Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Fonctionnement des juridictions au Burkina : Le Conseil supérieur de la magistrature outille des journalistes à Tenkodogo

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 30 juillet 2021 à 06h30min
Fonctionnement des juridictions au Burkina : Le Conseil supérieur de la magistrature outille des journalistes à Tenkodogo

Dans le but de familiariser les hommes de médias avec le fonctionnement des juridictions, le Secrétariat permanent du Conseil supérieur de la magistrature (SP/CSM) en collaboration avec le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) a organisé une formation de journalistes du 26 au 29 juillet 2021 à Tenkodogo.

« L’activité des autorités judiciaires, le fonctionnement des juridictions et les procédures qui les régissent sont mal connus et souvent même mal compris par le public et les médias ». C’est partant de ce constat que le Secrétariat permanent du Conseil supérieur de la magistrature (SP/CSM) a jugé nécessaire d’outiller une vingtaine de journalistes. Il s’agit de renforcer leurs connaissances sur le fonctionnement des juridictions, les procédures applicables et la communication des informations judiciaires aux populations.

Après les étapes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, c’est autour de la Cour d’appel de Fada N’Gourma de recevoir cette formation. Selon le secrétaire permanent par intérim au CSM, Paulin Bambara, cette formation vise à outiller les journalistes sur le langage judiciaire, le fonctionnement des juridictions du Burkina et la transmission des informations par les médias. Ainsi, le SP/CSM souhaite que les vingt journalistes qui ont pris part à cette formation participent de « façon éclairée à l’information des populations », a insisté Paulin Bambara.

Le secrétaire permanent par intérim au CSM, Paulin Bambara (à droite).

Le SP/CSM dit constater des erreurs soit dans les écrits soit dans les émissions radiophoniques. Et ce, avec tous les préjudices possibles à la justice. Pour pallier cela, des modules axés sur le fonctionnement de la justice et des nuances du jargon juridique ont été débattus pendant les quatre jours.

Au cours de la formation, le substitut du procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) Ouaga I, Idrissa Sako, a donné une communication sur l’organisation judiciaire. L’objectif était de présenter l’ensemble des juridictions qu’on peut trouver au Burkina et les compétences et les acteurs de chaque juridiction. Sa seconde communication a porté sur la procédure pénale. La procédure pénale intéresse les gens parce que c’est « une procédure de confiscation de liberté ».

Une vue des participants au cours de la formation.

Rapprocher deux corps à priori opposés

Après quatre jours où ils se sont familiarisés avec le monde judiciaire, les participants ont affiché un motif de satisfaction. A en croire Esther Bognini de la Radio Dauphin de Koupéla, cette formation a une valeur ajoutée. « Je ne maîtrisais pas les questions juridiques. Je ne dirai pas que toutes les zones d’ombre ont été levées parce que les termes juridiques sont un peu compliqués par moments, mais j’ai appris beaucoup de choses », a-t-elle confié.

Quant à Guy Michel Bolouvi de Fada N’Gourma, il ne pensait pas que les journalistes pouvaient avoir une certaine relation avec les juristes. De son avis, la formation a permis de rapprocher deux corps professionnels qu’on pense, à priori, opposé : le monde des médias et magistrature. « Désormais, l’approche sera différente dans nos relations et dans le traitement des informations judiciaires », est-il convaincu.

Guy Michel Bolouvi

Il faut noter que l’appui du PNUD Burkina pour cette formation intervient dans le cadre de l’exécution de son programme de Cohésion sociale, Sécurité et Etat de Droit (CoSED), rattaché au programme du ministère de la Justice du Burkina.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats
Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le RENLAC interpelle l’Etat sur l’inefficacité des mécanismes actuels de régulation de la commande publique
Burkina - Logements sociaux : Abdoul service international remet des clés de villas aux acteurs du monde universitaire de Bobo-Dioulasso
Ouagadougou : Un jeune homme simule son propre enlèvement pour soutirer 5 000 000 de FCFA à ses parents
11e édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient : Les lauréats sont connus
Conflits communautaires au Burkina : L’OIM outille les populations de l’Est sur la cohabitation pacifique
Journée internationale de la paix, édition 2021 : Message de la garde des sceaux
Burkina Faso : L’UNAPOL fait le point sur sa rencontre avec le gouvernement
Éducation au Burkina : Des enseignants des lycées scientifiques renforcent leurs capacités
Enseignement supérieur au Burkina : Les présidents d’universités se concertent pour une meilleure qualité de l’enseignement
Burkina Faso : 100 nouveaux volontaires de l’Assemblée nationale en formation
Production maraîchère : L’association Béoog-Neere du Ganzourgou soulage les producteurs locaux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés