Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Culture : L’espace aéré Amadou-Balaké, officiellement ouvert

Accueil > Actualités > Culture • Lefaso.net • samedi 11 décembre 2021 à 13h00min
Culture : L’espace aéré Amadou-Balaké, officiellement ouvert

L’espace aéré Amadou-Balaké a été inauguré le vendredi 10 décembre 2021, au sein du Centre national des arts du spectacle et de l’audiovisuel de Ouagadougou (CENASA). Ce cadre a été aménagé pour les artistes, en hommage à l’illustre artiste disparu, Amadou Balaké. Cette infrastructure a été financée en partie par le ministère en charge de la Culture, à hauteur de 15 millions de francs CFA.

L’espace Amadou-Balaké a été créé pour augmenter la capacité opérationnelle du CENASA. Cet espace vient répondre également au besoin criard d’infrastructures culturelles. C’est un ouf de soulagement pour les acteurs culturels. Muni d’un podium, de stands, d’une cafétéria et d’un espace ouvert pouvant contenir 1 000 personnes debout, l’espace Amadou-Balaké est ouvert à tous et à toutes les activités culturelles.

« Avec cette cafétéria, les artistes auront un peu plus d’intimité. Ils font souvent l’objet de railleries dans les kiosques. Il n’est pas intéressant qu’ils soient exposés. Il faut un mythe autour d’un artiste », a laissé entendre Seydou Zongo alias Zedess, artiste-musicien et directeur du CENASA. Le podium sert aux prestations d’artistes et les stands aux différentes expositions. Il est également ouvert aux cérémonies de noces. L’infrastructure a coûté environ 15 millions de francs CFA, avec la contribution du ministère de la Culture.

Pour mémoire, Amadou Balaké était un artiste musicien. En 1982, il a été sacré double disque d’or RTI. En 2003, il obtient également le disque d’or avec le mythique groupe Africando. C’est le 27 avril 2014 qu’il dépose définitivement le micro. « Il est temps qu’on rende hommage à nos illustres disparus. Si on peut le faire de leur vivant, c’est toujours mieux. A défaut, on le fera à titre posthume », suggère le directeur général du CENASA.

Hanifa Koussoubé / Assompta Somé (Stagiaires)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Féenose : Entre entrepreneuriat et Musique
Mode au Burkina : Un nouveau Showroom pour la marque ’’François premier ’’
Éleveurs et agriculteurs du Burkina : ‘’Tond la Taaba’’ pour promouvoir la cohésion sociale
Festival international de danse de Ouagadougou (FIDO) : La 10e édition aura lieu du 22 au 29 janvier 2022
Entrepreneuriat au Burkina : La chanteuse Féenose se lance dans l’évènementiel et la production
Performance artistique : Nezaket Ekici, combine mode, chorégraphie et danse
Musique au Burkina : Kandy Guira revient avec "Nagtaba"
Succès exceptionnel en salles pour le film Les Trois Lascars en Afrique subsaharienne
Mode au Burkina : Lucie Toé, du mannequinat au stylisme
Dori : Alberic Cissé prône la paix par sa musique
Année 2021 au Burkina : Un secteur culturel en effervescence, malgré la double crise sanitaire et sécuritaire
« L’art n’est pas un métier, mais un refuge pour mon âme », soutient le conteur burkinabè Mao Zybamba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés