Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour progresser, il ne faut pas répéter l’histoire, mais en produire une nouvelle. Il faut ajouter à l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres.» Mahatma Gandhi

Vivre ensemble au Burkina : « Il nous faut reconstruire l’école burkinabè pour les Burkinabè », recommande Souleymane Yago

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 20 octobre 2021 à 23h00min
Vivre ensemble au Burkina : « Il nous faut reconstruire l’école burkinabè pour les Burkinabè », recommande Souleymane Yago

Le Burkina Faso vit actuellement une crise du vivre ensemble liée à un déséquilibre social et sociétal. Dans un contexte où les canaux traditionnels d’éducation aux valeurs se sont effrités au profit de l’éducation scolaire, comment assurer une prise en compte dans l’éducation scolaire primaire, de l’apprentissage du vivre ensemble et de la tolérance des différences ? Souleymane Yago, diplômé de Psychologie de l’éducation de l’Université Pr Joseph Ki Zerbo et docteur en Sciences de l’éducation de l’université de Rouen (France) écrit : « Réflexion sur le vivre ensemble au Burkina Faso : esquisse pour une éducation à la tolérance à l’école primaire ».

Lefaso.net : Quel état des lieux pouvez-vous faire du vivre-ensemble au Burkina Faso, dans le contexte actuel ?

Souleymane Yago : Aujourd’hui, notre vivre ensemble est en crise. Il y a plusieurs raisons qui expliquent cela. Vous avez des revendications multiformes, des conflits entre autochtones et allochtones, la défiance de l’autorité de l’Etat, le déplacement des populations, et récemment, vous avez l’extrémisme violent. Toutes ces expressions expliquent que nous sommes dans une situation de crise de vivre ensemble.

Qu’est-ce qui a créé le déclic pour écrire ce livre ?

C’est un ouvrage qui émane de ma thèse de doctorat. Quand on veut entreprendre la recherche à de tel niveau, il faut aussi voir la contribution du produit de la recherche. C’est dans ce sens que j’ai pensé qu’il fallait regarder dans la direction du vivre ensemble au Burkina afin de faire l’état des lieux et interroger le système éducatif.

Quel est le message clé que vous voulez passer à travers cet ouvrage ?

Le message clé est d’accepter de faire un regard rétrospectif, de revisiter notre parcours historique avant la colonisation et après la colonisation pour prendre conscience que nous vivons manifestement une crise du vivre ensemble et qui est en lien avec le modèle de société que nous avons construit. Ensuite, c’est inviter à vaincre l’afro-pessimisme, c’est-à-dire nous sommes en crise mais ce n’est pas une fatalité ; nous pouvons sortir de cette situation en mettant l’accent sur l’éducation mais aussi en interpellant chaque acteur à jouer son rôle.

Vous avez choisi une cible et pas la moindre, les enfants. Pourquoi visez-vous l’école primaire ?

Il faut reconnaître qu’aujourd’hui, l’école est le principal canal d’éducation qui nous reste, même si l’école a été un instrument au service de la colonisation. Nos canaux traditionnels d’éducation ont pratiquement disparu. Il nous faut reconstruire une école en y intégrant nos valeurs traditionnelles. Il faut aussi agir sur la jeune génération. Pour le problème d’aujourd’hui, il faut qu’on construise un autre Burkina avec le vivre ensemble.

Selon vous, qu’est-ce qui cause l’intolérance de la différence de nos jours ?

Il faut remonter un peu plus loin parce que nous n’avons pas su préserver le vivre ensemble historique que nous avons avant. Si nous sommes une soixantaine de groupes ethniques, c‘est parce que nous avons su construire un vivre ensemble dans nos différences. Malheureusement après la colonisation, nous n’avons pas pu tenir compte de nos réalités traditionnelles. Nous avons construit un modèle qui s’est souvent opposé à nos valeurs traditionnelles si bien qu’aujourd’hui, nous sommes dans une situation qui crée un peu le désordre. Le modèle de société que nous avons construit n’est pas efficace.

Doit-on revenir aux canaux traditionnels d’éducation de nos valeurs ?

Il ne s’agit pas pour nous de revenir mais c’est de voir comment nous pouvons puiser dans nos valeurs positives pour essayer de les reprendre dans le système éducatif aujourd’hui. C’est véritablement le seul canal d’éducation qui nous reste.

Pour citer un exemple. Aujourd’hui, l’éducation au clair de la lune n’existe plus ; la société se nucléarise, donc le principal canal qui nous reste, c’est l’école. Il nous faut reconstruire l’école pour que ce soit une école burkinabè pour les Burkinabè.

« L’héritage colonial », pour vous citer, n’est pas adapté à nos valeurs. C’est ce qui remet en cause le vivre ensemble au Burkina ?

Pour notre vivre ensemble aujourd’hui, il faut faire une analyse profonde. L’héritage colonial dont je parle ici, c’est l’école parce qu’elle a été au service du colonisateur. D’ailleurs, lorsque vous lisez la circulaire de 1897, l’école avait pour mission d’inculquer les valeurs de la civilisation aux africains. Si vous remontez à l’arrêté du 22 mars 1922, il est clair que la mission de l’école était d’agir sur la jeune génération pour lui inculquer les valeurs occidentales. Si après l’indépendance nous avons hérité de l’école, il faut remodeler cet héritage colonial afin qu’il réponde à nos aspirations.

Je ne parle pas seulement de l’école mais aussi des institutions. Il y a par exemple des institutions judiciaires, tout ce qui est comme institution administrative aujourd’hui, vous voyez que nos systèmes de valeur ne sont pas toujours pris en compte. Nous traînons les tares de l’école coloniale.

J’ai été très critique dans cette réflexion. L’objectif est aussi de susciter des réflexions et de l’action parce que nous avons beaucoup parlé du vivre ensemble, nous avons beaucoup de discours mais peu d’action concrète.

Interview réalisée par Cryspin Laoundiki
Vidéo : Ange Auguste Paré
Images : Bonaventure Paré

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Réouverture des frontières terrestres et ferroviaires actée, les chauffeurs s’extériorisent
Café politique/Burkina : Gouvernance en Afrique pose le débat sur les processus démocratiques face aux crises institutionnelles
Burkina/Éducation : 107 000 élèves déplacés internes réinscrits (Conseil des ministres)
Burkina : Un décret pris pour renforcer les modalités de mise en demeure du fonctionnaire en cas d’abandon de poste
Bourse agricole 2021 : Un cadre de confrontation de l’offre et de la demande
Journée contre le sida : Les femmes vivant avec le VIH dépistées en prévention des lésions précancéreuses du col de l’utérus
Université Joseph ki-Zerbo-thèse de doctorat en thèse lettre, option études anglophones : Jean DAO s’interroge sur l’identité religieuse du président George Washington
Burkina : La Grande Chancellerie annonce le report de la cérémonie de décoration du 11 décembre 2021 à Kosyam
Burkina Faso : L’Ambassade de Suède et la FAO offrent des équipements motorisés aux producteurs
Burkina : Appel à dons au profit des déplacés internes de Sakoula
Prix de l’Union africaine des enseignants : La Burkinabè Pingdwindé Ouédraogo sacrée lauréate
Burkina/Sécurité : Du sang neuf à la Gendarmerie nationale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés