec ces malfrats. Ils ont trop tués pour qu’on négocie avec eux.
    Leur cause sera vaincu. Top ou tard ils vont tomber. En attendant, nous développerons la meilleure stratégie d’attaque.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 13:05, par Y.K En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    IMPORTANT ! IMPORTANT ! IMPORTANT !
    ATTENTION

    Toute proposition dans le lutte contre le terrorisme n’est pas de moins . Moi je propose quand crée un quand de déplacés internes puis extirper tous les déplacés de sexe masculin (de tout le territoire), de plus de cinq ans, retirer tous les moyens de communication (pour ceux-là qui en possèdent) ; les cantonner là-bas pendant un an pour les couper de tout réseaux terroristes et autres. Tous les camps de déplacés internes risquent de regorger sinon de futurs terroristes. Faisons attention à ces camps surtout dans les zones où les attaques battent leur plein. Envoyons tout ce qui est homme automatiquement à Ouaga dans un endroit et bien les garder pendant au moins un an sans aucun moyen de communication. Ou bien recenser leurs numéros et mettre sur écoute. Ceux qui viendraient à manifester leur retour avant un an doivent être régulièrement suivis dans leur quotidien . On aura diminué des nouveaux ou des complices. Il y a des mairies qui ne font que recevoir des aides par ci par là mais attention ! sans stratégie nous risquons d’héberger et nourrir nos bourreaux.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 13:59, par Georges En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Avec l’arrivée des russes au Mali et la pression populaire sur nos autorités, les terroristes et leurs commanditaires auront à court termes des soucis à se faire. Cette sortie apparait comme une opération de sauvetage anticipée de toute la bande radicalisée. Avec le temps, on ira certainement de surprise en surprise.
    Que ceux qui veulent sauver les radicalisés aient au minimum la décence de condamner ceux qui les radicalisent : c’est à dire Malame Dicko et Amadou Kouffa, ou à défaut, arrêtent de minimiser l’intelligence des autres.

    Répondre à ce message

    • Le 10 janvier à 17:35, par Amadoum En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

      Chers tous j ai lu et relu avec attention toutes vos interventions et avant mon voyage au village (Zone dangeureuse) je n en pensais pas moins.Le deputé qui vient d une zone tres tres impliquée dans le terrorisme sait de quoi il parle.Je ne le dis pas pas par cynisme mais mon voyage me fait croire que certains des enfants perdus peuvent etre recuperé.Au Rwanda un genocidaire a qui on a dder pourquoi il a fait cela a repondu que pour lui c est comme du travail qu il faisait chaque matin sans plus.Ce Mr n avait meme pas conscience de ce qu il faisait.Seule reponse on m a dit de tuer.
      En conclusion des gens comme le deputé Dicko peuvent vraiment aider a faire revenir a la raison des radicalisés.On ne peut pas eteindre du dijahdiste a cent pour cent pcq meme a deux sur une moto dans une zone reculee ils peuvent tjrs faire du mal.

      Répondre à ce message

      • Le 11 janvier à 19:31, par Savadogo Daouda En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

        Moi aussi. radicalisé de la justice, la liberté et le DROIT DE VIVRE pour TOUS , je réclamerai et exigerai que ce député et SES radicalisés ramènentt à la vie tous ceux
        qu’ils ont tué , le remboursement INTÉGRAL de ce qu’ils ont pillé , volé, detruit , et brulé. Et ce serait çà ou rien.
        Enfin mon cher , vous avez pris l’exemple du Rwanda où des gens tuaient d’autres pour RIEN .
        Hé bien , c’est la preuve que notre seul salut est de nous battre pour ne pas être exterminés comme des insectes pour RIEN.
        Mon gar , ils ont pris des armes pour nous décimer , pour rien et pour le plaisir de tuer . Si les vingts autres millions de Burkinabè ne l’ont pas fait ce n’est ni par peur ni par naïveté. C’est parce que nous sommes un peuple de paix .Mais sache que si L’EXISTENCE même de notre peuple doit être remise en cause , le droit naturel et international nous donnent le droit de nous défendre dans le cadre de la légitime défense et du droit des peuples d’exister.
        Moi aussi ma localité a plus de soixante dix pour cent de déplacés au Burkina , mais nous ne nous soumettrons pas à ces assassins et nous vaincrons.
        Toute autre solution serait de se faire décimer et les survivants reduits en esclaves.

        Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 17:42, par warzat En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Négocier avec les terroristes....hummm. Cela suppose que les terroristes, grands bandits, coupeurs de route, voleurs de bétail, assassins de femmes allant au puits, trafiquants de drogue, d’or, raquetteurs -zakateurs forcés, créateurs de famine en empêchant les paysans de récolter ce qu’ils ont semé....etc.. ont une ligne de conduite bien établie et connue. Ce qui vraisemblablement n’est pas le cas au regard de la disparité de leur travail, de leur profil. De plus, c’est déplacer le problème sur un terrain qui créerait une instabilité politique justifiable. En effet que penseraient les frères d’arme des militaires, policiers et gendarmes tués par les terroristes, d’un gouvernement qui négocierait avec eux ? Il est fort à parier que les premières victimes d’un éventuel désaccord seront ceux qui prônent la négociation, les négociateurs et toutes les autorités coutumières de ses zones de non droit informées ou pas d’une telle démarche.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 10:34, par pagnangdé En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    En temps que Burkinabè, j’interpelle par cette occasion Mr le Procureur du Faso, au nom de la société, de porter plainte contre le député Diemdoda Amadou DICKO, de « crime aggravé » pour non dénonciation des auteurs des tueries perpétrées contre le peuple burkinabè depuis 2016.
    Je suis prêt à déposer une pétition pour la circonstance et je sollicite pour la même occasion un collège d’avocats sincères et soucieux de l’avenir radieux du BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 16:02, par Peuple insurgé En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

      Je vois que vous êtes bien au frais quelque part dans Ouagadougou. Loin de ces familles éplorées, déplacées. Loin de ces dizaines de milliers d’enfants déscolarisés. Vous n’avez pas connu la douleur de ces nombreuses burkinabè qui sillonnent les rues de sebba, Dori, gorgadji, arbinda, djibo, kongoussi, Kaya... à la recherche de la pitance. Vous n’êtes pas touché par tout ça... Alors je comprends pourquoi vous vous acharnez contre ce monsieur diamdjoda, burkinabè lui aussi ! Vous voulez voir le drame continuer comme si vous regardez un film d’action. Que ça continue de saigner... Réveillez vous les gars. Ce n’est pas du jeu, même si vos familles sont pas inquiétées pour l’instant.

      Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 00:22, par Mirage2000 En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Nous, on ne veut pas negocier avec les radicalisés. On veut negocier avec les Russes. Eux au moins sont identifiés.
    Le Burkina veut acquerrir de petits reacteurs modulaires, n’oublions pas de petits tunnels modulaires aussi !

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 17:00, par Made En réponse à : Terrorisme au Burkina : Le député Amadou Diemdoda Dicko propose de négocier avec les personnes radicalisées

    Il faut souvent saisir une occasion de se taire quand on a rien à dire. Tu as la chance que tout le monde sait quelle majorité ethnique sont ces diabolisés que tu appelle radicalisés, mais personne n’en parle pour ne pas remuer le couteau dans la plaie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Politique : « Nous ne sommes pas insensibles à ce qu’on entend dans l’opinion, que ce soit fondé ou pas », a confié Zéphirin Diabré au sortir d’une visite au MPP
Burkina : L’Assemblée législative de transition "cuisine" le gouvernement sur la sécurisation des régions
Burkina : « On doit tous revoir nos attitudes des temps de paix pour adopter une attitude de temps de guerre », propose Dissan Boureima Gnoumou du PPS
Gestion de la crise sécuritaire : L’ex-président Roch Kaboré n’a pas répondu à une lettre de Mélégué Traoré
Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo
Burkina/Situation sécuritaire : « Notre constat est celui de tous les Burkinabè » (Zéphirin Diabré)
Burkina/Politique : « Le CDP reste et demeure le seul et unique parti fort de ce pays », clame Eddie Komboïgo
Dialogue politique au Burkina : « En politique on ne gagne jamais le combat seul, il faut mutualiser les forces », Zéphirin Diabré lors d’une visite de courtoisie à l’AGIR
Burkina-UPC-NTD : « Il est question de voir la contribution que nous pouvons apporter pour sauver le pays » (Vincent Dabilgou)
Alliance “Ensemble pour le Faso” : « Notre objectif, c’est de proposer un nouveau projet politique alternatif », lance Me Guy Hervé Kam
Terrorisme au Burkina : « On ne peut pas négocier en état de faiblesse », prévient Ahmed Aziz Diallo
Alliance “Ensemble pour le Faso” : « Notre objectif c’est de proposer un nouveau projet politique alternatif », lance Me Guy Hervé Kam
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés