Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La douleur est une bonne source d’inspiration, et que les zones d’ombre du passé montrent au stylo la direction.» Grand Corps Malade

Humanisation du monde sanitaire au Burkina : Le centre de formation "Camillianum" pour répondre au besoin

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 22 juillet 2021 à 16h36min
Humanisation du monde sanitaire au Burkina : Le centre de formation

Il fait partie des centres de référence en matière de formation des acteurs du monde de la santé plus précisément dans l’humanisation sanitaire : le Centre d’humanisation sanitaire ‘’Camillianum’’. Il a été créé en 1996 par les camilliens connus pour leur apostolat au service des malades et dont l’un des objectifs clés, est de former le cœur des agents de santé contribuant essentiellement à la prise en charge des malades. Ainsi, pour connaître, entre autres, les filières enseignées dans ce centre, ses objectifs et ses critères de recrutements, Lefaso.net a interviewé le directeur du Camillianum, le Pr Edgard François Yaméogo.

Lefaso.net : Pouvez-vous nous présenter le Centre d’humanisation sanitaire « Camillianum » ?

Pr Edgard François Yaméogo (EFY) : Le Centre d’humanisation sanitaire "Camillianum" (CHS) est un centre de formation pluridisciplinaire, de partage et d’échange d’expérience pour le monde de la santé. Il appartient aux Camilliens. Il est situé à 150 m en face de la grande porte d’entrée du SIAO.

Lefaso.net : En quelle année a-t-il été créé et quels sont ses objectifs ?

EFY : Le Centre d’humanisation sanitaire a ouvert ses portes depuis le 26 octobre 1996 (bientôt 25 ans). Il vise la formation des « cœurs » de ceux qui œuvrent dans le monde de la santé sans distinction de religion. « Quand je suis malade je désire être pris en charge par un agent de santé qui me considère comme son unique fils malade ». En un mot le défi de ce centre est de former le cœur des agents de santé afin qu’ils puissent passer du « soigner à prendre soin ».

Lefaso.net : Quelles sont les filières de formations enseignées ?

EFY : Nous avons une et une seule filière : la formation en humanisation sanitaire où nous préparons les étudiants à la rencontre de l’Homme malade dans la totalité de sa personne et avec ses problèmes existentiels.

Les modules développés sont bâtis autour de trois blocs spécifiques :

-  Une connaissance plus approfondie du milieu où exerce le soignant
-  Des modules en rapport avec les besoins des malades
-  Des modules axés sur la personne des étudiants, leur croissance personnelle : médecin, soigne-toi d’abord !

À titre illustratif, je vous cite quelques modules développés : l’humanisation sanitaire ; approche anthropologique de la maladie-santé ; la souffrance-maladie dans la réflexion philosophique ; la corporéité ; les principes fondamentaux de la bioéthique ; le counseling ; l’approche psychologique ; l’accompagnement des malades chez les musulmans, les évangélistes et les catholiques...

Pr Edgard François Yaméogo, directeur du Camillianum

Lefaso.net : Comment se fait le recrutement de vos étudiants ?

EFY : En général, ce sont les étudiants sortants qui nous aident pour le recrutement : en fin de formation, chaque étudiant nous trouve un ou plusieurs remplaçants. Nous affichons aussi des posters dans les postes de santé ou paroisses.

Lefaso.net : Quel est le nombre d’étudiants accueillis chaque année ?

EFY : Le nombre des étudiants croît d’année en année et nous avons parfois des difficultés pour limiter le nombre. Pour une formation qui allie théorie et pratique dans un climat humain, chaleureux et fraternel vécu entre apprenants, nous essayons de ne pas trop dépasser les 200. La 11e promotion qui finit en fin octobre 2021 compte 220 étudiants.

Lefaso.net : A qui s’adressent vos formations ?

EFY : La formation que donne le CHS est ouverte à toute personne travaillant dans le monde de la santé ou toute personne sensible au monde de la souffrance (même n’étant pas agent de santé).

Il s’agit particulièrement des infirmiers/ères, sages-femmes, médecins, conseillers sanitaires, religieux (ses), étudiants de toutes les branches, secrétaires, enseignants, sans emploi. Bref, toutes les personnes se posant des questions sur le sens de la souffrance de la maladie et de la mort.

Lefaso.net : Quelle est la durée des formations et quelles sont les qualifications décernées à la fin ?

EFG : La formation dure deux ans et les cours se déroulent ordinairement tous les après-midis de samedi de 16h à 18h. Le centre organise aussi des sessions de formation qui peuvent durer 3 à 5 jours souvent programmées dans les soirées, à la descente du travail de 18h à 20h.

Remise symbolique d’attestation de fin de formation

La fin de la formation biennale est sanctionnée par un diplôme ou une attestation. Les diplômes ou attestations sont délivrés en tenant compte du nombre de présence de l’étudiant aux cours pendant les deux années, et du résultat des devoirs et examens.

Je tiens à souligner d’une manière appuyée que la présence aux cours est une condition sine qua non pour avoir droit au diplôme. ¾ de présence et une moyenne générale de 13, donne droit à un diplôme. Pour ceux qui n’ont pas pu remplir les conditions exigées, nous délivrons des attestations. Le coût de la formation est aussi humanisé ! 5000 Fcfa à l’inscription et 25 000 Fcfa pour les deux années de formation.

Lefaso.net : Vous lancez le processus de recrutement de la douzième promotion, quelles sont vos attentes ?

EFY : Avant de répondre à votre question, permettez-moi de remercier encore Lefaso.net qui est très sensible à l’objectif poursuivi par le Camillianum. En effet depuis plus de 10 ans, votre média accompagne généreusement le Camillianum. Pour cela, votre fondateur fut choisi par les étudiants -en compagnie de certains autres bons samaritains- comme « Ambassadeur » du Centre.

Notre attente est simple : avec la notoriété du Faso.net, nous sommes certains que beaucoup d’agents de santé s’intéresseront au Camillianum. Et ce qui est plus immense pour nous, vous nous offrez une vitrine providentielle pour faire connaître davantage le Camillianum. À quoi bon avoir un centre de formation s’il n’est pas connu ?

Interview réalisée par Yvette Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
CNSS - Burkina : La Coordination des comités de la CGT-B/CNSS réclame le départ à la retraite du directeur général
Burkina Faso : Une formation sur la cohésion sociale et le vivre ensemble au profit des leaders coutumiers et religieux de Korsimoro
Province du Nayala : De gros dégâts dans le village de Siéna suite aux pluies de la nuit du mardi au mercredi 4 août 2021
Burkina Faso : La FAO met en œuvre un programme de formation des vétérinaires professionnels en épidémiologie
Assises nationales de l’éducation : Le comité technique national examine le document de base en vue de sa validation
Droit de réponse de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix (AMORC)
Couverture sanitaire universelle : Des organisations de la société civile en discutent à Ouagadougou
Barrage de Niangdo (Boulkiemdé) : Les travaux de construction lancés, 580 000 m3 d’eau attendus
Commune de Dourtenga, région du Centre-est : Le secrétaire général de la mairie tué par des inconnus
Burkina Faso : Le conseil des collectivités territoriales de l’UEMOA fait part de ses activités au président du Faso
Décentralisation : Le président du conseil des collectivités territoriales de l’UEMOA échange avec l’équipe du PRADEU
Région du Nord : Le ministre des Infrastructures, Éric Bougouma, visite des chantiers
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés