Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.» Jésus de Nazareth

Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • mercredi 21 juillet 2021 à 22h40min
Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

Après une visite inopinée le 11 juillet 2021 à Koudougou et à Réo, le ministre de la santé Charlemagne Ouédraogo indiquait sur sa page Facebook n’avoir pas vu de médecins dans les couloirs de ces deux structures. Ces propos n’ont pas été du goût du syndicat des médecins du Burkina, section Centre-Ouest. Dans une déclaration, le syndicat estime que les médecins incriminés sont victimes de dénigrement de sa part. Il condamne fermement son attitude. Le syndicat est convaincu que le problème du système de santé est ailleurs. Lisez !

DECLARATION

Le dimanche 11 juillet 2021 entre 13h -14h, Monsieur le Ministre de la Santé au décours d’une tournée où il a participé à la journée de redevabilité d’un député, dit avoir effectué une visite inopinée au Centre Médical avec Antenne chirurgicale de Réo et au Centre Hospitalier Régional de Koudougou. Visite à l’issue de laquelle, il écrivait sur sa page Facebook, n’avoir pas vu de médecins dans les couloirs de ces deux structures.

En outre, une vidéo postée sur les mêmes réseaux sociaux montrait Monsieur le Ministre de la Santé qui jetait l’opprobre sur les médecins en les livrant à la vindicte et les opposant aux paramédicaux en incitant ces derniers à la révolte.
Au niveau des structures de santé incriminées, des programmes d’activités des médecins sont régulièrement établis et validés par leurs premiers responsables.

Ces derniers notamment le Directeur des Services Médicaux et Techniques (DSMT) du CHR et le Médecin Chef du District (MCD) de Réo sont nommés respectivement par le Directeur général du CHR et le Ministre de la Santé. Malgré l’insuffisance criarde en ressources humaines de nos structures dans la région, cette organisation arrive à répondre au mieux aux sollicitations courantes des populations.

Mus par l’obligation administrative du respect de ces programmes validés et signés après avis du comité de garde par le DSMT et le MCD, les médecins de ces structures assurent quotidiennement leurs tâches, même au moment où le ministre était de passage. Nous tenons à préciser que dans les programmes validés, l’astreinte des médecins incriminés y figure et a été acceptée par l’administration.

L’astreinte dans la Fonction Publique Hospitalière selon les dispositions du Décret N 2020 0152 /PRES/PM/MS/MFPTPS/MINEFID portant horaire et organisation du travail dans la Fonction publique hospitalière, est définie comme une période où l’agent qui n’est pas physiquement présent à son lieu de travail est mis à la disposition permanente et immédiate de son administration et a l’obligation d’être en mesure d’intervenir pour effectuer un travail au profil de son service.

Monsieur le Ministre déclara que l’équipe de permanence du bloc opératoire de Reo était absente, pourtant ce bloc était fermé pour manque d’autoclaves. Il affirma derechef que les médecins de la maternité étaient absents ; or nous apercevons le ministre sur une des photos postées sur sa page en compagnie d’un médecin gynécologue du CHR dans le service de la maternité ; le médecin d’astreinte étant également disponible à quelques encablures de l’hôpital. Dans le service d’imagerie médicale, Monsieur le Ministre affirme n’avoir pas vu un médecin, alors que le service ne dispose que de deux médecins radiologues pour toute la région ; comment pouvaient-ils être là 24 heures sur 24 au CHR ?

Le service de chirurgie ne dispose que d’un seul spécialiste en chirurgie générale ; devrait-il être présent 24 heures sur 24 au risque de déprimer et nuire aux patients pour se retrouver en prison ? Au niveau des urgences médicales, comme le prévoit le programme validé par l’administration du CHR, pour cette journée du dimanche, deux médecins ont assuré la visite et l’accueil des patients de 7 h 30 à 12h30. Entre 12h30 et 18 heures, au moment du passage du ministre, le service était assuré par un médecin d’astreinte et la garde a été assurée à partir de 18h par un médecin généraliste.

Ces quatre exemples illustrent, si besoin en était encore que Monsieur le Ministre n’a pas pris le temps de s’imprégner des réalités en ressources humaines et du fonctionnement des hôpitaux avant de faire ses déclarations.

Les vrais problèmes auxquels notre système de santé doit s’attarder dans ce contexte difficile où des médecins sont restés à Seeba pour prendre en charge les victimes de la lâche barbarie de Solhan et ayant reçu les félicitations du Premier Ministre dont nous saluons le sens élevé de la mesure, sont des problèmes d’insuffisance en ressources humaines et matérielles puis d’organisation, ne permettant pas aux agents d’offrir des soins de qualité aux populations.

Malgré ces insuffisances, les médecins en collaboration avec les pharmaciens, les infirmiers, les sages-femmes et les autres agents de santé essaient de donner le maximum d’eux-mêmes souvent en violation de l’article 5 du code de déontologie des médecins qui dispose : « En aucun cas le médecin ne doit exercer sa profession dans des conditions qui puissent compromettre la qualité des soins et des actes médicaux ou la sécurité des personnes examinées ».

L’insuffisance de médecins et le manque d’équipement dans notre région, notamment le scanner et l’appareil d’endoscopie non fonctionnel, pour ne citer que cela, occasionnent des évacuations des patients vers d’autres structures hors de la région. Situation à laquelle beaucoup de patients n’arrivent pas à faire face, entraînant parfois un abandon des soins avec des conséquences désastreuses. Cette situation n’intéresse vraisemblablement pas les autorités administratives locales et régionales malgré les multiples interpellations du SYMEB régional (mémorandum déposé depuis mai 2019).

Du reste, des propositions pour pallier le manque de ressources humaines médicales avaient été faites par les médecins du CHR de Koudougou à l’administration. L’exemple le plus illustratif est la proposition d’unification de toutes les urgences du CHR en un seul service d’accueil, comme cela doit l’être, qui allait permettre de réduire le besoin en personnel dans les multiples urgences et de rendre les médecins disponibles de façon permanente. Dans ce cadre, un projet de construction avait même été élaboré avec le plan architectural prêt ; malheureusement, ce projet n’a jamais vu le jour (disponible à l’administration).

Au niveau du CMA de Réo, le bloc opératoire reste fermé depuis deux mois pour une panne de l’autoclave.

Dans le même ordre d’idée, la problématique des carrières des agents de santé reste en souffrance notamment dans la composante Agence de Gestion des Soins de Santé Primaire (AGSP) dont les textes ont été adoptés en Conseil des ministres le 15 mai 2019 et dont certains responsables ne sont pas encore nommés, et beaucoup d’agents de santé n’ont toujours pas la rétribution liée à la garde après plus de deux ans d’application de la FPH.

Nous saluons l’adoption d’une bonne partie des décrets d’application de la loi 057 portant Fonction publique hospitalière (FPH) ; cependant certains décrets ne sont pas appliqués en raison de l’absence d’actes réglementaires (arrêtés et circulaires). Il n’existe par exemple pas, de textes règlementaires sur la définition des postes de garde dans les structures de santé comme l’exige le Décret N° 2020 0152/PRES/PM/MS/MFPTPS/MINEFID portant horaire et organisation du travail dans la Fonction publique hospitalière.

Cet acte règlementaire à la signature des ministres aurait pu nous permettre de disposer du seul texte au Burkina Faso organisant la garde et les postes de garde dans la FPH. Aussi, la mise en œuvre du décret portant exonération des actes médicaux du personnel de santé n’est toujours pas effective par défaut d’actes relevant de la prérogative du Ministre de la Santé, notamment un registre et des carnets à la signature de Monsieur le Ministre. L’arrêté portant fixation ; les seuils des charges de travail et des modalités de gestion des charges supplémentaires des agents de la fonction publique hospitalière qui aurait pu canaliser les agents de santé au sous-secteur public n’est pas pris.

Malgré cet état de fait, les médecins prennent sur eux, en faisant d’énormes sacrifices pour respecter leur sacerdoce. Au lieu de les y encourager, Monsieur le Ministre, ancien Président du Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM), a tenu des propos qui vont à l’encontre de l’article 93 du Code de déontologie médicale dont un extrait stipule : « Il est interdit de calomnier un confrère, de médire de lui, ou de se faire l’écho de propos capables de le nuire dans l’exercice de sa profession ».

Le CNOM devrait d’ailleurs s’autosaisir de cette question et entendre Monsieur le Ministre comme lui-même l’avait fait en s’autosaisissant des publications dans la presse. En rappel, notre Ministre de la Santé au temps où il était Président du CNOM, avait convoqué un ministre de la santé en exercice et un ancien ministre de la santé pour des questions de confraternité dans la presse en ligne et les réseaux sociaux. Nous encourageons Monsieur le Ministre à poursuivre ses visites inopinées, tout en situant dans le fond les responsabilités des acteurs.

Face à cette situation, nous, membre SYMEB du Centre-Ouest :

-  Condamnons avec la dernière énergie les agissements de notre ministre et confrère et lui rappelons ses devoirs de confraternité ;

-  Réclamons l’arrêt du dénigrement des médecins et les velléités de liquidation de notre outil de lutte constructif ;

-  Demandons à monsieur le Ministre de mieux s’approprier les problèmes de fond et de fédérer toutes les énergies pour résoudre les problèmes de nos centres de santé, surtout dans un contexte difficile actuel, dont il faut faire l’économie d’une crise sanitaire ;

-  Appelons à un recrutement conséquent de médecins afin de médicaliser nos hôpitaux. Par ailleurs, pour l’année académique 2021-2022, nous aurons environ 1000 étudiants en fin de cycle pour les CHU de Ouaga ; nous pensons qu’ils peuvent apporter un soutien aux centres régionaux qui seront ainsi des sites de stage pour eux ;

-  Demandons incessamment l’application des décrets pris en Conseil des ministres et la signature des arrêtés ministériels qui vont permettre une meilleure organisation de l’offre de soins dans nos hôpitaux ;

-  Demandons au Conseil National de l’ordre des médecins de prendre ses responsabilités face aux écarts de conduite de son ancien responsable ;

-  Souhaitons l’unification des urgences au CHR de Koudougou et la réhabilitation du bloc opératoire du CMA de Réo ;

-  Réitérons notre demande de doter les structures de santé du Centre Ouest et des autres régions en infrastructures et équipements ; à ce titre, nous apportons notre soutien au plan d’Urgence Hospitalier et appelons les partenaires du Burkina à s’y engager.

Nous restons convaincus que les problèmes de nos structures sanitaires et partant du système de santé tout entier, ne trouveront de solutions, que par une large concertation et une approche globale des problèmes. Les Médecins de la région du centre Ouest restent disponibles et engagés pour dispenser des soins de qualité aux populations de la région.

Soyons des médecins dignes et intègres !
Vive le médecin burkinabè !
Vive le SYMEB !

Pour le Bureau régional SYMEB du Centre-Ouest

Le Secrétaire General Régional SYMEB Centre-Ouest

Vos commentaires

  • Le 21 juillet à 13:02, par ali baba En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    chers syndicalistes, ayez le courage de reconnaitre que vos membres ne font le travail comme il se doit. Cette forme de domination que les occidentaux ont mis en place pour nous empecher de bien evoluer, c’est le syndicalisme aveugle comme vous.Que faites vous sinon grecer pour vos interets egoistes.

    Si votre travail ne vous plait pas ou ne donne pas assez d’argent , il faut quitter et aller faire du business !
    Messieurs les syndicalistes, nous sommes choques et frustres par vos propos et irresponsabilite.
    Le merite a bien parlee et c’est normal qu’il soit choque par vos absences et magouilles dans les hopitaux

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 15:01, par Le Pacifiste En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    A la moindre égratignure, les syndicalistes rempissent des pages pour toujours et toujours la faute sur l’État. celui de la santé exagéré souvent. un fait est là.on a contacté que vous n’êtes pas à votre poste. Au lieu de faire profil bas, vous remplissez des pages pour étaler toute la misère sanitaire du pays. or cette misère vous faites parties de ses composantes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 15:43, par Wendmi En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Désolé, vous n’êtes pas des médecins dignes et intègres. En tant qu’usager des services de santé, la réalité est celle que le Ministre a dépeint. On peut surtout reprocher au ministère le sous-équipement des structures et l’insuffisance des ressources humaines ; mais l’absentéisme des médecins est un triste réalité. Acceptez-le et travaillez à être disponible pour les patients pour qui vous avez prêté serment.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 15:57, par Tengbiiga En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Chers médecins du Burkina,

    Pourquoi vous ne reconnaissez jamais vos fautes et vos erreurs ? Vous êtes toujours là à vous justifier alors que pour l’essentiel, ce qui vous préoccupe, ce sont vos prestations dans vos clinques privées. Et tous les Burkinabè le savent.

    Mais il faut reconnaitre du mérite a certains médecins qui se donnent corps et âme a leur travail. Bravo à ces médecins.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 16:00, par Yilké Augustin KOUDOUGOU En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Je suis de ceux qui avaient réagi à cette sortie de monsieur le Ministre de la Santé et voudrais rester dans ma logique. C’est normal que le Syndicat des médecins essaie de faire entendre un autre son de cloche. Mais hélas ! ce son de cloche reste inaudible. De grâce ayons quelques fois le courage de reconnaître certaines réalités et travaillons à les changer plutôt que de chercher coûte-que-coûte à les expliquer, voire les justifier. Il ne manque jamais et il ne manquera jamais de bonnes raisons aux pires des choses que nous faisons. Seulement, ces raisons ne sauraient les justifier et même justes, on peut toujours agir autrement dans la recherche d’un certain équilibre. C’est juste un point de vue.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 16:06, par kayalais En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Effectivement comme dit @ali baba@ le syndicalisme de type occidental est mis en place pour empêcher le pays d’émerger. Le laxisme, la corruption, l’absenteisme.... voila ce que le syndicalisme protege.

    ça fait honte si un superieur ne peut pas reprocher un collègue en faute.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 16:24, par Le cdpbis En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Le long discours que le syndicat nous sert ici prouve à souhait que ces médecins ne peuvent convaincre personne. Toujours à se plaindre du manque de ceci ou de cela pour ne pas travailler et même quand on fait un effort pour doter en équipement et en consommables, on trouvera toujours quelque chose à redire. Il semble que certains poussent la méchanceté jusqu’à provoquer des pannes sur les machines ou même voler les équipements de l’Etat (si bien que pendant un certain temps les véhicules sortant de l’hôpital Yalgado faisaient l’objet de fouille !). On sait que dans tous les corps de métiers, il ya des agents de mauvaise foi et ceux qui, de par leur éducation ne poseront jamais certains actes contre leur conscience professionnelle. À cette dernière catégorie de personnel battant et patriote, la Nation reconnaissante ! Le changement doit commencer en chacun de nous d’abord !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 16:34, par HUG En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Article 5 du code de la déontologie ...dit......Ah bon,Pourtant vous nous avez fait ccroire que la fonction publique hospitaliere allait etre bénefique pour les patiens car les plateaux techniques allaient etre améliorés.Beaucoup ont beneficier des retombées financieres de la FPH mais les plateaux techniques sont toujours desuets mais n avez jamais écrit pour dénoncer cet état de fait jusqu à ce que le ministre epingle un de vous qui n a pas fait son travail et on vient parler article 5. Certains parmi vous font bien leur travail et respecte le patient ce qui peut contribué à sa guerison.Par contre d autres sont respectueux uniquement dans les cliniques.Courage et soutien au ministre .

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 17:14, par Dja En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Dans tous les cas, si l’administration du ministère de la santé se déporte sur la place publique comme on le constate de plus en plus, cela ne fait honneur à personne ; ni à l’autorité, ni aux agents.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 17:18, par LeBonk En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Ne déplaçons pas les choses svp, certes le système sanitaire de ce pays a bien d’autres difficultés c’est connu mais le comportement de vos confrères qui est dénoncé par le premier responsable du ministère de la santé fait également parti des difficultés de notre systèmes de santé. Faites preuve de responsabilité dans vos rang messieurs les syndicalistes avant de détourner le regard vers les autres difficultés et c’est le pays qui gagne. Les difficultés que vous énumérez ne peuvent aucunement excuser le comportement qui est dénoncé de mon point de vue.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 20:28, par MyMy En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    - MERCI ET BRAVOS MILLE FOIS, CHERS MÉDECINS ET COLLÈGUES DE TRAVAIL. MERCI POUR VOS EFFORTS, MERCI POUR VOS SACRIFICES..., POUR NOUS SAUVER LA VIE A L’OCCASION. COURAGE A VOUS TOUS.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 20:43, par Tomsank En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Une gestion sur Facebook, Ouagadougou est vraiment la capitale du cinéma américain pardon Africains. N’importe quoi. Aucune démarche technique. Confier la santé des burkinabè aux tradi practitiens. Moi en tout cas, je drink mes tisanes.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 04:08, par Gandakoursi En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Ce que vous racontez n’a rien à voir avec les propos du ministre qui connait aussi l’organisation des structures sanitaires.ce dont il est question c’est la disponibilité ou l’indisponibilité de ceux qui sont investis d’une mission celle de soigner les malades c’est tout et tout le monde sait ce que le ministre a dit

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 04:10, par Gandakoursi En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Ce que vous racontez n’a rien à voir avec les propos du ministre qui connait aussi l’organisation des structures sanitaires.ce dont il est question c’est la disponibilité ou l’indisponibilité de ceux qui sont investis d’une mission celle de soigner les malades c’est tout et tout le monde sait ce que le ministre a dit qui n’a rien de nouveau

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 07:45, par Diallo En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    C’est vraiment bien,si tous les ministres prenait un temps pour effectuer C’est genres de visites dans différentes services,je penses qu’il découvrir des"choses",voir les retards,l’absentéisme,...qui est le maillons fort pour un bon fonctionnement des services de L’état,,,que les syndicats saches qu’une visite inopinée,a toujours été du mauvaise goût pour les personnels d’un service...si on remarque sur la photo, la dame a gauche,rien en elle,ne prouvent qu’elle est un personnels de l’hôpital...donc pour un meilleurs développement de notre chère Burkina faso...les syndicats des différentes structures,n’ont qu’à accepter la vérité,,,un syndicats n’est pas une arme de révolte,mais de légitime défense...

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 08:01, par Simplicité En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Dénoncez d’abord insubordination et le manque de professionnalisme de vos éléments.
    Purée !

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 08:58, par Anonymous En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Les gens manquent souvent d’occasion de se taire.
    Vous essayez de contredire un fait que presque tous les Burkinabè ont au moins
    Une fois constaté. Qui dans ce pays ne sait pas retrouvez face a une situation
    Ou seul des internes sont présent. Qui n’a jamais eu un proche
    Qui s’est retrouvé dans pareil cas.
    Parfois en voulant se justifier on gatte tout.
    Il sufit souvent de reconnaitre sont tort et de dire
    Je vais m’améliorer. Et votre collègue qui a parlé de folclore là
    A fait preuve d’insubordination notoire.
    J’espère que vous n’allez pas vous tromper pour demander qu’on le
    Remette à son poste hein.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 11:05, par Zambo zambo En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Bonjour à tous.

    On espère que le mouton du Sacrifice n’a pas déclenché la chiasse chez certains, les nausées étant bien perceptible avant la fête à travers les commentaires déversés ur les médecins !
    .
    Que de spécialistes en santé ! Que de moralistes du travail !
    Pouvez vous prouver que tous ls médecins du CHR de Koudougou et du CMA de Réo soient tous irresponsables paresseux indélicats dans le travail ?

    C’est ce que tente de présenter le Ministre de la Santé.
    Ma jeu dangereux car il expose les médecins à la vindicte populaire et nous le tenons pour responsable si un seul de nos collègues venaient à être agressé par les bergers burkinabè lâchés à nos trousses, de même que tous les pages qui s’égosillent à tue tête sur un sujet dont ils ne maitrise pas les contours.

    Combien de fois le SYNTSHA dans sa plateforme revendicative a pointé du doigt le manque d’effectifs de matériels et d’organisation dans nos centres hospitaliers ?
    Au lieu de prendre le taureau par les cornes on cherche plutôt à encorner les médecins.

    Le Médecin Abdoulaye Ouédraogo avait par 2 fois demandé en vain à quitter son poste de Chef du Service des Urgences du CHU de Koudougou et avait écrit sa troisième lettre qui n’ avait pas été encore transmise quand au cours de sa balade ciblée, le Pr Charlemagne Ouédraogo, en cavalier rouge, monte sur ses chevaux pour le faire relever de son poste sans combat d’ailleurs après des tweets tendancieux qui jette l’opprobre sur le corps médical.
    A vaincre sans péril on triomphe ans gloire !!!
    Et hop, ses supporter surexcités compétissent à l’applaudimètre.

    Aujourd’hui ce sont les médecins qui sont montrés comme source des problèmes de la santé, le gouvernement et notamment le Pr Charlemagne sont propres et blancs comme neige. Ce sont les médecins qui sont indexés avec "leur irresponsabilité" comme responsables de no malheurs !!!

    Un Ministre peut il être efficace s’il manque d’un minimum de sérénité et d’empathie pour ses administrés du reste collègues ?

    A qui profitent ces gesticulations tonitruantes à travers Tweeter pour vilipender les médecins et quel va en être l’aboutissement quand il finira par démotiver décourager et énerver les médecins qui somme toute ont une dignité à défendre ? Hey, Hey !!!

    Ce tas de contre vérités, de mensonges et d’accusations infondés, de généralisations pour semer à dessein la confusion profitent-il à qui ?
    Le Professeur Charlemagne Ouédraogo veut jeter les médecins aux chiens enragés de la critique facile et irresponsable, aux fauves de l’accusation facile.

    Nous l’en empêcherons.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 11:08, par Ouedraogo Bruno En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Arrêté ce verbiage creux la vraie question est la suivante ce qui étaient incriminés étaient ils à leurs postes ? est ce que la garde signifie être à quelques encablures du service, ? soyons sérieux. Si en tant que médecin on fait le serment de sauver la vie des patients on devrait avoir honte de toujours parler d’argent. Personne n’a forcé ces médecins d’aller à la fonction public, il y a des médecins au chomage, ceux qui sont intéressé par l’argent peuvent démissionner et aller dans le privé.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 14:33, par Tokouma En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Je pense que la majorité a suffisamment bien situé le contexte.
    Certains avec un peu trop de rigueur mais il faut savoir que l’émotion c’est souvent difficile à contenir, face à certaines situations.

    Nos amis Médecins doivent savoir qu’il faut souvent AVOIR LE COURAGE de dire "PARDON". Au lieu de chercher à justifier INUTILEMENT. Car ce ne sont pas les GROS MOTS qui donnent raison mais plutôt LES FAITS.

    13h - 14h ce n’est pas une période où on peut justifier une absence "NON AUTORISÉE".

    Merci d’être plus objectifs et ne pas confondre NOS INSUFFISANCES avec nos DIFFICULTÉS.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 20:05, par Zambo Zambo En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    Si quelqu’un croit que les chirurgiens du CMA de Reo doivent venir jouer à la pétanque le Dimanche à 14 devant un bloc operatoire aux equipements en panne on peut en discuter.
    Si quelqu’un pense aussi qu’on peut operer en dehors d’un blioc opératoire en panne un dimanche à 14h parce qu’un ministre tweeter arrive ce n’est pas grave ce sont de nouvelles innovations qui vont sauver nos malades.
    Si quelqu’un peut montrer unevfeuillecdecservicecdu CMA de Koudougou avec la programmation des astreintes permanences et gardes qui ne sont pas respectés au regatdcdes effectifs actuels on avisera.
    Quant à la fonction publique personne n’en démissionnera car c’est un patrimoine national qui n’appartient ni au Ministre, ni à ses zélateurs. Direcqu’il yacdes medecins actiellement au chomagecqui pourraient remplacer des démissionnaires est franchement cynique.La fonction publique ce n’est pas un gateau politique qu’on doit se partager. C’est unevaffaire devla Nation.
    Ces medecins indexés ne sont pas plus indignes en servant dans les conditions actuelles nos populations que les Puissants du moment avec leurs porte voie que vous êtes

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 19:37, par Toubiba En réponse à : Burkina : Le syndicat des médecins du Centre-Ouest condamne les propos du ministre de la santé après sa visite inopinée

    chers amis ils faut lire entre les lignes et ne pas analyser sous le coup de l’émotion.
    Il est claire que dans le milieu médical il y a des agents indélicats comme partout ailleurs.

    Mais restons sur le sujet : Au CMA de Réo le bloc opératoire ne fonctionne pas depuis des mois car l’appareil qui stérilise les instrument et matériels pour être réutiliser est en panne. Alors comment voulez vous que des gens viennent tous juste pour se regarder ?

    Pour le CHR, en réalité le ministre ne dit pas toute la vérité car selon le programme officiel validé par le DG aucun médecin ne devrait être obligatoirement assis dans le service à pareille heure. Car à cette période de la journée au regard de l’effectif réduit des médecins, c’est plutôt une astreinte qui est pratiquée c’est à dire que le médecin n’a pas obligation d’être présent mais reste disponible et accessible en tout temps. C’est pas comme une garde où le médecin à l’obligation de venir s’asseoir dans le bureau pour attendre les malades
    Aussi vous pensez que c’est sur les réseaux sociaux que le ministre doit gérer son ministère ? Normalement , même si on considère qu’un médecin indélicat n’était pas à son poste, il faut enclencher la procédure administrative pour sanctionner l’agent en question, c’est ainsi qu’on apporte le changement mais pas en jetant l’opprobre sur l’ensemble des médecins de la région. Pire il y a une vidéos où il invite les infirmiers et sages femme à faire la bagarre aux médecins. Vous pensez que c’est comme ça que ça va bien fonctionner.
    Et si vous analyser bien, le fait de démettre le chef de service des urgences c’est pas en lien avec l’absence c’est juste parce qu’il a osé apporte une contradiction au ministre sur facebook. Sinon si sanction il devrait y avoir c’est l’agent qui est absent à son poste d’abord ensuite le chef de service puis le DSMT (le directeur des service médico technique) celui même qui valide les programmes de gardes et d’astreintes et doit veiller à leur exécution, et enfin le DG même si on veut aller au fond.
    Les gens jouent avec la santé de la population mais malheureusement elle même ne comprend pas l’enjeux.

    En tout maintenant vous serez servi, vu que le ministre veut que chacun s’explique sur les réseaux sociaux

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Eclairage public à Ouagadougou : Une association dénonce la défaillance des lampadaires et interpelle les autorités
CAMEG : La nationale du médicament générique certifiée ISO 9001-2015
Journée panafricaine de la femme : La députée Maimouna Ouedraogo plaide pour la couverture sanitaire universelle
Laborex-Burkina : « Le défi aujourd’hui, c’est de servir le bon médicament à la population burkinabè », maintient Dr Sékou Diallo (nouveau directeur général)
Lutte contre la dengue au Burkina : Une enquête nationale pour mieux appréhender l’épidémiologie et la transmission de la maladie
Cohésion sociale au Burkina : Le consortium Solidar Suisse et UFC-Dori présente les résultats du projet sur le dialogue inclusif
Commune de Ziniaré : Enseignants et élèves célébrés à travers l’excellence à l’école primaire
Mécanisme de stabilisation de la région du Liptako-Gourma : Le comité ministériel de pilotage régional réuni à Ouagadougou
Atelier de conception et de fabrication de modules solaires photovoltaïques : Une première au Burkina Faso, À ESUP-Jeunesse et nulle part ailleurs
Politique nationale multisectorielle de nutrition : Des acteurs s’imprègnent du contenu du nouveau référentiel
PAMED : Vers une amélioration des moyens d’existence en milieu rural au Burkina
Fonctionnement des juridictions au Burkina : Le Conseil supérieur de la magistrature outille des journalistes à Tenkodogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés