Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.» Jésus de Nazareth

Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • mardi 25 mai 2021 à 10h52min
Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

La situation politique au Mali « préoccupe » la commission de l’Union africaine (UA) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). C’est ce qui ressort d’un communiqué conjoint le 24 mai 2021.

« Le président de la commission de l’UA et le président de la CEDEAO suivent avec une vive préoccupation l’évolution de la situation politique au Mali, notamment l’arrestation par des militaires en rébellion, du Président de la Transition, Bah N’daw et de son Premier ministre, Moctar Ouane ainsi que de certains de leurs collaborateurs », peut-on lire dans le communiqué.

Les deux présidents disent condamner « avec énergie cet acte d’une gravité extrême qui ne peut en aucun cas être toléré au regard des dispositions pertinentes de la CEDEAO et de l’Union africaine ». Dans la foulée, ils demandent aux militaires de retourner en casernes.

« Les présidents demandent une libération immédiate et sans conditions des autorités gardées dans les casernes et invitent les parties maliennes à privilégier l’esprit de dialogue et de responsabilité pour régler les malentendus autour de la mise en place du Gouvernement », déclarent les deux institutions.


Lire aussi : Mali : Le gouvernement II de la transition est connu


Suite à l’annonce de la composition du deuxième gouvernement de la Transition malienne, les militaires, visiblement mécontents de la nouvelle équipe, ont enlevé le Président et le Premier ministre. Depuis hier lundi 24 mai 2021, les regards sont fixés sur le camp militaire de Kati, temple des mouvements des hommes de tenue, près de Bamako la capitale. C’est suite à la démission forcée de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta le 19 août 2020, qu’une transition a été instaurée pour la conduite des affaires de l’État.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 mai à 12:02, par Nobga En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Ah bon !? Et le Tchad, on fait quoi ? Soyez logique avec vous mêmes. Sinon, c’est juste ridicule.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 12:18, par Y en a marre !!! En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Soutien total à Assami Goita. La France n’est pas bien. Le terrorisme ne peut finir en Afrique que par une lutte franche, la France a montré sa limite. Elle place des civils à la tete des Etats et elle les convoque en France pour leur dicter la conduite à tenir. Alors qu’avec les jeunes militaires c’est très difficile de manoeuvrer. Idriss Deby est une illustration parfaite.En un mois le Tchad a vaincu le terrorisme et en 8 ans la France n’a rien pu faire au Mali. Pire, le burkina et le niger sont englués par le terrorisme. Que fait la Fance dans ces pays ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 12:53, par Papa En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Honte à ces militaires voraces qui font honte au Mali. Pendant que des soldats etrangers se battent et meurent pour le Mali ,voilà des assoiffés de pouvoir qui remettent en cause la transition qu’eux même ont instauré après leur coup d’état idiot contre IBK démocratiquement elu. Ces puchistes notoires ne se battent ni pour le Mali ni pour le peuple Malien mais pour leur propre intérêt. Il faut que la communauté soit ferme et que ces militaires égoïstes retournent au camp.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 12:53, par Papa En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Honte à ces militaires voraces qui font honte au Mali. Pendant que des soldats etrangers se battent et meurent pour le Mali ,voilà des assoiffés de pouvoir qui remettent en cause la transition qu’eux même ont instauré après leur coup d’état idiot contre IBK démocratiquement elu. Ces puchistes notoires ne se battent ni pour le Mali ni pour le peuple Malien mais pour leur propre intérêt. Il faut que la communauté soit ferme et que ces militaires égoïstes retournent au camp.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 13:06, par A qui la faute ? En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Nous les burkinabé avons réussi à exporter notre modèle : insurrection>démission du président en larmes>militaires aux pouvoir>coup d’Etat>CNT>Re coup d’Etat>désordre total> les vieux loups reviennent demander pardon en faisant semblant de regretter l’ancien système qu’ils s’empressent de remettre en place : bavures, pillage, mensonge, affaires, gros salaires ; tout ça avec quelques morts et blessés par ci et par là

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 13:17, par HUG En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Cedeao ,Ua vous faites honte a l afrique.Vous vous basez sur des idées legeres pour legitimer un coup d etat au tchad .que valenr vos paroles.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 13:22, par Lepeul En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Le seul coupable c’est l’Union africaine, et aussi une partie de la classe intellectuelle africaine, j’ai toujours dit que le cas tchadien allait être une jurisprudence pour ces actions avenir.
    Aucune institution forte et respectueuse ne se comporte ainsi, en étant de complaisance avec les militaires tchadiens :
    - Un président( Mr DEBY) est mort aucune enquête, de L’UA, pas de rapport officiel. Sur la base des dires des militaires, on prend pour vérité qu’il est mort sur le front, soyons un peu sérieux, même avec un semblant d’enquête cela aurait un sens.
    - Imaginez un instant les militaires maliens pour ne pas avoir des problèmes de sanction, dans un cynisme , amènent le président de force sur le front et ensuite viennent justifier sa mort au combat(comme au Tchad).
    Ps : certains ont dit que SANKARA est mort de façon naturelle.
    En conclusion : soyons vraiment sérieux dans ce que nous faisons, respectons nos engagements, respectons non accords, autrement c’est de l’incivisme au sommet des ETATS et pour conséquence des États faibles, minés par la corruption, l’insécurité et la pauvreté.
    Car pour toute chose de viable et valable il faut une base solide( donc des règles à respecter).
    récemment en Somalie le président voulait reporter les élections sur 2 ans , aucune réaction de L’UA , malgré les émeutes , il a fallu que les américains tapent sur la table pour le ramener à la raison, on va où là ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 14:10, par Sacksida En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Dans tout ca, il faut que la CEDEAO et l’Union Africaine devenues la caisses de resonance de la France neocoloniale et imperialiste avec ses valets locaux foutent la Paix au Mali. Ils sont des piromanes et des assassins techniques en Afrique. Courage aux vrais Patriotes Maliens. Honte aux fossoyeurs et bien sur imperialistes neocoloniaux en Afrique.Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 17:20, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    Que d’agitation pour si peu... La jurisprudence Tchadienne de l’Union Africaine donne pourtant la feuille de route :

    1) La crise sécuritaire justifie une "reprise en main musclée" du pays, donc la militarisation n’est pas un mal (dixit Félix Tchisekedi de la RDC concernant le Tchad). Il convient donc de "prendre acte" selon l’expression d’Emmanuel Macron.

    2) Ni la junte, ni le pays ne doivent être sanctionnés. Ils doivent être "accompagnés" jusqu’à la fin de la transition. (Conseil de paix et de sécurité de l’UA concernant le Tchad). Il faudrait aussi garantir "la stabilité et la sécurité" du Mali comme Macron a garanti celle du Tchad.

    3) Eux au moins, contrairement à Idriss Déby junior, n’ont pas prévu que la transition soit "renouvelable", ni que les putschistes puissent être candidats. Ils n’ont pas non plus fait de morts civils au nom du "maintien de l’ordre". Il n’est donc pas nécessaire de leur demander de la "retenue", ni de limiter la durée de la transition, ni de s’abstenir d’être candidats.

    Conclusion : Aucune agitation diplomatique, aucune menace de sanction n’est crédible ni de la part ni de l’Union Africaine, ni de l’Union Européenne, encore moins de la France.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 07:15, par SOME En réponse à : Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

    On voit ce que c’est la CEDEAO et l’Union africaine Et vous venez parler de democratie, de liberte etc. Ces guignols sont la honte du continent. Il est clair que avec eux l’afrique ne sera jamais. Ils ont osé faire une telle declaration... Mais on est naif : ce qui nous aurait etonnés, serait qu’ils disent autre chose
    il ne reste qu’une chose aux peuples africains : levons nous, chassons ces valets et prenons nos destinees en main, quoi que cela nous coute.
    nous voyons comment nos dirigeants sont en train de vendre encore l’afrique pour les siecles a venir. C’est l’avenir du monde actuel qui se joue en afrique car c’est l’afrique qui fera le monde et eux ils se battent rester aux commandes encore et imposer leur vision du monde. Nous africains on reste là a nous laisser berner.
    voyez pourquoi la guinee avec alpha condé, la cote d’ivoire avec ouattara ils viennent d’engranger une victoire avec idriss deby leur homme qui a refuse de continuer le jeu. Bientot ce sera le burkina faso, pays si capital.
    Ils ont reussi a ejecter kabila pour mettre un tchishekedi comme ils ont fait en cote d’ivoire avec gbagbo, la centrafrique si capitale comme le burkina, ils ont presque perdu, le cameroun est hesitant comme le burkina et ils ont perdu la guinee equatoriale. s’ils pensaient gagner en afrique de l’ouest pour compenser ce qu’ils sont en train de perdre en afrique centrale, la reaction patriotique des militaires maliens montre que rien n’est gagné. Tout se jouera au burkina
    SOME

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : La CPI abandonne les poursuites contre Simone Gbagbo
Condamnation du fils du Président équato guinéen : Six millitaires français retenus à l’aéroport de Bata en réponse
Guinée équatoriale : Le fils du président définitivement condamné pour « bien mal acquis » en France
Rencontre Ouattara-Gbagbo : Une décrispation de la situation pour la réconciliation nationale ?
Allemagne/Leverkusen : Explosion sur un site chimique
Mali : L’agresseur de Assimi Goïta est mort en garde à vue
Madagascar : Un projet d’assassinat du président avorté, deux Français arrêtés
Mali : Assimi Goita échappe à une attaque au couteau
Afrique : Patrice Talon interpelle les dirigeants à ne pas se prendre pour "Dieu tout-puissant" !
Sénégal : Le nouveau Code électoral fait monter le mercure, de quoi raviver le débat au Burkina
Afrique du Sud : Jacob Zuma face à son destin
Assassinat du Président haïtien : L’un des cerveaux presumés du meurtre arrêté
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés