Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Ciné droit libre : Le célébrissime Feu Moustapha Laabli Thiombiano honoré

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • lundi 13 décembre 2021 à 12h30min
Ciné droit libre : Le célébrissime Feu Moustapha Laabli Thiombiano honoré

La vie d’une personne n’a de sens que lorsque la qualité de celle-ci a un impact positif dans le cœur et la vie des autres. C’est au nom de cette qualité de vie dans le monde cinématographique, culturel, médiatique et événementiel que Ciné droit libre a décidé, le vendredi 10 décembre 2021, d’honorer la mémoire de Feu Moustapha Laabli Thiombiano par une projection à Ouagadougou.

« Laabli ou l’insaisissable » est le nom du film cinématographique de 90 minutes projeté le vendredi 10 décembre 2021 en soirée pour rendre hommage à un homme qui n’est plus de ce monde. Moustapha Laabli Thiombiano, puisque, c’est de lui qu’il s’agit, est un autodidacte exceptionnel selon le film et les intervenants.

Née en 1949, Moustapha Laabli Thiombiano meurt en 2020 à l’âge de 71 ans. Il gravit l’échelle du monde en se forgeant et se formant à l’école de la vie. Il n’avait que 14 ans quand son père est décédé. Il aura parcouru sa vie durant, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana et les Etats-Unis.

Passionné de culture, il est celui qui donna vie à "Miss Burkina" pour célébrer la valeur féminine de son pays. Amoureux de la liberté d’expression, il est le premier à ouvrir une radio privée en Afrique en 1986, dira Basile Guissou, ancien ministre de la communication sous le président Thomas Sankara. C’est également lui qui est à l’origine de la rue marchande du Fespaco. Ami de Thomas Sankara, il a également créé un groupe de musique pop auquel le "camarade président" venait participer lors des répétitions pour apprendre la guitare.

Moussa Dao, participant

En 1986, il dit à Thomas Sankara qu’il veut ouvrir une radio privée. Et ce dernier de lui répondre : "pour me faire un coup d’Etat ?" Il répondra à son ami camarade président : "Je veux ouvrir une radio où on peut dire bonjour chérie, bisous, je t’embrasse". Etonné, le président va le diriger vers son ministre de la communication, Basile Guissou, qui va lui octroyer un agrément. Il ouvrira sa radio avec 50 000 francs CFA, raconte-t-il dans une interview lors de la projection. C’est cette radio qui deviendra plus tard Horizon FM. En 1987, il va alors initier le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) sous le président Sankara et sera soutenu par celui-ci. Hélas, Sankara fut assassiné une semaine avant ledit salon. Mais comme "Tout ce qui sort de l’imaginaire de l’homme est réalisable par l’homme", selon Thomas Sankara, le salon va survivre malgré le décès de ce dernier.

Créatif, engagé et pragmatique, l’homme ne se reposait presque pas. A la question de savoir pourquoi il ne se reposait pas, il dira que ceux qui se reposent sont déjà dans l’au-delà. A la jeune génération, il disait toujours que la tête n’est pas faite pour porter des bagages mais plutôt pour réfléchir. Une manière pour lui de dire à la jeunesse d’être créative.

Basile Guissou, Ancien ministre de la communication de Sankara

Safiatou Ouédraogo / Thiombiano, épouse de Moustapha, dira qu’elle est fière et honorée de l’hommage fait à ce grand homme. Elle va ensuite dire que Moustapha est un grand homme dans toutes les dimensions du terme. Elle va demander à la jeunesse de ne pas attendre d’avoir de grands moyens avant d’entreprendre comme le disait et faisait feu son mari, célébré ce jour. Elle dira que son mari disait souvent que ‘’le rêve est permis à tout le monde et tous les rêves sont réalisables’’.

Alpha Blondy, artiste-musicien, parrain de l’événement et ami de Moustapha Thiombiano, dira que celui-ci l’a conseillé et influencé pour qu’il ouvre sa radio dont il est fier aujourd’hui. "C’est lui qui venait me chercher à l’aéroport pour rester tout le temps avec moi à l’hôtel lorsque je venais au Burkina Faso pour mes concerts", confesse-t-il. Il va ensuite rendre un vibrant hommage à cet homme qui lui a suggéré de toujours dire un mot mooré lorsqu’il vient en concert au Burkina Faso. Ce mot dira-t-il c’est "Ya woto". "La mort est le seul rendez-vous auquel personne n’échappera", conclut-il.

Pour Aboubacar Zida dit Sid Naaba, P-DG du groupe Savane, Moustapha Thiombiano est une université à ciel ouvert. Il rappelle que pour ses débuts aux côtés de l’homme, lors de son entretien, il avait 10 minutes pour parler afin d’être retenu ou non. Après l’écoulement du temps imparti, le promoteur de la radio Horizon FM va lui dire concernant le fait qu’il n’ait pas de diplôme : "’je m’en fous du papier, tes connaissances dans la tête me suffisent".

Assistance Ciné

Abdoulaye Diallo, membre organisateur de Ciné droit libre dit être fier du résultat de cette édition. Il demande à la jeunesse de faire en sorte d’impacter positivement la société et de contribuer au développement du pays.

Pour Moussa Gabriel Dao, l’hommage rendu à l’homme est mérité. Il entendait parler de l’homme et se dit très ému après avoir suivi cette projection. Il lui a rendu hommage pour la culture de la liberté d’expression qu’il a apporté au Burkina Faso. Il invite la jeunesse burkinabè à prendre exemple sur celui-ci afin d’œuvrer pour le développement du pays.

Inocent H. Alloukoutoui (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 décembre 2021 à 03:10, par broo En réponse à : Ciné droit libre : Le célébrissime Feu Moustapha Laabli Thiombiano honoré

    que la jeunesse s’inspire de ce bon exemple, que Dieu accepte notre hero

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2021 à 19:02, par Stalinsky En réponse à : Ciné droit libre : Le célébrissime Feu Moustapha Laabli Thiombiano honoré

    Je voudrais remercier ceux qui ont eu cette belle initiative d’honorer la mémoire de Mustapha. J’ai appris qu’il était envisager que cela se fasse pendant le FESPACO. Celà n’ pas eu lieu mais l’essentiel est fait et lors aussi du Kundé. En fait Mustapha que j’ai connu quand j’étais en classe de 5ième au collège de la salle car j’étais épris de son groupe musical les "Djinahouroux" avec Feu Jimi Hyacinthe à la guitare solo, Rato Mobio Venance à l’orgue de la Côte d’Ivoire et du Bassiste Jean Tapsoba dit Boozoos du Burkina qui est encore vivant et loge à St Léon. Ce dernier écrit ses mémoires et je lui ai donné deux photos de l’orchestre qui sont en ma possession. C’est ce groupe qui s’est transformé en "BOZAMBO" avec Georges Ouédraogo car Mustapha était aux USA. Mustapha m’a dit qu’il logeait près de l’aeroport de East-Lansing, ville universitaire de l’Etat de Michigan que j’ai fréquenté. Je n’ai pas encore vu le film mais je salue l’initiative. Je vais transmettre cet écrit du Faso.net à Rato Mobio Venance qui vit en France. Merçi encore.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Féenose : Entre entrepreneuriat et Musique
Mode au Burkina : Un nouveau Showroom pour la marque ’’François premier ’’
Éleveurs et agriculteurs du Burkina : ‘’Tond la Taaba’’ pour promouvoir la cohésion sociale
Festival international de danse de Ouagadougou (FIDO) : La 10e édition aura lieu du 22 au 29 janvier 2022
Entrepreneuriat au Burkina : La chanteuse Féenose se lance dans l’évènementiel et la production
Performance artistique : Nezaket Ekici, combine mode, chorégraphie et danse
Musique au Burkina : Kandy Guira revient avec "Nagtaba"
Succès exceptionnel en salles pour le film Les Trois Lascars en Afrique subsaharienne
Mode au Burkina : Lucie Toé, du mannequinat au stylisme
Dori : Alberic Cissé prône la paix par sa musique
Année 2021 au Burkina : Un secteur culturel en effervescence, malgré la double crise sanitaire et sécuritaire
« L’art n’est pas un métier, mais un refuge pour mon âme », soutient le conteur burkinabè Mao Zybamba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés