Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

49e spectacle majeur du CITO : « Le costume », une œuvre sud-africaine adaptée aux réalités burkinabè

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • lundi 11 octobre 2021 à 08h30min
49e spectacle majeur du CITO : « Le costume », une œuvre sud-africaine adaptée aux réalités burkinabè

Le Carrefour international de théâtre de Ouagadougou (CITO) a ouvert son 49e spectacle majeur, dans la soirée du samedi 9 octobre 2021. « Le costume », une œuvre sud-africaine adaptée aux réalités du Burkina Faso, a fait sa grande première.

C’est avec une pièce théâtrale d’environ une heure et demie que le Carrefour international de théâtre de Ouagadougou (CITO) lance la grande première de son 49e spectacle majeur. « Le costume » du journaliste et auteur sud-africain, Can Themba, parle d’une vie de couple entre Matilda et Philémon.

Employé dans une société minière détenue par des occidentaux, Philémon travaille dur pour offrir une vie modeste à sa tendre épouse Matilda. Les deux rêvent d’habiter dans une villa plus grande que les 100m² où ils vivent. Chaque matin où Philémon part au boulot, un amant de sa femme devient « le patron » de sa propre maison. La découverte de cette vérité portera un coup dur à ce foyer. Malgré ses vaines demandes de pardon, Matilda finira par se suicider, le soir où Philémon s’apprêtait à accepter officiellement sa requête.

Philémon en train de prendre le dîner, après la découverte de l’infidélité de son épouse Matilda

Cette pièce théâtrale a inspiré Paul Zougrana, un comédien et metteur en scène, qui l’a adapté aux réalités du Burkina Faso. Pour lui, le plus important est de se questionner et ne pas seulement donner un seul message. Raison pour laquelle il a choisi cette pièce qui dégage plusieurs thématiques. « Pour nous, il ne faut pas qu’on s’en tienne seulement à la tragédie. Il faut voir aussi que c’est une note d’espoir, ça parle du pardon. En ce moment, notre pays a besoin de questionner cela. Si on n’arrive pas à résoudre un problème entre deux personnes, comment peut-on le résoudre au niveau national », s’interroge Paul Zougrana. Il ajoute par ailleurs : « Le pardon est un élément fondamental pour construire un foyer, une famille, une nation. Et cela demande beaucoup de sacrifices ».

L’adaptateur Paul Zougrana (à droite) et le metteur en scène Noël Minougou (à gauche).

Au-delà d’une histoire de couple

Douze comédiens, dont sept hommes et cinq femmes, ont interprété cette pièce. Selon Noël Minougou, metteur en scène de « Le costume », il fallait aller au-delà de l’histoire du couple. « On a voulu parler des choses qui nous intéressent telles les parcelles et les non-lotis », a-t-il expliqué.

En effet, dans « Le costume » version burkinabè, on retrouve l’épineuse question d’urbanisme, le choc de culture et d’autres maux qui minent le pays des hommes intègres. Présente au spectacle, la directrice générale des arts, Alimata Sawadogo, n’a pas caché ses impressions. « Très beau spectacle ! J’ai été très impressionnée par tout ce que j’ai vu ce soir. Ils nous ont dit que c’est une adaptation. Vraiment, c’est une très belle adaptation. Nous allons lancer un appel pour que beaucoup de gens puissent venir voir cette pièce ».

Alexander Widmer, le responsable à l’appui culture de la coopération suisse.

Pour Alexander Widmer, le responsable à l’appui culture de la coopération suisse, cette pièce donne une raison de plus de soutenir le CITO et les acteurs du monde de la culture et de l’art au Burkina Faso. « Pour nous, l’investissement dans la culture comme le disait madame la ministre dans le spectacle, c’est un investissement très important. La culture, c’est vraiment la base pour le développement, le bon vivre ensemble et la cohésion sociale », a-t-il justifié.

Une vue des spectateurs de la grande première de « Le costume ».

Parmi les douze comédiens, une vient du Mali. Il s’agit d’Isabelle Koné, celle qui a joué le rôle de Matilda. Elle a laissé entendre que le début a été difficile pour elle. « Au départ, ce n’était pas facile parce que je me mettais à juger le personnage Matilda. Je me disais que c’était une femme infidèle, est-ce que je pourrai jouer son rôle, etc. Après, il a fallu du recul pour mieux observer, apprécier et comprendre que chacun de nous a des qualités et des défauts ».

« Le costume » passe du 13 octobre au 6 novembre 2021 au siège du Carrefour international de théâtre de Ouagadougou (CITO) chaque mercredi, jeudi, vendredi et samedi à 20h 00.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
FESPACO 2021 : Le film égyptien « Souad » projeté, son réalisateur brille par son absence
FESPACO 2021 : « Farewell Amor », le film qui dépeint les réalités socioéconomiques de la diaspora africaine aux USA
« Faire la musique au Burkina Faso c’est un lourd sacrifice », dixit Greg Burkimbila
FESPACO 2021 : « Baamum Nafi », quand l’extrémisme violent divise deux frères
Fespaco 2021 : « Les trois lascars », le seul long métrage burkinabè en compétition pour l’Etalon d’Or de Yennenga soumis au jury
Culture : « Allons au musée » avec Apolline Traoré
Culture : La Plateforme culturelle du Burkina Faso lance le « Laboratoire artistique professionnel »
FESPACO 2021 : Une résidence pour les membres du jury
FESPACO 2021 : Une édition pour « lever tous les verrous qui empêchent le cinéma africain de prospérer »
FESPACO 2021 : Le film « Atlantique » de la réalisatrice sénégalaise Mati Diop ouvre le bal des projections
Région du Nord : Des hommes armés brûlent des nouvelles récoltes et emportent du bétail
FESPACO 2021 : Une nuit avec une patrouille de FDS chargées de sécuriser le festival
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés