Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 11 juin 2021 à 14h00min
Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

Le collège de Soala a été construit en 2018. En août 2020, le vent a décoiffé l’établissement. Pis, la terrasse et le bâtiment sont en état constant de dégradation. Tous conviennent que le vent n’est pas responsable. L’œuvre est humaine et on a le droit de se demander : Qui est responsable de la mauvaise exécution de l’infrastructure éducative de Soala ?

Soala, un village de la commune rurale de Nanoro (province du Boulkiemdé, dans le Centre-Ouest) souffrait depuis une dizaine d’années du manque d’infrastructures scolaires pour accueillir les enfants admis au cycle secondaire. Les élèves qui terminaient le cycle primaire devaient parcourir de longues distances pour poursuivre les études dans d’autres établissements secondaires.

L’année 2018 a vu le rêve des élèves et des parents se réaliser : un collège à Soala. Moins de deux ans après, les parents jadis contents verront leur joie se transformer en désespoir. En août 2020, le vent a arraché le toit de l’école. Aujourd’hui, la terrasse et le bâtiment sont en état constant de dégradation. Toutes choses qui préoccupent Kassoum Zongo, le président APE : « Nous avons peur pour nos enfants, surtout avec cette saison hivernale qui s’annonce. Il est possible que les rentrées prochaines, nos enfants n’aient pas d’école pour poursuivre les cours. »

Sur la responsabilité de cet état du bâtiment, M. Zongo répond : « Au moment de la construction du bâtiment, l’entrepreneur et son petit frère ont vendu du ciment et d’autres matériels à la population ». Le président APE souhaite qu’on revienne faire un constat pour réparer l’école.

La mairie accusée

Pour le chargé de communication de l’Association des ressortissants de Soala, la mairie de Nanoro est responsable. Hamado Sawadogo regrette qu’un collège qui n’a pas deux ans se retrouve dans cet état. « Soit l’entrepreneur n’a pas fait son travail, soit le contrôleur n’a pas joué son rôle. Ce qui est certain, la mairie de Nanoro est responsable puisque c’est elle qui a ordonné les travaux », martèle-t-il. Il ajoute : « Notre souhait c’est que Soala ait un collège de qualité et qu’on trouve un technicien qui vienne faire un travail de fond pour arranger l’école. A la suite de ce travail, nous saurons qui a mal exécuté les travaux. »

Le maire situe les responsabilités

Pour Jean Marie Zida, maire de la commune de Nanoro, la qualité des infrastructures éducatives n’est pas uniquement propre à Soala. Selon lui, la responsabilité est partagée : l’Etat, parce que l’enveloppe financière n’est pas élevée, les conseillers villageois de développement n’ont pas fait leur travail de suivi et de veille. Pour M. Zida, les CVD et la population ne se sont pas engagés totalement lors de la construction du bâtiment. Le bourgmestre continue en indexant l’entrepreneur pour le mauvais état d’exécution du bâtiment et le contrôleur qui n’a pas aussi veillé à un contrôle rigoureux.

Étant ordonnateur du budget, le maire pense qu’il a aussi une responsabilité morale dans cette affaire.

Selon Éric, secrétaire général de la mairie, le coût du bâtiment en plus des latrines et du bureau de l’administration est estimé à 39 millions de francs CFA.

Quant à l’entrepreneur, nous avons pris contact avec lui, et il a refusé de donner suite à notre requête. On n’a pas pu entrer en contact avec le contrôleur.

Le collège de Soala fait partie des établissements scolaires dont les travaux de construction restent douteux. Si rien n’est fait, l’école risque de s’effondrer comme d’autre auparavant.

Gérard BEOGO

Vos commentaires

  • Le 11 juin à 13:16, par Ham En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    Ça ne m’étonne pas, c’est seulement dans notre cher Burkina Faso, qu’on voit cela.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 13:32, par ali baba En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    On est dans quel pays, on décentralise pour mieux développer et voila le résultat ! Quand on centralise tout, on ne gère pas bien, on délègue aux populations via leurs élus et c’est pire ! on va où ? est ce l’état central qui ne joue pas son rôle de contrôle et de sanction quand il faut !

    Y a un gros problèmes et c’est tout qui fait que le citoyen ne croit a cette farce d’élections car ca ne sert pas a grand chose sauf nous embourber davantage !

    Les populations de ces zones doivent demander des comptes et au besoin prendre des décisions et même aller en justice si nécessaire. Ce laxisme ambiant de l’état suscite a se faire justice car l’espoir est mince pour un changement .

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 13:50, par ollo En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    Il va falloir faire le point de tous ces crimes, situer les responsabilités et faire payer les coupables. c’est injuste de faire payer autrui en augmentant ses impôts. D’une façon général, pour tous les crimes économiques, il faut exiger le remboursement d’au moins 90% de la somme détournée avant d’engager la procédure judiciaire. lorsque le criminel se rendra compte qu’il n’a aucun avantage à tirer profit de son crime, les crimes s’arrêteront seuls dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 14:09, par Patrie En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    Merci d’attirer l’attention des uns et des autres à temps.
    N’attendons pas que le pire se produise. Agissons à temps !

    On sens un esprit constructif dans ce reportage.
    Félicitation @ Mr Beogo et @ Lefaso.net pour l’objectivité et la pluralité des opinions dans ce reportage.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 14:10, par Un Burkinabê En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    Il faudra vraiment sévir sur les mauvaises exécutions de marchés publics. J’espère que notre Gouvernement lie toutes ces publications et surtout nos commentaires.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 14:14, par lapatriote En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    « Au moment de la construction du bâtiment, l’entrepreneur et son petit frère ont vendu du ciment et d’autres matériels à la population ».
    Que la population fasse une collecte de fond pour la rehabilitation du CEG.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 14:50, par Tardivement En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    A qui la faute si la retenue de garantie qui devait servir si toutefois il y a des problèmes sur l’ouvrage est expirée ? Que les experts en batiments et marchés publics nous expliquent la durée de responsabilité de l’entrepreneur dans ce type de réalisation et que faut il faire ? Que fait la justice dans ce cas ? N’y a t-il pas ici tentative d’hommicide involontaire quelque part ? Je m’y connais peu et souhaite que ce genre de chose soit moins fréquent dans notre pays. Que chacun joue son rôle : le Maitre d’ouvrage, le maitre d’oeuvre, le bureau de contrôle, etc...

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 15:45, par Pasakziri En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    Trop c est trop !
    Il faudra situer les responsabilités et réclamer réparation aux entreprises qui exécutent de tels mauvais travaux. Je suppose qu ils sont assurés et que cela ne devrait pas créer de problème. Nos députés devraient créer une loi pour encadrer la qualité des œuvres publiques qui doit couvrir une certaine période minimale. Sinon nous connaissons aussi des écoles qui ont presque 100 ans et tiennent malgré les contrôles réguliers de la nature.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 18:37, par Sidzabda En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    On est vraiment foutu avec cette façon de gérer les infrastructures scolaires. De la vie des bambins, on s’est fiche. Ce qui importe pour ces gens, c’est de se remplir les poches. Rien que la recherche des intérêts égoïstes doublée d’une inconscience et insouciance inqualifiable.
    Toute la chaîne administrative qui est intervenue dans le traitement du dossier de construction ainsi
    que l’entrepreneur méritent tous d’être traduites devant les juridictions.
    C’est quel travail ça ?
    Ayant le courage une fois de mettre les gens face à leurs responsabilités plutôt que de réagir après le drames.
    Tous les cas de baclage d’infrastructures devraient être répertoriés et les noms des sociétés et propriétaires publiés dans la presse, en sus des poursuites.
    Pauvre de nous

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 21:14, par HUG En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    7 ! Annee d une insurrection populaire on voit ces pratiques je me rappelle que Tolle Sayon avait dit qu il ne fallait pas changer de regime pour changer. Cdp et mmpp sont tous pareils et l autre semble etre pire que l autre. Comment un batiment construit en 2018 soit dans cet etat alors que des batiment de l epoque colonial resistents au vent ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 23:30, par Monsieur OUEDRAOGO En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    L’entrepreneur a vendu le ciment et autres matériels au vu et au su de la population qui a certainement bien voulu les acheter à moindre prix .Que cette population ne se plaigne de la mauvaise exécution dudit marché de construction. Dans ce cas précis elle est co responsable si non le premier responsable de ce mauvais état de l’infrastructure et doit s’assumer en reconstruisant le CEG. Comment peut-on mettre en danger la vie de ces enfants de cette manière.?

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin à 08:42, par Bigbale En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    C’est vraiment triste de savoir que " l’entrepreneur et son frère ont vendu le ciment à la population" et elle a accepter d’acheter en toute conscience. Cela s’appelle de l’immortalité car les gens savaient les conséquences sur le bâtiment qui allait accueillir leurs propres enfants. On doit condamner le Maire, ses services techniques, le contrôleur pour attentat et pour projet d’infanticide. On attend que l’entrepreneur et le contrôleur donne leurs versions des faits et que la justice fasse son travail. C’est le seul moyen de s’en sortir pour de bon.

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin à 15:45, par jeunedame seret En réponse à : Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation

    Voilà les fuites de responsabilité. Quand ça va , c’est monsieur le maire qui réclame éloge et réélection. Quand c’est affreux c’est l,État et les hommes. Pour Jean Marie Zida, maire de la commune de Nanoro, la qualité des infrastructures éducatives n’est pas uniquement propre à Soala. Selon lui, la responsabilité est partagée : l’Etat, parce que l’enveloppe financière n’est pas élevée, les conseillers villageois de développement n’ont pas fait leur travail de suivi et de veille. Pour M. Zida, les CVD et la population ne se sont pas engagés totalement lors de la construction du bâtiment. Le bourgmestre continue en indexant l’entrepreneur pour le mauvais état d’exécution du bâtiment et le contrôleur qui n’a pas aussi veillé à un contrôle rigoureux. Et toi monsieur le Bourg-maître, qu’as-tu fait pour sanctionner ou remettre les choses au bon État ? On n’a pas besoin de milliards pour bien faire toujours. Fallait te contenter de cette somme et construire deux ou 3 classes parfaites. Au lieu de multiplier ce gâchis. Mieux vaut bien faire que beaucoup. Ok, maintenant, toi État et population accusés, amenez ce maire en justice prison, pour vol et fuite de responsabilités.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Balolé (Tanghin Dassouri) : Incertitude sur l’arrêt des activités de l’abattoir des ânes
Droits humains et stabilité au Burkina : Le projet de renforcement des capacités de la société civile fait son bilan
Projet « confiance » : Le bilan jugé satisfaisant après 27 mois de mise en œuvre
Burkina Faso : SOS Villages d’enfants et ses partenaires réfléchissent sur le référentiel de prise en charge des jeunes
Province du Bam : Catholic Relief Services offre des infrastructures éducatives dans les communes de Bourzanga et de Kongoussi
Education : Le président du Faso veut mettre fin à la faim à l’école
Insécurité dans la région de l’Est : Les populations de la commune de Madjoari veulent des armes pour se défendre
Situation sécuritaire : « Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde », avertit une coalition d’organisations de la société civile
Journée de l’enfant africain 2021 : Un panel intergénérationnel pour discuter de l’avenir des enfants
Burkina Faso : Une nouvelle enquête STEPS pour évaluer la prévalence des facteurs de risque communs aux maladies transmissibles
Promotion de l’entrepreneuriat féminin : L’association African Women Leaders a cinq ans
Santé sexuelle et reproductive : Vers l’élaboration d’une plateforme de transfert de connaissances
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés