Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

TNT au Burkina : « La suspension des chaînes de télévisions est une décision extrême », estime le Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mercredi 15 décembre 2021 à 11h13min
TNT au Burkina : « La suspension des chaînes de télévisions est une décision extrême », estime le Centre national de presse Norbert Zongo

Le Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) déplore l’issue infructueuse des discussions entre la Société burkinabè de télédiffusion (SBT) et les chaînes de télévisions privées sur le paiement de la redevance annuelle qui a conduit à la suspension de certaines d’entre elles.

Dans sa déclaration parvenue à la rédaction de Lefaso.net ce mardi 14 décembre 2021, le CNP-NZ juge cette suspension inquiétante, inopérante et contreproductive si tant est que la mission de la SBT est de faciliter un service de télévision de qualité.

Pour faire droit aux citoyens burkinabè, le CNP-NZ appelle à la levée de la suspension fort préjudiciable aux citoyens burkinabè, aux entreprises de presse ainsi qu’à leurs travailleurs et exige des autorités du Burkina Faso le respect du droit du public à l’information.

Il invite ensuite la SBT à reprendre les discussions avec les promoteurs de télévisions privées, en vue de trouver une issue heureuse à cette situation tout en appelant le gouvernement à rendre publics les résultats de l’évaluation de la SBT sur lesquels il s’est fondé pour remettre en cause le modèle économique de cette structure.

Enfin, le CNP-NZ dit non aux atteintes à la liberté d’expression et de la presse ainsi qu’à l’asphyxie des entreprises de Presse.

Lefaso.net


Déclaration du CNP-NZ suite à la suspension des télévisions commerciales privées

Le Centre nationale de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) découvre avec regret, la suspension du multiplexe de la TNT d’une dizaine de télévisions commerciales privées depuis le vendredi 10 décembre 2021. La Direction générale de la Société burkinabè de télédiffusion (SBT) qui a procédé à ces suspensions justifie sa décision par le recouvrement infructueux des créances de la redevance TNT. En effet, la Direction générale de la SBT attendrait de chaque télévision commerciale privée, le paiement de la somme annuelle de soixante-quinze millions (75 000 000) F CFA hors taxe pour la couverture nationale, soit quatre-vingt-huit millions cinq cent mille (88 500 000) F CFA TTC.

Le CNP-NZ suit depuis un certain temps, l’évolution des discussions entre les télévisions commerciales privées à travers leur faitière, l’UBESTV et la Direction générale de la SBT. Ces discussions trainaient certes, mais nous espérions tous une issue heureuse au bénéfice de toutes les parties. Nous n’imaginions pas que la SBT franchirait le pas en allant jusqu’à la suspension des chaînes de télévisions, ce qui constitue à nos yeux une décision extrême.

Cette suspension est incompréhensible et inacceptable de la part de nos autorités qui, il y a peu suspendaient internet, privant ainsi les internautes et les médias pendant plusieurs jours d’un outil de travail devenu incontournable. Ces actions attentatoires à la liberté d’expression et de la presse qui se multiplient dans notre pays inquiètent sérieusement le Centre national de Presse Norbert Zongo dont la mission essentielle est la promotion et la défense de la liberté d’expression et de la Presse.

Le gouvernement, lors du Conseil des ministres du 03 novembre 2021, avait officiellement remis en cause le modèle économique de la SBT, en instruisant le ministre de la Communication de réfléchir à un modèle économique plus opérant pour cette structure. Comment comprendre que face à un tel aveu d’échec, la SBT, au lieu de chercher à rassembler les acteurs pour se doter d’une stratégie viable à long terme, engage un bras de fer avec ses principaux clients ? La presse dans son ensemble végète dans un contexte économique difficile aggravée par la double crise sécuritaire et sanitaire, et mérite soutien en lieu et place de cette pression financière supplémentaire. Avions-nous vraiment besoin de réprimer de la sorte nos médias audiovisuels et de porter atteinte aux droits des consommateurs et singulièrement au droit du public à l’information ?

Nous faisons également le constat que c’est au moment où tous les acteurs engagés dans la lutte contre le terrorisme et la Covid-19 qui interpellent les médias à redoubler d’effort dans la diffusion d’une information responsable, montrant ainsi toute l’attention qu’ils portent au droit des citoyens que cette décision regrettable intervient. Faut-il le rappeler, les médias privés assurent une mission de service public dans la réalisation du droit du public à l’information.

Cette suspension est inquiétante, inopérante et contreproductive si tant est que la mission de la SBT est de faciliter un service de télévision de qualité. Pour faire droit aux citoyens burkinabè, le CNP-NZ :

-  appelle à la levée de cette suspension fort préjudiciable aux citoyens burkinabè, aux entreprises de presse ainsi qu’à leurs travailleurs,
-  exige des autorités du Burkina Faso à veiller au respect du droit du public à l’information,

-  invite la SBT à reprendre les discussions avec les promoteurs de télévisions privées, en vue de trouver une issue heureuse à cette situation,

-  appellons le gouvernement à rendre public les résultats de l’évaluation de la SBT sur lesquels il s’est fondé pour remettre en cause le modèle économique de cette structure,

-  dit non aux atteintes à la liberté d’expression et de la presse,
-  dit non à l’asphyxie des entreprises de Presse.
-  Pour le Comité de pilotage
-  Le Président

Guézouma Sanogo

Vos commentaires

  • Le 15 décembre 2021 à 18:05, par Dibi En réponse à : TNT au Burkina : « La suspension des chaînes de télévisions est une décision extrême », estime le Centre national de presse Norbert Zongo

    Oui, c’est grave pour les affaires de la bourgeoisie compradore qui fait son beurre avec ces chaines !
    Alors arrêtez d’agiter des chiffons rouges en défense à des chaines privées que dénoncerait Norbert Zongo ; ces chaines privées tenues par des affairistes comme Alfa Barry.
    Qu’apportent-elles au juste à notre peuple, au plan culturel, politique (de conscientisation critique) ou économique (critique des modèles de consommation aliénante) à la grande masse de nos populations ? Sinon amuser, divertir et obscurcir les consciences.
    Ces chaines sont plutôt des structures instrumentales qui à leurs manières, avec leurs programmes bidon, accompagnent la domination sociale des couches compradores pourries au Burkina-Faso.
    Elles amusent pour mieux ancrer cette domination dans les consciences populaires. Elles sont missionnées à cacher la nausée que provoquerait la gestion criminelle, corrompue, mafieuse, incompétente, obscurantiste et irresponsable du pays tout entier.
    Elles amusent et débilitent les consciences. Et arrêtez donc, mêmes en prolétaires des médias, de défendre ce que combattrait Norbert Zongo !
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2021 à 09:11, par JKORO En réponse à : TNT au Burkina : « La suspension des chaînes de télévisions est une décision extrême », estime le Centre national de presse Norbert Zongo

    internaute Diby
    Je suis entièrement d’accord avec vous.
    Ces chaines passent souvent des émissions qui n éduquent point la jeunesse à l image des clips à la limite du porno.....
    Vraiment , que fait le Conseil Supérieur de la Communication ?
    Pourquoi tomber si bas dans l’ éducation des tous petits..?
    Incitation à la débauche.....

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2021 à 18:18, par jeunedame seret En réponse à : TNT au Burkina : « La suspension des chaînes de télévisions est une décision extrême », estime le Centre national de presse Norbert Zongo

    Huummm... quand l’apparente liberté de presse devient maintenant un facteur de fuite de responsabilité ou fuite de budget, les spectateurs seront dispensés de penser ! Ce qui est sûr, dans la presse, seules les publicités disent la vérité. Mais comment garantir une liberté de presse sans les milliards nécessaires ? Chuuuut !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : La coupure de l’internet mobile a impacté le fonctionnement des médias en ligne
Restriction de l’accès à Facebook : Des organisations de la société civile dénoncent une récurrence des violations des droits numériques au Burkina
Bobo-Dioulasso : Les journalistes invités à s’impliquer dans la campagne nationale d’intensification de la vaccination contre le covid 19
Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »
Votre journal "Courrier confidentiel" N ° 258 vient de paraître
Promotion des droits des femmes : L’Association des femmes journalistes et communicatrices pour la citoyenneté (AFJ2C) est née
Burkina : Le Conseil supérieur de la communication exhorte les médias à informer sainement les populations
Offre d’emploi : Une rédaction recrute des web-journalistes
Médias : Burkina 24 souffle ses dix bougies
Georges Damien, informaticien : « Il faut qu’on insère l’informatique dans les écoles, même depuis le primaire »
Soutenance/université Aube Nouvelle : Pascal Lonkou Yé se penche sur l’« Influence du community management dans le fonctionnement de Lefaso.net »
Burkina : Un guide du journaliste pour aider au traitement de l’information sur l’éducation, la santé et les infrastructures
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés